Home, sweet home… la maison sur la cascade (1936-1939), architecte Frank Lloyd Wright

Frank Lloyd Wright (1867-1959)

Frank Lloyd Wright (1867-1959)

Maison sur la cascade, 1836-39, Pensylvanie - architecte Frank Lloyd Wtight

Maison sur la cascade, 1936-39, Pensylvanie – architecte Frank Lloyd Wright

Maison sur la cascade, 1836-39, Pensylvanie - architecte Frank Lloyd Wtight

La maison sur la cascade a été construite pour un homme d’affaires sur une cascade de la rivière Bear Run dans les Allegheny Mountains d’où son appellation de Fallingwater ou Edgar J. Kaufmann Sr. Residence du nom de son propriétaire.

Frank Lloyd Wright était déjà âgé lorsqu’il a commencé a travailler sur cette résidence puisqu’il entamait sa soixante huitième année mais la virtuosité dont il a fait preuve dans l’élaboration de ce projet difficile a montré qu’il n’avait, à cette époque, rien perdu de sa créativité.

La difficulté pour la définition du parti architectural venait de la beauté du site. Les Kaufmann avaient été séduits par la beauté de la cascade et c’est la raison pour laquelle ils venaient souvent y pique-niquer, or la construction d’une bâtisse de taille importante sur trois étages risquait de détruire irrémédiablement l’harmonie du site. L’idée géniale de Wright a été d’effacer la masse et la lourdeur des volumes construits en les camouflants derrière les garde-corps et les acrotères en béton des terrasses et des toitures terrasses. De ce fait, les observateurs ne perçoivent de la construction que des bandeaux horizontaux superposés, décollés du sol. L’impression de légèreté que l’on ressent à la vision de cette architecture provient du fait qu’aucun poteau n’est visible et que les bandeaux horizontaux  apparaissent comme projetés et suspendus au-dessus du vide. Pour parvenir à cet effet, Wright a utilisé une technique novatrice pour l’époque, celle du porte-à-faux en béton armé sur de grandes largeurs. L’impression de légèreté est encore rehaussée par le traitement des parois entre bandeaux en vitrages et par un choix judicieux de couleurs, les bandeaux étant traités en couleur claire et les surfaces intermédiaires en teintes foncées (vitrage et murs en pierres naturelles). Les volumes construits et les terrasses s’organisent autour d’une tour centrale en pierres naturelles qui fait office de pivot et structure ainsi l’ensemble. L’axe vertical ainsi créé accompagne et prolonge l’axe vertical de la cascade et renforce l’impression de légèreté des terrasses, celles-ci semblant suspendu à cette tour de pierre. L’intérieur de la maison reprend les principes d’organisation fonctionnelles défendues par Wright qui lui avaient été inspirés par l’architecture japonaise : peu de cloisons et absence de portes qui induisent une grande fluidité des espaces. Les parois extérieures étant pour l’essentiel transparentes, la vision sur le site est préservée et les habitants ressentent l’impression de vivre dans la verdure. La plupart des sols sont traités en dalles de pierres s’apparentant ainsi au sol naturel des bords de la cascade. En dehors de la zone d’assise de la construction, le reste du site a été totalement préservé et laissé dans son état naturel.

la maison sur la cascade, 1936-39 - Frank Lloyd Wrightla terrasse et la toiture terrasse du niveau 1 en porte-à-faux, et les baies vitrées intermédiaires

la maison sur la cascade, 1936-39 - Frank Lloyd Wright

la maison sur la cascade, salon - Frank Lloyd Wright

la maison sur la cascade : le salon

la maison sur la cascade, salon - Frank Lloyd Wright

la maison sur la cascade, séjour - Frank Lloyd Wright

la maison sur la cascade, 1936-39 - Frank Lloyd Wright

°°°

la conception de la maison que prônait Wright

Siegfried Giedon, dans son étude monumentale « Espace, temps, architecture », après avoir expliqué que Wright  était l’architecte américain qui avait le mieux interprété les éléments traditionnels de la maison américaine pour les utiliser dans le cadre de l’architecture moderne explique les principes sur lesquels s’appuyait Wright pour organiser l’espace intérieur :

« Avant d’avoir vu l’une des maisons de Wright je fis halte, un jour, dans un pavillon de chasse des collines du Vermont. Il y avait là une énorme cheminée en pierres qui occupait d’une façon massive le centre et montait tout droit en traversant le toit. L’intérieur de la maison était d’un seul tenant, mises à part les cloisons qui séparaient la cuisine et la chambre à coucher. Le plafond était formé de chevrons d’où pendaient des peaux de renard et d’ours. C’est à ce moment que je commençais à comprendre la conception que Wright se faisait de l’intérieur d’une maison. Il traitait la maison, fondamentalement, comme une seule pièce. L’intérieur n’était différencié qu’en fonction de nécessités particulières. Comme il le soulignait lui-même « ... il traita toute la surface… comme une seule pièce, séparant la cuisine comme un laboratoire, disposant à côté d’elle les chambres et, au rez-de-chaussée dans un semi-isolement

la maison sur la cascade, plan 1 - Frank Lloyd Wright

Plan du niveau 1

la maison sur la cascade, plan 2 - Frank Lloyd Wright

°°°

L’influence de l’architecture japonaise

« Le Japon était perçu depuis l’Europe ou les États-Unis, comme un copieur sachant copier en innovant. En fait, cette image caricaturale est bien idéologique, car la plupart des sociétés confortent leur culture en imitant celle des autres, en s’en inspirant. Cela me semble banal, car en fait il ne s’agit que de s’informer du monde… Le mouvement d’influence étant réciproque, il est délicat de faire les comptes. Qui apporte le plus? Prenez l’architecte Frank Lloyd Wright, qui vint au Japon au cours des années dix et vingt, qui y construisit; bon, il a découvert les techniques de construction locales et s’est initié aux règles de l’art des « bâtisseurs » japonais. Et l’on déclare qu’il a été influencé par elles. Mais, en réalité, il a trouvé au Japon ce qu’il cherchait! Des éléments standardisés, simples, nus, pratiques, des cloisons coulissantes, des structures porteuses, bref, toute une manière de concevoir et d’édifier une maison telle qu’il la souhaitait. Le « détour » japonais a peut-être accéléré le processus de maturation de l’architecte, mais l’a-t-il davantage marqué? « .  Augustin Berque – janvier 1997 (interview de Thierry Paquot)

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s