Vous, les liseuses… (II)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vallotton - la liseuse - 1922

Vallotton – la liseuse – 1922

matisseliseuse

Matisse – la liseuse à l’ombrelle – 1921 – Tate Modern Londres

pablo_picasso_la_liseuse_d5334947h

Picasso – la liseuse – 1920

4317616-3x4-700x933

Matisse – la liseuse en blanc et jaune – 1919 – Cette toile volée au Kunsthal muséum de Rotterdam en octobre 2012 aurait été détruite en Roumanie par la mère du voleur qui déclare l’avoir incinéré dans son poêle…

Léon François Comerre - La Belle Liseuse - vers 1916Léon François Comerre – La Belle Liseuse – vers 1916

Capture d’écran 2013-09-06 à 17.46.39

Felix Vallotton – Lectrice au collier jaune – 1912

Albert Marquet - Nu féminin debout lisant - 1910

Albert Marquet – Nu féminin debout lisant – 1910

Peter Ilsted - Intérieur avec-jeune fille en train de lire -1908

Peter Ilsted – Intérieur avec-jeune fille en train de lire -1908

Carl Larsson-823689

Carl Larsson – Karin lisant – 1904 – 

Vilhelm Hammershoi - Intérieur avec une femme lisant une lettre - 1891

Vilhelm Hammershoi – Intérieur avec une femme lisant une lettre – 1891

Vittorio_Matteo_Corcos_-_Dreams_-_1896

Vittorio Matteo Corcos – Dreams – 1896 – Galeria Nazionale d’Arte Moderna, Rome.

Peter Severin Kroyer - Roseraie ou Femme du peintre dans son jardin de Skagen - 1893 - Londres, The Fine Art Society

Peter Severin Kroyer – Roseraie ou Femme du peintre dans son jardin de Skagen – 1893 – Londres, The Fine Art Society

Vincent Van Gogh - L'Arlésienne au livre - 1888 -

Vincent Van Gogh – L’Arlésienne au livre – 1888 – New York, Metropolitan Museum of Art

Theodore Roussel_- Jeune fille lisant - 1886

Theodore Roussel_- Jeune fille lisant – 1886 – Londres, Tate Gallery

Auguste_Renoir_La_Liseuse

Auguste Renoir – la liseuse – vers -musée d’Orsay – vers 1874-1876

Brown Henriette (Sophie de Bouteiller (Sophie de Bouteiller) - A Girl Writing; The Pet Goldfinch - 1870-1874

Brown Henriette (Sophie de Bouteiller (Sophie de Bouteiller) – A Girl Writing; The Pet Goldfinch – 1870-1874

Antoine_Wiertz_La_liseuse_de_romans

Antoine Wiertz – la liseuse de roman – 1853

Isaa Israels - Reclining Nude Sjaantje van Ingen - 1900

Isaa Israels – Reclining Nude Sjaantje van Ingen – 1900

Franz Eybl - Jeune fille lisant - 1850

Franz Eybl – Jeune fille lisant – 1850

Gustav Adolph Henning - Jeune fille lisant - 1828

Gustav Adolph Henning – Jeune fille lisant – 1828

Fragonard,_The_Reader

Jean-Honoré Fragonard – la liseuse – vers 1770 – National Gallery of Art,Washington, États-Unis

Jean_Raoux_-_La_Liseuse

Jean Raoux – la liseuse – vers 1716 – musée du Louvre

Woman reading a letter, by Johannes Vermeer

Vermeer – femme en robe bleue lisant une lettre – vers 1662-63

Jan_Vermeer_van_Delft_003

Vermeer – jeune fille lisant une lettre devant la fenêtre – vers 1658

Portrait de jeune fille supposé représenter Sapho

Portrait de jeune fille supposé représenter Sapho

°°°

–––– Film The Reader, réalisation Stephen Daldry avec Kate Winslet et Ralf Fiennes ––––––––––––

The Reader est un film américain de Stephen Daldry, adapté du best-seller « Der Vorleser » de l’auteur allemand Bernhard Schlink interprété par les acteurs Kate Winslet, Ralph Fiennes, David Kross, Bruno Ganz, Alexandra Maria Lara et Lena Olin. Il est sorti aux États-Unis en décembre 2008 et en France en 2009. Bien que l’héroïne n’est pas précisément une « liseuse », je l’ai intégré à cette présentation car étant analphabète, elle a besoin pour entrer en contact avec l’univers de la littérature d’un lecteur

the-reader-the-reader-5-g

°°°

L’article du monde écrit le 17 juillet 2009 par Jean-Luc Douin, critique de cinéma et journaliste : « The Reader » : le ‘Liseur’ perverti par Hollywood.

L’histoire de ce projet est édifiante, en ce qu’elle illustre la manière dont Hollywood peut pervertir les meilleures intentions du monde. Au départ, il y a Le Liseur, ce best-seller de l’Allemand Bernard Schlink publié en 1995. L’histoire de l’initiation sensuelle et amoureuse d’un adolescent de 15 ans par une femme de 35 ans, dans la République fédérale allemande des années 1950. Hanna a secouru Michael dans la rue alors qu’il vomissait, en proie à une jaunisse. Guéri, le gamin vient remercier sa samaritaine, devient son amant, et son liseur.

 Car cette receveuse de tramway n’a de cesse de se faire lire à haute voix les textes classiques, dont son étudiant enflammé est un connaisseur. Elle impose bientôt un rituel digne de Philippe Sollers : lire puis jouir. Association libératoire du sexe et du livre, de l’extase et du phrasé, qui échappe d’ailleurs à nos tâcherons de l’adaptation sur mesure.

Cette histoire a deux volets. Le premier se clôt par la disparition subite de la femme, qui laisse son jeune courtisan blessé à jamais. Féru de droit, ce dernier la retrouve des années plus tard, lors du procès de cinq criminelles de guerre. Il reconnaît Hanna parmi ces femmes kapos, accusées d’avoir envoyé des juives à la mort. Et comprend son secret : Hanna est analphabète. Elle préfère d’ailleurs sefaire condamner à la prison à perpétuité plutôt que d’avouer ce qui l’innocenterait partiellement : qu’elle ne sait ni lire ni écrire.

Le livre avait suscité des polémiques. L’écrivain Cynthia Ozick reprocha à Schlink d’avoir disculpé son héroïne en la rendant analphabète. Ce couplet sur le caractère rédempteur de la culture est, il est vrai, assez hypocrite : on connaît des bourreaux aux goûts artistiques délicats. Pour le romancier, il s’agit d’une réflexion sur la culpabilité, sentiment pouvant paralyser les non-coupables, en l’occurrence ici les fils endossant la faute des pères. Devenu un homme sentimentalement perturbé, Michael est confronté à la culpabilité d’avoir aimé une criminelle. Hanna se sent coupable d’être inculte. Durant le procès, la balance judiciaire pèse le poids de la culpabilité collective (celle d’un pays qui connaissait l’existence des camps) par rapport à la culpabilité individuelle (celle des gardiens, des SS, boucs émissaires).

Une maladresse qui fait sens

« Ce que nous pensons n’a aucune importance, ce qui compte c’est ce que nous faisons », dit quelqu’un. Ce que nous montrons, pourrait-on ajouter en guise de commentaire sur le film. Anthony Minghella (réalisateur du Patient anglais) et Sydney Pollack s’investirent beaucoup dans le projet de ce film, comme producteurs, avant de mourir l’un et l’autre. Le réalisateur Stephen Daldry et son scénariste, David Hare, sont bien conscients qu’un tel sujet sensible n’autorise pas d’ambiguïté. Et pourtant, The Reader dérape.

D’abord à cause du système. Cet engrenage des enjeux économiques qui exige une star (Daldry génère des Oscars : celui de la meilleure actrice pour Nicole Kidman en Virginia Woolf dans The Hours, et pour Kate Winslet ici), une musique redondante, et qui fait parler anglais des gens que tourmente une culpabilité allemande, une héroïne allemande dont le drame est d’être incapable de posséder sa langue (on voit les lettres, les pages des livres en anglais !).

Pire : toute image se doit d’être irréprochable, sans double lecture douteuse, dans cette délicate entreprise consistant à nous faire réfléchir sur les responsabilités de l’holocauste en nous montrant une femme kapo comme une victime, femme plutôt altruiste, et qui s’est engagée dans la SS à seule fin de trouver du travail. Or, à la fin du film, Stephen Daldry enchaîne deux plans. D’abord la sombre et misérable cellule de prison où croupit Hanna jusqu’à sa mort, puis le luxueux appartement new-yorkais où vit une juive rescapée du camp où « travaillait » Hanna.

On lui accorde volontiers qu’il s’agit d’une maladresse, mais cette succession d’images fait sens, et fait son ravage : celui d’un antisémitisme insidieux, créé par le rapport des scènes, du « raccord ». Les clichés peuvent être inoffensifs, pas celui-ci : ce passage brutal – qui n’était pas dans le roman – suggère une inversion du statut de la victime. C’est sans s’en rendre compte que Daldry illustre la banalité du mal.

Jean-Luc Douin, dans le Monde,  le 17 juillet 2009

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pour voir plus de tableaux de liseuses, c’est ICI.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s