Mes Deux-Siciles : les oliviers de Rosaria

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Lo stretto di Messina - cliché Wikipedia

Lo Stretto di Messina – Au premier plan la côte sicilienne au sud de Messine et de l’autre côté du stretto, la côte de Calabre avec les montagnes du massif de l’Aspromonte qui plonge dans la mer – cliché Wikipedia

    Dés que l’on franchit, en venant de Messine, l’ancienne Zancle des grecs, l’étroit bras de mer du Stretto di Messina ou Strittu di Missina, comme l’appelle les  Siciliens, on se heurte aux premières pentes du massif montagneux d’Aspromonte qui culmine à presque 2 000 m et marque l’extrêmité sud de la chaîne apennine.

°°°

–––– Le massif de l’Aspromonte en Calabre –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

     L’Aspromonte est un massif très accidenté et boisé aménagé aujourd’hui en Parc National et qui tente de s’ouvrir au tourisme.

Parc d'Aspromonte

Vues du Parc d’Aspromonte

Parc d'Aspromonte

°°°

–––– le village de Sant’Eufemia d’Aspromonte –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

    A  l’ouest, entre la Mer Tyrrhénienne et la partie la plus montagneuse du massif, dans une zone de collines en partie boisées, se situe Sant’ Eufemia d’Aspromonte , village d’origine de ma grand-mère Rosaria Federico dans lequel elle est née en 1884.

Sant Eufemia d'AspromonteSant Eufemia d’Aspromonte aujourd’hui

percorso_reggio_calabria-riace

     Quelque part sur le territoire de cette commune, au fond d’un vallon, il existe un endroit béni des dieux : une oliveraie très ancienne où s’alignent des oliviers centenaires aux formes tourmentées dont ma grand-mère Rosaria avait héritée après la mort de ses parents dans le terrible tremblement de terre qui avait frappé la Calabre en 1908. C’est de cette oliveraie que provenait l’huile qu’elle vendait dans la Sicile voisine, à Messine, pour nourrir ses enfants après que mon grand-père Giuseppe eut émigré en France. Ma mère Ina, m’avait souvent évoqué avec nostalgie les moments heureux qu’elle avait vécu lorsqu’elle séjournait, jeune enfant, dans cette oliveraie…

Rosaria

Rosaria

     Lors de mon premier séjour en ces lieux, encore adolescent, j’ai eu la chance de pouvoir parcourir seul cette oliveraie et méditer entre ses arbres centenaires. Comment exprimer les sensations et les sentiments qui étaient alors les miens à cette occasion :  au-dessus de ma tête les frondaisons argentées chargées d’olives étendaient leur manteau d’ombre protecteur que perçaient çà et là des éclairs de lumière aveuglants lancés par un soleil incandescent. Tout autour de moi se succédaient en alignements croisés des troncs noircis aux formes tourmentées et aux ramifications multiples qui faisaient penser à des créatures jaillies de terre en proie à de terribles et douloureuse convulsions qui se seraient figées et lignifiées au contact de l’air. Le contraste était grand entre l’expression de douleur figée exprimée par les troncs torturés et le calme et la sérénité qui résultaient de l’étrange silence de cet espace clos, silence interrompu seulement par le bruissement lointain des cigales et par quelques chants d’oiseaux. L‘idée m’est apparue soudainement que cette oliveraie existait peut-être déjà il y a 2.500 ans, au temps de la présence grecque en Calabre, et que depuis, près de cinquante générations d’hommes et de femmes s’étaient succédées en ce lieu… C’est à ce moment précis que je me senti saisi d’une sorte de vertige, éprouvant intensément le sentiment de la présence prégnante du temps qui passe dont je ressentais, de manière presque palpable, le flux mouvant qui baignait et traversait ces arbres. Je me sentais soudainement être un intrus dans cet environnement « hors du monde » qui exhalait partout la présence du sacré. L’oliveraie était devenue sanctuaire, nemeton.

°°°

0-oliviers-mas-oliveraie

Capture d’écran 2013-09-11 à 13.39.27

81876960

Bar_Olive_trees_3Montenegro

Getty Grèce

°°°

––– la cueillette des olives –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Amphora_olive-gathering_BM_B226

amphore grecque montrant la collecte des olives

La récolte des olives, il Giornale illustrato 1864La récolte des olives en Calabre, il Giornale illustrato 1864

    Les photos qui suivent relatives à la récolte des olives ont été prises par le photographe Ando Gilardi  à Gioia Tauro (Reggio Calabria), vers 1955.
Elles sont issues du Crédit Fototeca Storica Nazionale Ando Gilardi et de la fondation Getty.

Gioia Tauro calabria par Ando Gilardi

Ando Gilardi, Récolte des olives à Gioia Tauro (Reggio Calabria), vers 1955

89964520

Capture d’écran 2011-01-28 à 09.34.07

Capture d’écran 2011-01-28 à 09.23.42

Ando Gilardi, Récolte des olives à Gioia Tauro (Reggio Calabria), vers 1955

Capture d’écran 2011-01-28 à 09.35.51

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

2 réflexions au sujet de « Mes Deux-Siciles : les oliviers de Rosaria »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s