Mes Deux-Siciles : le portrait de Rosaria Schifani par la photographe antimafia Letizia Battaglia (I)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Rosaria Schifani - photo de Letizia Battaglia, Palerme 1993

Rosaria Schifani, Palerme 1993

Cette photo magistrale réalisée en 1993 par la photographe Letizia Battaglia est celle de Rosaria Schifani, la jeune veuve de l’agent Vito Schifani, assassiné le 23 mai 1982 par la Mafia sicilienne en même temps que le juge Giovanni Falcone, membre du « pool » antimafia de Palerme, son épouse et deux autres gardes du corps.

attentat de Capaci en 1983

°°°

Giovanni Falcone

Giovanni Falcone

   Le 23 mai 1992, trois voitures roulent à vive allure sur l’autoroute qui relie l’aéroprt de Punta Raisi à Palerme. Dans la première voiture qui ouvre la marche, trois agents de la sécurité publique, gardes du corps du juge Giovanni Falcone, membre du « Pool » antimafia de Palerme. Le conducteur est un jeune agent de 27 ans, Vito Schiffani, marié, père d’un petit garçon de quelques mois.
    Dans la seconde voiture se trouve le juge Giovanni Falcone et son épouse, Francesca Morvillo, elle même magistrate. A la hauteur du bourg de Capaci, une explosion terrible retentit : cinq quintaux d’explosifs  dissimulés sous la chaussée ont explosés projetant dans les airs à plusieurs dizaines de mètres de distance les deux véhicules de tête. Il n’y aura aucun survivant.

Francesca Morvillo, Vito Schifani, Rocco De Cillo, Antonio Montinaro

autres victimes de l’attentat : Francesca Morvillo, Vito Schifani, Rocco De Cillo, Antonio Montinaro

   Cet attentat succède à une série d’attentas qui ont coûté la vie à plusieurs juges antimafia : les juges Cerare Terranova en 1979 et Rocco Chinnici en 1983, il précède de peu celui qui sera mené à l’encontre de son ami le  juge Paolo Borsellino.
   Les exécutants de l’assassinat seront  arrêtés mais des doutes subsistent sur l’identité réelle des commanditaires et sur l’implication de certains milieux du monde politique et étatique italien de l’époque par l’intermédiaire des services secrets. Giovanni Falcone gênait, il gênait par son efficacité sur le terrain (Maxi-procès de Palerme de 1987) et il gênait une partie de la classe politique italienne qui recherchait un compromis avec la Mafia. A l’époque, le pouvoir politique était en pleine mutation, la Démocratie Chrétienne qui avait gouverné le pays depuis la fin de la guerre s’effondrait au profit d’une nouvelle formation politique, la Forza Italia d’un certain Berlusconi soupçonné par la suite de liens avec la Mafia.

°°°

Le discours de Rosaria Schifani aux obsèques du juge Falcone

Capture d’écran 2013-12-12 à 23.03.26     Il faut visionner absolument la vidéo du discours prononcé par Rosaria Schifani dans l’église  dans la basilique de San Domenico de Palerme lors des obsèques du Juge Falcone ; elle illustre à merveille le blocage culturel et idéologique de la société sicilienne et le rôle ambigu que les instances de l’Etat et de l’Eglise font jouer à la jeune femme qui apparaît alors, comme c’est souvent le cas des femmes en Sicile, tout à la fois victime et résignée parce que gardienne de la tradition.
    D’un côté, la douleur déchirante d’une épouse et d’une mère frappée dans sa chair et anéantie, de l’autre la mise en scène et l’instrumentalisation de cette douleur par le discours convenu qu’on lui fait prononcer face au gratin ecclésiastique, politique et civil italien responsable pour une part, par lâcheté ou compromission, de la tragédie. L’attitude du prêtre présent à ses côtés qui, en bon petit soldat de l’Eglise, contrôle Rosaria en lui dictant parfois son discours, et apparemment indifférent à sa douleur, est insupportable. Il s’agissait, pour l’occasion, que Rosaria soit à sa place et joue son rôle de brave femme sicilienne : celui de la veuve ou de la mère éplorée mais prête, selon les préceptes de l’Eglise, à pardonner pour permettre la grande réconciliation du corps social; mais peut-on réconcilier les loups et les brebis ?

   Un des moments forts de son discours fut quand elle s’adressa aux assassins :     « je veux bien vous pardonner, mais à genoux ! « 

    Ce discours n’était pas le sien, Rosaria a déclaré ensuite qu’il avait été préparé par le prêtre présent auprès d’elle lors de son allocution, membre de la famille de son mari et qui les avait marié quelques années plus tôt : 

« Ce jour-là, l’autel, je l’aurais giflé. Ce pauvre Don Cesare voulait me faire dire ce qu’il voulait, et la lettre avait été préparée  plus par lui que par moi. Je suis d’accord, je suis d’accord avec le pardon, mais nous avons aussi besoin de justice, sinon cela n’a aucun sens. L’agenouillement, est-ce la réponse à la justice ? « 

   A peine deux mois plus tard, lors cette fois des obsèques des gardes du corps du juge Borsellino, eux aussi victimes d’un attentat, elle exprimera sa véritable opinion en interrompant dans un cri l’homélie à son gré trop douce du cardinal Pappalardo :

« Vous devez leur dire d’aller en enfer, qu’ils n’auront pas la vie éternelle. Plutôt qu’un sermon doux, vous devez dire : Messieurs, vous êtes mort, vous continuez à tuer, pour vous il n’y aura pas de la miséricorde de Dieu ».

°°°

°°°

Pour le décryptage de la photo et ses correspondances avec l’art africain, les photographies de Man Ray et certains tableaux de Picasso, c’est ICI.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

2 réflexions au sujet de « Mes Deux-Siciles : le portrait de Rosaria Schifani par la photographe antimafia Letizia Battaglia (I) »

  1. Ping : « Si tu ne viens à pas à Palerme… » | tatoumemo (Helen Doyle)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s