Anders Zorn, peintre suédois (1860-1920) : les jeux de la lumière sur l’eau et la peau … – (II) l’art du portrait

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Anders Zorn (1860-1920) - Aotoportrait, 1915

Anders Zorn (1860-1920) – Autoportrait, 1915

« Zorn a le privilège d’être un peintre intemporel. Aquarelliste de brio, son dessin et sa peinture sont toujours impeccables, sans pareil. Il a cette qualité, inconnue à notre époque, de faire « incisif » et non plat. C’est un illustre peintre européen. »  – Auguste Rodin

°°°

    Anders Zorn est l’un des artistes suédois les plus connus internationalement. Sa renommée à l’étranger est fondée d’abord sur sa technique du portrait pour laquelle il faisait preuve d’une grande virtuosité et qui lui permettait de saisir de manière incisive et fidèle les traits physiques, le caractère et la personnalité de la personne représentée, ensuite ses nombreuses études du nu féminin dans lesquelles la nudité des femmes du peuple est représentée de manière naturelle et lumineuse. Il est d’autre part auteur d’une œuvre graphique important dans le domaine de la gravure.
   « Trop jeune pour être un impressionniste, trop vieux pour être un moderniste, » a dit de lui le conservateur du « Isabella Stewart Gardner museum » de Boston, Olivier Tostmann. Effectivement, Zorn, à l’instar de plusieurs autres peintres de la même génération que lui ayant exercé à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle comme l’américain John Singer Sargent (1856-1925), l’espagnol Joaquin Sorolla (1863-1923) et l’italien Giovanni Boldini (1842-1931), s’est trouvé à la charnière des grands bouleversements artistiques qui ont marqués cette époque.

°°°

–––– l’art du portrait d’Anders Zorn avant 1893 –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Anders Zorn - les jeunes annéesAnders Zorn – les jeunes années

Anders Zorn - Spanish woman, 1879Anders Zorn – Spanish woman, 1879

Anders Zorn - In Mourning, 1880Anders Zorn – In Mourning, 1880

Anders Zorn - I gladje, 1880

Anders Zorn – I gladje, 1880

Anders Zorn - portrait de jeune fille, 1881

Anders Zorn – portrait de jeune fille, 1881

Anders Zorn - Self Portrait, date inconnue

Anders Zorn – Self Portrait, date inconnue

Anders Zorn - autoportrait, 1882

Anders Zorn – autoportrait, 1882

Anders Zorn - the widow, vers 1882-83

Anders Zorn – the widow, vers 1882-83

Anders Zorn - Little Girl in Traditional Dress, 1883

Anders Zorn – Little Girl in Traditional Dress, 1883

Anders Zorn - Cristina Morphy , 1884

Anders Zorn – Cristina Morphy , 1884

Anders Zorn, Castles in the Air, 1885.

Anders Zorn, Castles in the Air, 1885.

Anders Zorn - Lisen Lamm, 1885

Anders Zorn – Lisen Lamm, 1885

Anders Zorn - Breakfast in the green, 1886

Anders Zorn – Breakfast in the green, 1886

Zorn - 1887portrait_of_edith_palgrave_edward_in_her_london_residence-large

Anders Zorn – portrait d’Edith Palgrave Edward dans sa résidence londonienne, 1887

Anders Zorn - Les demoiselles Salomon, 1888

Anders Zorn – Les demoiselles Salomon, 1888

Anders Zorn - Madame Clara Rikoff, 1889

Anders Zorn – Madame Clara Rikoff, 1889

Anders Zorn - Antonin Proust, 1888

Anders Zorn – Antonin Proust, 1888

Anders Zorn - Margit, 1891

Anders Zorn – Margit, 1891

Anders Zorn - Mrs Walter Bacon, 1891John Singer Sargent

….John Singer Sargent – portrait (ci-dessus)

Anders Zorn – Mrs Walter Bacon, 1891 (à gauche)

..

Anders Zorn - Réveil, boulevard Clichy, 1892Degas - Danseuses attachant leurs sandales (détail), 1883

Edgar Degas – Danseuses liant leurs sandales (détail), 1883 (ci-dessus)

Anders Zorn – Réveil,  boulevard Clichy, 1892 (à gauche)

..

.

..

.

.

.

Anders Zorn - Emma au studion à Paris, 1894

Anders Zorn – Emma à l’atelier de Paris, 1894

Anders Zorn - Spetssom, 1894

Anders Zorn – Spetssom, 1894

Anders Zorn - Omnibus (study) – oil sketch, 1892

Anders Zorn – Omnibus (study) – oil sketch, 1892

Anders Zorn - Omnibus, 1892 ou 1895

Edgar Degas - l'absinthe, 1873

Edgar Degas – l’absinthe, 1873 (ci-dessus)

Anders Zorn – Omnibus, 1892 ou 1895 (à gauche)

.

.

°°°

–––– 1893-1911 : Les années américaines ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Exposition Universelle de Chicago de 1893Exposition Universelle de Chicago de 1893

    En 1893, Chicago organise Exposition Universelle Colombienne connue aussi sous le nom d’Exposition universelle et Anders Zorn est choisi par la Suède comme directeur de l’exposition d’art suédois. Il a ainsi pu profiter de cette occasion pour visiter les États-Unis où il restera durant presque une année. Ce voyage sera le premier d’une longue série (sept au total) puisque, dans les années qui suivront, Zorn retournera dans ce pays en 1896-1897, 1898-1899, 1900-1901, 1903-1904, 1907, et 1911. Zorn apprécie le style de vie américain et se sentira dans ce pays-continent « comme à la maison »L’artiste autodidacte souscrivait pleinement aux valeurs américaines et écrira dans ses mémoires: 

« Je m’entends bien en Amérique et en compagnie des Américains. Leur façon simple franche convient bien à mon caractère. Je n’ai jamais vraiment été à l’aise avec le style solennel des Européens urbains et leurs coutumes artificielles. Quand je suis sorti de Dalarna, j’ai vite appris que tout ce que je savais et pour lequel j’accordais de la valeur était considéré comme rien, et que l’on ne devait jamais dire la vérité sur les choses dans la bonne société… Les seules règles de conduite qui m’avait été inculquées par mon grand-père durant mon enfance étaient très simples : fidélité, être fidèle à sa parole, honnêteté et ponctualité. Ces vertus qui étaient les miennes étaient considérées comme inutiles dans les villes européennes… Pourquoi me sentais-je plus proche lors de ma première visite en Amérique – à l’inverse d’autres étrangers – de l’élite de l’Amérique et introduit dans tous les clubs ? Partout où je vais, j’attribue cela à mon grand-père, le magnifique vieux paysan de Mora qui m’a élevé jusqu’à ce que j’avais douze ans… Là-bas [en Amérique], quand ils disent  « C’est un homme droit ! » toutes les portes s’ouvrent pour l’étranger, ce que les Européens ne peuvent pas comprendre. Transparence, honnêteté, droiture, ponctualité, ces choses là sont inclus dans l’expression  « C’est un homme droit ! »

    Ces voyages ont également eu d’une grande importance pour son activité artistique; si le voyage 1907 avait un but principalement touristique, les autres ont été consacrés à la réalisation d’un grand nombre de peintures (plus d’une centaine), essentiellement des portraits en réponse à des commandes de l’intelligentsia américaine fortunée des quatre coins des Etats-Unis qui groupait des commanditaires tels que : Isabella Stewart Gardner à Boston, Charles Deering à Chicago, John Hay à Washington D.C., Edward Rathbone Bacon à New York… et même des locataires de la Maison Blanche tel que les Présidents Grover Cleveland (1899, National Portrait Gallery, Washington DC) et sa femme, William Taft (1911, la Maison Blanche). Il a également exécuté une gravure de Théodore Roosevelt en 1905.  Lors de son séjour de 1901, Zorn empochait 15.000 dollars par semaine grâce à ses portraits d’hommes politiques, de magnats de l’industrie et de leurs femmes qui voulaient faire étalage de leur statut mais malgré ces sollicitations il n’a pas connu en Amérique la même notoriété qu’en Europe bien que son succès rivalisait alors avec celui de son concurrent le plus proche, le peintre américain John Singer Sargent. À chaque fois, il cible sa production sans pour autant s’adapter aux goûts plutôt consensuels de ses commanditaires. Zorn va poursuivre sans contrainte son rêve américain tout au long des années 1910. Il diffusera son art à l’occasion de grandes manifestations collectives, comme l’Exposition Scandinave en 1912-1913 (à New York, Buffalo, Toledo, Chicago et Boston) et la Panama Pacific Exposition en 1916 (à Boston). Ainsi, en 1921, son talent est-il pleinement reconnu et célébré par le Museum of Fine Arts de Boston, qui lui consacre cette année-là une première exposition posthume

Anders Zorn - Reading (Mr. and Mrs. Charles Deering), 1893Anders Zorn – Reading (Mr. and Mrs. Charles Deering), 1893

Anders Zorn, An Irish Girl, 1894

Anders Zorn, An Irish Girl, 1894

Anders Zorn - Natteffekt II, 1895

Anders Zorn – Natteffekt II, 1895

Anders Zorn - Mrs Potter Palmer, 1893John Singer Sargent - Mme Ralph Curtis, 1898John Singer Sargent – Mme Ralph Curtis, 1898 (ci-dessus)
Anders Zorn – Mrs Potter Palmer, 1893 (à gauche).

.

°°°

Edgar Degas - Ballet - l'étoile, vers 1878Anders Zorn -  Portrait d’Isabella Stewart Gardner à Venise, 1894

Edgar Degas – Ballet – l’étoile, vers 1878 (ci-dessus)
Anders Zorn – Isabella Stewart Gardner à Venise, 1894 (à gauche)

.

.     Isabella Stewart Gardner était l’une des clientes les plus enthousiastes de Zorn. Dans ce tableau, revêtue d’une robe blanche crémeuse et lumineuse, les bras écartés entre les montants d’une porte, dans une salle haute au plafond lambrissé sombre qui menait au balcon de son palais vénitien. Eclairée par un puits de lumière, des fleurs rouges éparpillés à ses pieds, elle a l’allure d’une déesse ou une diva d’opéra qui saluerait à un lever de rideau. Elle semble s’adresser à ceux qui la contemple hors la toile et proclamer : « j’aime la vie, j’aime l’art, j’aime la beauté ! »
    Selon une anecdote citée dans l’essai sur Anders Zorn, écrit par Carrell Shaw, voici comment se passa la rencontre entre la mécène et le peintre :  » Mme Gardner, captivée par la peinture de Zorn montrant une jeune femme dans un omnibus à Paris, se tourna vers un homme qui se trouvait à proximité et lui demanda si il était là pour la vente et si il connaissait l’artiste. L’homme se présenta comme étant Anders Zorn et Mme Gardner lui répondit alors : Vous-même ! Eh bien, je suis sûr que nous serons très bientôt soit ennemis…, soit amis. Vous êtes invité aujourd’hui pour le thé ». Cette rencontre fortuite marqua le début d’une amitié longue et féconde.

Anders Zorn -autoportrait avec modèle, 1896Anders Zorn – autoportrait avec modèle, 1896

    Ce tableau est significatif de l’œuvre de Zorn avec sa palette sobre composée d’ocre, de noir, de rouge et de blanc avec des empâtements généreux et des coups de pinceau virtuoses qui étaient sa signature. Il est assis au premier plan vêtu d’une blouse blanche tenant ses outils dans la main, dégageant une présence formidable, entouré – presque enveloppé – par des nuances de bruns profonds caverneux qui évoquent des références à Velazquez et Rembrandt, les artistes qu’il admirait le plus.

Anders Zorn - Mrs Bacon, 1897

.

.

.

.

..

..

Anders Zorn painted this portrait in 1897 during his second visit to America. Mrs. Bacon, the wife of the president of B & O Southwestern Railroad, is depicted with broad, fluid brushwork—a nod to Impressionism— that suggests a spontaneous moment. According to the sitter’s husband, both Sargent and Whistler admired this portrait when it was exhibited at the Paris Salon of 1897.

Anders Zorn – Mrs Walter Rathbone Bacon, 1897.

Anders Zorn - portraits de Mrs Eben Richards, 1899John Singer Sargent -  watercolor, 1900  Abbey of Montserrat, 1900

 

 

Anders Zorn – portraits de Mrs Eben Richards, 1899 (à gauche).
John Singer Sargent –  watercolor, Abbey of Montserrat, 1900

.

.

°°°

Anders Zorn - the toast, 1893

Anders Zorn – the toast, 1893

Anders Zorn - August Saint Gaudens II ; Vallkulla; Frightened, 1897

Anders Zorn – August Saint Gaudens II ; Vallkulla; Frightened, 1897

Anders Zorn - King Oscar II (Oscar Friedrik, King of Sweden (1872-1907), 1898

Anders Zorn – King Oscar II (Oscar Friedrik, King of Sweden (1872-1907), 1898

Anders Zorn - George Peabody Gardner, 1899

Anders Zorn – George Peabody Gardner, 1899

Anders Zorn - Artha Dana (later Mrs. William Mercer), 1899

Anders Zorn – Artha Dana (later Mrs. William Mercer), 1899

 Anders Leonard Zorn - Grover Cleveland, 1899 (Google Art Project)Zorn-Mrs Frances Cleveland, 1899

Anders Leonard Zorn – Mrs Frances Cleveland et M. Grover Cleveland, 22e et 24e président des Etats-Unis, 1899 (Google Art Project)

Anders Zorn - Portrait of Mrs. Howe,1900John Singer Sargent -  Mrs Hugh Hammersley, 1892-93

John Singer Sargent –  Mrs Hugh Hammersley, 1892-93 (ci-dessus) Anders Zorn – Portrait of Mrs.
  Howe,1900 (à gauche)

°°°

Anders Zorn - Prins Carl, 1898

Anders Zorn – Prins Carl, 1898

Anders Zorn - Coquelin Cadet, 1899

Anders Zorn – Coquelin Cadet, 1899

Anders Zorn - Kuver Maja, 1902

Anders Zorn – Kuver Maja, 1902

Anders Zorn - Emma Zorn and Mouche the dog, 1902

Anders Zorn – Emma Zorn and Mouche the dog, 1902

Anders Zorn - Young Girl, 1903

Anders Zorn – Young Girl, 1903

Anders Zorn - Hins Anders, 1904

Anders Zorn – Hins Anders, 1904

Anders Zorn - autoportrait, gravure de 1904

Anders Zorn – autoportrait, gravure de 1904

Anders Zorn - Bruno Liljefors, 1906

Anders Zorn – Bruno Liljefors, 1906

Anders Zorn - Queen Sophia, 1909

Anders Zorn – Queen Sophia, 1909

°°°

–––– 1910-1920, les années de maturité ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Anders Zorn - Old Soldier, 1911

Anders Zorn – Old Soldier, 1911

Anders Zorn - Gulli I, 1914

Anders Zorn – Gulli I, 1914

Anders Zorn -  Frida, 1914

Anders Zorn –  Frida, 1914

Anders Zorn - selfportrait in a wolfskin, 1915

Anders Zorn – selfportrait in a wolfskin, 1915

Anders Zorn (1860-1920) - Autoportrait, 1915

Anders Zorn (1860-1920) – Autoportrait, 1915

    Dans « l’autoportrait en rouge » créé cinq ans avant sa mort, l’artiste pose dans une grange rustique. Vêtu d’un ample costume trois pièces taillé pour contenir son impressionnant embonpoint, il est l’image même des gros chats qui l’ont rendu riche. Ce portrait et son décor se veulent synthétique de sa vie qui a débuté dans la pauvreté, lorsqu’il  avait du abandonner son école d’art où il apprenait la sculpture sur bois et qui s’est terminée dans la réussite financière et la reconnaissance sociale.  Vivant dans le luxe et ne se refusant rien, Zorn a vécu intensément, voyageant sans cesse, fumant beaucoup, croquant la vie avec gourmandise et excès, c’est sans doute ce qui l’a tué prématurément à soixante ans.

Anders Zorn - Ols Maria, 1918

Anders Zorn – Ols Maria, 1918

Anders Zorn - akitchen maid, 1919

Anders Zorn – a kitchen maid, 1919

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s