Tomas Tranströmer – Finalement… C’est une poule ou un chapeau ?

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Tomas TranströmerTomas Tranströmer (1931)

°°°

Tête Haute

     Je réussis, dans un moment de concentration, à capturer la poule et la tenais entre mes mains. Chose curieuse, elle ne semblait pas vraiment vivante : raide, sèche, un vieux chapeau de dame, orné de plumes blanches, qui criait des vérités de l’an 1912. L’orage était dans l’air. Un parfum montait des planches, comme lorsqu’on ouvre un album de famille, si vieux qu’on n’arrive plus à en identifier les portraits.
   Je portais la poule jusqu’à l’enclos et la relâchai. Soudain, elle se remit à vivre, retrouva son chemin et se mit à courir selon les règles. Le poulailler abonde de tabous. Mais le terrain qui l’entoure regorge d’amour et de constance. A moitié envahies de verdure, les pierres d’un mur bas. Quand la nuit vient, ces pierres se mettent à luire, faiblement, de la chaleur centenaire des mains qui les dressèrent.
    L’hiver a été difficile, mais c’est l’été maintenant, et la terre nous demande de marcher tête haute. Libres mais attentifs, comme lorsqu’on se redresse dans une pirogue. Un souvenir d’Afrique me revient en mémoire : sur une plage du Chari, une armée de bateaux, une atmosphère très cordiale, ces gens d’un noir presque bleuté qui avaient trois cicatrices parallèles sur chaque joue (la tribu des Sara). Je suis le bienvenu à bord – un canot de bois sombre. Il est étrangement instable, même quand je reste assis sur les talons. Un numéro d’équilibriste. Si le cœur est situé à gauche, il faut pencher un peu la tête à droite, rien dans les poches, pas de grands gestes, toute rhétorique devant rester à terre. C’est cela : la rhétorique n’a rien à faire ici. Le canot s’éloigne en glissant sur le fleuve.                   Tomas Tranströmer – Baltiques.

°°°

    Bon… alors… Etait-ce une poule ou bien un vieux chapeau de dame ? Le fait qu’elle s’est mise à courir dans le poulailler plaide pour la première hypothèse. A t’on jamais vu un chapeau courir ! Sous l’action du vent, peut-être… N’oublions pas que l’orage était dans l’air… Une brusque rafale de vent et hop ! voila le chapeau qui s’envole et traverse d’une trombe le poulailler… – Moi, je penche pour le vieux chapeau, la chose qu’il a ramassé était raide, sèche et évoquait la Belle Epoque, de plus elle libérait une odeur de papier moisi… – Ah oui ! si c’était un chapeau pourquoi lui a t-il fallu le capturer au prix d’une grande concentration ? C’est bien la preuve que ce qu’il a capturé était bien en mouvement… – Eh bien, peut-être était-ce le vent qui le poussait. Ne t’es tu jamais retrouvé dans une situation où tu poursuivais une feuille de papier poursuivie par le vent ? – Mais le fait que la chose était raide et sèche ? – On voit bien que tu n’as jamais attrapé une poule de ta vie… Avant d’être capturée, elle bouge, mais dés qu’elle est solidement tenue par tes mains elle reste immobile, comme tétanisée… Ensuite tu remarqueras qu’il précise que la chose s’est mise à courir selon les règles… Tu auras sans doute remarqué que les poules courent droit devant elles sans réfléchir alors que les objets soufflés par le vent, virevoltent, eux, au hasard des bourrasques; c’est pour cette raison qu’il est si difficile de rattraper une feuille de papier…
   – Et puis pourquoi écrit-il que « le poulailler regorge de tabous ? » et qu’en contre partie, « le terrain qui l’entoure regorge d’amour et de constance » ? – Je n’sais pas moi… un tabou, c’est une interdiction à caractère sacré qu’il ne faut surtout pas transgresser sous peine d’être puni par les esprits ou les dieux ou bien un sujet qu’il est préférable de ne pas évoquer si l’on veut respecter les règles… – Bah, en quoi, un poulailler est-il marqué par des tabous ? – Parce que c’est un endroit clos, patate !, c’est une prison d’où il est interdit pour les poules de sortir et au renard d’entrer, et toi de piquer les œufs pour les gober… ENTREE INTERDITE ! RENARD PAS MANGER POULES ! TOI PAS GOBER ŒUF – Par contre tout autour, chacun est libre de faire ce qu’il veut… – Ouais, je suis pas convaincu… Il est quand même un peu torturé ton poète ! Pouvait pas dire les choses plus clairement et plus simplement ? – Il l’a fait exprès, andouille ! pour exaspérer des individus comme toi, désespérément rationalistes et dénués de toute imagination. A t’écouter, tu sais ce que j’ai envie de faire ? De t’enfermer dans le poulailler…

Enki signature °°

le 24 novembre 2014

°°°

giant-bird-mysterious-island_0°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s