La guerre de Bush

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Alpes

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Beaufortain le 28 juin 2015, Les gorges du Doron vues de la route d'accès à Roselend - photo Enki - IMG_9033

Beaufortain le 28 juin 2015, Les gorges du Doron vues de la route d’accès à Roselend : le Doron, après s’être frayé un passage entre les deux amandes granitiques s’épanche dans la vallée de Beaufort – photo Enki

Savoie le 30 juin 2015 : sur la route du col de la Croix de Fer : Saint-Sorlin et les aiguilles d'Arves - photos Enki - IMG_9128

Savoie le 30 juin 2015 : sur la route du col de la Croix de Fer : Saint-Sorlin et les aiguilles d’Arves – photos Enki

Savoie, le 30 juin 2015, sous le col de la Croix de Fer - photo Enki - IMG_9103

Savoie, le 30 juin 2015, lac sous le col de la Croix de Fer – photo Enki

°°°

Les yeux bleus de la montagne

On trouve dans les monts des lacs de quelques toises,
Purs comme des cristaux, bleus comme des turquoises,
Joyaux tombés du doigt de l’ange Ithuriel,
Où le chamois craintif, lorsqu’il vient pour y boire,
S’imagine, trompé par l’optique illusoire,
Laper l’azur du ciel.

Ces limpides bassins, quand le jour s’y reflète,
Ont comme la prunelle une humide paillette ;
Et ce sont les yeux bleus, au regard calme et doux,
Par lesquels la montagne en extase contemple,
Forgeant quelque soleil dans le fond de son temple,
Dieu, l’ouvrier jaloux !

Théophile Gautier (1811-1872)

Savoie, le 30 juin 2015, sous le col de la Croix de Fer - photo Enki - IMG_9143

Savoie le 20 juin 2015 : Cyclistes au col du Glandon - photo Enki - IMG_9183

Savoie le 20 juin 2015 : Cyclistes au col du Glandon – photo Enki 

Un vétéran, fier de son exploit - photo Enki - IMG_9189

Un vétéran, fier de son exploit pose pour l’éternité – photo Enki

Et au col de la Croix de Fer, une cycliste, exténuée - photo Enki - IMG_9174

Et au col de la Croix de Fer, une cycliste épuisée d’avoir vaincue la verticalité s’adonne aux joies de l’horizontalité – photo Enki

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Poésie chinoise : A un ami…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

la cérémonie du thé en Chine

la cérémonie du thé en Chine

°°°

Pour vous remercier de m’avoir fait connaître cette poésie Tsu-Kia-Liang,
Je vous envoie ces quelques feuilles de thé
Elles proviennent du monastère de la montagne Ou-ï
C’est le plus illustre thé de l’Empire,
comme vous en êtes le plus illustre lettré

Prenez délicatement un vase bleu de Ni-hing.
Remplissez-le d’eau de neige recueillie au lever du soleil
sur le versant oriental de la montagne Sou-chan,
Placez ce vase sur un feu de brindilles d’érable
ramassées sur de la mousse très ancienne,
et laissez-l’y jusqu’à ce que l’eau commence à rire.
Alors, versez-la dans une tasse de Huen-tcha
où vous aurez mis quelques feuilles de ce thé,
Recouvrez la tasse d’un morceau de soie blanche tissée à Houa-chan,
Et attendez que se répande dans votre chambre
un parfum comparable à celui d’un jardin de Foun-lo.

Portez la tasse à vos lèvres, puis fermez les yeux.
Vous serez dans le Paradis

Quang-Tsi (723-757)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Poésie chinoise : Notre bateau glisse sous les montagnes bleues

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Attente du bac près d'un fleuve en automne, 1351, par le peintre chinois Sheng Mao

Sheng Mao – Attente du bac près d’un fleuve en automne, 1351

°°°

Notre bateau glisse

Notre bateau glisse sur le fleuve calme.
Au-delà du verger qui borde la rive,
Je regarde les montagnes bleues et les nuages blancs.

Mon amie sommeille, la main dans l’eau.
Un papillon s’est glissé sur son épaule,
A battu des ailes et puis s’est envolé

Longuement je l’ai suivi des yeux.
Il se dirigeait vers les montagnes de Tchang-nân

Était-ce un papillon, ou le rêve que venait de faire mon amie ?

Chang Wou Kien (1879-1931)

°°°

En bateau sur le fleuve à l'automne 1361 par Sheng Mao (1310-1361)

Sheng Mao – En bateau sur le fleuve à l’automne, 1361

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Les montagnes sont-elles vraiment bleues ?

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’explication du scientifique

     La couleur bleue du ciel est la combinaison de la diffusion des rayonnements de courtes longueurs d’ondes comprenant les couleurs violet, indigo, bleu et vert dont les nuances donnent au ciel ses bleus si subtils.
       Mais tout le monde a déjà remarqué qu’en altitude le bleu du ciel prend une tonalité très sombre alors qu’il peut être très délavé en bordure de mer ou devenir blanc brillant lorsque le ciel est couvert. A basse altitude la densité de l’air est plus importante qu’en altitude et l’atmosphère contient aussi beaucoup plus de poussières et de vapeur d’eau arrachées au sol ou emportées par les vents. Il est donc normal que la lumière bleue soit plus diffusée en bordure de mer car elle rencontre beaucoup plus d’obstacles qu’en altitude où la raréfaction de l’air influence moins la lumière bleue.
      Pour les montagnes, on observe que certaines d’entre elles prennent une couleur bleutée tôt le matin. C’est le cas des Smokey Mountains dans le Tenessee, des Blue Ridge en Virginie et des Blue Mountains en Australie. Ce phénomène est du à la présence dans ces montagnes de grandes forêts qui libèrent dans l’atmosphère de minuscules particules d’hydrocarbonés de 0,2 microns de diamètre qui vont se mélanger avec l’ozone stratosphérique. Ce sont ces particules qui diffusent la lumière bleue. Plus la distance entre les montagnes et l’observateur est grande et plus la diffusion sera importante et les montagnes paraîtront bleues. Dans certaines régions, la nature de la roche peut renforcer la tonalité bleue des montagnes. (montagnes de Virginie et collines de la vallée de la Meuse en Belgique par exemple).  – Crédit Projet Luxorion.

Hodler - le matin se lève sur les pics,1915

Hodler – le matin se lève sur les pics,1915

Hodler - La pointe d'Andey, vue de Bonneville (Haute-Savoie) (1909).

Hodler – La pointe d’Andey, vue de Bonneville (Haute-Savoie) (1909)

HODLER-  L'Eiger, le Mönch et la Jungfrau au-dessus de la mer de brouillard (détail), 1908,

Hodler –  L’Eiger, le Mönch et la Jungfrau au-dessus de la mer de brouillard (détail), 1908

Holder - L'Eiger, le Mönch et la Jungfrau au clair de lune, 1908

Holder – L’Eiger, le Mönch et la Jungfrau au clair de lune, 1908

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

J. E. H. MacDonaldD - The lake O'Hara

J. E. H. MacDonald (1873-1932) – The lake O’Hara

« J’ai atteint le sublime lac O’Hara au moment même où il était comme assoupi sous un arc-en-ciel, dominé par les pentes du Mont Lefroy et les cascades de Oesa et là j’ai alors pu ressentir un peu de la béatitude des mortels »   –   JEH MacDonald, A Glimpse of the West, 1924.

°°°

J. E. H. MacDonald (1873-1932)    Né en Angleterre, J.E.H. MacDonald (James Edward Hervey MacDonald) émigre au Canada en 1887, à l’âge de 14 ans, avec sa mère anglaise et son père canadien. La famille s’installe à Hamilton, en Ontario. Il amorce cette même année sa première formation en tant qu’artiste à l’École d’art de Hamilton. Sous l’influence du peintre Lawren Harris, il choisit en 1911 de devenir peintre professionnel. Le peintre A. Y. Jackson rejoindra les deux amis à Toronto pour former un groupe qui développera une approche postimpressionniste de la peinture influencée par les peintres paysagistes de l’Europe du Nord et par le style de Van Gogh. En 1920, cette démarche aboutira à la création du Groupe des Sept qui s’attachera à reproduire dans un style postmoderniste les paysages canadiens. Leurs tableaux aux couleurs vives, aux formes simples et dynamiques, vont transfigurer les paysages canadiens et les revêtir d’une force spirituelle et transcendante.
    Le lac O’Hara est l’un des joyaux du Parc national Yoho dans la province de la Colombie britannique. Il se situe à une altitude 2.115 m et est dominé par le Mont Lefroy (3.423 M). J.E.H. MacDonald l’a découvert en 1924 alors qu’il était à la recherche de nouveaux décors et qu’il éprouvait un besoin de solitude et d’un changement de son rythme de vie. Il a trouvé tout cela au lac O’Hara qu’il a représenté dans un style tumultueux et vivement coloré dans plusieurs de ses tableaux.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

A distance du réel, Sarah Moon.

Sarah Moon - Yael Raich, 1993

Sarah Moon – Yael Raich, 1993.

°°°

     Sarah Moon, née Marielle Warin le 17 novembre 1939 à Vichy (Allier) dans une famille de confession juive, est un mannequin et photographe français. Sa famille se réfugie durant la guerre en Angleterre où elle étudiera le dessin avant d’exercer la profession de mannequin de 1960 à 1966. C’est à partir de 1970 qu’elle se tourne vers la photographie  avec un style personnel très riche et raffiné et qu’elle deviendra célèbre pour sa campagne de publicité pour Cacharel sous le nom de Marielle Hadengue. Dans son travail pour la mode, son expérience passée de mannequin lui a permis d’entretenir une complicité avec les modèles qu’elle photographiait qui a apporté dans son travail une originalité et une touche personnelle qui le distingue de celui de ses collègues masculin. Elle a déclaré avoir été influencée dans sa pratique par le photographe Guy Bourdin. Après quinze années de travail dans le domaine de la mode, elle décide de se consacrer davantage à une photographie exclusivement artistique plus personnelle et plus introspective marquée par un désir de distanciation par rapport à la réalité et de mise en scène de situations fictionnelles. Les images souvent réalisées au polaroïd noir et blanc peuvent être enrichies au tirage de grattages, détériorations, salissures. la photo présentée ci-dessus qui montre un portrait de femme aux yeux fermés savamment cadré et légèrement flouté en est un exemple.  Paris sera souvent le décor de ses photographies mais sans en être le sujet car est souvent méconnaissable.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––