Pour ceux qui aiment brouter l’herbe….

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Karl Nordström - Champ d'avoine, Grez, 1885

Karl Nordström – Champ d’avoine, Grez, 1885

Karl Nordström - champ d'avoine, Lyrön, 1887

Karl Nordström – champ d’avoine, Lyrön, 1887

°°°

Ils cassent le monde…

 

Ils cassent le monde                          Cette pierre corrodée
En petits morceaux                            Ces crochets de fer
Ils cassent le monde                          Où s’attarde un peu de sang
A coups de marteau                           Je l’aime, je l’aime
Mais ça m’est égal                              La planche usée de mon lit
Ca m’est bien égal                              La paillasse et le châlit
Il en reste assez pour moi                 La poussière de soleil
Il en reste assez                                  J’aime le judas qui s’ouvre
Il suffit que j’aime                              Les hommes qui sont entrés
Une plume bleue                                Qui s’avancent, qui m’emmènent
Un chemin de sable                           Retrouver la vie du monde
Un oiseau peureux                             Et retrouver la couleur
Il suffit que j’aime                              J’aime ces deux longs montants
Un brin d’herbe mince                      Ce couteau triangulaire
Une goutte de rosée                           Ces messieurs vêtus de noir
Un grillon de bois                               C’est ma fête et je suis fier
Ils peuvent casser le monde             Je l’aime, je l’aime
En petits morceaux                            Ce panier rempli de son
Il en reste assez pour moi                 Où je vais poser ma tête
Il en reste assez                                   Oh, je l’aime pour de bon
J’aurais toujours un peu d’air           Il suffit que j’aime
Un petit filet de vie                             Un petit brin d’herbe bleue
Dans l’oeil un peu de lumière           Une goutte de rosée
Et le vent dans les orties                   Un amour d’oiseau peureux
Et même, et même                              Ils cassent le monde
S’ils me mettent en prison                Avec leurs marteaux pesants
Il en reste assez pour moi                 Il en reste assez pour moi
Il en reste assez                                   Il en reste assez, mon cœur
Il suffit que j’aime

Boris Vian, Poésies

Albrech Dürer - La Grande Touffe d'herbes, 1503 (Google Art Project)

Albrech Dürer – La Grande Touffe d’herbes, 1503 (Google Art Project)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

1 thought on “Pour ceux qui aiment brouter l’herbe….

Laisser un commentaire