Die Lorelei, « Verfasser unbekannt »

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Edward Jakob Von Steinle - La Lorelei,  1864

Edward Jakob Von Steinle – La Lorelei,  1864

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Heinrich Heine, Die Loreleï, 1824

Ich weiss nicht, was soll es bedeuten,               Je ne sais ce que cela peut bien vouloir dire,
Dass ich so traurig bin;                                        que je sois si triste.
Ein Märchen aus alten Zeiten,                            Un conte venu du fond des âges,
Das kommt mir nicht aus dem Sinn.                 ne me sort pas de l’esprit.
Die Luft ist kühl und es dunkelt,                        L’air est frais, l’obscurité descend,
Und ruhig fliesst der Rhein:                                et le Rhin coule calmement:
Der Gipfel des Berges funkelt,                            le sommet du Mont étincelle,
Im Abendsonnenschein.                                      Dans les lueurs du couchant.
Die schönste Jungfrau sitzet                               La plus belle des jeunes filles est assise
Dort oben wunderbar,                                         tout là-haut, merveilleuse,
Ihr goldnes Geschmeide blitzet,                         Ses bijoux d’or brillent de mille feux,
Sie kämmt ihr goldenes Haar.                            Elle peigne sa chevelure d’or.
Sie kämmt es mit goldenem Kamme,                Elle la peigne avec un peigne d’or
Und singt ein Lied dabei;                                     tout en fredonnant une chanson.
Das hat eine wundersame                                   De la mélodie de son chant
gewaltige Melodei.                                                émane un étrange pouvoir.
Den Schiffer im kleinen Schiffe                          qui s’empare du batelier dans
Ergreift es mit wildem Weh;                                son frêle esquif  et le fait tant souffrir:
Er schaut nicht die Felsenriffe,                           il ne voit plus les récifs,
Er schaut nur hinauf in die Höh.                        Il ne regarde plus que le sommet.
Ich glaube, die Wellen verschlingen                  Je crois que les vagues engloutissent
Am Ende Schiffer und Kahn;                               finalement le marin et sa barque;
Und das hat mit ihrem Singen                            Et c’est le chant de la Lore-Ley
Die Lore-Ley getan                                                qui en est la cause.

Traduction littérale

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Die Lorelei, poème d‘Heinrich Heine (1824), mélodie de Friedrich Silcher (1837) interprétée par le grand ténor autrichien Richard Tauber à Londres en 1939 qu’il avait rejoint après l’Anschluss en raison de ses origines juives.

Je suis triste à mourir
Une histoire des anciens âges
hante mon souvenir.
Déjà l’air fraîchit, le soir tombe,
Sur le Rhin, flot grondant;
Seul un haut rocher qui surplombe
Brille aux feux du couchant.
La-haut, des nymphes la plus belle
Assise, rêve encore;
sa main, où la bague étincelle,
Peigne ses cheveux d’or.
Le peigne est magique. Elle chante,
Timbre étrange et vainqueur,
Tremblez, Fuyez ! la voix touchante
Ensorcelle le cœur.
Dans sa barque, l’homme qui passe,
pris d’un soudain transport,
sans le voir, les yeux dans l’espace,
Vient sur l’écueil de la mort.
L’écueil brise, le gouffre enserre,
la nacelle est noyée,
Et voilà le mal que peut faire
Lorelei sur son rocher.

Traduction de Gérard de Nerval

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Heinrich Heine (1797-1856) peint par Moritz Daniel

     Christian Johann Heinrich Heine dit Harry Heine est né en 1797 à Düsseldorf, Duché de Berg. Il est considéré comme le « dernier poète du romantisme » et, tout à la fois, comme celui qui en vint à bout. Il éleva le langage courant au rang de langage poétique, la rubrique culturelle et le récit de voyage au rang de genre artistique et conféra à la littérature allemande une élégante légèreté jusqu’alors inconnue. Peu d’œuvres de poètes de langue allemande ont été aussi souvent traduites et mises en musique que les siennes. Journaliste critique et politiquement engagé, essayiste, satiriste et polémiste, Heine fut aussi admiré que redouté. Ses origines juives ainsi que son positionnement politique lui valurent hostilité et ostracisme de la part de ses compatriotes. Ce rôle de marginal marqua sa vie, ses écrits et l’histoire mouvementée de la réception de son œuvre. il s’était établi à Paris en 1831 et avait épousé une française. Il est mort dans cette ville  sous le nom d’Henri Heine en 1856. (crédit Wikipedia)

     Sa francophilie et ses origines juives firent que les nazis tentèrent de le gommer de l’histoire littéraire allemande. Son nom disparut des ouvrages littéraires publiés en Allemagne et des ouvrages scolaires. N’étant pas possible de faire disparaître le poème Die Lorelei qui est était devenu l’un des symboles de l’identité et de l’âme allemande, on continua à le chanter et à l’imprimer mais accompagné de la mention  « Verfasser unbekannt » (Auteur inconnu).

Joseph Mallord William Turner - La Lorelei

Joseph Mallord William Turner – La Lorelei et le Rhin

°°°

–––– Autres poèmes de Henry Heine ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Poème Le Sphinx : Henry Heine de nouveau victime d’une femme fatale

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) - Œdipe et le Sphinx (détail), 1808-1827

 La vie sentimentale de Heinrich Heine fut une longue suite de désillusions. Lors de son séjour de formation à Hambourg chez son oncle Salomon, il tombe amoureux de sa cousine Amélie mais celle-ci lui préfère un autre homme avec qui elle se marie. Cet amour contrarié lui inspirera le recueil de poèmes Le Livre des Chants ( Buch der Lieder). Désespéré, il quitte alors Hambourg pour étudier dans diverses universités d’Allemagne, Bonn, Goettingue et Berlin. A peine remis de sa peine de cœur avec Amélie, c’est sur la jeune sœur de celle-ci, Thèrèse qu’il jette son dévolu et poursuit de ses assiduités. Le résultat ne sera pas plus heureux. Ces deux échecs auront une influence profonde sur son  œuvre poétique, les amours décrits dans ses poèmes y étant le plus souvent malheureux et la femme aimée présentée sous les traits d’une femme fatale ou versatile. Ce n’est qu’à partir de 1834 que Heine connaîtra une vie sentimentale apaisée, après avoir fait la connaissance d’une grisette parisienne, Eugénie Mirat, qu’il épousera en 1841.

pour la suite, c’est ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s