meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Albrecht Dürer - Le Lucane cerf-volant, 1505

Albrecht Dürer – Le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus, coléoptère), 1505

      L’espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 sous le nom initial de Scarabaeus cervus. Comme il existe un sous-genre, le nom complet est Lucanus (Lucanus) cervus. Les lucanes se nourrissent de la sève des chênes essentiellement, vivent environ 5 ans et sont répartis sur toute l’Europe, à l’exception du Sud de l’Espagne. le mâle a d’énormes mandibules utilisées dans les combats. Le terme de Lucanus (et le nom général de la famille des Lucanidae) remonte à l’antiquité romaine ; Pline l’Ancien signale déjà dans son Histoire naturelle (livre XI, chapitre 34) que l’érudit Nigidius Figulus appelle ces insectes des Lucaniens, sans doute en référence à l’ancienne région de Lucanie en Italie. Pline signale également que les « cornes » du lucane cerf-volant sont accrochées au cou des enfants pour éviter ou guérir certaines maladies infantiles.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Die Lorelei, « Verfasser unbekannt »

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Edward Jakob Von Steinle - La Lorelei,  1864

Edward Jakob Von Steinle – La Lorelei,  1864

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Heinrich Heine, Die Loreleï, 1824

Ich weiss nicht, was soll es bedeuten,               Je ne sais ce que cela peut bien vouloir dire,
Dass ich so traurig bin;                                        que je sois si triste.
Ein Märchen aus alten Zeiten,                            Un conte venu du fond des âges,
Das kommt mir nicht aus dem Sinn.                 ne me sort pas de l’esprit.
Die Luft ist kühl und es dunkelt,                        L’air est frais, l’obscurité descend,
Und ruhig fliesst der Rhein:                                et le Rhin coule calmement:
Der Gipfel des Berges funkelt,                            le sommet du Mont étincelle,
Im Abendsonnenschein.                                      Dans les lueurs du couchant.
Die schönste Jungfrau sitzet                               La plus belle des jeunes filles est assise
Dort oben wunderbar,                                         tout là-haut, merveilleuse,
Ihr goldnes Geschmeide blitzet,                         Ses bijoux d’or brillent de mille feux,
Sie kämmt ihr goldenes Haar.                            Elle peigne sa chevelure d’or.
Sie kämmt es mit goldenem Kamme,                Elle la peigne avec un peigne d’or
Und singt ein Lied dabei;                                     tout en fredonnant une chanson.
Das hat eine wundersame                                   De la mélodie de son chant
gewaltige Melodei.                                                émane un étrange pouvoir.
Den Schiffer im kleinen Schiffe                          qui s’empare du batelier dans
Ergreift es mit wildem Weh;                                son frêle esquif  et le fait tant souffrir:
Er schaut nicht die Felsenriffe,                           il ne voit plus les récifs,
Er schaut nur hinauf in die Höh.                        Il ne regarde plus que le sommet.
Ich glaube, die Wellen verschlingen                  Je crois que les vagues engloutissent
Am Ende Schiffer und Kahn;                               finalement le marin et sa barque;
Und das hat mit ihrem Singen                            Et c’est le chant de la Lore-Ley
Die Lore-Ley getan                                                qui en est la cause.

Traduction littérale

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Die Lorelei, poème d‘Heinrich Heine (1824), mélodie de Friedrich Silcher (1837) interprétée par le grand ténor autrichien Richard Tauber à Londres en 1939 qu’il avait rejoint après l’Anschluss en raison de ses origines juives.

Je suis triste à mourir
Une histoire des anciens âges
hante mon souvenir.
Déjà l’air fraîchit, le soir tombe,
Sur le Rhin, flot grondant;
Seul un haut rocher qui surplombe
Brille aux feux du couchant.
La-haut, des nymphes la plus belle
Assise, rêve encore;
sa main, où la bague étincelle,
Peigne ses cheveux d’or.
Le peigne est magique. Elle chante,
Timbre étrange et vainqueur,
Tremblez, Fuyez ! la voix touchante
Ensorcelle le cœur.
Dans sa barque, l’homme qui passe,
pris d’un soudain transport,
sans le voir, les yeux dans l’espace,
Vient sur l’écueil de la mort.
L’écueil brise, le gouffre enserre,
la nacelle est noyée,
Et voilà le mal que peut faire
Lorelei sur son rocher.

Traduction de Gérard de Nerval

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Heinrich Heine (1797-1856) peint par Moritz Daniel

     Christian Johann Heinrich Heine dit Harry Heine est né en 1797 à Düsseldorf, Duché de Berg. Il est considéré comme le « dernier poète du romantisme » et, tout à la fois, comme celui qui en vint à bout. Il éleva le langage courant au rang de langage poétique, la rubrique culturelle et le récit de voyage au rang de genre artistique et conféra à la littérature allemande une élégante légèreté jusqu’alors inconnue. Peu d’œuvres de poètes de langue allemande ont été aussi souvent traduites et mises en musique que les siennes. Journaliste critique et politiquement engagé, essayiste, satiriste et polémiste, Heine fut aussi admiré que redouté. Ses origines juives ainsi que son positionnement politique lui valurent hostilité et ostracisme de la part de ses compatriotes. Ce rôle de marginal marqua sa vie, ses écrits et l’histoire mouvementée de la réception de son œuvre. il s’était établi à Paris en 1831 et avait épousé une française. Il est mort dans cette ville  sous le nom d’Henri Heine en 1856. (crédit Wikipedia)

     Sa francophilie et ses origines juives firent que les nazis tentèrent de le gommer de l’histoire littéraire allemande. Son nom disparut des ouvrages littéraires publiés en Allemagne et des ouvrages scolaires. N’étant pas possible de faire disparaître le poème Die Lorelei qui est était devenu l’un des symboles de l’identité et de l’âme allemande, on continua à le chanter et à l’imprimer mais accompagné de la mention  « Verfasser unbekannt » (Auteur inconnu).

Joseph Mallord William Turner - La Lorelei

Joseph Mallord William Turner – La Lorelei et le Rhin

°°°

–––– Autres poèmes de Henry Heine ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Poème Le Sphinx : Henry Heine de nouveau victime d’une femme fatale

Jean Auguste Dominique Ingres (1780-1867) - Œdipe et le Sphinx (détail), 1808-1827

 La vie sentimentale de Heinrich Heine fut une longue suite de désillusions. Lors de son séjour de formation à Hambourg chez son oncle Salomon, il tombe amoureux de sa cousine Amélie mais celle-ci lui préfère un autre homme avec qui elle se marie. Cet amour contrarié lui inspirera le recueil de poèmes Le Livre des Chants ( Buch der Lieder). Désespéré, il quitte alors Hambourg pour étudier dans diverses universités d’Allemagne, Bonn, Goettingue et Berlin. A peine remis de sa peine de cœur avec Amélie, c’est sur la jeune sœur de celle-ci, Thèrèse qu’il jette son dévolu et poursuit de ses assiduités. Le résultat ne sera pas plus heureux. Ces deux échecs auront une influence profonde sur son  œuvre poétique, les amours décrits dans ses poèmes y étant le plus souvent malheureux et la femme aimée présentée sous les traits d’une femme fatale ou versatile. Ce n’est qu’à partir de 1834 que Heine connaîtra une vie sentimentale apaisée, après avoir fait la connaissance d’une grisette parisienne, Eugénie Mirat, qu’il épousera en 1841.

pour la suite, c’est ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Nina Hagen – Diva de la dér(a)ision

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Naturträne (Rockpalast), 1978

    Qu’est devenue Nina Hagen, la Diva punk de la dérision et de la déraison des années soixante dix, Lady Gaga avant l’heure, missile à fragmentation multiple tiré par la RDA pour déstabiliser l’Europe de l’Ouest par les ondes sonores insupportables qu’elle émettait et provoquer la nausée avec ses contorsions faciales et ses maquillages du mauvais goût le plus extrême. Aux dernières nouvelles, la belle-fille du chanteur Wolf Biermann qui avait suivi à l’ouest ses parents déchus de leur nationalité est-allemande (on comprend pourquoi la famille avait été expulsée en l’entendant chanter…) se serait convertie au christianisme, tendance protestante et continue à chanter (chanter : Est-ce bien le mot à employer ?). Finalement, le régime est-allemand ne devait pas être si mauvais que ça pour avoir permis l’éclosion d’un tel talent…

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

On n’est jamais trahi que par les chiens…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-07-24 à 05.52.28

   On n’est jamais trop prudent ! Si vous avez l’intention prochaine de faire partie d’une société secrète ou d’un groupe terroriste, que vous souhaitez, pour des raisons de sécurité, rester dans l’ombre et maintenir un total incognito, il vaut mieux pour vous de n’entretenir aucune attache sentimentale avec quelques êtres vivants que ce soit : amis, épouse, petite amie et même animal. Dans le cas contraire, vous risquez d’être trahi par ceux-là mêmes qui auraient dû vous protéger; l’histoire qui va suivre en est la triste illustration… Pour vos amis, la rupture sera aisée, il suffira qu’à chaque fois que vous rencontrez l’un d’entre eux de le supplier de vous prêter une forte somme d’argent; si par malheur c’est un ami véritable et qu’il consent à vous la prêter, dites lui ensuite que jamais vous ne pourrez le rembourser… Vous constaterez que le désert va vite s’étendre autour de vous. Pour votre femme ou vos petites amies, c’est encore plus facile, il suffit simplement d’être vous-même, de suivre votre instinct naturel et de ne faire aucun effort : achetez la paire de charentaises fourrées que vous n’aviez jamais osé acheter, levez-vous le matin le plus tard possible et rejoignez en traînant les pieds la table du petit déjeuner, hirsute, l’œil glauque et non rasé, dans la robe de chambre la plus laide de votre garde-robe, lisez le journal en prenant le petit-déjeuner et engagez la conversation sur l’article qui rend compte des atrocités commises la veille par DAECH sans omettre un seul détail. Vous verrez que vous retrouverez très rapidement le célibat. Pour ce qui concerne vos animaux de compagnie, si vous possédez un chien ou un chat, déposez le à la fourrière; si c’est un lapin ou un serpent que vous possédez et que la fourrière les refuse, dans ce cas, tuez le lapin, écorchez le et faites le mijoter longtemps à petit feu dans une sauce à l’oignon avec des petites patates et des carottes, vous verrez, c’est délicieux et avec de la moutarde, c’est encore meilleur, quant au serpent, laissez lui une chance de s’en sortir, s’il n’est pas trop gros, placez le dans la cuvette des WC et tirez la chasse d’eau…

°°°

La trahison de Rascal

     La résurgence du Ku Klux Klan en 1920 est un phénomène que personne n’a totalement expliqué. Tout à coup, les villes du Middle West se sont retrouvées sous l’emprise de cette société secrète qui avait pour objectif d’éliminer de la société les Noirs et les Juifs. Dans le cas de ville comme Broken Bow, au Nebraska, qui ne comptait que deux familles noires et une juive, c’étaient les catholiques qui étaient visés. Les membres du Klan chuchotaient que le pape se préparait à prendre le pouvoir en Amérique, que les sous-sols des églises servaient d’arsenaux et qu’après la messe, nonnes et prêtres se livraient à des orgies. A présent que la Première Guerre mondiale était terminée et qu’on avait vaincu les Huns, les gens qui avaient besoin de quelqu’un à haïr trouvaient là une cible nouvelle.      A Broken Bow et dans Custer County, le message était embelli par la mystique de la société secrète masculine qui flattait le réflexe « nous contre eux » apparemment universel chez les hommes. Deux des individus qui prirent position contre le Klan étaient les banquiers de la ville : John Richardson et mon père Y.B. Huffman. Quand un appel téléphonique leur recommanda de boycotter les catholiques, tous deux l’ignorèrent. Dans la mesure où les deux banques résistaient, les efforts du Klan n’aboutirent pas, mais ma mère Martha, en paya le prix lorsque arriva l’élection au conseil d’administration de l’école. Elle subit une défaite décisive à la suite de commérage lui prêtant une aventure avec le principal pharmacien.

Marche du Ku Klux Klan à Madison,1924

Marche du Ku Klux Klan à Madison,1924

Capture d’écran 2015-07-24 à 04.35.23    Arriva le moment de la parade annuelle du Ku Klux Klan autour de la grand-place. Ses membres choisissaient toujours un samedi, quand la ville était encombrée d’éleveurs et de fermiers. Vêtus de robes blanches et masqués de leurs bonnets coniques avec des trous pour les yeux, ils défilaient afin de rappeler aux citoyens leur dignité et leur puissance, menés par un personnage impressionnant mais anonyme, le Grand Kleagle. Tout au long des trottoirs était alignée la foule, qui s’interrogeait sur les marcheurs et évoquait en chuchotant leurs ouvroirs mystérieux.     Alors sorti en bondissant d’une ruelle un petit chien blanc à tâche noires. Il va sans dire qu’exactement comme ils connaissaient tout le monde en ville, les gens de Broken Bow connaissaient aussi les chiens, en tous cas le plus notables. Notre berger allemand, Hilda, et le labrador d’Art Melville étaient des personnages célèbres.

c783fd0f   Le chien tacheté courut joyeusement vers le Grand Kleagle et sauta autour de lui en réclamant à grands cris une caresse de cette main bien-aimée. « Rascal », le mots se mit à circuler, « c’est Rascal, le chien de Doc Jensen« . Pendant ce temps, le majestueux Grand Kleagle agitait ses longues jambes sous sa robe en essayant de chasser à coups de pied ce qui était manifestement son chien : « File, Rascal, à la maison !«       Le mot courait désormais au long du trottoir, précédant la procession. Les gens ne chuchotaient plus, ils parlaient à voix haute afin de bien montrer combien ils étaient au courant. On poussait du coude ses voisins, des petits rires parcouraient la file, tels des froissements de feuilles devant un coup de vent baladeur. Et puis le gamin du Dr. Jensen apparut et appela son chien : « Ici, Rascal ! Ici ! »

     Cela rompit la tension. Quelqu’un répéta l’appel : « Ici, Rascal !«  C’est alors que les petits rires se transformèrent en rigolade, et une longue rafale d’hilarité balaya la grand-place. Le Dr. Jensen arrêta de donner des coups de pied à son chien et reprit sa marche solennelle, mais les spectateurs n’étaient plus d’humeur à se laisser impressionner : « Ici, Rascal ! Ici, Rascal !«       Telle fut la fin du Ku Klux Klan à Broken Bow. Doc Jensen était un vétérinaire passable et avait une bonne clientèle parmi les éleveurs et le fermiers. peut-être ceux-ci l’appelaient-ils volontiers car il représentait un sujet de conversation avec le voisins, mais rares étaient ceux qui se moquaient de lui. une fois de temps en temps, un gamin voulant faire le malin hurlait, en voyant passer Doc Jensen : « Ici, Rascal ! »

Et le petit chien blanc au tâches noires resta consigné chez lui, après cela.

Yale Huffman – Denver, Colorado (Tiré de l’anthologie Je pensais que mon père était Dieu – Actes Sud – traduit par Christine Le Bœuf)

°°°

'Where have you been?'... 'Just hanging with the guys.'

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––– –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Ne dis rien

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

le temps de l’innocence …

Ah le beau visage d’Anna Karina, au sourire à la fois mutin et limpide… Même Gainsbourg semblait faire partie à l’époque du genre humain… Tout paraissait  si simple et si prometteur…        Ting, ting ting…   La, la, la,    La, la, la,    La, la, la,    La, la ….

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pour ceux qui aiment brouter l’herbe….

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Karl Nordström - Champ d'avoine, Grez, 1885

Karl Nordström – Champ d’avoine, Grez, 1885

Karl Nordström - champ d'avoine, Lyrön, 1887

Karl Nordström – champ d’avoine, Lyrön, 1887

°°°

Ils cassent le monde…

 

Ils cassent le monde                          Cette pierre corrodée
En petits morceaux                            Ces crochets de fer
Ils cassent le monde                          Où s’attarde un peu de sang
A coups de marteau                           Je l’aime, je l’aime
Mais ça m’est égal                              La planche usée de mon lit
Ca m’est bien égal                              La paillasse et le châlit
Il en reste assez pour moi                 La poussière de soleil
Il en reste assez                                  J’aime le judas qui s’ouvre
Il suffit que j’aime                              Les hommes qui sont entrés
Une plume bleue                                Qui s’avancent, qui m’emmènent
Un chemin de sable                           Retrouver la vie du monde
Un oiseau peureux                             Et retrouver la couleur
Il suffit que j’aime                              J’aime ces deux longs montants
Un brin d’herbe mince                      Ce couteau triangulaire
Une goutte de rosée                           Ces messieurs vêtus de noir
Un grillon de bois                               C’est ma fête et je suis fier
Ils peuvent casser le monde             Je l’aime, je l’aime
En petits morceaux                            Ce panier rempli de son
Il en reste assez pour moi                 Où je vais poser ma tête
Il en reste assez                                   Oh, je l’aime pour de bon
J’aurais toujours un peu d’air           Il suffit que j’aime
Un petit filet de vie                             Un petit brin d’herbe bleue
Dans l’oeil un peu de lumière           Une goutte de rosée
Et le vent dans les orties                   Un amour d’oiseau peureux
Et même, et même                              Ils cassent le monde
S’ils me mettent en prison                Avec leurs marteaux pesants
Il en reste assez pour moi                 Il en reste assez pour moi
Il en reste assez                                   Il en reste assez, mon cœur
Il suffit que j’aime

Boris Vian, Poésies

Albrech Dürer - La Grande Touffe d'herbes, 1503 (Google Art Project)

Albrech Dürer – La Grande Touffe d’herbes, 1503 (Google Art Project)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

le sillage de la barque de Väinämöinen…

Akseli Gallen-Kallela - Gezicht op een meer

Akseli Gallen-Kallela – Vue sur le lac, 1901

     En Finlande, le peuple nomme les raies claires et luisantes que l’on voit sur la mer après un orage le « Sillage de la barque de Väinämöinen ». Ce dieu d’origine slave, fils de Rava et frère ainé d’Ilmarénen est le personnage principal de la poésie et de l’épopée finnoise et carélienne, le Kalevala. Il est le créateur du feu, a apporté la civilisation aux hommes, inventé les arts et l’instrument de musique mélodieux nommé Kandéla, une sorte de lyre. A la manière d’Orphée, lorsqu’il joue de cet instrument, les ours et les rennes font cercle autour de lui,  la mer se calme pour l’écouter, les arbres se meuvent en cadence, et les meules de foin accourent en dansant dans les granges. Lui-même, séduit par sa propre musique, tombe dans un délire extatique et verse au lieu des larmes un torrent de perles éblouissantes. On le représente comme un vieillard sage à la voix mélodieuse.

Akseli Gallen-Kallela - Sunrise over Lake

Akseli Gallen-Kallela – Coucher de soleil sur le lac Ruovesi

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––