le New York de la Grande Dépression de Reginald Marsh : (I) remorqueurs & locomotives, travailleurs & chômeurs

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-10-15 à 09.14.56 Capture d’écran 2015-10-15 à 09.14.29

Reginald Marsh (1898-1954) – autoportraits, 1933 et 1949

      Reginald Marsh est un peintre américain connu pour ses représentations du New York de la Grande Dépression des années 1920 et 1930 avec ses divertissements populaires tels que les vaudevilles et les scènes burlesques, les clubs de strip-tease, les foules et les badauds, les scènes de plage à Coney Island, les clochard sur le Bowery, les prostituées et les chômeurs. Il rejetait l’art moderne, le trouvant stérile préférant utiliser le style pictural qu’on appelé depuis réalisme social, et qui avait émergé de la confrontation entre l’art moderne et les mouvements sociaux et politiques nés de la contestation sociale issue de Grande dépression. Contrastant avec le style des peintres régionalistes qui présentaient une vision idéalisée de la nature sauvage et de l’Amérique rurale, les artistes partisans du réalisme social pour la plupart travaillant dans les grandes agglomérations témoignaient de la situation des pauvres en cette période de crise économiques où des millions de travailleurs avaient perdu leur emploi. Beaucoup d’entre eux étaient sympathisants des luttes politiques et syndicales du mouvement ouvrier de l’époque et avait élevé la figure du prolétaire au rang d’idéal héroïque, dans la vie comme dans l’art. Ils s’inspiraient dans leur travail des  œuvres des peintres muralistes mexicains  engagés politiquement comme Diego Rivera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros. Au États-Unis, ces artistes ont créé des peintures murales à caractère social mettant en scène des représentations dynamiques de la classe ouvrière.  Reginald Marsh était également fasciné par les machines que l’industrialisation rapide de la ville de New York mettait en œuvre, il a ainsi peint de nombreuses locomotives et remorqueurs du port de New York
     La foule new-yorkaise est également largement représentée dans ses tableaux dans des scènes de rue, de cabarets ou de clubs de danse, de plage (Coney Island). dans la foule les femmes sont particulièrement mises en valeur comme des figures puissantes hautement sexualisées, le plus souvent vêtues de manière courte et provocante. Durant la Grande Dépression, plus de 2 millions de femmes avaient perdu leur emploi et la société des hommes cherchait à les exploiter sexuellement. Les hommes, lorsqu’ils sont représentés sont rarement à leur avantage et s’apparentent à des voyeurs.

°°°

Reginald Marsh - Manhattan Skyline, 1929

Reginald Marsh – Manhattan Skyline, 1929

Reginald Marsh (American, 1898-1954), Tugboat at a Dockside with New York, 1932

Reginald Marsh (American, 1898-1954) – Tugboat at a Dockside with New York, 1932

Reginald Marsh - Atlantic liner in harbor with Tug (mural study, US Customs House, NY), 1937

Reginald Marsh – Atlantic liner dans le port accompagné d’un remorqueur (étude murale pour la US Customs House, NY), 1937. Si il aimait peintre les remorqueurs, il n’éprouvait aucun intérêt à peindre les vaisseaux des riches New-Yorkais qui flottaient dans les eaux du port. « Tout comme il fuyait les classes supérieures, de manière générale, il fuyait les paquebots de luxe » (Gerdts).

Reginald Marsh - La Locomotive, 1935

Reginald Marsh – La Locomotive, 1935

Bowery

désœuvrement sur la Bowery

Reginald Marsh - Why Not Use the L ?, 1930

Reginald Marsh – Why Not Use the « L » ?, 1930 : un parfum de Hopper…

Reginald Marsh - Tatoo and Haircut, 1932 Reginald Marsh - The Bowery, 1930

Scènes du Bovery, à gauche : Tatoo and Haircut, 1932, à droite : badauds, 1930

Reginald Marsh - Le tri du courrier (1936), Peinture murale dans le William Jefferson Clinton Federal Building, 1936

Le tri du courrier (1936), Peinture murale dans le William Jefferson Clinton Federal Building

L’édifice fédéral William Jefferson Clinton est situé dans le Triangle fédéral de Washington, DC, à travers la 12ème rue de la Old Post Office. Le New Post Office, connu initialement comme le Clinton Building, a abrité le siège du ministère des Postes jusqu’à ce que ce département soit remplacé par le United States Postal Service en 1971. Il contient 25 fresques réalisées dans le cadre des actions du New Deal visant à  intégrer des peintures murales dans les immeubles fédéraux. Dans les peintures murales qui lui ont été confiées, Marsh a su habilement représenter les corps en mouvement agissant de concert avec les machines de l’ère industrielle pour effectuer un travail essentiel à la société illustrant les idéaux et les espoirs du New Deal.. On reconnait dans son style l’influence de Diego Rivera.

Reginald Marsh - le déchargement du courrier, peinture murale dans le William Jefferson Clinton Federal Building, 1936

Le déchargement du courrier, Peinture murale dans le William Jefferson Clinton Federal Building

Reginald Marsh - Travaux dans la 14te rue, 1936

Reginald Marsh – Travaux et manifestation dans la 14e rue, 1936 – Au premier plan sur la chaussée, on voit des ouvriers démonter les anciennes lignes de tramway et au second plan sur le trottoir, défiler des manifestants protestant contre le magasin Ohrbach’S qui refusait à ses employés le droit de se syndiquer.

reginald-marsh-02

Reginald Marsh – le Normandie, 1953

Reginald Marsh - The Battery, vers 1926

Reginald Marsh – The Battery, vers 1926

Reginald Marsh - The Battery (détail), vers 1926

Reginald Marsh - vue de New York, 1937

Reginald Marsh – vue de New York, 1937

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

articles liés :

  • le New York de la Grande Dépression de Reginald Marsh : (I) Des femmes belles comme des remorqueurs, c’est  ICI
  • le New York des années trente et la femme américaine vus par Louis-Ferdinand Céline,  c’est  ICI
  • Les représentations du New York des années 20 de Tavik Frantisek Simon, c’est   ICI
  • New-York, le Brooklyn Bridge – (II) le poète Hart Crane à Brooklyn Heights, c’est   ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s