Marina Tsvetaeva, séjour « Sous les Chimères » d’une poétesse russe à Moret-sur-Loing

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

IMG_4157

Moret-sur-Loing – le pont, les bords du Loing et la porte fortifiée de Bourgogne

Alfred Sisley - Moret-sur-Loing, 1891       Alfred Sisley – Moret-sur-Loing, 1891

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Marina Tsvetaeva (1892-1941)

Marina Tsvetaeva (1892-1941)

Une poétesse russe à Moret-sur-Loing…

IMG_4164

En route pour la Normandie, au cours d’une promenade dans la petite cité médiévale de Moret-sur-Loing dans le département de Seine-et-Marne peinte à plusieurs reprises par Alfred Sisley, une plaque commémorative posée sur le mur d’une maisonnette située au pied de l’église Notre-Dame attire mon attention, on y distingue le portrait d’une jeune femme que je connais bien puisque j’ai parlé d’elle dans ce blog à deux reprises, celui de la grande poétesse russe Marina Tsvetaeva (1892-1941). Elle se réfugiera en France en 1925 jusqu’à son retour en Russie en 1939 où elle connaîtra une fin tragique en 1941.

 
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Voici ce que la plaque commémorative de Moret-sur-Loing précise à son sujet :

Marina Tsvetaeva en 1917

         Elle est née à Moscou dans un milieu intellectuel. Son père, Ivan Tsvetaev, professeur à l’université de Moscou, historien d’art renommé, était le fondateur du Musée des beaux-arts de Moscou. L’enfance heureuse et l’éducation traditionnelle sont très tôt marquées par la naissance de la vocation poétique, ainsi que par la mort de sa mère alors qu’elle allait sur ses treize ans. Marina publie son premier recueil poétique, L’album du soir, à compte d’auteur, à dix-huit ans.
     Lorsqu’éclate la Révolution russe, Tsvetaeva est déjà un poète connu, femme mariée et mère de famille. Son mari, Serge Efron, élève officier, entre comme volontaire dans l’Armée blanche, formée pour défendre le régime tsariste de la Russie Impériale. Seule à Moscou avec ses deux filles Marina Tsvetaeva produit d’abondantes ouvres poétiques, tout en souffrant des privations de la guerre civile. Elle perd une fille, morte de faim, en 1920. (photo à gauche : Marina en 1917)


IMG_4162
      Deux ans plus tard, en 1922, elle quitte Moscou pour rejoindre son mari, réfugié à Berlin après la débâcle de l’Armée blanche. L’exil en Occident se prolonge pendant dix-sept ans (1922-1939) : d’abord à Berlin, ensuite à Prague. En 1925 après la naissance du fils Gueorgui (Murr) la famille s’installe en France. Durant toutes ces années d’exil, Tsvetaeva poursuit une œuvre très diversifiée : poèmes, longues compositions épico-lyriques, pièces de théâtre et enfin prose lyrique, critique et autobiographique. Les publications sont pourtant rares, et les ressources de la famille sont très faibles. De ses traductions de Pouchkine, un seul poème, Les Démons, verra le jour de son vivant. Tsvetaeva échappe à la pauvreté extrême grâce à la générosité de rares amis issus en général, comme elle, de l’émigration russe. (photo à gauche : maison du 18 rue de la Tannerie à Moret-sur-LoingMarina a vécu ).

      En 1937, la fille de la poétesse, Ariane, retourne à Moscou, suivie de peu par Serge Efron, contraint de fuir la France à la suite d’un assassinat politique sur ordre du NKVD (police secrète soviétique) auquel il s’est trouvé mêlé. Restée seule en exil, ostracisée par le milieu littéraire des émigrés et poussée par le désir de son fils de connaître l’URSS, Tsvetaeva finit par se décider au retour en 1939. Ce retour ne sera, hélas, une solution pour personne. La poétesse assistera bientôt à l’arrestation de sa fille, qui passera ensuite plusieurs années dans les camps staliniens, puis de son époux (fusillé peu après). Son fils perdra sa vie sur les champs de bataille en 1944. Lorsque l’URSS entre en guerre Marina Tsvetaeva part avec son fils en évacuation en Tatarie et arrivée à Yelabouta met fin à ses jours le 31 août 1941.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Alfred_Sisley_040

Alfred Sisley – Église de Moret-sur-Loing après la pluie (1894)

Un séjour « sous les chimères » de l’église Notre-Dame à Moret-sur-Loing

       Quelle était la raison de sa venue à Moret-sur-Long en cette année 1936 ? la plaque commémorative est peu disserte à ce sujet. on y apprends seulement qu’elle y a séjourné avec son fils Murr à partir de juillet 1936. Ses moyens financiers étaient limités et elle n’occupe alors que les deux chambres au premier étage de la maisonnée. C’est là qu’elle compose ses traductions de poèmes de Pouchkine et rêve de les faire publier pour le centenaire de la mort du poète classique en 1937. Peut-être avait-elle ressenti le besoin de se retirer dans une petite ville tranquille, loin du tumulte parisien, pour mener à bien son entreprise de traduction. Dans la biographie qu’elle a écrite sur la poétesse, « The Double Beat of Heaven and Hell », l’écrivain Lily Feiler écrit que Marina avait été invitée par des amis à y passer l’été et qu’elle espérait que son mari Sergey se joindrait à eux. Dans l’enquête menée par la police française sur les implications de son mari dans le meurtre de l’espion soviétique Ignace Reiss à Lausanne en septembre 1937 après qu’il eut déclaré sa défection à Staline, Marina Tsvetaeva déclare avoir séjourné au château d’Arcine près de Bonneville en Haute-Savoie à la fin de l’été 1936 et précise-t-elle, en août ou en septembre. Elle n’aurait donc séjourné à Moret-sur-Loing qu’un moment très court, un à deux mois en juillet ou en juillet et août 1936. 

    Voici la lettre qu’elle a écrit à une amie tchèque le 10 juillet 1936 et qui prouve qu’elle était bien présente à Moret-sur-Loing à cette date :

Capture d’écran 2015-12-31 à 11.09.47

     Chère Anna Antonovna, et ça, c’est une réponse au château. C’est par cette porte que l’on sortait vers le fleuve, plutôt vers la rivière au nom merveilleux de Loing ( » loin ! ») (…)
     Moret est une petite ville médiévale, près de Fontainebleau, les rues (sauf la principale qui est marchande) semblent être tombée dans l’oubli, pas de monde du tout, par contre une quantité de chats. Et de vieilles femmes ancestrales. Nous habitons au 1er étage, deux chambres à part (Serguej Yakkovlevitch doit arriver plus tard) dont les fenêtres donnent directement dans le dos de l’église. Nous demeurons sous les chimères. (…)
      Je traduis Pouchkine, pour le centenaire de 1937 (en français en vers). (…) En ce moment je travaille sur Les Adieux à la mer, mon poème préféré. (…)

Adieux à la mer

Adieu, Espace des Espaces !
Pour une dernière fois mon œil
Voit s’étirer ta vive grâce
Et s’étaler ton bel orgueil.

Telle une fête qui s’achève,
Supplique d’une chère voix —
Ta grave voix, ta voix de rêve
J’entends pour la dernière fois. (…)

Adieu, ô Gouffre ! L’heure presse,
Mais en tout temps et en tout lieu
Me poursuivra sans fin ni cesse
Ta voix à l’heure des adieux.

Dans mon désert sans sources vives
J’emporterai, empli de Toi,
Tes durs granits, tes belles rives,
Tes jets, tes flots, ton bruit de voix…

Alexandre Pouchkine, Odessa, 1824
Traduction Marina Tsvetaeva, Moret-sur-Loing, 1936

°°°

George G. Sjisjkin - portrait de Marina Tsvetaeva

George G. Sjisjkin –  portrait de Marina Tsvétaïéva

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Sites et articles liés

  • Biographie de Marina Tsvetaeva : c’est   ICI
  • Poèmes de Marina Tsvetaeva dans 2 articles de ce blog :   ICI  et   ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Retour sur l’article

  • 24 mars 2016 : Dans la préface du recueil de poèmes de Marina Tsvétaïéva intitulé « Insomnie » ‘collection de poche Poésie/Gallimard, je suis tombé sur une déclaration de Marina qui faisait étrangement écho à un article que j’avais écrit en décembre 2015 sur le thème de la transfiguration d’un arbre constaté lors d’une de mes promenades sur les bords du lac d’Annecy. L’article s’appelait « Le jour de gloire est arrivé »  (c’est  ICI ) et une phrase du texte était : «Et je poursuivis mon chemin pensant que dans ce monde, chaque élément du paysage, chaque être, du plus grand au plus insignifiant doit pouvoir connaître ne serait-ce qu’une fois dans son existence son moment de gloire. Il suffit pour cela que les astres soient configurés d’une certaine manière, (…) il fallait aussi qu’un regard soit présent, le regard curieux et attentionné d’un humain que le hasard ou le conditionnement de sa propre trajectoire dans l’espace et le temps auraient conduit en cet endroit et à ce moment précis, là où le phénomène devait se produire.» La phrase relevée de Marina exprimait en plus court quelque chose d’équivalent : « Chaque chose doit resplendir à son heure, et cette heure est celle où des yeux véritables la regardent». Curieusement, je suis  tombé à peu près en même temps et tout à fait par hasard sur une vieille et très belle photo de Moret-sur-Loing prise exactement à l’endroit où Alfred Sisley avait peint son tableau en 1891 et où l’on voit de jeunes garçons faisant boire leurs chevaux dans le Loing avec en arrière plan la tour fortifiée de la Porte de Bourgogne. L’hôtel où nous avons fait escale en route pour la Normandie se situait sur la rive du Loing un peu plus à droite.

173[amolenuvolette.it]moret, garçons baignant leurs mulets dans le loing, moret, boys bathing their mules in loing,

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

un certain regard…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

le jour de gloire est arrivé…

IMG_4002

     J’étais passé peut-être des centaines de fois près de lui, le visualisant « d’un œil distrait », comme on dit joliment, c’est-à-dire sans le voir vraiment, n’ayant qu’une vague conscience de sa présence. Il était pourtant là, bien ancré dans le monde, mais en même temps totalement absent de mes pensées telles ces personnes que l’on croise dans une foule, que l’on évite de heurter en marchant, mais sans jamais les voir vraiment, notre attention et nos pensées étant dirigées vers un ailleurs lointain où portées sur d’autres personnes.
    Ce jour-là, pour la première fois, l’arbre m’a fait un signe et manifesté sa présence. Oh, pourtant il ne semblait pas au mieux de sa forme, tout dénudé qu’il était, exhibant son tronc sombre et son squelette de houppe branchue dont la noirceur était renforcée par l’effet du contre-jour mais il avait habillé son tronc d’un léger paréo de feuilles clairsemées d’un vert tendre lumineux qui miroitaient sous le soleil. – « Regarde comme cela me va bien » semblait-il me dire dans son langage d’arbre tout en faisant miroiter fièrement sa parure au grès du vent léger et du déplacement des nuages.  – « Tu es bien trop vieux pour jouer Cendrillon au soir de son premier bal » faillis-je lui lancer en boutade, voulant le taquiner; mais je gardais finalement pour moi ces mots méchants de peur de le peiner tellement il était touchant d’irradier ainsi de fierté et de bonheur. – « Tu es tellement beau que cela mérite une photo » finis-je par lui dire et je joignis le geste à la parole. Il prit alors la pose en bombant le torse et fit miroiter son feuillage de plus belle…
     Et je poursuivis mon chemin pensant que dans ce monde, chaque élément du paysage, chaque être, du plus grand au plus insignifiant doit pouvoir connaître ne serait-ce qu’une fois dans son existence son moment de gloire. C’est affaire de Timing comme on dit aujourd’hui. Il suffit pour cela que les astres soient configurés d’une certaine manière, que le globe terrestre occupe une certaine position par rapport au soleil dans une période de temps plus ou moins limitée de façon à ce que que les rayons solaires frappent l’objet à glorifier selon un angle particulier, avec une certaine intensité, mais qu’en même temps, le ciel soit suffisamment dégagé, non obscurci par la présence de nuages qu’une perturbation climatique causée par une éruption solaire ou volcanique, aurait induits. Mais surtout, après que toutes ces conditions nécessaires aient été réunies, il fallait aussi qu’un regard soit présent, le regard curieux et attentionné d’un humain que le hasard ou le conditionnement de sa propre trajectoire dans l’espace et le temps auraient conduit en cet endroit et à ce moment précis, là où le phénomène devait se produire. N’est-ce pas le même phénomène qui se produit lorsque deux êtres qui s’ignoraient jusque là, vivant à des milliers de kilomètres l’un de l’autre voient à l’occasion d’un voyage leurs lignes de vie rencontrer de manière fortuite et sont soudainement frappés par la foudre du sentiment amoureux ?

Enki sigle

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Retour sur l’article

24 mars 2016 : Dans la préface du recueil de poèmes de Marina Tsvétaïéva intitulé « Insomnie » ‘collection de poche Poésie/Gallimard, je suis tombé sur une déclaration de Marina qui faisait étrangement écho au texte ci-dessus :  « Chaque chose doit resplendir à son heure, et cette heure est celle où des yeux véritables la regardent »

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Conseils à suivre en présence d’un arbre magique

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-10-31 à 21.29.03

So rested he by the Tumtum tree,
And stood awhile in thought.

     L’arbre Tumtum est mentionné dans le poème Jabberwocky d’Alice au pays des merveilles, mais personne ne sait au juste à quoi il ressemble.
    Quelques conseils élémentaires à suivre en présence d’un arbre magique : ne pas dormir sous ses branches; ne pas arracher ses feuilles; ne rien graver sur son écorce;  ne pas toucher ses fruits éventuels – bref : ne pas le toucher, ne pas lui faire de mal et, de préférence, ne pas l’interrompre quand il se met à parler. La plupart des arbres magiques sont bienveillants, mais n’oubliez pas qu’ils sont beaucoup plus vieux que vous et qu’ils sont capables d’inventer toutes sortes de tours et d’énigmes pour échapper à leur ennui.  (Le Grimoire de Merlin et autres créatures fantastiques)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Et qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-11-06 à 13.15.12

Eh! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

J’aime les nuages…
les nuages qui passent…
là-bas…
là-bas…
les merveilleux nuages!

Baudelaire, Petits poèmes en prose, I (1869)

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

rêve d’une île

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

l’île des incertitudes

Capture d’écran 2015-11-07 à 18.40.10

« Oceani uero intransmeabilis ultériores fines non solum non describere quis aggressus est, uerum etiam ne cuiquam licuit transfretare, quia resistente ulua et ventorum spiramine quiescente impermeabiles esse sentiantur et nulli cogniti, nisi soli ei qui eos constituit »    Jordanes, De Getarum siue Gostborum origine et rebus gestis, III, 18.

« Quand aux limites extérieures de l’Océan infranchissable, non seulement personne n’a entrepris de les décrire, mais les algues font barrière, le vent cesse de souffler, on comprend que c’est un lieu dont on ne revient pas et qui n’est connu de nul autre que de son créateur »  – Traduction d’après O. Devillers

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

solitude

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-11-08 à 21.45.48

Solitude, ô mon éléphant

Je ne suis plus là pour personne,
Ô solitude ! Ô mon destin !
Sois ma chaleur quand je frissonne,
Tous mes flambeaux se sont éteints.

Tous mes flambeaux se sont éteints,
Je ne suis plus là pour personne
Et j’ai déchiré ce matin
Les cartes du jeu de maldonne.

Solitude, ô mon éléphant,
De ton pas de vague marine
Berce-moi, je suis ton enfant,
Solitude, ô mon éléphant.

Couleur de cendres sarrasines,
Le chagrin me cerne de près,
Emmène-moi dans la forêt
Dont les larmes sont de résine.

Si j’évite la mort, c’est que je veux pleurer
Tout ce qui me fut proche et ce qui m’a leurré.
Allons dans la forêt sous la sombre mantille
Que trame de tout temps la vertu des aiguilles.

Je ne veux plus revoir dans l’océan du ciel
La lune voyager en sa blondeur de miel,
Ni sa barque en croissant me priver d’une idylle
Qu’elle emporte à son bord parmi d’autres cent mille !

Louise de Vilmorin, 1972

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Aiguilles d’Arves + Agnus Dei, op. 11 de Samuel Barber

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Savoie, Les Aiguilles d'Arves - photo Enki (IMG_3814)

Savoie, Haute Maurienne – Les Aiguilles d’Arves – photo Enki

Mercredi 16 décembre vers 14 h – A un détour de la route dans la vallée de l’Arvan, je découvre soudainement les trois Aiguilles d’Arves nimbées d’un voile de nuages. Beauté étrange et sublime.  Impossible de décrire le sentiment ressenti avec des mots.      Par la musique sacrée peut-être…

Musique sacrée par le Chœur du New College d’Oxford, dirigé par Edward Higginbottom avec en entrée Agnus Dei de Samuel Barber enregistrée dans la Chapelle du New College à Oxford en 1996.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Samuel-Barber (1910-1981).jpg

Samuel-Barber (1910-1981)

    Samuel Barber est considéré comme l’un des plus talentueux compositeurs américains. Musicien précoce (il a commencé à composer à l’âge de 7 ans), il écrit en 1936, à l’âge de 26 ans, son quatuor à cordes en si mineur dont il arrangera plus tard le second mouvement pour orchestre à cordes sous le nom d’Adagio for Springs avant de le remanier de nouveau pour chœur sous le nom d’Agnus Dei qui connaîtra un grand succès. Il a également composé de nombreuses chansons, opéras, concertos et musiques de chambre et pour orchestre. 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

L’Enfant volé (Stolen Child) – Loreena McKennitt

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Loreena McKennith

Loreena McKennitt

     Loreena Isabel Irene McKennitt, née le 17 février 1957  près de Winnipeg dans la province canadienne du Manitoba dans une famille d’ascendance irlandaise et écossaise est une chanteuse et musicienne qui puise son inspiration dans la culture celtique. Depuis son premier album Elemental paru en 1985 d’où est tiré le morceau Stolen Child qui suit qui est un poème de Yeats qu’elle a mis en musique, elle a connu un succès international.

La chute de Glencar, Comté de Leitrim mentionné dans le poème

La chute de Glencar dans le Comté de Leitrim, mentionnée dans le poème de Yeats

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

W. B. Yeats (1865-1939)

W. B. Yeats (1865-1939)

The Stolen Child (l’enfant volé) est un poème de l’irlandais William Butler Yeats, composé en 1886. Il figure dans le recueil The Wanderings of Oisin and Other Poems (1889) (les Errances d’Ossian et autres poèmes). The stolen childévoque l’enlèvement d’un enfant par les fées, un thème classique du moyen-âge et de l’Irlande. Chaque strophe se termine invariablement par les mêmes vers « Come away, O human child! To the waters and the wild (…) »,

°°°

The Stolen Child – W. B. Yeats, 1886

6a00e54fcf738588340192aafa3664970d-800wi

Where dips the rocky highland
Of Sleuth Wood in the lake,
There lies a leafy island
Where flapping herons wake
The drowsy water rats;
There we’ve hid our faery vats,
Full of berries
And of reddest stolen cherries.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand.
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

Capture d’écran 2015-12-07 à 22.43.35

Where the wave of moonlight glosses
The dim gray sands with light,
Far off by furthest Rosses
We foot it all the night,
Weaving olden dances
Mingling hands and mingling glances
Till the moon has taken flight;
To and fro we leap
And chase the frothy bubbles,
While the world is full of troubles
And is anxious in its sleep.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand,
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

Capture d’écran 2015-12-07 à 22.49.57

Where the wandering water gushes
From the hills above Glen-Car,
In pools among the rushes
That scarce could bathe a star,
We seek for slumbering trout
And whispering in their ears
Give them unquiet dreams;
Leaning softly out
From ferns that drop their tears
Over the young streams.
Come away, O human child!
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand,
For the world’s more full of weeping

than you can understand.

pixies300

Away with us he’s going,
The solemn-eyed:
He’ll hear no more the lowing
Of the calves on the warm hillside
Or the kettle on the hob
Sing peace into his breast,
Or see the brown mice bob
Round and round the oatmeal chest
For he comes, the human child
To the waters and the wild
With a faery, hand in hand
From a world more full of weeping

than he can understand

°°°

Ängsälvor (Elfes dans un pré) par Nils Blommér, 1850.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°

L’enfant volé

Là où les hautes terres rocheuses
de la forêt de Sleuth (1) s’enfoncent dans le lac,
Là git une île feuillue
Où les hérons battant de l’aile éveillent
Les rats d’eau qui somnolent;
Là nous cachons nos cuves du peuple des fées,
Pleines de baies
Et des plus rouges des cerises volées.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre.

Là où des vagues de lumière lunaire font briller
Le sable terne
Là-bas au plus loin des lointains des Rosses (2)
Nous le piétinons toute la nuit,
Tissant des danses anciennes
Mélangeant nos mains et nos regards
Jusqu’à ce que la lune s’élève;
De-ci, de-là nous sautillons
Et chassons les bulles d’écume,
Pendant que le monde plein de soucis
Dort d’un sommeil anxieux.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre.

La où l’eau errante jaillit
Des collines au dessus de la vallée de Car,
Dans des mares parmi les roseaux
Dans lesquelles pourrait à peine se baigner une étoile,
Nous pourchassons la truite somnolente
Et chuchotant à ses oreilles
Nous lui donnons des rêves inquiets;
Doucement penchées depuis
Des fougères dont les larmes gouttent
Dans de jeunes ruisseaux.
Va-t-en vers nous, O enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Car il y a plus de pleurs en ce monde que tu ne peux le comprendre

Au loin, avec nous, il va,
Celui aux yeux solennels
Il n’entendra plus jamais le meuglement
Du veau sur les tièdes coteaux
Ou la bouilloire sur la cuisinière
Chanter paisiblement dans sa poitrine
Plus jamais il ne verra la souris brune remuer sa petite tête
En tournicotant autour du coffre d’avoine.
Car il vient, l’enfant humain !
Vers l’eau et la nature sauvage
Avec une fée, main dans la main.
Depuis un monde qui contient plus de pleurs qu’il ne peux le comprendre

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Une très belle représentation du poème de Yeats sur YouTube

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      En 1988, Trois années après le lancement de la version de Loreena Mc Kennitt, le groupe The Waterboys composait Fisherman’s Blues, un album hybride, relevant à la fois du rock, de la musique country et de la musique « celtique » dans lequel figurait The Stolen Child. La mise en musique du poème de Yeats est très réussie, grâce à un parlé-chanté qui conserve le mystère des couplets, seul le refrain est chanté.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vérité et violence

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Blaise Pascal (1623-1662).png

Blaise Pascal (1623-1662)

      C’est une étrange et longue guerre que celle où la violence essaie d’opprimer la vérité. Tous les efforts de la violence ne peuvent affaiblir la vérité, et ne servent qu’à la relever davantage. Toutes les lumières de la vérité ne peuvent rien pour arrêter la violence, et ne font que l’irriter encore plus. Quand la force combat la force, la plus puissante détruit la moindre ; quand l’on oppose les discours aux discours, ceux qui sont véritables et convaincants confondent et dissipent ceux qui n’ont que la vanité et le mensonge ; mais la violence et la vérité ne peuvent rien l’une sur l’autre.
     Qu’on ne prétende pas de là néanmoins que les choses soient égales : car il y a cette extrême différence que la violence n’a qu’un cours borné par l’ordre de Dieu qui en conduit les effets à la gloire de la vérité qu’elle attaque, au lieu que la vérité subsiste éternellement et triomphe enfin de ses ennemis ; parce qu’elle est éternelle et puissante comme Dieu même.

PascalLes provinciales, 1656, XII

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

     Datée de septembre 1656, la douzième Provinciale répond aux Impostures où le jésuite et théologien Jacques Nouët traite Pascal d’impie, de bouffon, d’ignorant, d’imposteur, de calomniateur, de fourbe, d’hérétique et le déclare possédé d’une légion de diables. La protestation de Pascal dépasse son cas particulier car la persécution vise Port-Royal : l’assemblée du Clergé prépare en effet un formulaire condamnant Jansénius, l’évêque d’Ypres initiateur du mouvement janséniste destiné à être signé par tous les ecclésiastiques. Les religieuses de Port-Royal sont alors très exposées. Ce texte de Pascal est un symbole pour tous ceux qui sont exposés à la violence et à la persécution.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

Vu sur la place de la Comédie à Montpellier, le 10 décembre 2015

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Attentats du vendredi 13 novembre à Paris

IMG_3607

Place de la Comédie à Montpellier : la fontaine est devenue un mémorial aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris

IMG_3605

Deux témoignages parmi d’autres

IMG_3606

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––