Et qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2015-11-06 à 13.15.12

Eh! qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

J’aime les nuages…
les nuages qui passent…
là-bas…
là-bas…
les merveilleux nuages!

Baudelaire, Petits poèmes en prose, I (1869)

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

2 thoughts on “Et qu’aimes-tu donc, extraordinaire étranger ?

  1. Je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes
    Et les ressacs et les courants : je sais le soir,
    L’Aube exaltée ainsi qu’un peuple de colombes,
    Et j’ai vu quelquefois ce que l’homme a cru voir !

Laisser un commentaire