Cézanne ? Amerigo Vespucci ? Connais pas…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

À propos du recul de la culture générale en France

Amerigo VespucciPaul Cézanne (1839-1906).

Amerigo Vespucci (1454-1512) et Paul Cézanne (1839-1906)

 « Aucune civilisation n’est détruite du dehors sans s’être tout d’abord ruinée elle-même, aucun empire n’est conquis de l’extérieur qu’il ne se soit préalablement suicidé.»    – René Grousset, Bilan de l’Histoire, 1946 (cité par J.P. Brighelli en exergue de son livre : Voltaire ou le Jihad)

     Roulant sur les routes de l’Ain, ce lundi 14 mars, j’écoutais l’émission Le Jeu des 1000 Euros sur France Inter. Il s’agissait pour deux jeunes candidats de répondre à des questions posées par des auditeurs. Exceptionnellement, la séance était enregistrée dans la ville de Porto au PortugalJournée de la langue française oblige. Deux étudiants français qui suivent actuellement des cours à l’Université de cette ville s’étaient portés candidats. L’un, après avoir obtenu son bac en France, a choisi de poursuivre ses études à la faculté de lettre de Porto en langues et relations internationales. L’autre, dans le cadre d’Erasmus, effectue un double cursus d’études en architecture et ingénierie urbanisme. Des études pointues et poussées destinées à les propulser dans l’élite dirigeante du pays. Il est permis de penser que l’exercice de métiers qui traitent, pour l’un, des langues et des relations internationales et pour l’autre, de l’organisation de la vie quotidienne des êtres humains dans leur habitat, pratique à la croisée des sciences techniques et humaines avec en plus une dimension artistique, nécessite une ouverture d’esprit sur le monde et un solide acquis culturel ou tout au moins les bases d’un tel acquis. 

Paul Cézanne - Montagne Sainte-Victoire

Paul Cézanne – Montagne Sainte-Victoire

    Je comprends tout à fait que même à ce degré de formation, on ignore le sens du mot dizygote utilisé pour qualifier des faux-jumeaux. J’admets que l’on puisse hésiter entre Bucarest et Budapest pour  définir la capitale qualifiée de « Perle du Danube » bien que Bucarest ne se situe pas sur le Danube. J’admets déjà plus difficilement que l’on hésite entre la mer Adriatique et la mer Egée pour qualifier la portion de Méditerranée située entre l’Italie et la péninsule balkanique et entre Beethoven et Chopin pour désigner le « compositeur romantique qui a créé 21 courtes pièces au piano et dont le prénom est Frederic » mais ce que je trouve inadmissible, c’est qu’à la question « Quel est le peintre dont le prénom est Paul qui a peint plus de 80 tableaux du massif de la Sainte-Victoire », on soit incapable de donner le nom de ce peintre et même de tout autre peintre et qu’à la question « quel est le nom du navigateur florentin au service du Portugal dont on a utilisé le prénom pour qualifier le continent américain », on répond Christophe Colomb et Magellan… 

Gravure d'environ 1600 qui montre Vespucci observant la Croix du Sud.

Gravure d’environ 1600 qui montre Amerigo Vespucci observant la Croix du Sud

      Comment  se fait-il que des étudiants qui ont passé treize à quatorze années sur les bancs de l’école républicaine, réussi leur baccalauréat, et qui se destinent à des métiers à responsabilité nécessitant une solide culture générale pour pouvoir être pratiqués et évoluer peuvent-ils posséder une connaissance historique et artistique si lacunaire qu’elle leur fait ignorer l’histoire de la découverte de l’Amérique et l’œuvre d’un peintre aussi emblématique de l’identité et de la culture française qu’est Cézanne. Je me souviens avoir appris sur les bancs de ce que l’on appelait alors les cours complémentaires puis plus tard au lycée les épopées de Christophe Collomb et d’Amerigo Vespucci, ce navigateur florentin dont on avait utilisé le prénom pour qualifier le continent américain — ce que je considérais comme absolument injuste puisque je pensais à l’époque que c’était Christophe Collomb qui l’avait découvert le premier —. Cette injustice m’apparait aujourd’hui tout à fait relative depuis qu’il est acquis que ce sont en fait les Vikings qui sont les premiers européens à avoir découvert ce continent. Pour Cézanne, je me souviens vaguement que notre professeur en avait parlé en classe à l’occasion d’un cours sur le mouvement impressionniste mais c’est surtout par l’action des médias, journaux, revues et télévision et par la suite par la visite de musées que j’ai pu approfondir ma connaissance de ce peintre. Sa vie et ses œuvres et en particulier les représentations de la Montagne Sainte-Victoire sont en effet traitées de manière récurrente par les médias. Comment peut-on passer au travers d’un tel flux d’information sans en conserver la moindre trace ? Un peu plus tôt sur la même radio, toujours dans le cadre de la Journée de la langue française, dans l’émission « En direct de la BNF », l’enseignante et écrivaine Cécile Ladjalie rappelait qu’il existe en France 2,5 millions d’illettrés et s’élevait contre le nivellement par le bas de l’éducation délivrée par l’école de la République à laquelle on assiste aujourd’hui. On peut ajouter à ce constat, celui du recul inquiétant de la culture générale dans l’enseignement supérieur. Et l’on s’étonne et se lamente que la France perd du terrain sur les plans économique et culturel dans le monde…

Sur les épaules des Géants

Library_of_Congress,_Rosenwald_4,_Bl._5r

« Sur les épaules des géants » : manuscrit allemand de Rosenwald, vers 1410

      J.P. Brighelli, dans son essai paru en 2015, Voltaire ou le Jihad (édit. L’Archipel), nous rappelle la phrase fameuse du philosophe du XIIe siècle Bernardus Cartonensis (Bernard de Chartres) qui avait déclaré : « Nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de géants (les Anciens), de telle sorte que nous puissions voir plus de choses et de plus éloignées que n’en voyaient ces derniers. Et cela, non point parce que notre vue serait puissante ou notre taille avantageuse, mais parce que nous sommes portés et exhaussés par la haute stature des géants. » C’est cette métaphore,  reprise par la suite par de nombreux penseurs et savants tels que Jean de Salisbury, Isaac Newton ou Blaise Pascal et qui veut exprimer qu’il est indispensable pour pouvoir progresser dans le domaine intellectuel de s’appuyer sur l’héritage que nous ont légués les grands penseurs du passé (les «géants»), qui a servi d’introduction à l’émission à succès de Jean-Claude Ameisen sur France Inter : « Sur les épaules de Darwin… Sur les épaules des géants »
      Toujours dans le même essai, voilà ce qu’écrivait Jean-Paul Brighelli  sur le thème de la « déconstruction » en œuvre dans les domaines de l’enseignement et de la culture en France :

    « Je m’en voudrais d’avoir à rappeler que, depuis le XVIe siècle et l’humanisme, la culture est ce qui édifié l’homme — au double sens du terme : ce qui le bâtit et ce qui lui donne foi en lui-même. « Je ne bâtis que pierres vives : ce sont hommes », dit Rabelais. Chaque œuvre — chaque œuvre d’art aussi bien — construit de la permanence, du repère, du durable dans la fugacité de la vie. La conscience occidentale a édifié son propre monument de certitude, de pérennité.
    L’enseignement s’est bâti sur ce regard rétrospectif jeté sur le passé. Lorsque Montaigne écrit ses Essais en se référant sans cesse aux Exempla que lui offre l’Antiquité, il inscrit son œuvre dans ce mouvement rétrospectif/prospectif : tout progrès procède d’un regard en arrière. Nous nous élaborons dans le sentiment d’une dette et nous construisons, de notre vivant, la dette de nos successeurs. Visiter un musée ou errer dans Palmyre, c’est signer mentalement une reconnaissance de dette, honorer ce ventre civilisationnel dont nous sommes issus. (…) Nous sommes les héritiers, et la civilisation consiste à enrichir l’héritage sans rien en jeter. Nous sommes portés par nos ancêtres et nous porterons nos enfants à notre tour.

      Ainsi allaient les choses avant qu’on ne renverse les idoles.»  

Jean-Paul BrighelliVoltaire ou le Jihad – chap.2 : Déconstruction, page 24.

Enki sigle

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

2 réflexions au sujet de « Cézanne ? Amerigo Vespucci ? Connais pas… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s