Robert Schumman en 1829 : histoires d’eau

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Robert Schumann en 1829 : du Main au Rhin

Julie_&_Saint-Preux_on_Lake_Geneva

Charles Édouard Le Prince – Promenade de Julie et Saint-Preux sur le lac de Genève », 1824
Ce tableau fait allusion à la partie IV (lettre XVII) du roman épistolaire « Julie ou La Nouvelle Héloïse »

Robert Schumann (1810-1856)    Depuis Rousseau et son roman épistolaire  « Julie ou La Nouvelle Héloïse », les flâneries au bord des fleuves, les promenades romantiques en barque de préférence le soir au lever de lune sont à la mode en Europe. La première publication du roman date de 1761 au plus fort de l’Epoque des Lumières et constitue un des prémices du romantisme à venir par la célébration de la nature, l’exaltation des sentiments des personnages, et une certaine complaisance qu’ils affichent face au malheur qui les frappe. Presque sept décennies plus tard, un jeune allemand de 19 ans du nom de Robert Schumann effectue un périple entre Leipzig et Heidelberg la «ville sacrée du romantisme» où il doit effectuer des études de droit. Sur le chemin, il fait une halte à Francfort et décrit dans son «journal de voyage», sa promenade le long de la rivière Main, cet affluent du Rhin qui traverse la ville. Un peu plus tard ce sera le premier contact avec le Rhin, le fleuve sacré tutélaire de l’Allemagne, qu’il personnifie en dieu germanique puis la promenade en barque au clair de lune qu’il accomplit à Rudensheim au pied des ruines de burgs moyenâgeux. En 1929, le jeune Schumann n’a pas encore pris la décision de devenir musicien, il a engagé des études de droit sous la pression de sa mère et hésite encore entre l’écriture et la musique. Ce sera l’année suivante, à Heidelberg, qu’il annoncera à celle-ci son choix de se consacrer à la musique, peut-être sous l’influence de l’un de ses professeurs de droits, Thibaud, qui malgré un réel talent de musicien avait renoncé à sa passion pour suivre des études juridiques. Marcel Brion, dans son essai Schumann et l’âme romantique est convaincu que Schumann était aussi doué pour l’écriture que pour la musique et qu’il aurait pu devenir un grand écrivain. Voilà ce qu’il écrit à propos du texte de Schumann sur le Rhin«L’intérêt d’un morceau comme celui-ci, aussi parfaitement dessiné et coloré, est de prouver combien les ambitions littéraires de Schumann étaient justifiées, et quel grand écrivain il aurait pu être aussi, si la musique ne l’avait complètement absorbé, son activité critique n’étant que le complément de sa création musicale. Il existe peu de pages, dans la littérature romantique, qui, autant que celle que je viens de citer, réalise totalement cette synthèse des arts dont le Romantisme rêvait, cette fusion intime de la poésie, de la musique et de la figuration plastique. »

Extrait du Journal de voyage de Robert Schumann de 1829

Le Main à Francfort :    «A Francfort, on a fait halte pendant une journée pour visiter la ville et se promener sur les rives du Mein. Le ciel était absolument clair et bleu. Au loin, la chaîne géante du Taurus, d’un noir bleuté, s’inscrivait en lignes aiguës sur l’or bleu du couchant. Le ruban d’argent du Mein chatoyait à travers le jardin de fleurs printanières. Des milliers de jeune scilles cheminaient, par groupe de deux, dans les allées. Les enfants jouaient en poussant des cris de joie. Puis ce fut le silence, de plus en plus profond. Entre les corolles blanches, l’œil de la lune brilla, le rossignols ravis chantèrent en cœur, et les lilas frissonnants, les acacias que balançait la brise exhalèrent leur parfum. J’errais à l’aventure, du nord au sud, de l’est à l’ouest; il me semblait être déjà venus ici dans un beau rêve; dans les maisons entourées de jardins, la dernière lumière s’éteignit enfin. On n’entendit plus aucun être humain, sauf quelqu’un, sans doute une jeune fille, qui joua du piano jusqu’à une heure avancée de la nuit. Quand elle se tut, je quittai ma tonnelle d’acacias et continuai ma route, muet et sans pensée.»

Capture d’écran 2016-03-24 à 14.35.35

Ludwig Adrian Richter – La Traversée de l’Elbe près de Schreckenstein, 1837

La rencontre avec le Rhin«J’ai serré mes paupières pour pouvoir savourer de toute mon âme, avec recueillement, la première apparition du vieux, du majestueux père Rhin. Quand je le rouvrais, il était là, devant moi, calme, paisible, grave et fier comme un vieux dieu germanique, et avec lui tout le merveilleux pays du Rhin en fleur, ses monts, ses vallées et ses paradis environnants.»

Le Rhin à Rudensheim : «La belle ruine de l’Erenfels laissait tomber sur moi et sur le Mauseturn un regard dédaigneux. Le soleil se coucha dans sa gloire royale, puis ce fut le calme du crépuscule. A la rive de Rüdensheim étaient amarrés des bateaux chargés de vie et d’animation; le vieux pères étaient assis, la pipe aux lèvres, sur des bancs devant les maisons. des enfants merveilleux, splendides, jouaient gaîement sur les bords du fleuve, si bien que je faillis en oublier le lever de la lune. Il faisait de plus en plus calme. Je me commandais un verre de Rüdesheimer. Un vieux batelier et sa fille me conduisirent à leur barque. Pas un souffle ne ridait l’eau, l’éther lunaire était d’une pureté bleutée. Rüdesheim avec ses sombres ruines romaines se mirait dans l’onde que la lune transfigurait magiquement. La chapelle de Saint-Roch s’érigeait solitaire, sur un haute montagne. La barque qui m’avait conduit m’a ramené. Mon cœur débordait. Le petit chien étendu près du pêcheur, remuait la queue : je crissais son nom à l’écho : «Anker, Anker !» L’écho répondit : «Anker !» Puis je criais : «Robert !». Je fis accoster la barque. la lune d’argent continuait de briller et le flot errant du Rhin ferma tout doucement les paupières du voyageur qui s’assoupit.»

Georg Schneider - Clair de lune sur le Rhin et les ruines de l'Erenfels, 1790

Georg Schneider – Clair de lune sur le Rhin et les ruines de l’Erenfels, 1790

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Symphonie Rhénane N° 3 – op 97 de Robert Schumann sous la direction de Christoph Eschenbach

     À propos de cette symphonie que le compositeur avait commencé à composer en 1841 et  qu’il mettra 10 années à achever (la première aura lieu de 6 février 1851 sous sa direction à Dusseldorf, ville ou il a pris un an plus tôt la direction de l’orchestre), Marcel Brion parlera de cette émotion profonde qu’elle évoque et qui s’exprime par «les longues coulées de vagues» et «l’accord prodigieux des remous de l’eau et des tenues d’orgues qui composent leur solennelle et splendide harmonie». Ce sera sa dernière symphonie, l’ironie veut que sombrant peu à peu dans la dépression puis la folie, c’est en se jetant dans le Rhin qu’il voulut mettre fin à ses jours, quelques années plus tard. Le 27 Février, 1854, Robert Schumann, qui était très malade et dont l’état était tel qu’il devait être enfermé et surveillé chaque minute, échappe à la surveillance de son infirmière, erre dans le rues de Düsseldorf avant de se rendre sur un pont traversant le Rhin d’où il saute dans le fleuve. Il put être sauvé de justesse par des bateliers et ramené à son domicile d’où il été immédiatement transféré dans un asile d’aliénés, près de Bonn. Sa femme Clara ne devait le revoir que quelques jours avant sa mort survenue  le 29 juillet 1856. 

Dusseldorf_2DielmannLitho

Sur les berges du Rhin à Dusseldorf, vers 1850

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

article lié

  • George Caleb Bingham, peintre du mythe américain, c’est  ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s