David Cameron, l’apprenti sorcier

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

N’est pas grand sorcier qui veut…

mickeysbroomdance

Davidcameron   David Cameron s’imaginait être un grand stratège. Il faut dire que jusqu’à présent la chance avait été de son côté. En 2006, il avait profité du désarroi des conservateurs après trois défaites consécutives pour devenir leur leader en battant le favori. En 2010, il avait réussi à imposer à son parti une cohabitation avec les centristes qui lui avait permis de rétablir l’économie mise à mal par la crise financière. En 2013, la campagne électorale apparaissait très mal engagée pour les Tories concurrencés sur leur droite par le parti populiste et xénophobe UKIP. Pour rallier les électeurs qui lorgnaient alors vers ce parti, Cameron avait durci le ton vis à vis à l’Europe et promis la tenue d’un référendum sur l’appartenance à l’Union européenne. Contre toute attente, cette stratégie s’était révélée gagnante et lui avait permis d’accéder au 10 Downing Street. En 2014, il était parvenu à maintenir l’unité du pays en remportant le référendum sur l’indépendance écossaise. Huit années de baraka mais il ne savait pas encore qu’en jouant par calcul la carte des eurosceptiques il avait passé un pacte faustien avec le Diable. Sa stratégie était toute tracée : dans un premier temps, sous la menace d’un chantage au Brexit, il s’agissait d’arracher à Bruxelles des concessions supplémentaires à celles déjà obtenues par Margaret Thatcher 37 ans plus tôt ( « I want my money back » ) et, au final, fort de ce qu’il aurait présenté alors comme une victoire pour lui-même et le Royaume-Uni, convaincre facilement les électeurs au maintien de celle-ci dans l’UE. Trop sûr de lui, l’apprenti sorcier a sous-estimé l’ampleur du mécontentement que les couches populaires du Nord de l’Angleterre, des Midlands et du Pays de Galles envers l’immigration et l’Establishment. Incapable de retourner l’opinion qu’il avait lui-même conduit à l’euroscepticisme, il aura été victime de son double langage. Et nous avec…

Fantasia : où conduisent les phantasmes de grandeur et de puissance…

       Jolie métaphore de l’emballement que peut provoquer une mauvaise décision et une trop grande confiance en soi. Espérons que comme les balais porteurs d’eau, les Exits ne se multiplieront pas d’autant plus qu’il n’y a pas aujourd’hui en Europe de « Grand Sorcier » régulateur capable de remettre tout à plat…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s