Heureux présage…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Éloge de la politesse

9782228912037

       Je viens de commencer la lecture d’un nouveau petit livre écrit par un écrivain indien, prix Nobel de littérature en 1913, Rabindranath Thakur dit Tagore. Cet écrivain était un ami de Romain Rolland et c’est de cette manière que j’ai fait la connaissance de son œuvre. Ce livre qui a pour titre « La religion du poète » n’était pas un choix de ma part mais c’était le seul livre disponible de cet auteur dans la librairie où je me le suis procuré. Je bénis la providence de ces circonstances. Il est rare qu’un livre éveille notre intérêt dés les premières lignes, c’est pourtant le cas de cet ouvrage qui m’a agréablement surpris en débutant son texte par un éloge de la politesse en la hissant à la hauteur d’un art et d’un style de vie

Capture d’écran 2016-08-30 à 15.22.28

      « La politesse est la beauté du comportement. Pour être parfaite, elle exige de la patience, de la maîtrise de soi et du temps libre. car la véritable courtoisie est une création, comme la peinture ou musique. C’est une combinaison harmonieuse de la voix, des gestes, des mouvements, des paroles et des actes par laquelle s’exprime une conduite généreuse. Elle révèle l’homme lui-même et n’a pas d’autre objet.
      Nos besoins sont toujours pressés; ils se bousculent et s’agitent; ils sont violents et sans-gêne; ils n’ont pas le temps et sont impatients tant que leur but n’est pas atteint. Il est fréquent de voir chez nous, actuellement, des individus qui se servent de bidons d’essence vides pour transporter de l’eau. Ces bidons sont l’emblème d’une incivilité; ils sont brefs et brusques, ils n’ont pas la moindre honte de leur grossièreté, ils ne se soucient de rien d’autre que de leur utilité.
     Les instruments de nos besoins essentiels prétendent qu’il nous faut nous procurer des aliments, un abri, des vêtements, du confort et des aises. Et cependant des hommes perdent une partie considérable de leur temps et de leurs ressources à contredire cette assertion, afin de prouver qu’ils ne sont pas uniquement un catalogue vivant de besoins sans fin, qu’il y a en eux un idéal de perfection, un sentiment d’unité, fait d’harmonie entre les parties et d’harmonie avec l’environnement.
     La qualité de l’infini n’est pas dans la grandeur de l’étendue, elle est dans l’advaitam*, le mystère de l’Unité. Les faits occupent un temps et un espace infinis; mais la vérité qui les englobe tous n’a pas de dimensions; elle est Une. Lorsque notre cœur approche de cette Unité, dans les petites ou dans les grandes choses, il est en contact avec l’infini. »

Rabindranath Tagore, La religion du poète, texte publié en 1924, extrait de Creative Unity publié en 1922

advaitam* : Pour l’Advaita Vedānta, l’univers est une unique entité, une Totalité interconnectée. Les distinctions entre objets résultent de l’ignorance de la vraie nature de la Réalité, identique au brahman, qui transcende le temps et l’espace. Dans cet état d’ignorance, l’individu est prisonnier des illusions du monde et n’échappe pas aux réincarnations successives, fruit de son karma.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

La nuit je mens

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Alain Bashung, 1997

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Effet cataclysmique de nuages sur la Tournette

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

27 août 2016 à 8h 15 : nuages étranges sur le massif des Bornes

IMG_2122 modifié effet nuageux + ombre

Effet cataclysmique de nuage sur la Tournette – photo Enki

Effet cataclysmique de nuages sur le massif des Bornes - photo Enki (IMG_2114 modifié intensifié)

Effet cataclysmique de nuages sur le massif des Bornes – photo Enki 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Comment étaient mes vacances ? – Surréalistes…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Hommage à Chema Madoz ou « Tout est affaire de regard »

Bote

J’ai fait du bateau
D’équerre sur cale (la Mouette rieuse)

ob_bfe19b2ebf58af9921c1eeb08cfe2d51_chema-madoz-67-jpg

J’ai contemplé de beaux couchers de soleil
Angul’air (la Mouette rieuse)

Chema-Madoz3

Chassé le lépidoptère rarissime (sans le trouver)

chema-madoz-fotografia-75

j’ai fait de la peinture
Palette de noir 
(la Mouette rieuse)

chema-madoz-fotografia-87

j’ai porté des sandales
Sandales de poilu 
(la Mouette rieuse)

chema-madoz-fotografia-59

Le tout en fumant la pipe et jouant de la flute en même temps
Ceci n’est pas du pipeau 
(la Mouette rieuse en parodiant « ceci n’est pas une pipe » de Magritte)

Et vous ?  J’attends vos suggestions…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Talking old soldiers

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Blues : Betty Lavette au Lockeroom Lounge

Why hello, say can I buy you another glass of beer
Well thanks a lot that’s kind of you, it’s nice to know you care
These days there’s so much going on
No one seems to want to know
I may be just an old soldier to some
But I know how it feels to grow old

Yeah that’s right, you can see me here most every night
You’ll always see me staring at the walls and at the lights
Funny I remember oh it’s years ago I’d say
I’d stand at that bar with my friends who’ve passed away
And drink three times the beer that I can drink today
Yes I know how it feels to grow old

I know what they’re saying son
There goes old man Joe again
Well I may be mad at that I’ve seen enough
To make a man go out his brains
Well do they know what it’s like
To have a graveyard as a friend
‘Cause that’s where they are boy, all of them
Don’t seem likely I’ll get friends like that again

Well it’s time I moved off
But it’s been great just listening to you
And I might even see you next time I’m passing through
You’re right there’s so much going on
No one seems to want to know
So keep well, keep well old friend
And have another drink on me
Just ignore all the others you got your memories
You got your memories

Written by Bernie Taupin, Elton John • Copyright © Universal Music Publishing Group

 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Golem in progress

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Et pendant ce temps, en toute discrétion,  Golem continue à se bâtir…

Golem in progress, 1972, from Niki de Saint Phalle by Pontus Hulten

   « Golem in progress » – From Niki de Saint Phalle by Pontus Hulten, 1972

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

morts vivants

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Lu par Enki dans Courrier international  –  n° 1347 du 25 au 31 août 2016

   Il y a actuellement en France quelques 80 arènes dans lesquelles la corrida s’achève par la mise à mort du taureau. « La tradition reste bien vivante » (…)

Il faudrait savoir…

Photo Fernando Botan Castillo. La mort du toro brave

Photo Fernando Botan Castillo – La mort du toro brave

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––