les tribulations d’un arc-en-ciel de Lune

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

coucher du soleil sur les Alpes et le massif du Mont Blanc

coucher du soleil sur les Alpes et le massif du Mont Blanc

excursion-de-goethe-au-lac-de-joux

Excursion de Gœthe au col de Marchairuz du 24 octobre 1779

Johann Wolfgang von Gœthe (1749-1832) par Delacroix      En 1779, Gœthe parcourt la Suisse accompagné du prince Charles-Auguste de Saxe-Weimar et du baron de Wedel, grand maître des eaux et Forêts. Il a alors 30 ans et le prince 22.  À chaque étape, il envoie une lettre à l’élue de son cœur, Charlotte von Stein *, dame d’honneur à la cour de Weimar avec laquelle il entretien une relation platonique. Dans l’une de ces lettres, il décrit une excursion à cheval réalisée le 24 octobre entre la petit port de Rolle sur le Léman et le col de Marchairuz : « En nous retournant nous avions la vue du lac de Genève, des montagnes de la Savoie et du Valais; nous pouvions distinguer Lausanne et à travers un léger brouillard, le côté de Genève. Le Mont-Blanc, qui domine toutes les Alpes du Faucigny, paraissait toujours davantage. Le soleil se coucha dans un ciel pur : c’était un si grand spectacle que l’œil de l’homme n’y suffit pas. La lune presque ne son plein, se leva et nous montions toujours. Nous gravîmes le Jura à travers le bois de sapins...» Arrivés au col, les trois cavaliers furent témoins d’un spectacle surprenant, celui d’un arc-en-ciel lunaire formé par le brouillard qui couvrait la vallée de Joux et formait une mer de nuages : « Nous pensions voir sous nos yeux un grand lac et c’était un épais brouillard remplissant toute la vallée. Nous en approchâmes enfin et nous vîmes un pâle arc-en-ciel que la lune y formait…»

les-arcs-en-ciel-lunaire-photo-10    P1100636.JPG

exemple d’arc-en-ciel lunaire et de double arc-en-ciel en montagne

david-caspar-friedrich-gebirgslandschaft-mit-regenboge-03176

David Caspar Friedrich – Paysage de montagne avec arc-en-ciel, 1810

turner-lac-buttermere-1798

Turner – arc-en-ciel sur le de lac Buttermere, 1798

 * Il existe une hypothèse selon laquelle Gœthe aurait eu en réalité une liaison amoureuse avec la duchesse de Saxe-Weimar-Eisenach, Anna Amalia von Braunschweig-Wolfenbüttel (1739-1807) et que sa relation supposée avec Charlotte von Stein, la dame de compagnie de celle-ci,  n’aurait été qu’une couverture de celle entretenue avec la duchesse.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

capture-decran-2016-10-19-a-13-37-29    220px-anton_graff_-_friedrich_schiller

De gauche à droite : Charlotte von Stein et Schiller

    L’affaire aurait pu en rester là mais ce que Gœthe ignorait, c’est que Charlotte von Stein avait coutume de lire certaines de ses lettres au poète Schiller qui résidait lui aussi à Weimar. Celui-ci était alors occupé à rédiger sa fameuse pièce de théâtre Guillaume Tell et la présence fabuleuse d’un arc-en-ciel lunaire lui paru tout indiqué pour magnifier le serment des héros suisses dans la clairière du Grütli. Il intégra donc à sa pièce la description faite par Gœthe de ce phénomène optique :

Guillaume TELL – Acte II – Scène II (Extraits) – traduction de Jules Mulhauser, 1852

      Frontière d’Uni et d’Unterwalden. – Une prairie entourée de bois et de rochers escarpés. Sur les rochers sont des sentiers bordés de barrières, et dans quelques endroits des échelles d’où l’on voit descendre une partie des conjurés. Dans le fond on aperçoit un lac au-dessus duquel se montre, au commencement de la scène, un arc-en-ciel de lune. La perspective est fermée par de hautes montagnes derrière lesquelles s’élèvent des glaciers. Il fait entièrement nuit, Les glaciers et le lac reluisent seuls au clair de lune.

Melchtal, Baumgarten, Winkelried, Meier de Sarnen, Burkhard am Buhel, Arnold de Séwa, Nicolas de Flue, et quatre autres patriotes.

(Tous sont armés)

(…)

Séwa  –   Voilà. Le ciel le plus serein; et le lac s’étend là comme un miroir.

Am Buhel  – Ils ont un trajet sans obstacle.

Winkelried, montrant le lac  – Ah ! regardez là-bas ! Voyez-vous ? Quel spectacle !

Meier  –  Qu’est-ce donc ? Oui vraiment ; c’est un bel arc-en-ciel, au milieu de la nuit ; quel aspect solennel !

Mechtal  –  Des rayons de lune il tire sa lumière.

De Flue  –  Phénomène étonnant ! signe extraordinaire ! Plus d’un homme ne l’a vu de nos jours.

Séwa  –  Il est double, voyez ; en plus pâles contours un autre tout auprès se dessine et l’imite. Ah ! je vois un esquif ! Il rame, et passe vite au-dessous.

Melchtal  –  C’est Stauffach ; le brave homme longtemps ne se fait pas attendre ; avançons.           (il s’avance vers le bord avec Baumgarten).

(…)

Furst  –  Amis, soyez sans crainte ; La nuit quitte à pas lents le sein de nos vallons.

(Tous, obéissant à mouvement involontaire, ont ôté leurs chapeaux et considèrent, dans un recueillement silencieux, l’aurore qui éclaire le sommet des montagnes.)

Rosselmann  –  De par cette clarté, dont les brillants rayons nous regardent ici le spremiers de la terre, tandis que des cités la pesante atmosphère sous nos pieds berce encore le speuples languissants, de de nouveau lien formons le nœuds puissants ! Quel que soit le péril que le sort nous prépare, frères, peuples unis, que rien ne nous sépare !

(…)

(Tandis que tous se retirent dans le plus grand silence, de trois côtés différents, l’orchestre fait entendre des accords majestueux. la scène teste vide quelques années, et offre le spectacle du lever du soleil sur les glaciers.)

    On remarquera que dans la pièce de Schiller, la scène du serment est marquée par la présence de la lumière : lumière de la lune et de son arc-en-ciel qui fait office d’arc de triomphe pour l’arrivée de la barque amenant les conjurés sur le lac et lumière de soleil naissant qui marque l’issue de la réunion et laisse augurer de l’arrivée d’une nouvelle ère pour la Suisse.

der-rutlischwur-aus-friedrich-schillers-wilhelm-tell

      C’est la scène du fameux serment du Grütli que représente ces cartes postales anciennes où l’on voit les représentants  des trois cantons d’Uni, Schwyz et Unterwald, réunis « en l’an du Seigneur 1291 au début du mois d’août » dans une prairie dominant le lac des Quatre-cantons faire le serment de se défendre contre la tyrannie des Habsbourg. Le pacte, rédigé en latin prévoie que le confédérés devront se prêter assistance en cas d’attaque, n’accepteraient aucun juge étranger et se remettraient aux plus sages d’entre eux pour résoudre leurs différents et punir les criminels. Le texte du serment qui suit est celui écrit par Schiller dans sa pièces Guillaume Tell.

Wir wollen sein ein einzig Volk von Brüdern,
in keiner Not uns trennen und Gefahr.
Wir wollen frei sein, wie die Väter waren,
eher den Tod, als in der Knechtschaft leben.
Wir wollen trauen auf den höchsten Gott
und uns nicht fürchten vor der Macht der Menschen.

Acte II, scène II, traduit de l’allemand par Henri Merle d’Aubigné, Genève, 1818

Nous voulons être un seul peuple de frères,
et ne nous séparer ni dans aucun péril ni dans aucun revers 
(tous répètent ce serment en levant trois doigts sauf ceux qui en ont moins)
Nous voulons être libres comme l’ont été nos pères,
et préférer toujours la mort à l’esclavage 
(Ils repètent encore)
Nous voulons nous confier dans le Dieu souverain,
et n’avoir aucune crainte de la puissance des hommes 
(Ils répètent encore puis s’embrassent les uns les autres)

kunstler-ansichtskarte-postkarte-stuckelberg-der-rutlischwur-tellskapelle-am-vierwaldstattersee

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quelques autres illustrations du serment (sans représentations de l’arc-en-ciel)

ruetlischwur_500

Un peu mou, comme expression. Du nerf que diable !

johann-heinrich-fussli-le-serment-du-grutli-1780

Johann Heinrich Füssli : Le Serment du Grütli, 1780 – Voilà de la vigueur, de l’enthousiasme !

Jean Renggli - Schwur auf dem Rütli, 1891.jpg

Jean Renggli – Schwur auf dem Rütli, 1891 : tout aussi molasson…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s