On s’aimera – Léo Ferré, 1966

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

On s’aimera

capture-decran-2016-10-24-a-12-14-46
capture-decran-2016-10-24-a-12-18-07
   Léo Ferré (1916-1993) – On s’aimera, 1966

On s’aimera                                                       On s’aimera ce printemps
Pour un quignon de soleil                            Quand les soucis guignols
Qui s’étire pareil                                              Dansent le french cancan
Au feu d’un feu de bois                                  Au son du rossignol
On s’aimera                                                      Quand le chignon d’hiver
Pour des feuilles mourant                            De la terre endormie
Sous l’oeil indifférent                                     Se défait pour refaire
De monseigneur le froid                                L’amour avec la vie

On s’aimera cet automne                              On s’aimera
Quand ça fume que du blond                       Pour un tapis tout vert
Quand sonne à la Sorbonne                          Où comme les filles de l’air
L’heure de la leçon                                           Les abeilles vont jouer
Quand les oiseaux frileux                              On s’aimera
Se prennent par la taille                                Pour ces bourgeons d’amour
Et qu’il fait encore bleu                                  Qui allongent aux beaux jours
Dans le ciel en bataille                                   Les bras de la forêt

On s’aimera cet hiver                                    On s’aimera cet été
Quand la terre est peignée                          Quand la mer est partie
Quand s’est tu le concert                              Quand le sable est tout prêt
Des oiseaux envolés                                       Pour qu’on s’y crucifie
Quand le ciel est si bas                                  Quand l’oeil jaune du ciel
Qu’on le croit au rez-de-chaussée              Nous regarde et que c’est bon
Et que le temps des lilas                               Et qu’il coule du miel
N’est pas prêt d’être chanté                        De ses larmes de plomb

On s’aimera                                                      On s’aimera
Pour un manteau pelé                                   Pour une vague bleue
Par les ciseaux gelés                                      Qui fait tout ce qu’on veut
Du tailleur des frimas                                   Qui marche sur le dos
On s’aimera                                                      On s’aimera
Pour la boule de gui                                       Pour les sel et le pré
Que l’an neuf à minuit                                  De la plage râpée
A roulée sous nos pas                                   Où dorment des corbeaux

         Où dorment des corbeaux

capture-decran-2016-10-24-a-12-40-56

Léo Ferré et sa seconde épouse Madeleine (photo J.P. Sudre)
Quelques années plus tard, en 1968, les corbeaux de la plage s’étaient réveillés…

« On s’aimera » a sans doute été dédiée à Madeleine Rabereau, la deuxième épouse et muse du chanteur avec laquelle il a vécu entre 1950 et 1968. Voici ce que déclare la fille de celle-ci Annie Butor, à propose de Léo Ferré : « Il n’avait rien du poète éthéré. Il était susceptible, procédurier, râleur, âpre au gain (mais aussi très généreux). Et il avait la dent dure : « Tous des cons ! » sauf Catherine Sauvage, Caussimon, Aragon, Elsa Triolet, Breton… (…) D’autres, Gréco, Montand, Roland Petit, Ionesco, Buñuel… sont encore plus mal lotis. Quant à Brel, Léo ricanait sur son « je t’offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas ». Cela ne veut rien dire ! éructait-il. La fameuse photo réunissant Brel, Brassens et Ferré, en 1969, relève plus du symbole d’une époque que de réelles amitiés. »

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s