Pour faire la différence entre humains et robots (entropie et néguentropie)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

bridgitte-helm-metropolis-1927-1

 capture-decran-2016-11-08-a-08-11-28    capture-decran-2016-11-08-a-08-10-47

Dans le film Metropolis de Fritz lang, le robot de la fausse Maria se distingue de la vraie par un dysfonctionnement de la paupière gauche. 

°°°

Edgar Morin : Le paradigme perdu : la nature humaine – Extrait.

Contradiction apparente entre le processus de désorganisation du système vivant (entropie) et sa complexité croissante (neguentropie).

         Ici surgit un problème fondamental qu’avait dégagé Schrödinger (1945). Alors que le deuxième principe  signifie entropie croissante, c’est-à-dire tendance au désordre moléculaire et à la désorganisation, la vie au contraire signifiait tendance à l’organisation, à la complexité croissante, c’est à dire à la néguentropie*. Désormais est ouvert le problème de la liaison et de la rupture entre entropie et néguentropie* qui a été éclairé par Brillouin (1959) à partir de la notion d’information. C’est le paradoxe de l’organisation vivante, dont l’ordre informationnel qui se construit dans le temps semble contredire un principe de désordre qui se diffuse dans le temps. (…)

Différence de nature entre système vivant et système mécanique : supériorité du système vivant capable de s’auto-réparer.

     Les (biologistes moléculaires) ne prêtèrent guère attention à l’étape métacybernétique accomplie par le mathématicien von Neumann, dont la réflexion, dans les dernières années de sa vie, portait sur la théorie des automate. En mettant entre parenthèses la différence phénoménale évidente entre la machine artificielle la plus perfectionnée possible et la machine vivante la plus élémentaire concevable, il a mis en évidence leur différence de nature. En effet, la machine artificielle, aussitôt constituée, ne peut que dégénérer, alors que la machine vivante est, ne serait-ce que temporairement, non dégénérative, voire générative, c’est-à-dire apte à accroître sa complexité. Or le caractère véritablement paradoxal et révélateur de cette différence apparaît si l’on songe qu’une machine artificielle, bien que beaucoup moins fiable qu’une machine vivante, est constituée d’éléments beaucoup plus fiables que celle-ci. Ainsi, par exemple, un moteur de voiture est constitué de pièces hautement vérifiées, mais les risques de pannes sont égaux à la somme des risques de détérioration de chacun de ses éléments (bougie, carburateur, etc.); la machine vivante, elle, bien que constituée d’éléments peu fiables (des molécules qui se dégradent, des cellules qui dégénèrent) est extrêmement fiable; d’une part elle est éventuellement capable de régénérer, reconstituer, reproduire les éléments qui se dégradent, c’est-à-dire de s’auto-réparer, d’autre part elle est éventuellement capable de fonctionner malgré « la panne » locale; c’est-à-dire de réaliser ses buts par des moyens des fortune, alors que la machine artificielle est tout au plus capable de diagnostiquer l’erreur puis de s’arrêter.
      Bien plus : alors que le désordre interne, c’est-à-dire, en termes de communication, le « le bruit » ou l’erreur, dégrade toujours la machine artificielle, la machine vivante fonctionne toujours avec une part de « bruit », et l’accroissement de complexité, loin de diminuer la part du bruit toléré, l’accroît. Mieux encore, il semble y avoir, entre certains seuils, une relation générative intime (…) entre l’accroissement de « bruit » ou désordre et l’accroissement de complexité.

Edgar Morin, Le paradigme perdu : la nature humaine – éd. du Seuil, 1973 – p.27-29

 * Néguentropie : La néguentropie ou entropie négative (contraction de l’anglais négative-entropy) est un facteur d’organisation des systèmes physiques, et éventuellement sociaux et humains, qui s’oppose à la tendance naturelle à la désorganisation qu’on appelle l’entropie. 

brigitte-helm-metropolis-1927

Tout cela n’empêche pas d’avoir de temps en temps des rapports conviviaux avec les machines… Ici Brigitte Helm prenant du bon temps pendant le tournage de Metropolis

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

articles liés

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s