Encore un jour de rien

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

A propos de Mirrors, photographies de l’Arkansas State Prison (1915-1937) par Bruce Jackson

Photographs from the Arkansas State Prison (1915-1937) by Bruce Jackson

°°°

Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez les coeurs contre nous endurcis…… François Villon

Encore un jour de rien…

Encore un jour de rien,                                                 et puis dans un recoin, tout rabougris,
Un jour sans pesanteur,                                                un coeur exangue solitaire
un jour de vide, un jour d’absence,                            et une âme abandonnée flétrie.
un jour de bruits étouffés lointains,
comme échappés du silence :                                      Etranger de passage,
pas qui résonnent sur le sol dur,                                Nous n’avons rien à te dire.
métal des serrures qui grinçe,                                     Ne nous dévisage pas,
jappements des portes que l’on claque,                    Ton regard nous fait mal !
bribes éparses de paroles et de cris.                           Retourne à ton monde heureux.
                                                                                            Le monde des enfants aux rires éclatants,
Dérisoires instants de vie,                                            Le monde des femmes à la peau douce,
que l’on oubliera vite, au soir,                                     aux parfums suaves et énivrants,
quand on ouvrira d’une main fébrile,                       là où une vieille femme qui t’aime
la  petite boîte de fer blanc ;                                         t’ouvrira tendrement les bras
là où sont déjà rangés, en vrac,                                   et te consolera comme un enfant…
mêlés à quelques papiers jaunis
et à de vieilles photos racornies :                               Etranger, nous n’éprouvons aucune haine,
un jeune enfant au rire éclatant,                                Rien qu’une montée de sanglots
une belle femme à la peau douce                               irrépressible, du fond de notre gorge,
au parfum suave et enivrant,                                      Mais nous ne pleurerons pas.
une vieille femme à l’air humble,                              Nous retiendront nos larmes,
en habits noirs, aux cheveux blancs,                         Et les enfouirons intérieurement,
qui vous regarde intensément,                                   au plus profond, au plus profond…

Capture d’écran 2013-08-05 à 14.27.56

        .
5 février 2009
.

Capture d’écran 2013-08-13 à 01.44.12

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s