Regard & regards


tumblr_o9ib6hea9x1stt977o1_1280

    Deux regards intenses captés sur Internet dont je ne connais ni les auteurs ni les circonstances de prises de vue, mais je devrais plutôt dire quatre regards car aux regards des personnages captés par le photographe s’ajoute notre propre regard de spectateur qui détermine l’interprétation que nous faisons de ces photographies.

    Le premier regard fixe quelque chose ou quelqu’un par l’anfractuosité d’une paroi de planches. J’avoue avoir hésité sur l’interprétation de ce regard : influencé dans un premier temps par les conditions matérielles de la vue, je l’ai appréhendé comme un regard caché, un regard de voyeuse et j’ai imaginé que les yeux de cette femme fixaient une scène où figuraient une ou plusieurs personnes. Dans la suite logique de cette interprétation, j’ai cru discerner dans ce regard l’expression mélangée d’un intérêt marqué et d’un sentiment d’expectative, d’inquiétude et peut-être même de réprobation. En même temps je percevais bien, et de manière paradoxale, que ce regard exprimait également, de par son caractère pensif, une certaine distanciation de la voyeuse par rapport à la scène. C’est ce contraste et même cette opposition entre l’intérêt qui aurait du être porté à la vision qui est celui de la voyeuse et ce regard évasif qui a fait évoluer mon interprétation. On peut en effet également imaginer que la vision de la femme par l’ouverture étroite de la paroi de planches ne se portait à priori sur aucun objet particulier. La femme regarderait alors le paysage sans le voir et son regard traverserait celui-ci sans s’y poser, comme face à un écran transparent dont on oblitère totalement l’existence et seules seraient alors présentes dans sa conscience les pensées du moment qui la préoccupent, ce qui expliquerait son regard vide et perdu. Ces hésitations sont une nouvelle fois la preuve que l’interprétation d’une œuvre d’art est fonction de la personnalité du spectateur, de son état d’âme et de sa culture et qu’en livrant son interprétation de l’œuvre, le spectateur se dévoile plus qu’il ne la dévoile.

capture-decran-2016-12-30-a-15-11-54

en contrepoint, un autre regard pensif, celui de l’acteur Bengt Ekerot dans le rôle de la Mort dans le film de Bergman, Le Septième sceau.

tumblr_o9ovs2pfgk1qahuhjo1_1280

      Le second regard, celui d’une vieille femme portant un voile ou une capuche, répond au regard ou à l’objectif du photographe qui la fixe. Celui-ci grâce à la technique de la prise de vue a choisi de mettre en valeur par la maîtrise de l’éclairage une partie limitée du visage qui semble émerger ainsi  d’un fond d’obscurité. De ce fait, un seul œil apparaît visible qui porte l’ensemble du regard. Ce n’est pas un regard chargé d’hostilité mais plutôt de réserve et d’absence totale d’empathie. Le regard d’un être tapi derrière son couvre-chef qui à la fois le protège et le coupe du monde, un être avec lequel le visage fermé aux traits tirés et la froideur du regard bloque toute velléité de communication.


Une réflexion au sujet de « Regard & regards »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s