Et maintenant, cultivons un peu notre mélancolie…


« For the times they are a-changin’ »    interprété par Keb’ Mo’


Come gather around people

Wherever you roam
And admit that the waters
Around you have grown
And accept it that soon
You’ll be drenched to the bone
And if your breath to you is worth saving
Then you better start swimming or you’ll sink like a stone
For the times they are a-changing

Come writers and critics
And keep your eyes wide
The chance won’t come again
And don’t speak too soon
For the wheel’s still in spin
And there’s no telling who that it’s naming
For the loser now will be later to win
Cause the times they are a-changing

Come senators, congressmen
Please heed the call
Don’t stand in the doorway
Don’t block up the hall
For he that gets hurt
Will be he who has stalled
There’s the battle outside raging
It’ll soon shake your windows
And rattle your walls
For the times they are à-changing

Comme mothers and fathers
Throughout the land
And don’t criticize
What you can’t understand
Your sons and your daughters
Are beyond your command
Your old road is
rapidly aging
Please get out of the new one
If you can’t lend your hand
For the times they are a-changing

The line it is drawn
The curse it is cast
The slow one now
Will later be fast
As the present now
Will later be past
The order is
Rapidly fading
And the first one now
Will later be last
For the times they are a-changing

To roam : errer / To drench : tremper / to lend : prêter / curse : malediction / cast : jeter / fading : décolorer


Keb'Mo'.png   Keb’ Mo’, de son vrai nom Kevin Moore, est un chanteur et guitariste de blues américain, né à Los Angeles, Californie, en 1951. Il a remporté plusieurs Grammy Award du Meilleur disque de Blues contemporain. Après avoir commencé une carrière d’acteur de théâtre même s’il pratiquait la musique depuis son adolescence, essentiellement du calypso et du folk acoustique sous l’influence d’un de ses oncles folk singer. Il a été repéré par les commerciaux de chez Sony, qui lui ont proposé de jouer au nouveau Robert Johnson (crédit Wikipedia)


Mais peut-être préférez-vous la version originale par Bob Dylan de 1964


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s