Complainte du petit cheval blanc


Ce monde est vraiment injuste…

Capture d’écran 2017-02-20 à 21.30.04.png

Guernica de Picasso (détail)

La complainte du petit cheval blanc

Le petit cheval dans le mauvais temps,        Sa voiture allait poursuivant 
Qu’il avait donc du courage !                          Sa belle petite queue sauvage. 
C’était un petit cheval blanc,                           C’est alors qu’il était content
Tous derrière, tous derrière,                           Tous derrière, tous derrière,
C’était un petit cheval blanc,                           C’est alors qu’il était content,
Tous derrière et lui devant.                             Tous derrière et lui devant.

Il n’y avait jamais de beau temps                  Mais un jour, dans le mauvais temps, 
Dans ce pauvre paysage,                                 Un jour qu’il était si sage,
Il n’y avait jamais de printemps,                   Il est mort par un éclair blanc,
Ni derrière, ni derrière.                                  Tous derrière, tous derrière,
Il n’y avait jamais de printemps,                   Il est mort par un éclair blanc
Ni derrière, ni devant.                                     Tous derrière et lui devant.

Mais toujours il était content,                        Il est mort sans voir le beau temps,
Menant les gars du village,                             Qu’il avait donc du courage !
A travers la pluie noire des champs,            Il est mort sans voir le printemps
Tous derrière, tous derrière,                          Ni derrière, ni derrière.
A travers la pluie noire des champs,            Il est mort sans voir le beau temps,
Tous derrière et lui devant.                            Ni derrière, ni devant.

compositeur Georges Brassens sur un poème de Paul Fort, 1952

georges-brassens-et-paul-fort

      Brassens et Paul Fort. Ci-dessous, la chanson interprétée par Brassens qui m’a beaucoup attendri quand j’étais enfant. Je trouvai qu’il était d’une injustice insupportable que ce brave petit cheval innocent qui en plus faisait preuve de tant d’abnégation pour accomplir sa difficile tâche au bénéfice des humains soit frappé par la foudre. Dans ma naïveté d’enfant, je ne comprenais pas pourquoi le Bon Dieu commettait (ou laissait faire, ce qui revenait au même) cela. Peut-être cette révolte a t’elle joué un rôle dans le développement ultérieur de mon athéisme.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s