Das Lied vom Surabaya Johnny par Lotte Lenya


Lotte Lenya : Das Lied vom Surabaya Johnny

       Surabaya Song est avec Bilbao Song la chanson la plus célèbre tirée de Happy End, une comédie musicale crée par Kurt Weill, Elisabeth Hauptmann et Bertold Brecht en septembre 1929 à Berlin. N’ayant pas recueilli le succès escompté, elle sera retirée de l’affiche après seulement sept représentations mais sera montée à Broadway en 1977 où elle sera présentée 75 fois. la chanson a été interprétée par de nombreux chanteurs.

Das Lied vom Surabaya Johnny

Ich war jung, Gott, erst sechzehn Jahre                        J’étais jeune, dix-sept ans, une môme
Du kamest von Birma herauf                                          Je t’ai vu, t’arrivais d’Birmanie
Und sagtest, ich solle mit dir gehen                               Tu disais qu’il fallait que j’te suive
Du kämest für alles auf                                                    Tu disais «T’auras pas d’soucis»
Ich fragte nach deiner Stellung                                       J’ t’ai demandé c’que tu faisais dans la vie
Du sagtest, so wahr ich hier steh                                    Tu m’as dit, aussi vrai que j’suis là
Du hättest zu tun mit der Eisenbahn                             Je travaille quelque part aux chemins d’fer
Und nichts zu tun mit der See                                         Et je n’ai rien à fiche sur la mer
Du sagtest viel, Johnny                                                     Tu parlais trop, Johnny
Kein Wort war wahr, Johnny                                          Tout était faux, Johnny
Du hast mich betrogen,Johnny, in der ersten Stund  Dés l’premier mot, Johnny, tu m’as trompée
Ich hasse dich so, Johnny                                                 Ah, c’que j’te hais, johnny
Wie du da stehst und grinst, Johnny                             Quand t’es là qui ricanes, Johnny
                                                                                               Tu retires cette pipe de ta grande gueule ?
                                                                                               Ordure !
 
Surabaya-Johnny, warum bist du so roh ?                   Surabaya Johnny, pourquoi t’es si méchant ?
Surabaya-Johnny, mein Gott, ich liebe dich so.           Surabaya Johnny, Bon Dieu! Et moi qui t’aime tant
Surabaya-Johnny, warum bin ich nicht froh ?            Surabaya Johnny, pourquoi je souffre tant ?
Du hast kein Herz, Johnny, und ich liebe dich so.      T’as pas d’cœur, Johnny, et moi qui t’aime tant
 
Zuerst war es immer Sonntag                                         Y avait sept dimanches par semaine
So lang, bis ich mitging, mit dir                                      Au début quand j’te connaissais pas
Aber schon nach zwei Wochen                                       Mais au bout de quinze jours à peine
War dir nichts mehr recht an mir                                  Y’a plus rien qui t’plaisait en moi
Hinauf und hinab auf den Pandschab                          Qu’il est long le chemin jusqu’au Punjab
Den Fluß entlang bis zur See.                                          De la source du fleuve à la mer
Ich sehe schon aus im Spiegel                                         J’ose même plus me regarder dans une glace
Wie eine Vierzigjährige                                                    J’ai déjà l’air d’une vieille rombière
Du wolltest nicht Liebe, Johnny                                      Il t’fallait pas d’amour, Johnny
Du wolltest Geld, Johnny                                                  Il t’fallait du fric, Johnny
Ich aber sah, Johnny, nur auf deinen Mund                Moi, bonne idiote, je n’voyais plus qu’ta bouche
Du verlangtest alles, Johnny                                            Tu as tout exigé, Johnny
Ich gab dir mehr, Johnny                                                 Et j’en ai remis, Johnny
                                                                                               Tu retires cette pipe de ta grande gueule ?
                                                                                               Ordure !
 
Surabaya-Johnny, warum bist du so roh?                    Surabaya Johnny, pourquoi t’es si méchant ?
Surabaya-Johnny, mein Gott, ich liebe dich so.          Surabaya Johnny, Bon Dieu! Et moi qui t’aime tant
Surabaya-Johnny, warum bin ich nicht froh ?            Surabaya Johnny, pourquoi je souffre tant ?
Du hast kein Herz, Johnny, und ich liebe dich so.      T’as pas d’cœur, Johnny, et moi qui t’aime tant
 
Ich habe es nicht beachtet                                               J’ai jamais bien cherché au juste
Warum du den Namen hast                                            Où t’avais pu trouver c’nom-là
Aber auf der ganzen langen Küste                                Mais du haut jusqu’en bas de la côte
Warst du ein bekannter Gast                                          Y’avait pas d’client plus connu que toi
Eines morgens in einem Sixpencebett                          Un beau jour, dans un lit à cent balles
Werd ich donnern hören die See                                    J’entendrai le tonnerre de la mer
Und du gehst, ohne etwas zu sagen                               Et voilà qu’tu t’en vas sans rien dire
Und dein Schiff liegt unten am Kai                                Ton bateau est à l’ancre en bas
Du hast kein Herz, Johnny                                               Tu n’as pas d’cœur, Johnny
Du bist ein Schuft, Johnny                                                T’es un salaud, Johnny
Du gehst jetzt weg, Johnny, sag mir den Grund          Voilà qu’tu pars, Johnny, sans dire pourquoi
Ich liebe dich doch, Johnny                                             Mais moi, je t’aime, Johnny
Wie am ersten Tag, Johnny                                             Comme au premier jour
Nimm die Pfeife aus dem Maul                                      Johnny, tu la retire cette pipe de ta grande gueule ?
Du Hund.                                                                             Ordure !
 
Surabaya-Johnny, warum bist du so roh?                    Surabaya Johnny, pourquoi t’es si méchant ?
Surabaya-Johnny, mein Gott, ich liebe dich so.          Surabaya Johnny, Bon Dieu! Et moi qui t’aime tant
Surabaya-Johnny, warum bin ich nicht froh?             Surabaya Johnny, pourquoi je souffre tant ?
Du hast kein Herz, Johnny, und ich liebe dich so.      T’as pas d’cœur, Johnny, et moi qui t’aime tant

Johnny !                                                                               Johnny !


Lotte_Lenya.jpgLotte Lenya est une chanteuse et actrice autrichienne née à Vienne en 1898, naturalisée américaine. Elle avait épousé le compositeur allemand Kurt Weill, collaborateur de Bertold Brecht, en 1927 mais le couple avait du quitter l’Allemagne à cause des origine juives de celui-ci et de ses sympathies communistes. Ses œuvres avaient fait l’objet d’un autodafé  organisé par les nazis. Après un séjour à Paris, ils émigrent à New York où ils poursuivent leurs carrières respectives. Au décès de Kurt en 1950, Lotte poursuit une carrière de chanteuse et d’actrice jusqu’à sa mort d’un cancer en 1981.


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s