le Soir ou les illusions perdues


Mélancolia

(c) Walker Art Gallery; Supplied by The Public Catalogue Foundation

Charles Gleyre – le soir ou Les illusions perdues, 1843

      C’est le tableau grâce auquel le peintre romantique Charles Gleyre connaîtra enfin à l’âge de 37 ans la notoriété. Présenté sous le titre Le Soir au Salon de 1843, le tableau qui préfigure la peinture symboliste est récompensé d’une médaille d’or et est acquis par l’État qui l’exposera au Musée Royal des artistes vivants. Il sera par la suite abondamment diffusé en forme gravée sous le titre Les Illusions perdues, qui reprend le titre d’un roman de Balzac édité entre 1837 et 1843. Le tableau reproduirait une vision qu’aurait fait le peintre une journée de mars 1835 sur les bords du Nil alors qu’il méditait sur la perte de sa jeunesse et des illusions de gloire et d’amour qui l’avaient accompagné. Le tableau avait l’ambition de réaliser « la triple harmonie entre les formes, les couleurs et les sons ».

1046940.jpeg

1046951

« Un homme dont la barbe commence à s’argenter contemple, assis et rêveur, les illusions, les plaisirs de la jeunesse qui s’enfuient… »   (Francis Wey)

Ch. Gleyre, Les Illusions perdues, huile sur toile, 156,5 x 238 cm, 1843.jpg

Photographie du tableau réalisée à l’époque  par la société Goupil et Cie


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s