Ils ont dit… (5)


Sigmund Freud (1856-1939)    Heinrich Heine (1797-1856) peint par Moritz Daniel

Il faudrait savoir….

        « Les philosophes n’ont jamais fait que boucher les trous de l’univers avec les lambeaux de leur robe de chambre »

Freud, cité par Roland Jaccard dans La tentation nihiliste – 1ère édit. 1989.


       « Avec son bonnet de nuits et des lambeaux de sa robe de chambre, le philosophe bouche les trous de l’édifice universel »

Heinrich Heine


   Après vérification, il semble bien qu’il faille attribuer à Heinrich Heine (1797-1856), la paternité de cette citation. En effet, Freud la présente lui-même comme une citation du poète allemand dans un passage des Nouvelles conférences sur la psychanalyse qu’il a prononcées au cours des années 1915-1917 à l’Université de Vienne :

   « La philosophie ne s’oppose pas à la science ; se comportant elle-même comme une science, elle en emprunte aussi parfois les méthodes, mais s’en éloigne en se cramponnant à des chimères, en prétendant offrir un tableau cohérent et sans lacunes de l’univers, prétention dont tout nouveau progrès de la connaissance nous permet de constater l’inanité. Au point de vue de la méthode, la philosophie s’égare en surestimant la valeur cognitive de nos opérations logiques et en admettant la réalité d’autres sources de la connaissance, telles que, par exemple, l’intuition. Assez souvent, l’on approuve la boutade du poète (Henri Heine) qui a dit en parlant du philosophe : « Avec ses bonnets de nuit et des lambeaux de sa robe de chambre, il bouche les trous de l’édifice universel ». Mais la philosophie n’exerce aucune influence sur la masse et n’intéresse qu’un nombre infime de personnes, même parmi celles qui forment le petit clan des intellectuels.

Sigmund Freud, Nouvelle conférence sur la psychanalyse, Paris, Gallimard, 1936.


     En fait, il s’agit plus d’une imprécision de Roland Jacquard qu’une erreur puisque celui-ci rectifiera le tir dans son ouvrage Freud, jugements et témoignages publié en 2006 :

    « Incontestablement, le « Surmoi » de Freud était un « Surmoi » scientifique, hyperfocal et positiviste. Grosso modo, d’ailleurs, son œuvre peut-être qualifiée de  « scientifique » — tant par la rigueur de ses observations qui la légitiment que par la cohérence de l’appareil théorique qui la fonde — d’« hyperfocale » — par la primauté qu’elle accorde à la sexualité génitale — et de « positiviste » — par sa croyance implicite en le bienfaits d’une dictature de la raison et sa méfiance devant toute spéculation philosophique. Freud approuve la boutade de H. Heine qui, en parlant du philosophe, dit : « Avec ses bonnets de nuit et des lambeaux de sa robe de chambre, il bouche les trous de l’édifice universel ». 

Roland Jaccard, Freud, Jugements et témoignages – PUF, 2006.


Une réflexion au sujet de « Ils ont dit… (5) »

  1. Ping : Ils ont dit… — de paysage en paysage – encres et paroles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s