Réchauffement climatique – « Je ne veux pas savoir… »


james-balog
James Balog

« Je prends conscience qu’un jour ou l’autre on va basculer de l’autre côté de l’horizon et on ne reviendra plus »    

   Hier soir, à la télévision, la chaîne Arte passait  » Chasing Ice « , un documentaire sur l’accélération de la fonte des glaciers sous l’effet du réchauffement climatique, il mettait en scène le photographe James Balog, ancien climato-sceptique, que le magazine National Geographic avait chargé de photographier et filmer sur une longue période l’évolution de certains glaciers de l’hémisphère Nord au Groenland, en Alaska et dans les Rocheuses. Durant trois années, 24 caméras ont photographié à intervalles réguliers les changements physiques que ces glaciers subissaient du fait des modifications du climat, changements qui paraissent le plus souvent inaperçus sur une longue durée mais qui se révèlent être d’une ampleur  considérable lorsqu’on les visualise en accéléré. Les images montrant les têtes de glacier fondre, se recroqueviller et finalement disparaître font penser à l’agonie d’un animal. Les relevés effectués par Balog et son équipe montre que le phénomène est en voie d’accélération et risque de s’emballer et devenir irréversible. Les conséquences seraient dramatiques pour la planète et les populations vivant au bord des côtes : si la tendance actuelle se poursuivait, la fonte totale de la calotte glaciaire recouvrant le Groenland ferait monter à long terme le niveau de la mer de 7 m et sans parler de la fonte de l’Antarctique qui ferait monter de 60 m supplémentaire. D’ores et déjà, on  prévoit que si rien n’était entrepris pour réduire notre consommation d’énergies fossiles d’ici l’an 2100, la montée des eaux pourrait pourrait à long terme être comprise entre 4,3 et 9,9 m et l’on devrait s’attendre à la submersion d’immenses territoires et s’attendre à des mouvements de migration massifs de populations. La Floride, une partie de la Louisiane et la majeure partie du Bangladesh seraient sous les eaux et New York deviendrait inhabitable dés 2085. Un récent rapport de l’ONU prévoit déjà 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde en 2050.


Capture d’écran 2018-03-11 à 14.14.16.png

Passivité des autorités et des populations.

     Il faut bien reconnaître que jusqu’à aujourd’hui, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation menées sur le sujet, les pouvoirs politiques et les populations n’ont pas pris toutes les mesures de la catastrophe qui va bientôt s’abattre sur la planète. Le monde entier est dans le déni le plus complet, chacun espérant qu’il sera épargné par les conséquences qui ne manqueront pas de résulter de cet état de fait. Il est notamment incompréhensible que l’on continue à urbaniser Miami à tout va alors que la ville a de plus en plus souvent les pieds dans l’eau. On comprend que certains édiles et promoteurs immobiliers motivés par leur intérêt à court terme fassent preuve d’irresponsabilité et de cynisme mais comment expliquer qu’ils trouvent encore des acheteurs ? Il faut dire que l’actuel gouvernement américain donne le mauvaise exemple en relançant l’exploitation des gisements d’énergies fossiles (dont la plus polluante, le charbon) et en se retirant  du traité de Paris. Mais en dehors de la responsabilité des pouvoirs politiques et économiques dans le fait que peu d’actions sont entreprises pour contrer le phénomène, que dire du déni manifesté par la majeure partie d’entre nous. Combien sont prêts à  assumer leur responsabilité et pour cela changer drastiquement leur mode de vie ? Comme le disait James Balog lors d’un interview : « Quand mes deux filles me demanderont dans vingt ans : Qu’a tu fait papa contre le réchauffement climatique quand il était encore temps ? je voudrais pouvoir leur répondre : Le maximum de ce que je pouvais faire…»

Capture d’écran 2018-03-11 à 11.48.38.png
En 10 années, de 2001 à 2010, le glacier Ilulissat au Groenland a reculé autant qu’en un siècle


   Pour illustrer l’attitude de tous ceux qui sont conscients du risque encourus mais qui ne réagissent pas et continuent de profiter « pendant qu’il en est encore temps » des derniers « délices de Capoue » deux paraboles me viennent en tête. La première est celle tirée d’un récit qui a bercé mon enfance, celui de la chèvre de Monsieur Seguin d’Alphonse Daudet. Ayant désobéi à son maître, Monsieur Seguin qui lui interdisait d’aller gambader dans la montagne pour la protéger du loup, Blanquette la chèvre se retrouva la nuit venue à devoir lutter contre celui-ci sans espoir d’échapper à son sort. Mais entre deux coups de cornes, elle ne manquait pas de brouter encore une fois quelques brins de cette herbe délicieuse pour laquelle elle avait pris tous les risques. C’est la même attitude que nous avons face au changement climatique en refusant de changer notre mode de vie : « Encore un instant, Monsieur le bourreau …» :

    « Ah ! la brave chevrette, comme elle y allait de bon cœur ! Plus de dix fois, je ne mens pas, Gringoire, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine. Pendant ces trêves d’une minute, la gourmande cueillait en hâte encore un brin de sa chère herbe ; puis elle retournait au combat, la bouche pleine… Cela dura toute la nuit. De temps en temps la chèvre de M. Séguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair et elle se disait :
    – Oh ! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube…»

    La seconde parabole est celle de l’arbre à miel tirée d’un récit tiré d’un livre extraordinaire paru en Occident au Moyen-âge, la légende de Saint-Josaphat, qui apparait comme une synthèse du bouddhisme  et du christianisme. Parmi les nombreuses paraboles décrites par cette légende, l’une présente le cas d’un homme placé à la suite de circonstances toutes plus rocambolesques les unes que les autres dans une situation désespérée puisqu’il se retrouve suspendu à un arbuste au-dessus du vide, assailli par des créatures plus maléfiques les unes que les autres et qui, contre toute attente, va oublier son malheur en découvrant que des gouttes de miel s’écoulent des branches de l’arbuste situé au-dessus de lui…

BJ-parabole-Boetius-Adam-Bolswert-1580-1634
Boetius Adam Bolswert – Parabole de l’homme accroché à un arbuste

Parabole de l’arbre à miel

    « Un homme était poursuivi par une licorne, et tendis qu’il essayait de se soustraire par la fuite à son attaque, il tomba dans une fosse. En tombant, il étendit ses deux bras et s’accrocha à un petit arbre qui croissait sur un des côtés du fossé. Après avoir pris un solide point d’appui avec les pieds et avoir bien empoigné l’arbre, il s’imagina être sauvé, quand il aperçut deux souris, une blanche et une noire, occupées à couper les racines de l’arbre auquel il était suspendu. En regardant au-dessous de lui dans la fosse, il aperçut un dragon horrible, à la gueule grande ouverte, tout prêt à le dévorer; et quand il examina l’endroit  sur lequel reposait ses pieds, il aperçut les têtes de quatre aspics qui avaient les yeux fixés sur lui. Il releva alors la tête et remarqua que des gouttes de miel tombaient de l’arbre auquel il était suspendu. En un instant, licorne, dragon, souris et serpents, tout fut oublié, et son esprit ne fut plus occupé qu’à saisir au passage avec ses lèvres les gouttes de miel qui découlaient de l’arbre. »

Texte cité par le philologue et orientaliste allemand Max Müller dans son essai Mythologie comparée.


     La licorne représente la mort, elle poursuit l’homme sans cesse et aspire à le prendre; l’abîme, c’est le monde avec tous les maux dont il est plein. L’arbuste, c’est la vie de chacun d’entre nous réduite à tous moments, nuit et jour, comme si elle était rongée par des rats noir et blanc, et qui va être coupée. L’endroit où sont les quatre aspics, c’est le corps composé de quatre éléments, dont les désordres amènent la dissolution. Le dragon terrible est la gueule de l’enfer, qui convoite de dévorer tous les hommes. Le miel du rameau, c’est le plaisir trompeur du monde, par lequel l’homme se laisse séduire, et qui lui cache provisoirement le péril qui l’environne.   

Tout est dit...

Enki sigle


articles liés


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s