2 thoughts on “Cinquante nuances de gris…

  1. D’ici, Paris, coeur de Paris qui bat au ralenti du premier novembre, on se dit qu’on serait bien là-bas dans ces couchers et levers du jour, mais, il n’y a nul lieu, autre qu’en soi, où il faut réussir à se sentir bien. N’empêche ! Merci pour le point de vue. M.C.

    • Rebond
      « se sentir bien en soi-même » ? Vaste programme… Le problème est de savoir si on peut l’être avec ou sans les autres. C’est mon point de vue mais déjà, en envisageant les choses à partir de notre « point de vue » propre, on réduit sans aucun doute le champ des possibles…
      BC
      Enki

Laisser un commentaire