Sète, de l’île singulière à l’île au singulier pluriel


Sète (anciennement Cette) : l’île singulière

Plan de la ville et du port de Cette en 1774 selon J. Jefferys

Plan de la ville et du port de Cette en 1774 selon J. Jefferys

Le port de Sète en 1845

Le port de Sète, le long du canal Royal, en 1845

Slide-2_Vue-sete.jpg

Vue d’ensemble du port de Sète aujourd’hui avec le cordon du Lido en haut à gauche, l’étend de Thau en arrière plan et le mont Saint-Clair qui domine la ville et le canal Royal qui relie la mer à l’étang de Thau.


Sète, l’île au singulier pluriel – photos Enki

IMG_6255.JPG

Le port de Sète vu du Mont Saint-Clair

IMG_6045

Sète, le port industriel

IMG_6056

Communication…

IMG_6008

Le canal Royal

IMG_6362.jpg

le cordon sablonneux du Lido entre étang de Thau et Méditerranée qui relie l’île  au cap d’Agde


Géométries amoureuses

IMG_6002

Pour agrandir l’une des photos, cliquer dessus. Les photos ensuite défilent


IMG_6086

C’est toi ? Gens de Sète


Gribouillage et embrouilles (déformations causées par mon IPhone en folie…)


« Where Have All the Flowers Gone ? » (Où vont les fleurs ?) interprétée par Marlene Dietrich – chanson de l’opposition à la guerre du Vietnam


     Émouvante et merveilleuse Marlene Dietrich qui a eu le courage de s’opposer à ce qu’était devenu son pays et de choisir un exil de résistance et de combat.

Marlene Dietrich.jpg

Marlene Dietrich – « Où vont les fleurs ?« , 1962

    « Où vont les fleurs ? » est une reprise en français (texte de R. Rouzaud et de F. Lemarque) de « Where Have All the Flowers Gone ? », une chanson composée et écrite en 1955 par Pete Seeger, le barde de la musique folk américaine, à partir de Koloda Douda, une comptine russe appartenant au folklore cosaque, bâtie sur une suite de questions et de réponses, qu’il avait découvert en lisant le roman de Cholokov, le Don paisible.

А иде ж гуси?
В камыш ушли.
А иде ж камыш?
Девки выжали.
А иде ж девки?
Девки замуж ушли.
А иде ж казаки?
На войну пошли

Et où sont les oies ?
Parties dans les joncs.
Et où sont les joncs ?
Les filles les ont coupés.
Et où sont les filles ?
Mariées avec leurs hommes.
Et où sont leurs Cosaques ?
Partis à la guerre.

      Remisée au placard durant plusieurs années, la chanson est redécouverte en 1960 par le chanteur et musicien folkloriste Joe Hickerson qui complète le texte de Seeger et en fait l’hymne pacifiste universel interprétée par de nombreux artistes de par le monde qu’elle est devenue aujourd’hui. C’est en juillet 1962 que Marlene Dietrich sort une première version en français en disque 45 tours puis une version en allemand, « Sag mir, wo die Blumen sind », en octobre de la même année, lors d’un gala de l’UNICEF à Dusseldorf (texte de Max Colpet). Pete Seeger déclarait que cette version allemande « sonne mieux que la mienne anglaise ». Pour ma part, après avoir écouté de nombreuses versions en français (Francis Lemarque, Dalida), en anglais (Pete Seeger, Joe Hickerson, Peter, Paul and Mary, Joan Baez) et en allemand (Marlene Dietrich, Nana Mouskouri, Hildegard Knef). Je trouve que ce sont les interprétations en français et en allemand de Marlene Dietrich qui, par la fragilité, la suavité et la douceur de sa voix empreinte d’une profonde nostalgie, les dépassent de très loin. La chanson débute et se termine par un chuchotement à notre oreille et, lorsqu’il est question des soldats morts au combat, empreinte une tonalité semblable à un sanglot. Même les maladresses de son interprétation ajoutent un sentiment de vérité et de sincérité qui tranche avec les interprétations désincarnées des chanteurs trop professionnels. Une interprétation qui me donne la chair de poule… Cette chanson a été très utilisée par les opposants à la guerre du Vietnam. Elle a été classée en 2010 par le magazine britannique New Statesman comme l’une des « 20 plus grandes chansons politiques » de tous les temps…              (crédit Wikipedia)

Capture d’écran 2017-07-22 à 05.08.42.png

    À combien de manifestations contre la guerre menée par les USA avons nous participé durant cette période et combien de pétitions avons nous fait signé avant de les remettre à l’ambassade américaine. Il existait alors un sentiment d’injustice, d’indignation et de révolte qui faisait comme la jeune fille de la photo suivante l’a plus tard déclaré que nous nous sentions viscéralement contraints de réagir. Cela était lié à l’état d’innocence qui  était alors le nôtre. Les temps ont bien changés, nous sommes devenus résignés et fatalistes. Combien de manifestants seraient présents aujourd’hui pour manifester contre les guerres au Moyen-Orient ? Il est vrai que sur le plan idéologique, tout, depuis,  s’est brouillé…


la jeune fille à la fleur – Manifestation du 21 octobre 1967 à Washington - photo Marc Riboud
  – Manifestation du 21 octobre 1967 à Washington – photo Marc Riboud.
°°°
« Je ne me rappelle pas comment j’ai entendu parler de la manifestation au Pentagone, mais je savais que c’était une chose à laquelle je devais participer. Je me devais de dénoncer cette horrible guerre ».             Jan Rose Kasmir, 17 ans à l’époque.
Lyrics, paroles
°°°
Where have all the flowers gone ?                        Où vont les fleurs ?
 °°°
Where have all the flowers gone ?                  Qui peut dire où vont les fleurs
Long time passing                                                 du temps qui passe ?
Where have all the flowers gone ?                  Qui peut dire où sont les fleurs
Long time ago                                                         du temps passé ?
Where have all the flowers gone ?                  Quand à la saison jolie,
Young girls picked them every one                 les jeunes filles les ont cueillies,
When will they ever learn ?                              Quand saurons-nous un jour,
When will they ever learn ?                              Quand saurons-nous un jour ?
 °°°
Where have all the young girls gone ?           Qui peut dire où vont les filles
Long time passing                                                du temps qui passe ?
Where have all the young girls gone ?           Qui peut dire où sont les filles
Long time ago                                                         du temps qui passé ?
Where have all the young girls gone ?           Quand va le temps des chansons, 
Gone to young men every one                          se sont données aux garçons,
When will they ever learn ?                              Quand saurons-nous un jour,
When will they ever learn ?                              Quand saurons-nous un jour ?
°°°
Where have all the young men gone ?           Mais où vont tous les soldats
Long time passing                                                 du temps qui passe ?
Where have all the young men gone ?           Mais où sont tous les soldats
Long time ago                                                        du temps passé ?
Where have all the young men gone ?           Sont tombés dans les combats, 
They are all in uniform                                      et couchés dessous leur proie,
When will they ever learn ?                             Quand saurons-nous un jour,
When will they ever learn ?                             Quand saurons-nous un jour ?
 °°°
Where have all the soldiers gone ?                Il est fait de tant de croix, 
Long time passing                                                le temps qui passe,
Where have all the soldiers gone ?                Il est fait de tant de croix,
Long time ago                                                       le temps passé ?
Where…                                                                  Pauvres tombes de l’oubli,
                                                                                                     les fleurs les ont envahies,
                                                                                  Quand saurons-nous un jour,
                                                                                  Quand saurons-nous un jour ?
 °°°
     Qui peut dire où vont les fleurs
     du temps qui passe ?
     Qui peut dire où sont les fleurs
     du temps passé ?
     Quand à la saison jolie,
     les jeunes filles les ont cueillies
     Quand saurons-nous un jour,
     quand saurons-nous… jamais ?

°°°

   Et maintenant la version en anglais : « Where Have All the Flowers Gone ? » qui me semble malheureusement assez plate au niveau de l’interprétation sans que je sache si cette impression est produite par la structure de la langue anglaise qui se prêterait moins à l’expression de sentiments romantiques ou par le manque de conviction de la chanteuse…


 « Sag Mir Wo Die Blumen Sind »

     L’interprétation en allemand est aussi magnifique mais, consonances de la langue allemande obligent, moins intimiste et moins fluide que l’interprétation française. Dans cette version chaque mot, chaque syllabe se singularise tel un papillon qui se dégagerait de l’essaim qu’est le texte et viendrait se poser avec une infinie délicatesse tout près de notre oreille.
    Quelle chance, en tant qu’européen, de pouvoir disposer d’une culture à multiples facettes qui tel un diamant taillé permet de capter toutes les lumières, les synthétiser et les diffuser dans toutes les directions…

Sag mir wo die Blumen sind,                         Sag wo die Soldaten sind
wo sind sie geblieben                                      wo sind sie geblieben?
Sag mir wo die Blumen sind,                         Sag wo die Soldaten sind,
was ist geschehen ?                                          was ist geschehen ?
Sag mir wo die Blumen sind,                         Sag wo die Soldaten sind,
Mädchen pflückten sie geschwind               über Gräben weht der Wind
Wann wird man je verstehen,                       Wann wird man je verstehen ?
wann wird man je verstehen ?                     Wann wird man je verstehen ?

Sag mir wo die Mädchen sind,                      Sag mir wo die Gräber sind,
wo sind sie geblieben ?                                   wo sind sie geblieben ?
Sag mir wo die Mädchen sind,                      Sag mir wo die Gräber sind,
was ist geschehen ?                                         was ist geschehen ?
Sag mir wo die Mädchen sind,                      Sag mir wo die Gräber sind,
Männer nahmen sie geschwind                    Blumen wehen im Sommerwind
Wann wird man je verstehen ?                     Wann wird man je verstehen ?
Wann wird man je verstehen ?                     Wann wird man je verstehen ?

Sag mir wo die Männer sind                         Sag mir wo die Blumen sind,
wo sind sie geblieben ?                                   wo sind sie geblieben ?
Sag mir wo die Männer sind,                         Sag mir wo die Blumen sind,
was ist geschehen ?                                          was ist geschehen ?
Sag mir wo die Männer sind,                         Sag mir wo die Blumen sind,
zogen fort, der Krieg beginnt,                        Mädchen pflückten sie geschwind
Wann wird man je verstehen ?                     Wann wird man je verstehen ?
Wann wird man je verstehen ?                     Wann wird man je verstehen ?


articles liés


Julia Kristeva : les Nouvelles maladies de l’âme


Capture d_écran 2017-07-10 à 10.30.23     « La maladie de l’âme… la belle expression platonicienne n’a de cesse d’être d’actualité. Non seulement elle est prompte à revenir d’époque en époque, mais elle semble particulièrement friande de la nôtre. Que cette maladie désigne une vague tristesse, un taedium vitae, ou, plus grave, une dépression, elle implique tout à la fois la souffrance morale et la souffrance physique. L’âme et le corps sont divisés mais se retrouvent dans la douleur si bien que « la maladie de l’âme vient de ce que nous avons un corps ».   (Extrait de la présentation du livre de J. Pigeaud « La maladie de l’âme ».)


Julia Kristeva.pngJulia Kristeva

Les nouvelles maladies de l’âme, Extrait : Les nouveaux patients existent-ils ?

a199 L’expérience quotidienne semble démontrer une réduction spectaculaire de la vie intérieure. Qui a encore une âme aujourd’hui ? On ne connaît que trop le chantage sentimental digne de feuilletons télévisés, mais il n’exhibe que l’échec hystérique de la vie psychique, bien connu par l’insatisfaction romantique et le vaudeville bourgeois. Quant au regain d’intérêt pour les religions, on est en droit de se demander s’il résulte d’une recherche ou, au contraire, d’une pauvreté psychique qui demande à la foi une prothèse d’âme pour une subjectivité amputée.

     Car le constat s’impose : pressés par le stress, impatients de gagner et de dépenser, de jouir et de mourir, les hommes et les femmes d’aujourd’hui font l’économie de cette représentation de leur expérience qu’on appelle une vie psychique. L’acte et sa doublure, l’abandon, se substituent à l’interprétation du sens.

    On n’a ni le temps ni l’espace nécessaire pour se faire une âme. Le simple soupçon d’une pareille dérision paraît dérisoire, déplacé. Ombiliqué sur son quant à soi, l’homme moderne est un narcissique peut-être douloureux mais sans remord. La souffrance le prend au corps — il somatise. Quand il se plaint, c’est pour mieux se complaire dans la plainte qu’il désire sans issue. S’il n’est pas déprimé, il s’exalte d’objets mineurs et dévalorisés dans un plaisir pervers qui ne connait pas de satisfaction. Habitant d’un espace et d’un temps morcelés et accélérés, il a souvent du mal à se reconnaître une physionomie. sans identité sexuelle, subjective ou morale, cet amphibien est un être de frontière, un « borderline » ou un « faux-self ». Un corps qui agit, le plus souvent même sans la joie de cette ivresse performative. L’homme moderne est en train de perdre son âme. Mais il ne le sait pas, car c’est précisément l’appareil psychique qui enregistre les représentations et leurs valeurs signifiantes pour le sujet. Or, la chambre noire est en panne.

     Bien entendu, la société dans laquelle l’individu moderne s’est formé ne le laisse pas sans recours. Il en trouve un, parfois efficace, dans la neurochimie : les insomnies, les angoisses, certains accès psychotiques, certaine dépressions s’en trouvent soulagés. Et qui aura à y redire ? Le corps conquiert le territoire invisible de l’âme. Dont acte. Vous n’y êtes pour rien. Vous êtes saturés d’images, elles vous portent, elle sous remplacent,vous rêvez. Ravissement de l’hallucination : plus de frontières entre le plaisir et la réalité, entre le vrai et le faux. Le spectacle est une vie de rêve, nous en voulons tous. Ce « vous », ce « nous » existe-t-il ? Votre expression se standardise, votre discours se normalise. D’ailleurs avez-vous un discours ?

      Quand vous n’êtes pas pris en charge par la drogue, vous êtes « pansés » par les images. Vous noyez vos états d’âme dans le flux médiatique, avant qu’ils ne se formulent en mots. L’image a l’extraordinaire puissance de capter vos angoisses et vos désirs, de se charger de leur intensité et d’en suspendre le sens. Ça marche tout seul. la vie psychique de l’homme moderne se situe désormais entre les symptômes somatiques (la maladie avec l’hôpital) et la mise en image des ses désirs (la rêverie devant la télé). Dans cette situation, elle se bloque, s’inhibe, se meurt. Pourtant, on ne voit que trop bien les bénéfices d’un tel réglage. Plus encore qu’une commodité ou une nouvelle variante de l’« opium du peuple », cette modification de la vie psychique préfigure peut-être une nouvelle humanité, qui aura dépassé, avec la complaisance psychologique, l’inquiétude métaphysique et le souci pour l’être. N’est-ce pas fabuleux, quelqu’un qui se satisfait d’une pilule et d’un écran.

    L’ennui, c’est que le trajet d’un tel surhomme est parsemé d’embûches. Difficultés relationnelles et sexuelles, symptômes somatiques, impossibilité de s’exprimer et malaise engendré par l’emploi d’un langage qu’on finit par ressentir « artificiel », « vide » ou  « robotisé », conduisent à de nouveaux patients sur le divan de l’analyste. Ils ont souvent l’apparence des analysants « classiques ». mais sous les allures hystériques et obsessionnelles percent vite les « maladies de l’âme » qui évoquent, sans s’y confondre, les impossibilités des psychotiques à symboliser des traumas insoutenables. Les analystes sont conduits dés lors à inventer de nouvelles nosographies qui tiennent compte des « narcissismes » blessés, des « fausses personnalités », des « états limites », des « psychosomatiques ». par delà le différences de ces nouvelles symptomatologies, un dénominateur commun les réunit : la difficulté à représenter. Qu’elle prenne la forme du mutisme psychique ou qu’elle essaie divers signaux ressentis comme « vides » ou « artificiels », cette carence de la représentation psychique entrave la vie sensorielle, sexuelle, intellectuelle et peut porter atteinte au fonctionnement biologique lui-même. L’appel est fait alors au psychanalyste, sous des formes déguisées, à restaurer la vie psychique pour permettre une vie optimale au corps parlant.

    Ces nouveaux patients sont-ils produits par la vie moderne qui aggrave les conditions familiales et les difficultés infantiles de chacun et les transforme en symptômes d’une époque ? Ou bien la dépendance médicale et la ruée vers l’image seraient-elles les variantes contemporaines de carence narcissiques propres à tous les temps ? Enfin, s’agit-il d’un changement historique des patients, ou plutôt d’un changement dans l’écoute des analystes qui affinent leur interprétation de symptomatologies auparavant négligées ? […] Il n’en reste pas moins qu’un analyste qui ne découvre pas, dans chacun de ses patients, une nouvelle maladie de l’âme, ne l’entend pas dans sa véritable singularité. De même, en considérant que, par-delà les nosographies classiques et leur nécessaires refontes, les nouvelles maladies de l’âme sont des difficultés ou des incapacités de représentation psychique qui vont jusqu’à mettre à mort l’espace psychique, nous nous plaçons au cœur même du projet analytique.

Julia Kristeva, Les Nouvelles maladies de l’âmeédit. Fayard, 1993.

Michael Kenna - Vidal Cain, Jardin des Tuileries, Paris, France. 2,010

le Cain d’Henri Vidal au Jardin des Tuileries, photo de Michael Kenna, 2010


articles liés


Promenade matinale avec Gracie


Samedi 24 juin vers 7h du matin : petite promenade matinale pour Gracie avant la canicule – Temps gris et brumeux…

IMG_5786.JPG

Gracie prenant la pose près du tas de bois

IMG_5752.jpg     IMG_5755.jpg

Dans le tronc d’un arbre mort, un pivert a exécuté un cône parfait

IMG_5764.jpg     IMG_5765.jpg

Derrière sa vêture d’écorce, la peau nue toute ridée d’un vieil arbre

IMG_5769.jpg     IMG_5773

le plan d’un labyrinthe ou un langage à déchiffrer ?

IMG_5790.jpg     IMG_5791

Un petit air de Louisiane en Haute-Savoie

IMG_5828.jpg

Gracie incommodée par la chaleur : « vivement la neige ! »

IMG_5837.jpg     IMG_5839.jpg

Effet de la canicule sur les marronniers

IMG_5843

Land Art (ci-git personne…)


Debilum tremens…


Avoir l’intelligence d’une pomme de terre

publicité.jpeg

« Cultivé en France », bel exemple de « culture » à la française, sans doute…

Nous avons caché le nom du fournisseur pour ne pas lui faire de publicité car le pire, c’est que cette pub vulgaire pourrait marcher…


Too Young To Die


Too young to die, but too old to survive
I’ve spent too long trying to write this song
The tune is okay, but the words are all wrong
Maybe it’s time for a change

I’ve lived a lie since the day I arrived
Building my dreams, « grand romantic schemes »
Now I’m twenty eight, but I’m still in my teens
Maybe it’s time for a change

Now it’s time to say goodbye
To my suit, my shirt, my tie
My youth seems to have passed me by
And I’m too young to die

I will not weep for what we leave behind
I must break free from that part of me
That values the art over the humanity
I think it’s time for a change

I thought that I was doing fine
But now I’ve changed my mind
‘Cause now it’s time to say goodbye
To my suit, my shirt, my tie
My youth seems to have passed me by
And I’m too young to die

Maybe it’s time for a change

Songwriters : Hannon Neil
album A Secret History, 1999


Neil Hannon en 2007.jpgThe Divine Comedy est un groupe de pop orchestrale nord-irlandais mené par l’auteur-compositeur-interprète Neil Hannon, né en 1970 à Derry. Formé en 1989 autour de trois musiciens, le groupe devient en 1993 le projet du seul Neil Hannon. La formation du groupe fluctue autour de musiciens plus ou moins récurrents comme Joby Talbot présent sur la majorité des albums. Le nom du groupe provient de la Divine Comédie de Dante Alighieri. Neil Hannon déclare avoir été influencé par Burt Bacharach, Jacques Brel, Kate Bush et David Bowie. Francophile, il a chanté avec Valérie Lemercier, yann Tiersen, Charlotte Gainsbourg et Vincent Delerm.(crédit Wikipedia)