Dante’s Prayer


        Nous avions déjà publié en août 2016 cette magnifique chanson de Loreena McKennitt, Dante’s Prayer (c’est  ICI). La vidéo d’accompagnement présentait de jolies images d’un océan en furie mais la traduction française du poème n’était qu’une traduction banale trouvée sur le Net légèrement remaniée par nous. J’ai trouvé sur le site Esprits-rebelles, une très belle version chantée en espagnol de cette chanson avec une traduction française assez différente et plus poétique illustrée par les très belles œuvres de l’artiste espagnole, Remedios Varo.

Dante’s Prayer

When the dark wood fell before me                  Quand la sombre forêt se dresse devant moi                              
And all the paths were overgrown                     Et que les chemins ne sont que broussailles
When the priests of pride say                              Et que les fidèles de l’orgueil disent, ce n’est pas ainsi
there is no other way                                              qu’il n’y avait pas d’autre chemin.
I tilled the sorrows of stone                                  Je cultive tes peines sur la pierre

I did not believe because I could not see          Je ne croyais pas car je ne voyais pas
Though you came to me in the night                 Et tu vins à moi sans traces
When the dawn seemed forever lost                Et l’aube perdue apparut
You showed me your love in the light               Et tu fis don de ton amour avec les étoiles
of the stars                                                                 

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Then the mountain rose before me                   Et la montagne s’éleva devant moi
By the deep well of desire                                    De la profondeur du puits du désir
From the fountain of forgiveness                      De la fontaine du pardon
Beyond the ice and fire                                         Au-delà de la glace et du feu

                [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Though we share this humble path,                  Nous partageons cet humble 
alone                                                                            chemin, seuls
How fragile is the heart                                         Si fragile qu’est le cœur
Oh give these clay feet wings to fly                    Oh, donne à ces pieds d’argile des ailes pour voler
To touch the face of the stars                               Et toucher la face des astres

Breathe life into this feeble heart                      Donne la vie à mon faible cœur
Lift this mortal veil of fear                                   Lève le voile mortel de la peur
Take these crumbled hopes, etched                   Espérances brisées de larmes
with tears                                                                    
We’ll rise above these earthly cares                  Nous nous envolerons au-dessus des soucis terrestres

                  [chorus]                                                                      [refrain]
Cast your eyes on the ocean                                 Porte ton regard vers l’océan
Cast your soul to the sea                                       Porte ton âme jusqu’à la mer
When the dark night seems endless                  Quand la nuit noire semble sans fin
Please remember me                                             Tu me remémoreras

Please remember me                                             Tu me remémoreras


     La Divine Comédie est des premiers textes écrit en langue italienne par Dante Alighieri entre 1303-1304 et 1321. C’est un poème divisé en trois cantiche ou parties : Inferno (Enfer), Purgatorio (Purgatoire) et Paradiso (Paradis) qui montre le poète, se présentant comme l’envoyé de Béatrice, son jeune amour morte trop tôt, cheminer à travers ces trois règnes supraterrestres, guidé par l’âme du poète Virgile, pour atteindre la vision finale de la Sainte Trinité. Les trois cantiche sont composées de 33 chants chacune (plus un supplémentaire pour l’Inverno).

Paradiso_Canto_31.jpg

Gustave Doré – Rosa celeste : Dante et Béatrice contemplant l’Empyrée

      La prière qui a servi de thème à la chanson de Loreena McKennitt est la prière finale adressée à la Vierge. Arrivé aux portes du Paradis terrestre au sommet de la montagne, Dante doit se séparer de Virgile qui en temps que non baptisé ne peut accéder à ce lieu. Il est alors accueilli par Béatrice qui lui servira  désormais de guide pour « sortir vers les étoiles ». À l’inverse de l’Enfer, le Paradis comprend neuf sphères concentriques dirigées vers le haut qui correspondent à des ciels et qui abritent les hommes sans pêchés selon leur mérite. Dante est alors  interrogé par les apôtres du Christ et est autorisé à à passer au dixième ciel ou Empyrée, ciel immatériel et immobile, de « pure lumière », qui est le siège de Dieu et de sa cour, composée de deux milices célestes, les anges et les bienheureux. Béatrice doit alors le quitter et c’est guidé par saint Bernard, l’abbé fondateur de Clairvaux, qu’il termine son voyage accéder la vision Béatifique. Saint Bernard va alors adresser une prière finale à la Sainte Vierge pour qu’elle intercède auprès de Dieu afin que Dante obtienne la Béatitude suprême de la vision Divine. Dante ne désire alors plus que ce que Dieu Veut et va s’éteindre par là même complètement  en Dieu, « Amour qui meut le ciel et les étoiles ».

 » La rencontre avec Dieu « .

Dans la profonde et lumineuse subsistance
De la haute Clarté, trois cercles m’apparurent,
De trois couleurs mais d’une ampleur égale ;

Comme Iris l’est d’Iris, le second paraissait
Le reflet du premier, et le troisième un feu
Egalement exhalé des deux autres.

Pour ce que je conçois, ah ! combien la parole
Est pauvre et faible ! et ce que conçois,
Près de ce que j’ai vu, est aussi peu que rien.

Eternelle Clarté, qui seule en Toi résides,
Es seule à Te comprendre, et qui Te comprenant
Et comprise de Toi, T’aimes et te souris !

Quand mon regard l’eut un peu observé,
Ce cercle, qui semblait un reflet lumineux
Que Tu aurais en Toi-même conçu,

Et son volume et de sa propre teinte
De notre image apparut figuré ;
Aussi ma vue se plongea-t-elle en Lui.

Ainsi qu’un géomètre appliqué tout entier
A mesurer le cercle et qui point ne découvre
Sans sa pensée le principe qu’il faut,

Je me troublai devant cette merveille :
Je voulais voir comment au cercle s’unissait
Notre image et comment elle y est intégrée.

Mais point n’auraient suffi mes seules ailes,
Si mon esprit n’avait été frappé
Par un éclair, qui mes vœux accomplit.

Ici ma fantaisie succomba sous l’extase.
Mais déjà commandait aux rouages dociles
De mon désir, de mon vouloir, l’Amour

Qui meut et le Soleil et les autres étoiles

 


Le platane de Barrès ou l’arbre de M. Taine

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un platane à Paris - Jardin de Bagatelle.png

Un platane à Paris – Jardin de Bagatelle

       Dans le roman de Maurice Barrès Les Déracinés paru en 1897, le jeune Lorrain Rœmerspacher, l’un des sept jeunes Nancéiens installés à Paris, vient d’écrire un article remarqué sur l’œuvre d’Hippolyte Taine, Les Origines de la France contemporaine. Le grand homme (dans le roman, personne réelle mêlée à des personnages inventés), touché par la pertinence de son propos, lui accorde une visite et le conduit au square des Invalides où il lui désigne un platane avec lequel il entretien une relation toute particulière puisqu’il en a fait à la fois un ami et un modèle : celui d’une vie qui, puisant son énergie dans les profondeurs de la terre qui l’a vu naître, obéit aux lois de son développement naturel, tirant sa force même et son harmonie intérieure de «l’acceptation des nécessités de la vie».

°°°

Maurice Barrès, Les déracinés – Extrait

 hippolyte-taine-1828-1893    Ils étaient arrivés devant le square des Invalides ; M. Taine s’arrêta, mit ses lunettes et, de son honnête parapluie, il indiquait au jeune homme un arbre assez vigoureux, un platane, exactement celui qui se trouve dans la pelouse à la hauteur du trentième barreau de la grille compté depuis l’esplanade. Oui, de son parapluie mal roulé de bourgeois négligent, il désignait le bel être luisant de pluie, inondé de lumière par les destins alternés d’une dernière journée d’avril.

    « Combien je l’aime, cet arbre ! Voyez le grain serré de son tronc, ses nœuds vigoureux ! Je ne me lasse pas de l’admirer et de le comprendre. Pendant les mois que je passe à Paris, puisqu’il me faut un but de promenade, c’est lui que j’ai adopté. Par tous les temps, chaque jour, je le visite. Il sera l’ami et le conseiller de mes dernières années… Il me parle de tout ce que j’ai aimé : les roches pyrénéennes, les chênes d’Italie, les peintres vénitiens. Il m’eût réconcilié avec la vie, si les hommes n’ajoutaient pas aux dures nécessités de leur condition tant d’allégresse dans la méchanceté.
     Sentez-vous sa biographie ? Je la distingue dans son ensemble puissant et dans chacun de ses détails qui s’engendrent. Cet arbre est l’image expressive d’une belle existence. Il ignore l’immobilité. Sa jeune force créatrice dès le début lui fixait sa destinée, et sans cesse elle se meut en lui, Puis-je dire que c’est sa force propre ? Non pas, c’est l’éternelle unité, l’éternelle énigme qui se manifeste dans chaque forme. Ce fut d’abord sous le sol, dans la douce humidité, dans la nuit souterraine, que le germe devint digne de la lumière. Et la lumière alors a permis que la frêle tige se développât, se fortifiât d’états en états. Il n’était pas besoin qu’un maître du dehors intervînt. Le platane allégrement étageait ses membres, élançait ses branches, disposait ses feuilles d’année en année jusqu’à sa perfection. Voyez qu’il est d’une santé pure ! Nulle prévalence de son tronc, de ses branches, de ses feuilles ; il est une fédération bruissante. Lui-même il est sa loi et il l’épanouit… Quelle bonne leçon de rhétorique ; et non seulement de l’art du lettré, mais aussi quel guide pour penser ! Lui, le bel objet, ne nous fait pas voir une symétrie à la française mais la logique d’une âme vivante et ses engendrements. Au terme d’une vie où j’ai tant aimé la logique, il me marque ce que j’eus peut-être de systématique et qui n’exprimait pas toujours ma décision propre, mais une influence extérieure. En éthique surtout je le tiens pour mon maître. Regardez-le bien. Il a eu ses empêchements, lui aussi ; voyez comme il était gêné par les ombres des bâtiments : il a fui vers la droite, s’est orienté vers la liberté, a développé fortement ses branches en éventail sur l’avenue. Cette masse puissante de verdure obéit à une raison secrète, à la plus sublime philosophie, qui est l’acceptation des nécessités de la vie. Sans se renier, sans s’abandonner, il a tiré des conditions fournies par la réalité le meilleur parti, le plus utile. Depuis les plus grandes branches jusqu’aux plus petites radicelles, tout entier il a opéré le même mouvement… Et maintenant, cet arbre qui, chaque jour avec confiance, accroissait le trésor de ses énergies, il va disparaître parce qu’il a atteint sa perfection. L’activité de la nature, sans cesser de soutenir l’espèce, ne veut pas en faire davantage pour cet individu. Mon beau platane aura vécu. Sa destinée est ainsi bornée par les mêmes lois, qui, ayant assuré sa naissance, amèneront sa mort. Il n’est pas né en un jour, il ne disparaîtra pas non plus en un instant… Déjà en moi des parties se défont et bientôt je m’évanouirai ; ma génération m’accompagnera, et puis un peu plus tard viendra votre tour et celui de vos camarades…»

    M. Taine, quand il était heureux d’une idée, d’un développement d’idées surtout, avait pour conclure un sourire extrêmement doux qui plissait ses paupières et jouait autour des lèvres sans presque remuer les joues. Il regarda un instant avec cette bienveillance son compagnon. […]
     Les paroles de M. Taine, en ce jeune homme qui a des loisirs, épuiseront peu à peu leurs conséquences. Immédiatement ce qu’il entrevoit, c’est la position humble et dépendante de l’individu dans le temps et dans l’espace, dans la collectivité et dans la suite des êtres. Chacun s’efforce de jouer son petit rôle et s’agite comme frissonne cliaque feuille du platane; mais il serait agréable et noble, d’une noblesse et d’un agrément divins, que les feuilles comprissent leur dépendance du platane et comment sa destinée favorise et limite, produit et englobe leurs destinées particulières. Si les hommes connaissaient la force qui sommeillait dans le premier germe et qui successivement les fait apparaître identiques à leurs prédécesseurs et à ceux qui viendront, s’ils pouvaient se confier les lois du vent qui les arrachera de la branche nourricière pour les disperser, quelle conversation d’amour vaudrait l’échange et la contemplation de ces vérités?… D’avoir approché, à côté de M. Taine, en union avec M. Taine, et d’un cœur modeste mais ému, ces problèmes de l’universel et de l’unité, naît pour Rœmerspacher un contentement joyeux et d’une qualité apaisante et religieuse. Il voudrait être relié avec tous ses semblables, leur communiquer et s’approprier dans l’allégresse, cette curiosité que ne peuvent manquer d’inspirer les lois de la nature, et en même temps cette soumission à laquelle elles ont droit.

Maurice Barrès, « Les Déracinés », dans Romans et voyages, tome I, Robert Laffont, collection Bouquins, 1994, p. 596-597.

platane-dorient-platanus-orientalis-plante-par-buffon-en-1785-au-jardin-des-plantes-a-paris

Platane d’Orient (Platanus orientalis) planté par Buffon en 1785 au Jardin des plantes à Paris.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      Dans une étude comparative entre entre le platane de Taine dans Les Déracinés de Barrès et le marronnier de Sartre dans La Nausée, l’universitaire Philippe Zard  présente le platane, à l’époque où Barrès écrit son roman, comme se situant au « croisement d’une symbolique archétype (l’arbre étant le symbole par excellence) et d’une détermination historique et politique ». L’arbre est d’abord symbole de vie et métaphore organiciste par sa « logique d’âme vivante et de ses engendrements » qui répète le cycle de la naissance, de la vie et de la mort et par ses capacités de lutte et d’adaptation aux contraintes du milieu qui le font obéir à « une raison secrète, à la plus sublime philosophie, qui est l’acceptation des nécessités de la vie ». En même temps, pour l’idéologie conservatrice et nationaliste, l’arbre, avec sa sève et ses racines s’enfonçant profondément dans la terre nourricière est une métaphore du sang et des liens qui unissent l’homme à sa terre natale. La symbolique de l’arbre s’étend à la société toute entière : il s’apparente alors à une « fédération bruissante » dont « l’éternelle unité, l’éternelle énigme […] se manifeste dans chaque forme ». Dans son roman, Barrès fait jouer à Taine un rôle de sage et de conseiller pour le jeune déraciné Rœmerspacher qui a du quitter sa patrie soumise au joug prussien en lui offrant l’exemple de l’arbre capable de s’épanouir de manière harmonieuse jusqu’à la perfection et d’accomplir avant de mourir son devoir de renouvellement et perpétuation de l’espèce. Ainsi, comme « symbole individuel, l’arbre renvoie implicitement à une pensée du collectif (et) peut devenir la représentation par excellence du corps de la nation ».

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Documentation et articles liés

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Ressentir l’Âme du monde

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Ressentez-vous quelque chose ?

43546tumblrlnotl0vqfw1qa5yk4o1500

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un ange sans visage m’enlaça…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jean-Marie Cartereau - Ailes, éther et limbes, 2015 .jpg

Jean-Marie Cartereau – Ailes, éther et limbes, 2015

 

VOÛTES ROMANES

Au milieu de l’immense église romane, les touristes se
        pressaient dans la pénombre.
Une voûte s’ouvrait sur une voûte, et aucune vue
        d’ensemble.
La flamme de quelques cierges tremblotait çà et là.
Un ange sans visage m’enlaça
et me murmura par tout le corps :
« N’aie pas honte d’être un homme, sois-en fier !
  Car en toi, une voûte s’ouvre sur une autre voûte, jusqu’à
        l’infini.
Jamais tu ne seras parfait, et c’est très bien ainsi. »
Aveuglé par mes larmes,
je fus poussé sur la piazza qui bouillait de lumière
En même temps que Mr et Mrs Jones, Monsieur Tanaka
        et la Signora Sabatini
et en eux, une voûte s’ouvrait sur une autre voûte, jusqu’à
        l’infini.

Tomas TranströmerBaltiques, Œuvres complètes 1954-2004

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

les pierres sous le vent

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Wuthering Heights

Hadrian's Wall winding it's way over the Northumbrian landscape

Northumberland – Le mur d’Hadrien

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Promenade dans un ravin ou de la difficulté d’être surhumain…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Mercredi 25 main 2016 : promenade avec Gracie dans le ravin situé près de chez moi

Capture d’écran 2016-05-25 à 18.45.45

IMG_1235

IMG_1239

     À un quart d’heure à pied de chez moi, il existe un étroit et profond ravin creusé dans la  molasse dont les pentes sont couvertes d’une végétation luxuriante. Au fond coule un ruisseau venu de la montagne toute proche que la pente a rendu impétueux. Je m’y rend souvent pour promener ma chienne Gracie. En bordure de l’eau gazouillante, c’est le règne des fougères qui ont trouvé là un biotope idéal pour leur épanouissement. Tout autour, c’est la lutte pour la vie. Et la vie, dans cet étroit goulet où l’ombre règne en maîtresse,  c’est la lumière du soleil que l’on distingue très haut au-dessus de nos têtes, comme un bien inaccessible, entre les épaisses frondaisons. Dans ce royaume de l’ombre, il semble que chaque plante se soit fixé le but de pousser  le plus haut et le plus rapidement possible pour capter au détriment des autres le maximum de cette lumière bienfaisante et on est surpris de la hauteur vertigineuse atteinte par les arbres et de la rectilignité de leurs troncs. Mais la compétition est implacable, sur un sol rocheux où la terre arable a été distribuée avec parcimonie, les géants n’ont que peu de prise pour développer leurs racines et certains jours de tempête ils s’abattent et se couchent facilement les uns sur les autres comme dans un mikado géant. Dans ce sombre chaos de troncs renversés et de verdure luxuriante qui nous plonge dans une ambiance de forêt primaire voire équatoriale, pour un peu on serait tenté de jouer les matamores et de traverser le ravin en plein vide sur l’arbre moussu et vermoulu qui fait passerelle entre les deux rives, tel un Indiana Jones…  C’est bien tentant !

IMG_1232

Chiche !

IMG_1247

     Je n’ai pas eu le courage de traverser le ravin sur le tronc d’arbre moussu et vermoulu… Oui, c’est vraiment dur d’être surhumain. Il fut un temps où je l’aurais certainement tenté… Je me suis consolé en rejoignant une petite cascade toute proche pour contempler l’eau couler entre les pierres et les fougères et écouter religieusement sa musique. C’est pour moi comme une thérapie, j’ai forgé à ce propos un néologisme : Pêgêthérapie, du grec ancien πηγή, pêgê (« source, fontaine ») et θεραπεία, therapeía (« cure ») – voir « Histoires d’O », c’est  ICI . J’ai l’impression que mes mauvaises pensées et mes soucis sont entraînées par l’eau et le temps qui passent et vont se perdre et se dissoudre, au loin, dans les sédiments et la vase du lac.

     Vous êtes prévenus, ne remuez jamais la vase …

IMG_1211

photos d’Enki

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quand l’arbre devient sacré

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

The Sacred Tree of the Hindoos at Gyah, Bahar, March 1790

Thomas Daniell – L’arbre sacré des Indous à Gyah, Bihar, mars 1790

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Rêves de pierre…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre…   Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal.

Daniells1808a

Thomas and William Daniell – Observatoire de Delhi Samrat Yantra avec en arrière-plan le Jai-Prakash Yantra constitué de 2 structures concaves hémisphériques utilisées pour mesurer la position des corps célestes, 1808.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Escapade normande — (II) L’inquiétante étrangeté des Énervés de Jumièges (1880)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« Bien avant que les vivants ne se confiassent eux-mêmes aux flots, n’a-t-on pas mis le cercueil à la mer, le cercueil au torrent ? Le cercueil, dans cette hypothèse mythologique, ne serait pas la dernière barque. Il serait la première barque. La mort ne serait pas le dernier voyage. Elle serait le premier voyage. Elle sera pour quelques rêveurs profonds le premier voyage. »

Gaston Bachelard, L’Eau et les rêves.

The Enerves de Jumieges, 1880 (oil on canvas)

Evariste-Vital Luminais – Les Énervés de Jumièges, 1880 – huile sur toile, 1,97 m × 1,76 m – Rouen, musée des beaux-arts

°°°

Saisissement : le choc émotionnel de la découverte

Musée des Beaux-arts de Rouen

    Lors d’une visite cette fin d’année 2015 au musée des beaux-Arts de Rouen, je suis tombé par hasard sur un tableau étrange, énigmatique, qui m’a littéralement sidéré et devant lequel je suis resté « scotché », comme on dit vulgairement, durant un long moment. Il représentait deux jeunes hommes prostrés, d’apparence manifestement moribonde, étendus sur une sorte d’embarcation inhabituelle à fond plat qui semblait dériver sous un ciel plombé au fil de l’eau d’un large fleuve tranquille aux eaux jaunâtres. L’auteur du tableau, Evariste-Vital Luminais, était pour moi totalement inconnu et son titre, Les Énervés de Jumièges, ne donnait que peu d’indications sur le sens de la scène représentée. Tout les ingrédients semblaient réunis dans ce tableau pour titiller notre inconscient et nous plonger dans une profonde réflexion de type onirique : le thème de l’esquif descendant un fleuve nous renvoyait à la symbolique multiforme du fleuve : écoulement irréversible du temps, franchissement de seuils notamment celui de la vie à la mort et purification. L’immobilité apparente des personnages, leur impuissance mise en scène par le peintre s’opposait à l’idée du mouvement inexorable du fleuve qui les emportait vers un destin que nous ne pouvions envisager que fatal faisant naître en nous un profond sentiment d’angoisse diffus et de mal-être. Bref, un malaise survenu soudainement dans le train train rassurant de la visite du musée qui s’apparentait tout à fait au concept freudien d’Unheimlich que certains ont traduit en français par « inquiétante étrangeté ».

     Il n’en fallait pas plus pour me donner envie de sauter illico dans la barque des deux « énervés », ce que je fis en prenant l’élan nécessaire, ceci afin de tirer toute cette confuse affaire au clair… Je vais tenter de le faire dans plusieurs articles qui suivront.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Des questions et des zones d’ombres vraiment énervantes…

    Tout était étrange dans ce tableau : ces deux jeunes hommes paraissaient souffrir de maladie ou de blessures et il semblait, dans ces conditions, invraisemblable qu’ils soient montés par eux-mêmes dans cette embarcation. Quelqu’un avait du les y placer pour les laisser dériver le long du fleuve. Cela constituait-il une punition ou bien voulait-on par là les soustraire à un danger pressant ? Le fait qu’on les ait confortablement installés avec des oreillers imposants posés verticalement pour qu’ils puissent reposer leurs têtes de manière à pouvoir contempler le paysage et qu’on les ait couverts d’une couverture pour les protéger du froid  laissait supposer que c’est la seconde hypothèse qui était la bonne. Cette couverture n’a rien d’un linceul, elle apparait richement brodée ou décorée de motifs ésotériques (la svatiska) et cette particularité, jointe aux intentions prises pour assurer leur confort, laissait supposer que ces deux jeunes hommes étaient des personnages importants. D’autres questionnements se font jour au fur et à mesure que l’on étudie le tableau dans tous ses détails : que signifie cet espace apparemment vide à l’arrière de l’esquif séparé des deux personnages par une masse noire indéterminée; on distingue sur son plat-bord un tolet qui laisse supposer que cet emplacement est fait pour accueillir un rameur mais l’espace paraît désert. Si cette esquif est censé représenter la barque qui transporte les ombres errantes des morts sur le Styx, où est alors le nocher ?  Sur la proue de l’embarcation un petit autel ou reliquaire fleuri surmonté d’une chandelle allumée pourrait laisser penser que ce voyage est un voyage mortuaire. Les deux personnages seraient-ils agonisants ? Mais alors pourquoi les auraient-on confiés au fleuve plutôt que de les assister dans leurs derniers instants ? 

Les Enervés de Jumiège - détail

    Les deux jeunes hommes semblent abattus et en état de sidération comme on peut l’être après un évènement marquant épouvantable : celui de gauche aux cheveux roux et au visage de grande pâleur donne l’impression d’être perdu dans ses pensées, regardant fixement devant lui mais sans sembler être concerné par ce qu’il voit comme si il était impuissant et résigné à ce que le sort lui réservait, comme on peut l’être lorsque l’on a atteint le bout extrême du désespoir. Ses traits sont tirés et son bras droit qui pend lamentablement au-dessus de l’eau parait vidé de toute force; il n’a même pas eu la volonté de relever la couverture qui le protège mais qui trempe abondamment dans l’eau du fleuve. Ses pieds qui dépassent de la couverture paraissent emmaillotés ou bandés… L’autre personnage, le menton rentré semble hébété et regarde fixement devant lui. Ses mains semblent à lui aussi inactives et sans volonté. Si l’on se réfère, à la recherche d’éléments de compréhension au titre du tableau, on constate que celui-ci ne fournit que peu d’informations : le sens moderne d’ « énervé » est « agacé », « excité », « qui marque de l’énervement », une définition tout à fait contraire à l’attitude passive des deux personnages; quant à la référence à Jumièges qui se révèle être une abbaye ruinée en bordure de Seine, elle laisse supposer que le fleuve sur lequel dérive l’embarcation est la Seine et que les deux jeunes hommes ou bien l’évènement qui leur est arrivé ont un rapport avec cette abbaye… 
     Si tel est le cas, la ligne d’horizon où se perd le fleuve représentée sur le tableau doit se situer à l’aval de celui-ci car quand on connaît le tracé de la Seine entre Rouen et le Havre, on ignore pas que les zones de relief se situent toutes sur la rive droite du fleuve comme représenté sur le tableau. L’esquif ne descend pas le fleuve mais semble se diriger vers cette rive droite et être sur le point d’accoster; la proximité de la côte représentée sur la droite du tableau et l’éloignement de la cote opposée peut le laisser supposer. Cela pourrait expliquer le regard du personnage de gauche qui semble fixer un point particulier situé devant lui, peut-être le lieu où l’embarcation doit accoster.

Enki sigle

William Turner – Les ruines de l’Abbaye de Jumièges vues de la Seine, 1833

Les énervés de Jumièges détail 4

°°°

à suivre…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Escapade normande — (I) L’abbaye de Jumièges ou la poésie des ruines

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’abbaye de Jumièges ou la poésie des ruines

 

Joseph Mallord William Turner - les ruines de Jumièges vues de la Seine, gravure publiée vers 1834 -

Gravure exécutée en 1834 à partir du tableau peint par Turner en 1832 pour le récit de voyage « Wanderings by the Seine »
« l’idée qu’elle (cette vue) donne de ce monument tombant de vétusté est excellente. Les personnages qui sont placés dans cette gravure ajoutent encore à l’effet; ils semblent se hâter de fuir d’un lieu consacré à la solitude et à la désolation »

Jumi?ges Abbey, Normandy c.1832 by Joseph Mallord William Turner 1775-1851

Joseph Mallord William Turner – les ruines de Jumièges, vers 1832

   A la différence de Turner qui, lors de son voyage en France en 1832, avait atteint les ruines de l’abbaye de Jumièges par bateau en descendant la Seine, ce qui lui avait permis de la voir lentement apparaître, se préciser dans les lointains et se détacher peu à peu de son environnement bâti et naturel qu’elle dominait de ses deux tours et qui l’avait ainsi décrite dans son « Wanderings by the Seine » de 1834 :  « La péninsule elle-même, que la nature semble honorer d’une manière si remarquable, est presque un plat pays; les tours d’un édifice, qui parait mériter une telle fortifications, s’élèvent dans le centre, et dominent les arbres. Toujours des ruines, cependant, — encore des ruines ! En approchant davantage, on n’aperçoit qu’une masse de murs sans toits et de tourelles brisées, — les croisées sont remplies d’herbes sauvages, le vestibule garni de lierres et d’orties — et les pierres tumulaires sont couvertes d’une herbe longue. Telle est la célèbre Abbaye de Jumièges, dont les restes semblent être là pour servir de monument funéraire ». Nous avions atteint les ruines de l’abbaye par la route, ce qui ne nous avait pas permis de visualiser celle-ci dans le paysage avec le recul nécessaire. Ce n’est qu’après avoir franchi le porche d’entrée de l’abbaye situé en plein cœur du village que les deux hautes tours et ce qui restait de la façade principale s’imposèrent violemment à nous sans transition préalable.

Abbaye de Jumièges - Façade principales et tours, déc.2015 (photo Enki), IMG_4456

Abbaye de Jumièges – Façade principales et tours, déc.2015 (photo Enki)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’abbaye, aujourd’hui : impressions et ambiance

photos Enki

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

La description du site de Jumièges par Francis Wey en 1838

Francis Wey par Nadar en 1855

     Six ans après la visite de Turner, c’est le jeune critique d’art Francis Wey, ami de Courbet, Charnes Nodier et de Victor Hugo, tout juste sorti de l’école des chartes, qui visite les ruines de l’abbaye de Jumièges. En 1838, à la une du journal La Presse, il consacre un article très acerbe à cette visite critiquant les excès de l’idolâtrie que l’on voue aux ruines. En dehors du fait qu’il brossait un portrait bien injuste de Casimir Caumont, le conservateur et sauveteur des ruines de l’abbaye, ce document est d’une grande utilité car il décrit l’état des lieux du bâtiment en 1938 et rend compte des excès provoqués par la « ruinomania » et la vision romantique du site à cette époque. Les ruines vénérables ne font pas l’objet d’une célébration respectueuse mais sont le prétexte pour les visiteurs à un étalage pitoyable de leur narcissisme et de leurs phantasmes.

Le texte de Francis Wey (cité par Laurent Quevilly)

       Quand on pénètre par Yainville dans la plus étranglée des cinq presqu’îles formées par la Seine, entre Bapaume et Quillebœuf, on aperçoit de loin, dans les fonds du paysage, des massifs d’arbres qui descendent en pente douce jusqu’à la rivière, derrière laquelle sont dentelées des crêtes à demi boisées que parsèment des masures blanches. Des vapeurs laiteuses coupent le scies des chênes et des fruitiers au second plan, et la fumée qui produit ces teintes fait deviner l’approche d’un village dont on ne tarde pas à découvrir l’église modestement laide et lourdement accroupie sur une vaste prée.
        Dés les premières maisons de ce village, on s’arrête étonné de voir ces bâtisses pauvre revêtues de chaumes et à demi-ruinées, montrant ça et là parmi les moellons de leur murailles, des fragments de chapiteaux gothiques, des jambes, des bras de statues mutilées, encastrés dans le plâtre avec profusion. partout la pierre brute est mêlée aux pierres qui ont vécu, et il en résulte un mouvement étrange et désordonné.
      Si l’on franchit le seuil, on trouve encore à l’intérieur, ce spectacle singulier. Un écusson rongé orne le manteau de la cheminée et une lame tubulaire laisse deviner ses inscriptions à la lueur du foyer.
 

La carrière enchantée

     Plus on approche du centre du village, plus les ruines sont entassées. Des pans de murs où se devinent encore des ogives masquées, servent d’appui à des fermes, le bout d’un clocheton à demi enterré termine la clôture, et deux massifs chapiteaux historiés portent le soliveau de chêne qui couronne une fenêtre basse, voilée de plantes grimpantes.
     Plus loin, les eaux d’une cuisine s’échappent au dehors par les naseaux d’une gargouille et de grands abbés mitrés et barbus en pierre grise, couchés sur l’herbe comme des troncs d’arbres, servent de première marche à l’escalier d’un pâtre. Et quand on jette les yeux sur les champs ou sur les prairies, sur le solos, les vergers du voisinage, on reconnaît qu’il s’y trouve peu de cailloux dont le martel ou le ciseau n’aient modifié la forme.
     Tandis qu’on cherche avec stupeur la carrière enchantée d’où tant de matériaux ont pu êtres extraits tout ciselés par des artistes inconnus; tandis qu’on interroge cette terre où par une triste féerie, les pierres à bâtir se trouvent à la fois à l’état de statues, d’ornements, et à l’état de ruines, on aperçoit soudain trois immenses crêtes d’architecture romane se dresser blafardes et percées à jour, par-dessus les têtes des gros arbres bruns qui les environnent.
    Cependant les divers plans de cette masse d’un gris blanc et uniforme se confondraient entre eux, si des herbes parasites n’accentuaient les lignes et ne faisaient fond aux premiers aspects en teintant les lointains; des caves solides et profondes reçoivent un jour bas et verdâtre par un larmier perdu dans un coin du jardin, et l’on voit encore, sous le rayon de lumière qui descend aux souterrains un cercueil fort ancien recouvert d’une simple vitre, au travers de laquelle on peut examiner la dépouille mortelle d’un abbé de Jumièges crossé et mitré.

     Ces restes ont huit siècles (ils sont de 1045); le bois de la crosse et la plupart des os sont pulvérisés. Sur ceux qui résistent encore, un picotage très serré de petits trous régulièrement vermiculés, annonce la prochaine dissolution de cette friable substance le long de ces calcaires qui ont vécu se traînent des veinures rougeâtres; une poudre du même rouge se mêle aux cendres qui furent la tête, et des fils roux, ternes et cendrés mêlés à cette poussière, sont les vestiges des cheveux. Ces teintes ferrugineuses sont les dernières à se perdre; la mort les aime et les respecte, soit dans les dépouilles humaines, soit dans celles de l’art, et les ocres sont encore vides sur les tableaux et dans les tombes, que déjà, le bois ou les ossements sont décomposés jusqu’au cœur. La crosse de l’abbé est terminée en tête de serpent, le métal est recouvcrt d’un oxide vert moucheté de blanc, et l’encolure de la couleuvre est encore pailletée de vestiges de dorures qui ne rendent plus à la lumière ses reflets. Et tout le long de cette traînée de poussière, qui indique les places des membres, des lambeaux d’étoffes montrent encore leur tissu desséché et entremêlé de filigranes d’argent. Les tibias se perdent dans les tiges de deux énormes bottes en cuir noir bien conservées.
     La peau ainsi corroyée doit avoir une grande vertu de résistance car les fils qui ont cousu ces chaussures carrées du bout, n’ont pas laissé trace dans les trous par où l’alène a passé, et toute la partie construite en cuir semble neuve et point altérée. Un pot rompu git à côté du prélat. La tête de reptile qui termine sa crosse est devenue noire comme un aspic; des pierres précieuses y furent jadis enchâssées, mais ces yeux de serpent doré sont fondus. On a peine à quitter ce sépulcre où l’on cherche et découvre avec intérêt quelques preuves de la vie. Si l’on saisissait le coffre et qu’on le secouât, tout serait anéanti, et de ce puissant dignitaire, il ne resterait qu’un peu de cendre chassée à l’un des angles de la boite, et que l’on pourrait contenir dans le creux de la main.

     Le procès verbal de la découverte de ce monument est signé du baron Taylor qui assista, il y a trois ans ou environ, aux fouilles qui l’ont amenée.
     Rien ne dispose l’âme à la rêverie des ruines comme le tombeau de l’abbé; mais dès qu’on a mis le pied dans les décombres, dès qu’on est parvenu à s’entourer de toutes parts des débris du monastère antique, l’émotion s’évanouit et l’on est forcé d’oublier le poète pour l’archéologue, le peintre pour l’architecte, la méditation pour l’étude, le sentiment pour la technologie. L’on entre dans une fausse position, et on sent un désir incongru de sourire, ou de chanter Robert-le-Diable, depuis miserere jusqu’à vitulos (comme disaient les cordeliers); en un mot, on hésite entre le cœur et l’esprit, entre la grandeur, et… et le ridicule. Nous dirons pourquoi.

On y joue à la ruine

     Bien différent de son voisin de Saint-Wandrille, le propriétaire de Jumiéges idolâtre les ruines. M. C***, négociant rouennais, est l’homme-château, l’homme-basilique, l’homme-cloître. S’il héritait de l’église Notre-Dame de Paris, il la ferait découvrir, casser avec art; il planterait du réséda et de sgroseillers sur la brèche, un lierre irait décorer l’abside, des cyprès bien perruquée joueraient aux quatre coins dans les nefs, et une lune fixée contre le ciel avec un grand clou, projetterait un rayon oblique et perpétuellement bleu, sur cette ruine bien atournée.
    Le lecteur a deviné ce qui se passe à Jumièges on y joue à la ruine et les vestiges de l’abbaye, polis, léchés, mis à l’effet revêtus d’ombrages maniérés, coquets derrière des voiles artistement disposés, assis sur la pelouse d’un jardin anglais, bien entretenu, les vestiges du monastère normand ont l’air d’une décoration théâtrale. Par malheur, ils ne sont pas en carton. Mais il est impossible d’être ému par leur aspect, quand on est tenté d’aller dans la coulisse, voir si des quinquets fument derrière les piliers et les galeries.
      Sur l’herbe plantée jusque dans les nefs, est entassée pêle-mêle, une légion de statues rangées en désordre avec un ordre minutieux, et de temps en temps, le maître ou son jardinier, personnage gothico-roman, très bien trilobé, arrachent une plante, la replacent plus loin, font courir un filon de vigne vierge sur une rosace, ou, saisissant la tête d’un coudrier, le forcent de se courber, de se mettre à la fenêtre et d’y rester, ou de dire pourquoi il refuse.
    Ensuite, ce sont des bois rustiques qui se mettent fortuitement en croix à l’aide d’un clou de hasard. Il y a neuf ans, on fagotta un mannequin avec des draps de lit, on le pendit par le cou à une corde et le jardinier, posté sur une galerie dont la voussure est crevée en quatre endroits, faisait danser en silence l’énorme chiffon, au clair de la lune, sous les yeux hébétés de trente lurons, qui furent assez polis pour avoir grand peur et pour croire à l’apparition de la Dame blanche, exprès venue d’Ecosse pour remercier Boieldieu, qui se trouvait là, d’avoir créé l’air : Ah! quel plaisir d’être soldat.
   Le récit de cette momerie nous mit tous en assez mauvaise humeur, et dès ce moment, nous cherchâmes plus volontiers les tristes choses qui font rire, que celles qui font rêver. Cette dernière occupation est décidément impossible sous les murailles de l’abbaye, dont la poésie sauvage ne renaît qu’à distance.

Des inscriptions ridicules

    Les parois des temples sont chargées d’inscriptions ridicules, de noms vulgaires et par trop gaulois. Le nom du propriétaire s’y trouve porté aux nues par des bras très lourds et peu habitués à s’élever si haut.
    Chacun a traduit là ses émotions en quelques mots, et il est assez curieux de lire ce que certaines gens ressentent en des circonstances données. Les uns n’ont pas assez de fiel pour les iconoclastes, pas assez de croyance au gré de leur souhait; ils ne connaissent pas de paroles austères, dignes de l’austérité du monastère mérovingien. 
     A côté de leur prose, un petit poète de l’école de M. de Piis survient, qui, sur un pilier byzantin, écrit aux ruines :

«Quand on vous voit, d’abord vous savez plaire
Ensuite, vous savez charmer
Connaît-on tout votre mystère?
On ne peut trop vous admirer.»

     Un voisin, intimidé par ce style lapidaire, burine ceci en toutes lettres : «N’ayant pas le temps d’improviser quelques vers, je me contente de mettre ma signature, pour attester ma visite en ces ruines.» Et il l’y met en effet. Encouragé par cette naïve déclaration, le suivant, que l’admiration suffoque, écrit  : « Tout ici est admirable» et il y joint huit points d’exclamation, longs et dodus comme des salsifis.
      Mais les plus agréables de ces inscriptions, sont celles qui se terminent de manière tout à fait inattendue. Elles fournissent de comiques observations sur les diverses façons de se sentir propres à différents individus. « M*** a été d’autant plus étonné d’éprouver du bonheur à visiter ces lieux, qu’il se plaît surtout à chanter les refrains de l’immortel Béranger.»
      Il est des gens qui, sous les ruines, pensent à leurs amours et les charbonnent sur les murs. — On doit s’émouvoir ici, se disent-ils; choisissons un sujet dramatique, et oubliant les ogives, ils rêvent « La fille à Nicolas », et s’écrient avec de la craie rouge : «une heure ma bien aimée, et puis mourir !» et ils signet ainsi : «Un vieillard de vingt-deux ans». Nous attribuons ceci à un auteur dramatique de Quimper.
      Il est d’autres personnages incapables de rien comprendre sans certains auteurs, de rien admirer sans eux, décidés à y rapporter tout, à faire passer par là toutes leurs idées comme d’un tamis. Rien, pour ces gens, ne peut être hors de Voltaire ou de Rousseau, et dans les cas imprévus par les deux philosophes, il faut trouver moyen de les rattacher à l’impression du moment, travail ingénieux; voici Agnès Sorel (il faut s’en souvenir) qui fut enterrée à Jumièges alors, avec un peu d’esprit on procède ainsi : «Agnès était la Julie de ces lieux, puisque ces murs disent les mots : Amants, saint-Preux». Cette consolante réflexion est signée X., médecin à Yvetot. Lecteur, ne passez par là qu’en parfaite santé.

    Ces inscriptions, et mille autres, sont agréblement encadrées par les parterres de fleurs qui les environnent, et l’impression que l’on garde après s’être promené là-dedans, est désagréable. Les débris de Jumièges sont le récitât d’une dévastation effrénée, impie, féroce à l’excès, et la verdure, le saleurs, leur servent de berceau. Autour de ces monuments tout est riant, apprêté, propet; eux seuls sont lugubres et sombres, enchaînés dans ce jardin qu’ils décorent, ils font songer à ces esclaves forcés de servir d’ornements au palais d’un maître. On ne sait si ce jardin anglais se rit des vieilles ruines en haillons, ou si le surines ont le reste en mépris, et l’on se demande pourquoi cet austère vieillard de pierre nommé Jumièges est là couché sur des roses, et son cadavre déguisé sous des oripeaux de femmelette.

Assez ami des ruines

     Malgré tant d’inconvénients, il est très heureux que Jumièges soit tombé par hasard entre les mains d’un propriétaire assez ami des ruines, pour les conserver à l’art d’abord, et ensuite au pays. Les monuments ajoutent beaucoup à la grandeur, à l’éclat des empires, et sont pour bien des gens un mobile de patriotisme; car on chérit le sol, d’autant mieux qu’il est orné de ces joyaux sublimes. Ces illustres débris coopèrent en outre à la richesse de la commune où ils sont situés, en y faisant affluer l’argent des étrangers.
    Voici donc un bien-être donné à quelques hameaux, sans qu’il en coûte rien à personne. C’est pourquoi il serait à désirer que le gouvernement possédât ces propriétés essentiellement nationales, pour les soustraire au goût fâcheux des embllisseurs, aux caprices de leurs héritiers, fort capables, s’il leur plait, de consommer la destruction ou d’interdire au public l’accès de leur demeure. Si ce moyen eût été employé, les pioches de la bande noire seraient moins émoussées, et il ne dépendrait pas d’un marchand de cotons, de renverser le cloître de Saint-Wandrille, pour y établir des filatures, et de sacrifier ainsi de grande souvenirs, l’objet de l’admiration des siècles a l’étroit intérêt d’une seul…

Francis Wey.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’invention de Jumièges

abbaye_jumieges
L’abbaye de Jumièges avant la Révolution

 

Le démantèlement de l’abbaye 

    La Révolution française imposa la fermeture de tous les monastères de France et leurs bâtiments, nationalisés, furent pour la plupart mis en vente comme biens nationaux. Ce fit le cas à Jumièges ou deux acquéreurs totalement dénoués de scrupules en firent une carrière à matériaux en démolissant les murs. En 1795, le premier acquéreur, Pierre Lescuyer, receveur des biens nationaux, entreprend immédiatement la démolition du cloître du XVIe et du dortoir du XVIIe siècle puis en 1802, le nouveau propriétaire, Jean-Baptiste Lefort, un marchand de bois de Canteleu, fait exploser le chœur et le transept de l’église abbatiale Notre-Dame. sans protections les fresques sont peu à peu détruites. A coups de pioches et d’explosions, les 2/3 de l’abbaye disparurent en moins de trente ans. 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’intérêt des Britanniques et des voyageurs étrangers

gravure_anglaise   Dans la seconde moitié du 18ème siècle de nombreux britanniques ont commencé à explorer leurs racines anglo-normandes. L’un des premiers est un bibliothécaire, Thomas Frogmall Dibdin qui a visité l’abbaye en mai 1818 et en a établi un compte-rendu : «Nous montâmes l’escalier de pierre dégradé de la tour de gauche, en entrant par le portail occidental, et parcourûmes le dessus des voûtes des deux ailes, recouvertes de terre, d’herbe, de ronces et de fleurs sauvages. Point de toit qui les surmonte; elles sont exposées nues aux injures du temps , de sorte qu’elles ne peuvent manquer de céder bientôt, et d’aller grossir l’énorme tas de ruines accumulées au-dessous d’elles. En effet, je remarquai ( je ne me souviens pas à laquelle des deux voûtes), je remarquai , dis-je, une horrible crevasse , menaçant de laisser choir plusieurs milliers pesans de débris. (…) Le toit avait été abattu, parce qu’on voulait en avoir le plomb pour faire des balles ; les bancs, les autels, les ouvrages en fer avaient été convertis en d’autres instruments de destruction; enfin, la grande cloche avait été vendue à Rouen, au profit de certains spéculateurs exploitant une fonderie de canons.»

En octobre 1819, c’est un historien danois, Hector Estrup, qui visite l’abbaye s’insurgeant contre les déprédations : « En allant à Jumièges j’ai traversé des prés, des vergers, des halliers. Des sentiers où certes, je ne me serais pas aventuré seul en Italie. Ici règne la plus absolue sécurité. Enfin mon œil découvrit les vénérables ruines du monastère. Au loin, on ne voit que l’église principale de l’Abbaye. Des ruines splendides ! (…) L’abbaye a été vendue à charge de la démolir et l’acquéreur, Lefort, marchand de bois à Rouen tire tout le profit possible de l’achat. Le marbre et les pierres de l’abbaye servent à décorer et à construire des maisons particulières. Il est tenu seulement de respecter les deux tours de devant qui servent de balise aux navigateurs. Ceci est impardonnable de la part du gouvernement. On devrait prendre en considération que de si superbes monuments d’un passé sacré, soient trop importants pour tomber entre les mains des mercenaires. Vile cupidité ! (…) Mon compagnon ne savait assez me dire quel spectacle admirable c’était de voir de la Seine 150 lumières, éclairant le soir les cinq étages de l’édifice… »

Jumièges Abbey. as painted by John Sell Cotman In 1818    La Normandie devint une destination populaire pour les artistes britanniques : des archéologues comme Dawson Turner, des dessinateurs, peintres et graveurs comme Georges Lewis, William Turner et John Sell Cotman, des photographes comme l’irlandais Edward King Tenison, mais aussi des graveurs qui reproduisirent et vulgarisèrent dans des publications leurs créations. Paru en 1820 et 1825, l’ouvrage Architectural antiquities of Normandy comprend un ensemble de 97 gravures réalisées par John Sell Corman, ses descriptions très détaillées ont été écrites par le collectionneur d’antiquités Dawson Turner. Cette présence anglaise considérable serait à l’origine d’un puissant exil des pierres de l’abbaye pour l’Angleterre où elles ont été utilisée pour l’embellissement de demeures et de palais. Victor Hugo s’élèvera contre cette pratique : « On nous a dit que des Anglais avaient acheté trois cents francs le droit d’emballer tout ce qui leur plairait dans les débris de l’admirable abbaye de Jumiéges. Ainsi les profanations de lord Elgin se renouvellent chez nous, et nous en tirons profit Les Turcs ne vendaient que les monuments grecs : nous- faisans mieux, nous vendons les nôtres. »

Abbaye de Jumièges

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

L’engouement romantique et la poétique des ruines

image008  La destruction durera jusqu’en 1824, année de la visite de Caroline de Bourbon-Naples, veuve du duc de Berry qui, accompagnée d’une suite imposante, visite ce qui reste de l’abbaye. Voilà comment le Journal de Rouen relate cette visite : « Son altesse Royale a visité sous tous ses aspects les vénérables ruines qui subsistent encore, et jusqu’aux vestiges des peintures à fresques des bas-reliefs qui ont échappé jusqu’à ce moment à la destruction qui va bientôt les atteindre. »  et aurait déclaré : « L’aspect de la grande église en ruine est très beau, avec ses énormes clochers et un arc pointu d’une hauteur prodigieuse. Seulement, on ne peut penser sans horreur que l’on vend les pierres et les sculptures aux Anglais et que nous sommes assez barbares pour le permettre. on m’a fait voir les fragments des tombeaux des fils de Clovis et de Saint Philibert, le fondateur de l’abbaye. on m’a montré aussi la place où Agnèse Sorel, maîtresse de Charles VII, a été enterrée. Auprès de sa tombe, il y a un lierre magnifique que l’on dit avoir été planté par elle. Au moment de la Révolution, les moines habitaient l’abbaye et tout existait encore…»

l'abbaye de Jumièges

     La visite de la princesse n’était pas du au hasard, elle participait au grand mouvement né dans le premier quart du XIXe siècle pour la connaissance et la sauvegarde du patrimoine architectural national. En 1820 est annoncé le lancement d’un ouvrage monumental Les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France du baron Isidore Taylor et de ses associés Charles Nodier et Alphonse de Cailleux qui comprendra 24 volumes illustrés de 3000 lithographies signées par les plus grands artistes (tels que Horace Vernet, Ingres, Géricault,  Evariste Fragonard, élève de son père et de Louis David, Jacques Daguerre, inventeur du daguerréotype (ancêtre de la photographie), Balthard, Truchot, le baron Atthalin, Jorand)  dont la publication s’étalera sur près de 60 ans. L’abbaye de Jumièges figure parmi les sites représentés et décrits. Au cours de leur visite de l’abbaye, Taylor et Nodier manquent de mourir écrasés par des chutes de pierre se détachant des voutes et Charles Nodier écrira : «Il était minuit. Nous revenions par l’entrée occidentale. La grande nef était entièrement obscure, mais la lune frappait d’une lumière très vive… Aucun obstacle n’interceptait sa clarté immobile qui donnait à ce lieu l’aspect d’un lac argenté.»

Truchot - Entrée de l'abbaye de Jumièges (lithographie), 1820 VPRAF vol.1 pl.6

Henri-Edouard Truchot – Entrée de l’abbaye de Jumièges (lithographie), 1820 (VPRAF vol.1 pl.6) – L’abbayse possèdent encore ses trois tours et ses deux clochers. En 1829, on abattra le clocher sud qui menaçait de tomber et trente ans plus tard, en 1859, c’est le clocher nord qui s’effondre de lui-même.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Représentations romantiques de l’abbaye de Jumièges

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

    M. Laurent Quevilly, auteur du site très bien rédigé et très bien documenté Le Canard de Duclair de Quevilly s’est déclaré offusqué du fait que j’ai utilisé pour la rédaction de cet article certains éléments de ses articles sans le citer. Je répare donc cette lacune…

Crédit textuel et iconographique :

  • L’abbaye de Jumièges ou la poésie des ruines :  extrait de « The rivers of France »  Par Joseph Mallord William Turner, Leitch Ritchie – Chapitre Jumièges.
  • La description du site de Jumièges par Francis Wey en 1838 :  site Le Canard de Duclair de Quevilly ( c’est  ICI ) chapitre Jumièges, 1838 ( c’est ICI )
  • Le démantèlement de l’abbaye : site Geocaching sur Jumièges
  • L’intérêt des Britanniques et des voyageurs étrangers : site Le Canard de Duclair de Quevilly ( c’est  ICI ) chapitre L’Abbaye en 1818 ( c’est ICI ) / Voyage bibliographique, archéologique et pittoresque en France par le rév. Th. Frognall Dibdin. traduction de Theod. Licquet (page 266 à 268) / site des archives départementales76.net « Fenêtre sur Tour » de septembre 2013, article « Regards anglais sur le patrimoine normand», page 6 – ( c’est  ICI )
  • L’engouement romantique et la poétique des ruinessite Le Canard de Duclair de Quevilly ( c’est  ICI ) chapitre La Restauration ( c’est ICI ) et site LE FIGARO.fr HISTOIRE sur l’ouvrage les Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France  ( c’est  ICI )
  • Et d’autres sites et ouvrages personnels de moindre importance

     Je profite de cette mise au point pour informer mes lecteurs qu’ils peuvent utiliser en toute liberté tout ou partie de mes articles sans aucune obligation de me citer. Je n’ai pas la faiblesse ou la vanité de penser que j’accomplis, en rédigeant ce blog, « acte de création » qui mériterait d’être protégé. La plupart des sites qui m’inspirent ne font eux-même que mettre en cuisine des textes déjà écrits en se contentant de préparer la sauce (ce qui est primordial en cuisine…). C’est exactement ce que je fais en tentant quelquefois d’élaborer tout de même des textes selon ma propre recette avec des ingrédients qui me sont propres et dans ce cas, je signe le texte produit avec mon logo « Enki », mais n’est pas bon cuisinier qui veut… Rares sont les sites dans lesquels le blogueur « invente » quelque chose… Le plus souvent, il découvre et met à jour, ce qui n’est déjà pas si mal. Pour ma part, je me considère tout au plus comme un transmetteur ou un passeur…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––