Illustres illustrateurs : lunes à la une


Gustaf Fjæstad - Moonlight over the Racken
Gustaf Fjæstad (peintre suédois 1868-1948) – Moonlight over the Racken

Ken Faulks - full moon.jpg
Ken Faulks (peintre canadien né en 1964) – Full moon

hot-summer-moonlight-1915-by-tom-thomson.jpg
Tom Thomson (peintre canadien proche du Groupe des Sept 1877-1917)
Hot Summer Moonlight, 1915

Tom Thomson (1877-1917) - Moonlight, 1915.png
Tom Thomson (peintre canadien 1877-1917) – Moonlight, 1915

Karl Schmidt-Rottluff -  Mond über der Küste, 1956.jpg
Karl Schmidt-Rottluff (peintre expressionniste allemand 1884-1976)
Mond über der Küste, 1956


Regards croisés : soleils


Lord of the Starfields, Ancient of Days,
Universe Maker, here’s a song in your praise…
O love that fires the sun
Keep me burning…

Bruce Cockburn

Qui a copié l’autre ?

Emily Carr - the-sun-1910-1913Emily Carr (1871-1945) – the sun, 1910-1913

The-Sun-660.jpg
Edvard Munch (1863-1944) – le soleil, 1910-1913


article lié

  • Illustres illustrateurs : Emily Carr, artiste peintre canadienne au caractère bien trempé, article de mars 2017.

Les labyrinthes chimériques de Leonora Carrington


147b8ad93c7e268aaa25380845f21a9d.jpg

Leonora Carrington

      « une somnambule échappée d’un poème de Yeats, entre les roches blanches et la mer verte du Nord.»

    « Les tableaux de Leonora sont des énigmes : il faut entendre leurs couleurs et danser avec leurs formes sans jamais essayer de les déchiffrer. Ce ne sont pas des tableaux mystérieux mais merveilleux. »                                                                                                                              Octavio Paz.


leonora_carrington_tributes_art_4_9a_medium_b.jpg

Stoat Race (course de furet),  (1950-51)

Fruta Prohibida via latinamericanart.com.jpg

Fruto Prohibido, 1959

Leonora Carrington, Nine Nine Nine, 1948, oil on canvas, private collection.jpg

Nine Nine Nine, 1948

5921249.jpg

Labyrinth, 1991

Thésée et le Minotaure. Entre 1510 et 1520 collection Campana. Maître des Cassoni Campana

Maître des Cassoni Campana - Ariane et Phèdre, Thésée et le Minotaure, entre 1510 et 1520

Leonora Carrington, pour son tableau, semble s’être inspiré de l’œuvre du peintre que l’on a appelé le Maître des Cassoni Campana, intitulé Thésée et le Minotaure, peint entre 1510 et 1520 sur un cassone qui était un coffre de mariage destiné à abriter le linge de la jeune mariée qui faisait partie de sa dot. Le tableau se lit comme une bande dessinée qui nous fait assister à plusieurs scènes du mythe. Voir l’article de ce blog d’avril 2016 : c’est  ICI.


Ils ont dit… (9)


cache_45209055

Imagination et sublimation

     « On a reconnu que le royaume de l’imagination était une « réserve », organisée lors du passage douloureusement ressenti du principe de plaisir au principe de réalité , afin de permettre un substitut à la satisfaction instinctive à laquelle il fallait renoncer dans la vie réelle. L’artiste, comme le névropathe, s’était retiré loin de la réalité insatisfaisante dans ce monde imaginaire, mais à l’inverse du névropathe il s’entendait à trouver le chemin du retour et à reprendre pied dans la réalité. Ses créations, les oeuvres d’art, étaient les satisfactions imaginaires de désirs inconscients, tout comme les rêves, avec lesquels elles avaient d’ailleurs en commun le caractère d’être un compromis, car elles aussi devaient éviter le conflit à découvert avec les puissances de refoulement. Mais à l’inverse des productions asociales narcissiques du rêve, elles pouvaient compter sur la sympathie des autres hommes, étant capables d’éveiller et de satisfaire chez eux les mêmes inconscientes aspirations du désir. De plus elles se servaient, comme « prime de séduction », du plaisir attaché à la perception de la beauté de la forme. Ce que la psychanalyse pouvait faire, c’était — d’après les rapports réciproques des impressions vitales, des vicissitudes fortuites et des oeuvres de l’artiste — reconstruire sa constitution et les aspirations instinctives en lui agissantes, c’est-à-dire ce qu’il présentait d’éternellement humain. »

FreudMa vie et la Psychanalyse, éd. Gallimard, « Idées », pp. 80-81, cité par Frédéric Laupies dans Leçon philosophique sur l’imagination, PUF.


Ils ont dit… (8)


cache_45209055

Création

      La nature et les modalités de notre production culturelle, ainsi que la façon dont nous réagissons aux phénomènes culturels reposent sur l’artifice de nos souvenirs imparfaits — eux-mêmes manipulés par les sentiments.

Antonio Damasio, L’Ordre étrange des choses, la vie, les sentiments et la fabrique de la culture – édit. Odile Jacob, 2017


Emile Nolde ou le paroxysme des couleurs


Peinture expressionnisme allemande : le paroxysme des formes et des couleurs

foncé mer avec brun ciel de Emile Nolde (1867-1956, Germany).jpg

Emile Nolde (1867-1956) – Ciel rouge cuivré sur mer bleu foncé 

Capture d’écran 2017-10-16 à 14.09.34.png

Emile Nolde watercolor

iKMCL1G.jpg

emil-nolde-red-sea-with-setting-sun-and-steamship-1946