un instant T dans le passé – Quand David Bowie s’appelait Davy Jones…


David Bowie

1962 : David Bowie, visage d’ange androgyne, tenue conventionnelle et sage, fait alors partie du groupe de rock The Kon-rads qu’il vient de créer avec des amis à l’âge de 15 ans et porte encore le nom de Davy Jones. Saxophoniste du groupe, il doit remplacer un soir le chanteur Roger Ferris après que celui-ci ait été malencontreusement blessé par un tesson de bouteille. Sa voix, sa personnalité et son charisme feront le reste…  « To be sent to Davy Jones’s locker » (littéralement : « être envoyé dans le casier de Davy Jones ») est une formule utilisée par les anglais pour désigner le fond de la mer où reposent les marins noyés, Davy Jones étant un surnom qui devrait représenter un démon de l’océan. David Bowie abandonna ce nom pour éviter toute confusion avec un autre Davy Jones, à l’époque chanteur des Monkees.

Pour vous mettre dans l’ambiance : la chanson qui suit, I thought to you last night , à l’allure de berceuse, a été chanté par Bowie en 1963.


Carrickfergus par Cedric Smith


la voix que j’aurais souhaité avoir…

« Carrickfergus »

I wish I was in Carrighfergus
Only for nights in Ballygrant
I would swim over the deepest ocean
Only for nights in Ballygrant.But the sea is wide, and I can’t swim over
Neither have I wings to fly
If I could find me a handsome boatman
To ferry me over to my love and die.Now in Kilkenny, it is reported
They’ve marble stones there as black as ink
With gold and silver I would transport her
But I’ll sing no more now, till I get a drink

I’m drunk today, but I’m seldom sober
A handsome rover from town to town
Ah, but I am sick now, my days are over
Come all you young lads and lay me down.

I wish I was in Carrighfergus
Only for nights in Ballygrant.

°°°
Writer(s): Loreena Mckennitt, Cedric Smith

Une vue de Carrickfergus et de son fort, à la fin du xviiie siècle. (Nicolas Ozanne)
Une vue de Carrickfergus et de son fort, à la fin du XVIIIe siècle. (Nicolas Ozanne)
°°°
     Carrickfergus est la plus vieille ville du comté d’Antrim en Irlande du Nord. Son nom irlandais, Carraig Fhearghais, signifiant « le rocher de Fergus »,  lui vient du roi Fergus Ier, 6e roi de Dal Riada. Située sur la rive de la Belfast Lough, longtemps appelée « Baie de Carrickfergus », elle abrite un château normand du XIIe siècle construit par John de Courcy,  l’un des mieux conservés d’Irlande. L’église St. Nicholas date également de la fin du XIIe siècle. En novembre 1597, lors de la Guerre de neuf ans, une bataille eu lieu aux abords de la ville qui mit aux prises les troupes de la reine Elisabeth Ière et le clan écossais des MacDonell. Ce sont ces derniers qui emportèrent la victoire. Du 21 au 26 février 1759, la ville sera occupée par le corsaire français François Thurot.

Cedric Smith.png

La chanson « Carrickfergus » interprétée par l’acteur et musicien canadien d’origine anglaise Cedric Smith (né en 1943) faisait partie du premier album produit par la chanteuse canadienne Loreena McKennitt en 1985, « Elemental ». Cette chanson a été interprétée par de nombreux artistes dont Joan Baez, mais celle de Cedric Smith est de loin ma préfèrée. Celle qui suit est une interprétation féminine : Celtic woman – New Journey (live à Slane Castle, Ireland en 2006)


Et Brigitte dans tout ça ?


icone : Brigitte Bardot par Thierry Jousse

      À l’occasion des 50 ans de Brigitte Bardot (le 28 septembre 2014), Thierry Jousse avait réalisé un clip plein de tendresse et de nostalgie en hommage à l’actrice sur le thème de la musique et de la danse dans lequel apparaîssent nombre de scènes cultes – Réalisation Thierry Jousse, image Laurent Sardi, montage Antoine Le Bihan, production : camera Lucida – Extraits des films Babette s’en va t’en guerre, Le repos du guerrier, la bride sur le cou, l’ours et la poupée, le mépris, la vérité, Don Juan 73, la femme et le pantin, En cas de malheur, Et Dieu cté la femme, une parisienne, Boulevard du rhume, les novices, Viva Maria.

Capture d_écran 2017-06-06 à 05.33.51


Thierry Jousse.png     Après avoir été durant cinq années, entre 1991 et 1996, rédacteur en chef des Cahiers du CinémaThierry Jousse se lance dans la réalisation à partir de 1998 avec trois courts-métrages tout en poursuivant parallèlement une carrière de chroniqueur musical pour les revues Inrockuptibles et Jazz Magazine et à la radio sur France Musique et une émission, sur Arte consacrée au BO de films, Blow Up Il a réalisé par la suite deux longs métrages, Les Invisibles et Je suis un no man’s land en 2005 et 2009. 


Too Young To Die


Too young to die, but too old to survive
I’ve spent too long trying to write this song
The tune is okay, but the words are all wrong
Maybe it’s time for a change

I’ve lived a lie since the day I arrived
Building my dreams, « grand romantic schemes »
Now I’m twenty eight, but I’m still in my teens
Maybe it’s time for a change

Now it’s time to say goodbye
To my suit, my shirt, my tie
My youth seems to have passed me by
And I’m too young to die

I will not weep for what we leave behind
I must break free from that part of me
That values the art over the humanity
I think it’s time for a change

I thought that I was doing fine
But now I’ve changed my mind
‘Cause now it’s time to say goodbye
To my suit, my shirt, my tie
My youth seems to have passed me by
And I’m too young to die

Maybe it’s time for a change

Songwriters : Hannon Neil
album A Secret History, 1999


Neil Hannon en 2007.jpgThe Divine Comedy est un groupe de pop orchestrale nord-irlandais mené par l’auteur-compositeur-interprète Neil Hannon, né en 1970 à Derry. Formé en 1989 autour de trois musiciens, le groupe devient en 1993 le projet du seul Neil Hannon. La formation du groupe fluctue autour de musiciens plus ou moins récurrents comme Joby Talbot présent sur la majorité des albums. Le nom du groupe provient de la Divine Comédie de Dante Alighieri. Neil Hannon déclare avoir été influencé par Burt Bacharach, Jacques Brel, Kate Bush et David Bowie. Francophile, il a chanté avec Valérie Lemercier, yann Tiersen, Charlotte Gainsbourg et Vincent Delerm.(crédit Wikipedia)

Demain sera un même jour… (Same Time Tomorrow par Laurie Anderson)



Mais puisque je me tue à vous dire que Laurie Anderson est géniale !

Same Time Tomorrow

You know that little clock
The one on your VCR
The one that’s always blinking twelve noon
‘Cause you never figured out
How to get in there and change it?
So it’s always the same time
Just the way it came from the factory
Good morning
Good night
Same time tomorrow
We’re in record
Ooohaaa
Ooohaaa

So here are the questions
Is time long or is it wide?
And the answers?
Sometimes the answers just come in the mail
And one day you get that letter
You’ve been waiting for forever
And everything it says is true
And then in the last line
It says: burn this
Ooohaaa
Ooohaaa
Ooohaaa

And I what I really want to know is
Are things getting better
Or are they getting worse?

Stop, stop. Pause, pause. We’re in record

Because these stories
That we have remembered
And most of them never even get written down
And so when they say things like
« We’re gonna do this by the book, »
You have to ask « What book?, »
Because it would make a big difference
If it was Dostoyevsky or just
You know, Ivanhoe
Ooohaaa
Ooohaaa

I remember where I came from;
There were burning buildings
And a fiery red sea
I remember all my lovers
I remember how they held me
Ooohaaa
Ooohaaa

East, East. The edge of the world
West, West. Those who came before me

We’re in record

Ooohaaa

Come here little girl
Get into the car
It’s a brand new Cadillac
Bright red
Come here little girl
Ooohaaa
Ooohaaa

When my father died we put him in the ground
When my father died it was
Like a whole library had burned down

Stop, stop. Pause, pause

Ooohaaa
Ooohaaa

Same time tomorrow

And wild beasts shall rest there
And owls shall answer one another there
And the hairy ones shall dance there
And sirens in the temples of pleasure

Speak my language

Good night

(Album Bright Red, 1994)

442dab856562d04c563270030d2d53fb.599x463x1


Beautiful Red Dress


Chère Laurie Anderson, chère Strange Angel, je t’adore…

Well I was down at the Zig Zag 
That’s the Zig Zag Bar & Grill 
And everybody was talking at once and it was getting real shrill. 
And I’ve been around the block 
But I don’t care I’m on a roll – 
I’m on a wild ride Cause the moon is full and look out baby – 
I’m at high tide. 
I’ve got a beautiful red dress 
And you’d look really good standing beside it.. I’ve got some beautiful new red shoes and they look so fine 
I’ve got a hundred and five fever and it’s high tide. 
Well just the other day I won the lottery 
I mean lots of money I got so excited 
I ran into my place and I said: HEY! 
Is anybody home? 
Nobody answered but 
I guess that’s not too weird 
Since I live alone. 
I’ve got a beautiful red dress 
And you’d look really good standing beside it.. Girls? 
We can take it 
And if we can’t we’re gonna fake it 
We’re gonna save ourselves 
We’re gonna make it 
And if we don’t we’re gonna take it 
We’re gonna save ourselves 
Save ourselves 
Well they say women shouldn’t be the president Cause we go crazy from time to time 
Well push my button, baby 
Here I come 
Yeah, look out, baby 
I’m at high tide 
I’ve got a beautiful red dress and you’d look really good standing beside it.. 
I’ve got a little jug of red sangria wine and we could take little sips from time to time 
I’ve got some bright red drop dead lips 
I’ve got a little red card and mechanical hips I’ve got a hundred and five fever!!! 
OK! OK! Hold it! 
I just want to say something. 
You know, for every dollar a man makes a woman makes 63 cents. 
Now, fifty years ago that was 62 cents. 
So, with that kind of luck, it’ll be the year 3,888 before we make a buck. 
But hey, girls? 
We can take it 
And if we can’t we’re gonna fake it 
We’re gonna save ourselves save ourselves 
(Yeah tell it to the judge) 
We’re gonna make it 
And if we don’t we’re gonna take it 
We’re gonna save ourselves save ourselves 
We’ve got a fever of a hundred and five and look baby 
It’s high tide. 
Well I could just go on and on and on… 
But tonight I’ve got a headache


Et si vous aimez Laurie, ne pas manquer dans ce blog :

  • Kokoku ou Funny japoniaiseries
  • O Superman dans Mise en abîme
  • The Dream Before dans Gueules d’anges, une interprétation magnifique en mémoire du philosophe allemand Walter Benjamin.

La chanson de Solveg en électro


     Schiller est un groupe allemand de musique électronique et new-age créé en 1998 à Hambourg par Christofer von Deylen et Mirko von Schlieffen. Ce dernier quittera le groupe en 2003. Leur premier album Zeitgeist définit un style qui sera distinctif du groupe : un fond de musique électronique accentuée par une douce mélodie accompagnée le plus souvent avec un texte littéraire lu d’une voix synchrone. L’album Opus qui contient la chanson de Solveg est le 8ème du genre, il comprend des collaborations avec le hautboïste allemand Albrecht Mayer,  la pianiste française Hélène Grimaud et la chanteuse d’opéra russe Anna Netrebko.   (crédit Wikipedia)

a2adf73626fc457e02795306af3ff360°

Remerciements à Caiçara Blogando qui m’a fait connaître cette interprétation qui ferait presque couler des larmes de sang… c’est ICI


Edvard_Grieg_portrait_(3470721810)Edvard Grieg (1843-1907)

     La chanson de Solveig est un extrait de la musique de scène composée par le compositeur norvégien Edvard Grieg pour la pièce de théâtre Peer Gynt écrite par Henrik Ibsen. La chanson  fait partie de la composition Peer Gynt, suite n° 2, opus 55 et a été jouée pour la première fois à Oslo en 1876 où elle a reçu un accueil triomphal. la pièce a été tirée d’un vieux conte norvégien et narre l’histoire d’un jeune homme de 20 ans, Peer Gynt, un anti-héros prétentieux, égoïste, menteur, volage, dévoré par l’ambition et l’orgueil qui choisit de parcourir le monde non sans avoir obtenu au préalable la promesse de sa fiancée Solveig de l’attendre jusqu’à son retour. Malheureusement tout ce qu’il entreprend échoue lamentablement et il sombre dans la déchéance. Après un naufrage, il reviendra des années plus tard vieux et pauvre retrouver la fidèle et vertueuse Solveig qui l’aura patiemment attendu durant tout ce temps. Usée par les ans et cette longue attente, elle aura le temps de le consoler dans ses bras avant qu’il ne rende le dernier soupir. Elle lui murmure alors tendrement : « Ton voyage est fini, Peer, tu as enfin compris le sens de la vie, c’est ici chez toi et non pas dans la vaine poursuite de tes rêves fous à travers le monde que réside le vrai bonheur. »

Que cela vous serve de leçon….

L’hiver peut s’enfuir, le printemps bien aimé
Peut s’écouler.
Les feuilles d’automne et les fruits de l’été,
Tout peut passer.
Mais tu me reviendras, Ô mon doux fiancé,
Pour ne plus me quitter.
Je t’ai donné mon cœur, il attend résigné,
Il ne saurait changer.

Que Dieu daigne encore dans sa grande bonté,
Te protéger,
Au pays lointain qui te tient exilé,
Loin du foyer.
Moi je t’attends ici, cher et doux fiancé,
Jusqu’à mon jour dernier.
Je t’ai gardé mon cœur, plein de fidélité,
Il ne saurait changer.


Mais peut-être préférez-vous l’interprétation classique de la soprano norvégienne Marita Solberg ?