Ils ont dit… (5)


Sigmund Freud (1856-1939)    Heinrich Heine (1797-1856) peint par Moritz Daniel

Il faudrait savoir….

        « Les philosophes n’ont jamais fait que boucher les trous de l’univers avec les lambeaux de leur robe de chambre »

Freud, cité par Roland Jaccard dans La tentation nihiliste – 1ère édit. 1989.


       « Avec son bonnet de nuits et des lambeaux de sa robe de chambre, le philosophe bouche les trous de l’édifice universel »

Heinrich Heine


   Après vérification, il semble bien qu’il faille attribuer à Heinrich Heine (1797-1856), la paternité de cette citation. En effet, Freud la présente lui-même comme une citation du poète allemand dans un passage des Nouvelles conférences sur la psychanalyse qu’il a prononcées au cours des années 1915-1917 à l’Université de Vienne :

   « La philosophie ne s’oppose pas à la science ; se comportant elle-même comme une science, elle en emprunte aussi parfois les méthodes, mais s’en éloigne en se cramponnant à des chimères, en prétendant offrir un tableau cohérent et sans lacunes de l’univers, prétention dont tout nouveau progrès de la connaissance nous permet de constater l’inanité. Au point de vue de la méthode, la philosophie s’égare en surestimant la valeur cognitive de nos opérations logiques et en admettant la réalité d’autres sources de la connaissance, telles que, par exemple, l’intuition. Assez souvent, l’on approuve la boutade du poète (Henri Heine) qui a dit en parlant du philosophe : « Avec ses bonnets de nuit et des lambeaux de sa robe de chambre, il bouche les trous de l’édifice universel ». Mais la philosophie n’exerce aucune influence sur la masse et n’intéresse qu’un nombre infime de personnes, même parmi celles qui forment le petit clan des intellectuels.

Sigmund Freud, Nouvelle conférence sur la psychanalyse, Paris, Gallimard, 1936.


     En fait, il s’agit plus d’une imprécision de Roland Jacquard qu’une erreur puisque celui-ci rectifiera le tir dans son ouvrage Freud, jugements et témoignages publié en 2006 :

    « Incontestablement, le « Surmoi » de Freud était un « Surmoi » scientifique, hyperfocal et positiviste. Grosso modo, d’ailleurs, son œuvre peut-être qualifiée de  « scientifique » — tant par la rigueur de ses observations qui la légitiment que par la cohérence de l’appareil théorique qui la fonde — d’« hyperfocale » — par la primauté qu’elle accorde à la sexualité génitale — et de « positiviste » — par sa croyance implicite en le bienfaits d’une dictature de la raison et sa méfiance devant toute spéculation philosophique. Freud approuve la boutade de H. Heine qui, en parlant du philosophe, dit : « Avec ses bonnets de nuit et des lambeaux de sa robe de chambre, il bouche les trous de l’édifice universel ». 

Roland Jaccard, Freud, Jugements et témoignages – PUF, 2006.


Le ver de terre amoureux d’une étoile…


Cinéma – Quand la beauté attire la convoitise et la haine… Article dédié à tous les vers de terre ( dont j’ai fait partie et dont je ferais de nouveau un jour partie…)

   Malena, film italien de Giuseppe Tornatore avec Monica Bellucci, musique d’Ennio  Morricone

     Nous sommes en Sicile au printemps 1940 dans la petite ville sicilienne de Castelcuto, Mussolini vient de déclarer la guerre à la France et à la Grande-Bretagne. Renato Amoroso, le bien nommé, un garçon de treize ans qui vient de recevoir sa première bicyclette est en proie aux premiers tourments de l’amour. Il est amoureux fou de Maddalena Scordia, surnommée Malena, une ravissante veuve de guerre et la suit partout avec son vélo, humant, les yeux clos, son parfum quand elle passe à ses côtés mais il n’est pas  le seul, Malena fait tourner la tête à tous les hommes de la ville. Il faut la voir marcher dans les rues, beauté sublime et hiératique, indifférente et inaccessible sur laquelle se concentre une multitude de regards admiratifs et concupiscents mais aussi de haine de la part des épouses jalouses. Celles-ci chercheront à la détruire et y parviendront au moins un temps, aidées en cela par la lâcheté et même parfois la complaisance de leurs hommes aigris de frustration. L’étoile inaccessible qui brillait intensément si haut dans le ciel va se brûler en entrant dans l’atmosphère de folie des années de guerre. Le seul qui l’aidera à surmonter cette épreuve sera le petit Renato qui en tirera une leçon de vie pour devenir un homme.

     « Madame, sous vos pieds, dans l’ombre, un(e graine d’)* homme est là. Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile ; qui souffre, ver de terre amoureux d’une étoile ; Qui vous donnera son âme, s’il le faut; Et qui se meurt quand vous brillez en haut. »

 * par moi ajouté...                                             Victor Hugo, Ruy Blas.


1.000.000 !!!

 


 

    Non, ce n’est pas le montant de la somme en euros ou en dollars que j’ai gagné au loto mais le nombre de vues atteint par ce blog aujourd’hui 5 octobre 2017 après cinq années d’existence…

    Si vous souhaitez prendre connaissance du texte que j’ai rédigé à cette occasion et si vous voulez découvrir le visage jusque là caché d’ENKI, c’est   ICI   (rubrique « À propos » )

Capture d’écran 2017-10-04 à 05.54.11.png


Poésie – Carnets d’un toqué, André Biély

 


biely1939nappelbaum
André Biely (1880-1934)

Mon moi visible est miroir des pulsions,
Diamant taillé par un fantôme
En réfractions entrecroisées :
Scintillant, je me reflète en vous
Comme, inondé d’un trop-plein de destin. (Premier rendez-vous).

     Je n’écrirais rien sur la biographie d’André Biély, de son vrai nom Boris Nikolaïevitch Bougaïev, cet écrivain russe génial, halucciné et prolifique et injustement méconnu qui a révolutionné l’usage de la langue russe en littérature et l’a aidé à entrer dans la modernité. Pour en savoir plus sur sa vie et son œuvre je vous demande de vous reporter au site de poésie « Esprits nomades » qui comme d’habitude a réalisé une monographie très complète et bien documentée sur cet auteur. Je me bornerais à présenter des extraits significatifs de quelques uns de ses écrits.

biely1926nappelbaum

Il crut trop à l’éclat de l’or
et périt des flèches solaires.
Sa pensée mesura les siècles
Mais vivre sa vie – il ne sut.  
(Biély, aux Amis)


Poème

(…) « elle a brûlé mon corps ; et mon corps s’est embrasé ;
il est devenu la brillante torche des passions les plus viles ;
et puis il s’est consumé ; à l’endroit où l’homme avait vécu,
il n’est resté qu’une pincée de cendres froides ;
le vent a soufflé : la cendre s’est envolée, s’est dispersée dans l’air.
L’homme n’est plus. »

« Carnets d’un toqué » d’Andréï Biély.


  Mon poème préféré dont je ne peux présenter, vu sa longueur, qu’un court extrait. Présenté un peu plus long sur le site « Esprits nomades« 

Premier rendez-vous (Extrait)

(…)
Mais l’hiver au hurlement de rue…
Silhouette au pied rapide,
S’arrachant aux semelles, l’obscurité
Grandit et chagrine enténèbre
Les immeubles aux flancs blancs ;
Il semblerait que des lémures,
Que les mimes muets de l’hiver
Élaborent des tours, mirés
En paroles écloses :
Toi et nous !
Je vais, docile et déprimé,
Tel un sosie à quatre pieds :
L’esprit biptère se fige en étoile ;
Et l’amas encroûté gèle ;
Givrant et scintillant,
jouant en essaims cristallins,
je verserai du miroir de ma face
Des lys de reflets croisés,
Et sous le masque, criblé de péchés,
je hérisserai ma honte sans issue,
Pour que surgisse de la vie, obscur,
Un temple fou et dépourvu de sens…
(…)

Traduction Christine Zeytounian-Beloüs, copyright édition Anatolia


enterrement en Russie

Oh non ! Ne dites pas que je suis un dérangé ! Laissez-moi bouleverser mes changements jusqu’à l’authenticité ! Laissez-moi la mortelle, la souffrante personne de Biély reposer dans l’éternel repos ; et avant sa mort, écrire son testament, raconter le transport de son Moi en lui-même par une personne morte… (Lettre de Biély)

Requiem – V

On emporte les couronnes.                   Des chevaux piaffent :
On soulève le cercueil.                           Voici les gendarmes.
— Cela, je le sais,
Sans le demander.                                    On chante,
                                                                        Je ne sais quel chant.
Par dessus les têtes
Bercé, je flotte…                                         Je regrette,
On m’emporte.                                           Je regrette,
                                                                        Je regrette,
Là-bas, où la rangée des noirs              La terre.
Cyprès se dresse,
Sous les genièvres je pourrirai.           On chante et l’on chante ;
                                                                       Et, la messe finie,
De ma demeure                                         Vers la dernière
On m’emporte.                                          Demeure, on me conduit.

Un enfant passe                                        Quelqu’un chuchote vaguement :
Et me voyant s’effare.                            Du ciel, l’empire
                                                                       N’est plus à conquérir.
La foule s’arrête.
Le bedeau                                                   C’est elle qui me le chuchote
Titube avec l’icône en tête.                   La pâle, pâle, pâle mort.

Le catafalque flambe, décor                Puis tombent sur ma jaune face
D’argent et d’or.                                       Des taches.

D’eau bénite on me mouille,                Et des fleurs,
et d’encens on m’empeste,                   On en jette…
Cercueil ou maison                                 Et les lèvres,
— tout est prison. 
                                                                       Elles prient…
                                                                       Et les cierges,
                                                                       Ils s’éteignent…

« Requiem » (Панихида), 1907 – V – André Biely – Traduction de J. Chuzewille, Anthologie des poètes russes, Paris, Crès & Cie, 1914.


bielydessin

Je tisse et fais voler sur mon sentier céleste 
avec ma vaporeuse pourpre
monde après monde, siècle après siècle. (Premier rendez-vous)

Extraits de « Pétersbourg » (1916-1922), roman

       « Sa crise aiguë de folie apparaissait sous un jour nouveau. Il avait maintenant conscience d’être vraiment fou. Sa folie était comme le compte rendu que ses organes sensoriels délabrés faisaient à son moi conscient. Chichnarfné n’était qu’un anagramme mental. Ce n’était pas Chichnarfné qui le poursuivait et le persécutait, mais ses propres organes qui pourchassaient son moi. L’alcool et l’insomnie rongeaient sa complexion corporelle. Le corps était lié aux espaces. Et quand le corps avait commencé à se désagréger, les espaces s’étaient fissurés. Dans les fissures, entre les sensations, les bacilles s’étaient infiltrés; et les espaces s’étaient mis à grouiller de spectres…Qui était « Chichnarfné« ? C’était l’envers d’un rêve abracadabrant, l’envers d’Enfranchiche; c’était un cauchemar né de la vodka. Ainsi Enfranchiche et Chichnarfné n’étaient que deux étapes dans l’étyhlisme. »


3b09f611700690c01e747ad1ece3203e--icarus-tattoo-figure-drawings

Se perdre dans le cosmos

« Imaginez qu’on vous attache par le milieu du corps à un câble, que l’on fasse tourner ce câble à une vitesse vertigineuse; vous tournerez en cercles de plus en plus vastes, dessinant une spirale dans l’espace, la tête en bas, de plus en plus vite. Et vous volerez dans les immensités cosmiques, vainqueur des espaces, devenu vous-même espace.
Vous serez emporté par cet ouragan, quand votre corps, comme un lest inutile, sera rejeté. »


SPB_Nevsky_Prospekt_and_Admiralty_1890-1900

    Incroyable description phénoménologique de la ville de Saint-Petersbourg, à la fois littéraire et technique. Biély parvient à mettre à jour et à nous présenter de manière extrêmement vivante la structure urbanistique cachée d’une ville et les principes idéologiques qui ont guidé son développement dans l’histoire, ceci à travers le vécu d’un personnage politique important, le sénateur Apollon Apollonovitch dont les sentiments et les pensées trahissent ses préjugés et son idéologie. N’oublions pas qu’en plus d’être un grand poète, Biély était également féru de mathématiques, sciences naturelles, philosophie, musique et dessin. La dernière phrase du texte qui dévoile les pensées régulatrices destructrices du sénateur m’a fait penser à la politique du baron Haussmann sous le second Empire dont l’un des objectifs en perçant les grandes avenues dans la chair vivante du vieux Paris populaire était de pouvoir faire intervenir la troupe et tirer au canon lors des insurrections. Ce procédé littéraire qui consiste à mêler description technique d’une ville et états d’âme du  narrateur m’a fait également penser à la description de Nantes par Julien Gracq dans « La Forme d’une ville » (1985).


Carrés, parallélépipèdes, cubes.

 « À l’endroit où se balançait seulement une humidité grise, on vit s’efforcer d’apparaître, opaque, puis descendre du ciel sur la terre, sale et noirâtre, la cathédrale Saint-Isaac ; s’efforça d’apparaître et apparut enfin le monument équestre de l’empereur Nicolas 1er ; au pied de sa statue, surgit du brouillard le bonnet poilu d’un grenadier impérial.
    Le coupé volait vers la Perspective Nevski.
   Apollon Apollonovitch Abléoukhov était bercé sur les coussins de satin ; quatre parois perpendiculaires l’isolaient de la fange de la voie publique ; elles le séparaient aussi des gens et des couvertures rouges et humides de ces misérables revues dont les premiers vendeurs étaient postés à ce carrefour.
     La régularité et la symétrie calmèrent les nerfs du sénateur, qu’avaient excités le dérangement de sa vie domestique et la rotation à vide de nos rouages gouvernementaux.
     Simplicité et harmonie marquaient son goût.
   Plus que tout, il aimait cette perspective rectiligne ; elle évoquait pour lui l’écoulement du temps entre deux points de l’existence.
    Les maisons, tels des cubes, s’y fondaient en une fuite rectiligne à cinq étages ; cette ligne se distinguait de celle de l’existence, où ce qui n’était que le point milieu de l’ascension pour le dignitaire portant croix diamantée en sautoir, avait été pour tant d’autres le point final à leur carrière.
   L’inspiration venait au sénateur quand le cube bien laqué de son coupé traversait la ligne de la Nevski : défilait la numération des maisons, se mouvait la circulation ; là-bas, loin, bien loin, par temps clair, on voyait étinceler la flèche dorée de l’Amirauté, les nuages, le rayon pourpre du couchant ; là-bas, par temps de brume, on ne distinguait plus rien, plus personne.
    Or, là-bas, ce n’était que lignes : la Néva, les Îles. Probablement, en ces temps lointains où se levaient des marais moussus les hautes toitures, les mâts, les flèches des clochers perçant de leur dentelure la moisissure verdâtre du brouillard, depuis les espaces de plomb, depuis les mers baltes et allemandes, sur sa voilure d’ombre cingla vers Pétersbourg le Hollandais Volant, afin d’ériger ici le mirage de ses possessions brumeuses et de baptiser îles la vague des nuages qui accouraient, menaçants.
    Apollon Apollonovitch Abléoukhov n’aimait pas les îles ; la population y est manufacturière, grossière ; le grouillant essaim humain s’y écoule chaque matin vers les fabriques hérissées de cheminées ; les habitants des Îles entrent pourtant dans les statistiques de l’Empire ; même eux sont recensés. 
    Apollon Apollonovitch ne voulait pas penser plus loin ; les Îles, les écraser ! Se les assujettir par le métal d’un énorme pont, les transpercer des traits de profondes perspectives !»

Andréi Biély, Pétersbourg [1916-1922], roman, Éditions L’Âge d’Homme, 1967

51PbzRhrFRL._SX291_BO1,204,203,200_


Faisons semblant d’y croire encore un peu…


Ami, ne désespère pas !

Jean-Roger Caussimon – Le jour viendra


91101     Jean-Roger Caussimon, auteur-compositeur-interprètre français est né en juillet 1918 à Paris, c’est un « môme de la permission », son père médecin étant engagé du côté de Verdun à ce moment-là. Bientôt la famille s’installe à Bordeaux, ville où il grandit et fait ses études d’abord au lycée Montaigne puis au lycée François Villon. Son intérêt pour la poésie date de son adolescence et il ira jusqu’à prendre des cours de diction pour pouvoir dire les poèmes sans son accent bordelais. Il obtiendra ainsi un premier prix au conservatoire d’art dramatique. Un drame le marquera à jamais, le suicide de sa mère Yvonne lorsqu’il a 18 ans. Devenu en 1937 comédien professionnel à Bordeaux, il «monte » à Paris en 1938 où il est remarqué par Louis Jouvet mais mobilisé la même année, il est envoyé dans les Ardennes, puis dans les Vosges où il sera fait prisonnier en 1940 par les allemands et envoyé dans un stalag en Silésie. Durant sa captivité, il écrira des poèmes ainsi qu’une pièce. Libéré pour raisons médicales en 1942, il rentre à Paris et entame une carrière de cabarettiste, passant au Lapin Agile et aux Trois Baudets. C’est dans les cabarets qu’il commencera à s’intéresser à la chanson et rencontrera Léo Ferré dont il deviendra le parolier privilégié et l’ami. Parallèlement, il entame une carrière prolifique d’acteur de cinéma, de théâtre et de télévision. L’année 1967 marque un tournant dans sa carrière : Pierre Barouh, le jeune créateur du label indépendant Saravah, parvient à vaincre ses réticences à interpréter ses chansons. Le premier album, enregistré en six jours et publié en 1970, obtient le Grand Prix de l’académie Charles-Cros. Débute alors une carrière de chanteur qu’il mènera jusqu’à sa mort en 1985, victime d’un cancer au poumon. (crédit Wikipedia)