Le paradis a existé (pour les hommes…)


6a00d8341ce44553ef016765be886b970b-320wi.jpg
Pierre Clastres (1934-1977)

     Pierre Clastres est un anthropologue et ethnologue français connu pour ses travaux d’anthropologie politique, ses convictions et son engagement libertaire et sa monographie des indiens Guayaki du Paraguay. Sa principale thèse est que les sociétés primitives ne sont pas des sociétés qui n’auraient pas encore découvert le pouvoir et l’État, mais au contraire des sociétés construites pour éviter que l’État n’apparaisse. Pierre Clastres a effectué de nombreux travaux de terrain de 1963 à 1974 en Amérique latine chez les  indiens Guayaki du Paraguay, les Guaranis, les Chulupi et les Yanomami. En 1974 il devient chercheur au  CNRS et publie son œuvre la plus connue, La Société contre l’ÉtatCritique du structuralisme, en conflit direct avec Claude Levi-Strauss, dont il dénonce notamment la vision de la guerre comme échec de l’échange, il quitte le laboratoire d’anthropologie sociale et devient directeur d’études à la cinquième section de L’École pratique des hautes études. Il meurt en 1977 à 43 ans dans un accident de la route, laissant son œuvre inachevée et éparpillée. (crédit Wikipedia)


Le paradis des hommes

       «  C’est ce qui frappa, sans ambiguïté, les premiers observateurs européens des Indiens du Brésil. Grande était leur réprobation à constater que des gaillards pleins de santé préféraient s’attifer comme des femmes de peintures et de plumes au lieu de transpirer sur leurs jardins. Gens donc qui ignoraient délibérément qu’il faut gagner son pain à la sueur de son front. C’en était trop, et cela ne dura pas : on mit rapidement les Indiens au travail, et ils en périrent. Deux axiomes en effet paraissent guider la marche de la civilisation occidentale, dés son aurore : le premier pose que la vraie société se déploie à l’ombre protectrice de l’État; le second énonce un impératif catégorique : il faut travailler.

img_0275.jpg

      Les Indiens ne consacraient effectivement que peu de temps à ce que l’on appelle le travail. Et ils ne mourraient pas de faim néanmoins. Les chroniques de l’époque sont unanimes à décrire la belle apparence des adultes, la bonne santé de nombreux enfants, l’abondance et la variété des ressources alimentaires. Par conséquent, l’économie de subsistance qui était celle des tribus indiennes n’impliquait nullement la recherche angoissée, à temps complet, de la nourriture. Donc une économie de subsistance est compatible avec une considérable limitation du temps consacré aux activités productives. Soit le cas des tribus sud-américaines d’agriculteurs, les Tupi-Guarani par exemple, dont la fainéantise irritait tant les Français et les Portugais. La vie économique de ces Indiens se fondait principalement sur l’agriculture, accessoirement sur la chasse, la pêche et la collecte. Un même jardin était utilisé pendant quatre à six années consécutives. Après quoi on l’abandonnait, en raison de l’épuisement du sol ou, plus vraisemblablement, de l’invasion de l’espace dégagé par une végétation parasitaire difficile à éliminer. Le gros du travail, effectué par les hommes, consistait à défricher, à la hache de pierre et par le feu, la superficie nécessaire. Cette tâche, accomplie à la fin de la saison des pluies, mobilisait les hommes pendant un ou deux mois. Presque tout le reste du processus agricole — planter, sarcler, récolter — conformément à la division sexuelle du travail, était pris en charge par les femmes. Il en résulte donc cette conclusion joyeuse : les hommes, c’est-à-dire la moitié de la population, travaillaient environ deux mois tous les quatre ans ! Quant au reste du temps, ils le vouaient à des occupations éprouvées non comme peine mais comme plaisir : chasse, pêche ; fêtes et beuveries ; à satisfaire enfin leur goût passionné pour la guerre. »

Pierre Clastres, la société contre l’Etat, 1974. p.165

kaapor.jpg


Articles liés

  • L’anomalie sauvage par Ivan Segré, 2017 – compte-rendu du livre de Christian Ferrié consacré à Pierre Clastres, le Mouvement inconscient du politique.
  • La Guerre Noire, l’extermination des aborigènes de Tasmanie par Runoko Rashidi (site Monde-histoire-culture générale)

Stanley Kubrick, Grand maître du paysage


Barry Lindon, 1975

carriagehills503.jpg

Redmond-Barry-chevauchant.jpg

42386.jpg

Sarabande Main Title
Women of Ireland
Piper’s Maggot Jig

Barry-Lyndon-1.jpg

Back to LS of the man in the road, his back to Barry, Barry riding closer..jpg

clip_image004_0002.jpg

bl_670.jpg

barry-lyndon-m56277.jpg

Barry_Lyndon.jpg

Barry comes upon two horses and spies two men in the water. Zoom in..jpg

bl_252c.jpg


barry-lyndon-1975-016-behind-the-scenes-black-white-stanley-kubrick-sk-film-archives-llc-warner-bros-university-of-the-arts-london.jpg

      Barry Lyndon est un film historique réalisé par Stanley Kubrick et sorti en 1975. Il est adapté du roman Mémoires de Barry Lindon écrit par le romancier britannique William Makespeace Thackeray en 1844. Au XVIIIe siècle en Irlande, à la mort de son père, le jeune et ambitieux Redmond Barry va monter dans l’échelle sociale de la fastueuse société aristocratique anglaise en usant de tous les moyens. Il élimine en duel son rival, un officier britannique amoureux de sa cousine mais est ensuite contraint à l’exil. Engagé dans l’armée britannique pour combattre sur le continent européen, il déserte et rejoint l’armée prussienne de Frederic II afin d’échapper à la peine de mort. Envoyé en mission, il doit espionner un noble joueur, mène un double-jeu et se retrouve sous la protection de ce dernier. Introduit dans la haute société, il parvient à devenir l’amant d’une riche et magnifique jeune femme, Lady Lyndon, dont le vieil époux sombrera dans la dépression et mourra de chagrin après avoir pris connaissance de l’adultère. Redmond Barry épouse alors Lady Lyndon et devenu Barry Lyndon pense être arrivé à ses fins mais le retour de ses vieux démons et le sort en décideront autrement…

    Film d’une grande beauté visuelle basé sur des sujets picturaux, Barry Lyndon est entièrement tourné en lumière naturelle et à la bougie pour les scènes d’intérieurs dans des décors d’époque. Le film a coûté 10 millions de dollars et le perfectionnisme du réalisateur a fait que deux années ont été nécessaires pour achever le tournage. En 1976, le film sera récompensé par trois oscars clés (image, costumes, décors), plus celui de la musique (des morceaux de Haendel, Bach ou Schubert qui firent, au moment de la sortie, de vrais tubes).

Acteurs : Patrick Magee, Hardy Krüger, Ryan O’Neal, Marisa Berenson, Steven Berkoff

Sources : Allo Ciné & Wikipedia.


Enfance


L’enfant des bords de mer

[Jeune_enfant_en_costume_marin_[-1...]Begoz_Alfred-Louis_btv1b6904580v.JPEG

Begoz Alfred-Louis – Jeune enfant en costume marin, entre 1907 et 1920 – 
Plage de la baie de Saint-Valéry-sur-Somme – autochrome

Capture d’écran 2018-03-24 à 08.28.17.png

L’enfant des bords de mer
Qu’est-il devenu ?
Reste-t-il de lui aujourd’hui, une trace
autre que ces photos floues
que le temps dévore peu à peu ?

Une vie…

Une vie pleine et entière
de sensations, de sentiments,
par millions, par milliards,
disparue, évaporée…
anéantie à jamais…

Reste ces photos qui nous disent tout et rien.

[Jeune_enfant_en_costume_marin_[-3...]Begoz_Alfred-Louis_btv1b6904580v.JPEG


Quand le monde ressemblait à des tableaux…


Quatre photographies pictorialistes

Auguste Boutique - Retour du troupeau, 1905 (2).png

Auguste Boutique – Retour du troupeau, 1905

Léonard Misonne - Auprès du Moulin, 1905 (2).png

Leonard Misonne – Auprès du Moulin, 1905

Otto Scharf - Waldbach, 1902.jpg

Otto Scharf – Waldbach, 1902

Otto Scharf - Eifeldorfbrücke, 1908.jpg

Otto Scharf – Eifeldorfbrücke, 1908


Encora Tu… Lucio Battisti


Voyage express dans le temps…

Ancora tu (1976)

     Ancora Tu non mi sorprende lo sai                Ma lasciarti non è possibile
     Ancora Tu ma non dovevamo vederci più    No lasciarti non è possibile
     E come stai, Domanda inutile                          Lasciarti non è possibile
     Stai come me e ci scappa da ridere                 No lasciarti non è possibile
     Amore mio hai già mangiato o no                   Disperazione gioia mia
    Ho fame anch’io e non soltanto di te             Sarò Ancora Tuo sperando che non sia follia
     Che bella sei sembri più giovane                    ma sia quel che sia             
     O forse sei solo più simpatica                         abbracciami amore mio      
     Oh lo so cosa tu vuoi sapere…                          abbracciami amor mio
     Nessuna no ho solo ripreso a fumare…         Ché adesso lo voglio anch’io        
     Sei Ancora Tu purtroppo l’unica                    Ancora Tu, non mi sorprende lo sai
     Ancora Tu l’incorregibile                                  Ancora Tu, ma non dovevamo vederci più
     Ma lasciarti non è possibile                             E come stai? Domanda inutile
     No lasciarti non è possibile                              Stai come me e ci scappa da ridere
     Lasciarti non è possibile                                   Amore mio hai già mangiato o no
     No lasciarti non è possibile                              Ho fame anch’io e non soltanto di te
     Sei Ancora Tu purtroppo l’unica                     Che bella sei sembri più giovane
     Sei Ancora Tu l’incorregibile                           O forse sei solo più simpatica

Et, à ses début, à la télévision suisse, maladroit et pataud…


Nostalgie – Comme Un Lego – Hommage à Bashung et à Gérard Mancet


Quand Bashung chante Manset

     Paris en noir et blanc, les 2ch, les dauphines, Les films de Godard, Brigitte Bardot, Jean-Pierre Léaud, Marina Vlady, Anne Wiazemsky, la touchante Jean Seberg, Belmondo, Jean Ferrat, la délicieuse Anna Karina, Macha Meryl, les disques vinyl,  les postes de télévision minuscules en noir et blanc avec une seule chaîne, Le temps où nous avions du temps… Le temps de la simplicité, de la sérénité et de l’innocence… La vie, l’amour, la mort… Tous ces souvenirs s’emboîtent comme dans un lego, mais qui demeurera pour toujours incomplet car nous avons égaré de nombreuses pièces…  Merci pour ce clip, Obok Manitoba

       Comme Un Lego

Capture d’écran 2018-02-10 à 16.30.16.png

°°°
Capture d’écran 2018-02-10 à 16.30.58.png

  Crédit : clip Obok Manitoba


Pour la version originale de cette chanson chantée par Gérard Manset, lire l’article « Présents, ils sont absents », c’est  ICI