Déjà la neige !

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Descente gâchée ! j’suis pas le premier !

tumblr_nhny8evj531s24zpuo1_1280

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le paysage vu de la fenêtre du train… « Un balcon en forêt » de Julien Gracq

–––– Introduction au texte de Julien Gracq : extrait de La Meuse du site Septention –––––––––––

     En me documentant pour préparer cet article sur la Meuse j’ai découvert le site néerlandais Septentrion qui depuis trente années traite essentiellement de littérature néerlandaise mais qui publie parfois des textes en français. L’un de ceux-ci décrivait justement cette rivière et faisait référence au livre de Julien Gracq. Luc Devoldere, écrivain et rédacteur en chef de la revue Septentrion a descendu « en explorateur » très documenté la Meuse et nous livre ses impressions.


Le Bateau ivre (1871)

Comme je descendais des Fleuves impassibles,
Je ne me sentis plus guidé par les haleurs :
Des Peaux-rouges criards les avaient pris pour cibles,
Les ayant cloués nus aux poteaux de couleurs.

J’étais insoucieux de tous les équipages,
Porteur de blés flamands ou de cotons anglais.
Quand avec mes haleurs ont fini ces tapages,
Les Fleuves m’ont laissé descendre où je voulais.

Arthur Rimbaud

Capture d’écran 2013-06-21 à 15.13.10

Adieu à la Meuse

« Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,
Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.
Meuse, adieu : j’ai déjà commencé ma partance
En des pays nouveaux où tu ne coules pas.

Voici que je m’en vais en des pays nouveaux :
Je ferai la bataille et passerai les fleuves ;
Je m’en vais m’essayer à de nouveaux travaux,
Je m’en vais commencer là-bas des tâches neuves.

Et pendant ce temps-là, Meuse ignorante et douce,
Tu couleras toujours, passante accoutumée,
Dans la vallée heureuse où l’herbe vive pousse,

Meuse inépuisable et que j’avais aimée.

Charles Péguy Extrait de ‘OEuvres poétiques complètes’,
Gallimard (La Pléiade, no 60), Paris, 1948.

°°°

Luc Devoldère

Extrait du texte de Luc Devoldere :

     Le matin suivant, notre bateau jouxte la forêt des Ardennes, les restes d’une forêt mythique qui s’étendit un jour de la mer du Nord à Constantinople. Cette forêt conserve jalousement ses légendes des quatre fils Aymon, ses croisades et ses nobles dames infidèles, ses châteaux et ses citadelles. Il fut un temps où les fils Aymon chevauchaient sans repos le légendaire destrier Bayard, franchissant fleuve et vallées, en fuite devant la colère de Charlemagne. Çà et là, le fier coursier laissa la trace de ses immenses sabots. Près de Dinant, il fendit le rocher du bord de Meuse, près de Liège, il échappa miraculeusement à la noyade quand l’empereur le fit jeter dans le fleuve, une meule au cou: Bayard escalada la rive opposée et disparut pour toujours au galop dans les forêts infinies des Ardennes. De nos jours, au-dessus de Bogny-sur-Meuse, on peut voir les quatre fils Aymon pétrifiés: quatre pitons rocheux sur la croupe d’une colline qui leur sert de cheval.

les quatre fila Aymont et le cheval Bayardles quatre fils Aymont et le cheval Bayard

     La vallée de la Meuse vit Godefroy de Bouillon de Monthermé, confluent de la Semois et de la Meuse, s’élancer vers Verdun, Constantinople, Antioche et Jérusalem. Hodierne, Berthe et Iges virent également leurs époux partir pour la croisade au cours de leur nuit de noces. Sept ans durant, elles attendirent en vain, jusqu’à ce que l’infidélité les transforme en pitons rocheux: les ‘Dames de Meuse’.

     Les géologues savent pourquoi la Meuse s’est, contre toute logique, frayé un chemin à travers le massif des Ardennes: c’est tout simplement qu’elle ne l’a pas fait. Il y a des milliers d’années, la Meuse serpentait au beau milieu d’une plaine. Puis un plissement généra le massif des Ardennes: le fleuve dut creuser son lit à mesure. Les méandres demeurèrent. A Fepin, les diverses strates de la roche montrent que la mer arriva un jour jusqu’ici.

     Le bateau glisse à travers ce pli oublié de France qui pointe sa langue au coeur de la Belgique. Dans les villages, les hommes et les maisons à paraboles ont recherché le bord de l’eau, car là-haut sur les collines règne partout une forêt compacte. Sous la légère brume du matin, la fraîche verdure printanière, réfléchie par la Meuse, rivalise avec le vert sombre des forêts. Çà et là apparaissent timidement les ajoncs et les fougères que Julien Gracq évoque dans le voyage en train qui ouvre Un balcon en forêt.

la Meuse à Montherméla Meuse à Monthermé

La Meuse à LaifourLa Meuse à Laifour

     A Monthermé, nous amarrons pour regarder la petite ville accolée au méandre majestueusement déployé. Au pont sur la Meuse, je lis que les troupes coloniales françaises se sacrifièrent ici, le 13 mai 1940, pour arrêter les blindés allemands.

A Laifour nous amarrons pour déjeuner. Ici tout s’accorde parfaitement: le silence, la baguette, le Saumur, la terrine de sanglier, les ajoncs, le petit train jaune et rouge qui trépide sur le pont de chemin de fer et ajoute du silence au silence. Le Château Margaux s’établit à nos côtés. Sur la péniche transformée, les seuls passagers sont un homme et une femme de Wépion, près de Namur. Les enfants ont quitté la maison; eux se rendent à Paris. La femme fête aujourd’hui son anniversaire. A l’écluse précédente, ils ont acheté pour 40 francs français une perche à un pêcheur. Une demi-heure à peine après sa mort, sur l’herbe, voilà le poisson écorché d’une main experte par l’homme. Nous partageons notre vin, trinquons aux années, à la fidélité conjugale et agitons la main à l’intention de Néerlandais qui passent sans comprendre, dans leurs yachts en route pour la Méditerranée. Pour l’instant, nous n’allons nulle part, nous sommes immobiles au bord du fleuve. Cela aussi c’est nécessaire au cours de voyages comme celui-ci. Retenez l’endroit. Notre ‘balcon en forêt’, c’était Laifour, près des Dames de Meuse, où la rivière était boudeuse et rieuse.

Givet sur la Meuse et sa forteresseGivet sur la Meuse et sa forteresse

« O saisons, O châteaux »
     Dans le dernier méandre avant la frontière belge se dresse la centrale atomique de Chooz. Un souterrain d’un kilomètre de long qui draine tout le trafic, coupe le méandre, si bien que je ne vois de la centrale que les traînées de fumée, et, sorti du tunnel navigable, les immenses tours de refroidissement, ces nouveaux fortins des nations qui ont relégué leur approvisionnement énergétique à leurs frontières. A Givet, le fort de Charlemont garde une frontière qui n’existe plus guère. Charles Quint le fit bâtir contre la France, Vauban le remania, et, après Waterloo, le corps d’armée de Grouchy tint longtemps ici contre les Prussiens. L’arrière-garde de Grouchy avait admirablement défendu la retraite du corps d’armée. ‘O saisons, O châteaux / Quelle âme est sans défauts?’

les Dames de Meuse 

les Dames de Meuse

     Au château d’Hierges, les Dames de Meuse renoncèrent à leur vertu; Godefroy de Bouillon en partance pour Jérusalem abandonna son fort de Bouillon. Il y a les citadelles de Namur, de Dinant et d’Huy, construites sous leur forme actuelle par les Néerlandais après 1815. Il y a les ruines du château de Crèvecoeur, à Bouvignes, passé Dinant, mis à sac en 1554 par Henri II; celui de Poilvache à Houx, dont la légende attribue la construction aux fils Aymon et qui fut détruit par les Liégeois en 1430. Mais avant Dinant, à Freyr, la culture a rendu hommage à la nature: les jardins français du château fléchissent ici le genou devant l’ensemble de roches sauvages de l’autre rive de la Meuse, la géométrie répond ici au rocher à l’état sauvage et romantique.

Depuis, nous avons passé une frontière et un poste de douane désert. (…)

°°°

Pour lire le texte intégral de Luc Devoldere, c’est ICI.

°°°

–––– Julien Gracq : extrait de « Un balcon en forêt » (1958) ––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Julien Gracq

Capture d’écran 2013-01-24 à 14.38.45

Depuis que son train avait passé les faubourgs et les fumées de Charleville, il semblait à l’aspirant Grange que la laideur du monde se dissipait : il s’aperçut qu’il n’y avait plus en vue une seule maison. Le train, qui suivait la rivière lente, s’était enfoncé d’abord entre de médiocres épaulements de collines couverts de fougères et d’ajoncs. Puis à chaque coude de la rivière, la vallée s’était creusée, pendant que le ferraillement du train dans la solitude rebondissait contre les falaises, et qu’un vent cru, déjà coupant dans la fin d’après-midi d’automne, lui lavait le visage quand il passait la tête par la portière. La voie changeait de rive capricieusement, passait la Meuse sur des ponts faits d’une seule travée de poutrages de fer, s’enfonçait par instants dans un bref tunnel à travers le col d’un méandre. Quand la vallée reparaissait, toute étincelante de trembles sous la lumière dorée, chaque fois la Meuse semblait plus lente et plus sombre, comme si elle eût coulé sur un lit de feuilles pourries. Le train était vide; on eut dit qu’il desservait ces solitudes pour le seul plaisir de courir dans le soir frais, entre les versants de forêts jaunes qui mordaient de plus en plus haut sur le bleu très pur de l’après-midi d’octobre; le long de la rivière, les arbres dégageaient seulement un étroit ruban de prairie, aussi nette qu’une pelouse anglaise.
“C’est un train pour le Domaine d’Arnhem” pensa l’aspirant, grand lecteur d’Edgar Poe, et, allumant une cigarette, il renversa la tête contre le capiton de serge pour suivre du regard très haut au-dessus de lui la crête des falaises chevelues qui se profilaient en gloire contre le soleil bas. Dans les échappées de vue des gorges affluentes, les lointains feuillus se perdaient derrière le bleu cendré de la fumée de cigare; on sentait que la terre ici crêpelait sous cette forêt drue et noueuse aussi naturellement qu’une tête de nègre. Pourtant la laideur ne se laissait pas complètement oublier : de temps en temps le train stoppait dans de lépreuses petites gares, couleur de minerai de fer, qui s’accrochaient en remblai entre la rivière et la falaise : contre le bleu de guerres des vitres déjà délavé, des soldats en kaki somnolaient assis en califourchon sur les chariots de la poste – puis la vallée verte devenait un instant comme teigneuse : on dépassait de lugubres maisons jaunes, taillées dans l’ocre, qui semblaient secourer sur la verdure, tout autour la poussière des carrières à plâtre – et, quand l’oeil désenchanté revenait vers la Meuse, il discernait maintenant de place en place les petites casemates toutes fraîches de brique et de béton, d’un travail pauvre, et le long de la berge les réseaux de barbelés où une crue de la rivière avait pendu des fanes d’herbes pourrie : avant même le premier coup de canon, la rouille, les ronces de la guerre, son odeur de terre écorchée, son abandon de terrain vague, déshonorait déjà ce canton encore intact de la Gaule chevelue.

°°°

Monthermé

Monthermé, en bord de Meuse (Ardennes) a fournit le modèle de Moriamé dans Un balcon en forêt

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Extrait vidéo du film « Un balcon en forêt »
date du film : 1980 – durée : 02h 34 – Production : Antenne 2 – réalisateur : Michel Mitrani – document INA : 

http://www.ina.fr/economie-et-societe/vie-sociale/video/CPB80056069/un-balcon-en-foret.fr.html

Adapté du roman de Julien Gracq, ce film raconte la vie quotidienne, au rythme des saisons, de quatre soldats français dans la forêt des Ardennes près de la frontière belge, durant la drôle de guerre de septembre 1939 à mai 1940. Il montre l’attente de ces hommes qui sont peut-être promis à la mort, la routine de la vie militaire, les relations entre eux et avec les villageois. Le lieutenant Grange est affecté au commandement d’une maison forte dans la forêt, près d’un hameau à la frontière belge. Il a pour mission d’observer les Allemands afin de renseigner ses supérieurs sur les mouvements de leurs troupes. Trois hommes partagent son sort : le caporal Olivon et les soldats Hervouët et Gourcuff. En attendant la guerre qui ne vient pas, ils passent le temps à quelques travaux, jouent aux cartes et se rendent parfois au village voisin. Un jour, Grange rencontre Mona, une jeune veuve, qui vit dans une ferme des environs et avec laquelle il vivra un temps l’illusion du bonheur.

un balcon en forêt, le film

un balcon en forêt - Film

Un balcon en forêt, le film

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––