cicatrices & traces…


     « L’imagination […] trouve plus de réalité à ce qui se cache qu’à ce qui se montre. »

Gaston Bachelard, La Terre et les Rêveries du repos.

IMG_8348.jpg

3 novembre 2018 – Le lac en se retirant a révélé les traces d’un ancien embarcadère oublié de tous.

    Telles ces étendues liquides opaques et secrètes, notre inconscient  recouvre des éléments oubliés ou déniés de notre passé. Il faut alors un reflux de notre conscience qui s’apparente à un dévoilement pour faire émerger ces traces ou ces blessures jusque là soigneusement occultées.

Enki sigle


Gortoz A Ran – J’attends…


Marchons sur les chemins d’écume…

Phare de l'île Vierge dans la tourmente

     Ce magnifique chant poétique chargé de mélancolie du chanteur breton Denez Prigent interprété en breton en duo avec la chanteuse australienne Lisa Gerrard lui a été inspiré par la mer. Il évoque un « cœur blessé » en attente d’un ailleurs sublimé «  entre la mer et les étoiles » qui désire être emporté par le courant marin et le vent chargé d’embruns. La chanson a été utilisée en version remixée dans la bande originale du film de de Ridley Scott, Black Hawk puis dans de nombreux autres média, série télévisée, reportages et émissions de radio. La chanson fait partie de l’album Irvi sortie en 2000 qui lui vaudra une Victoire de la Musique l’année suivante suivie d’un disque d’argent. Irvi est le pluriel du mot erv qui désigne un chemin reliant deux îles entre elles ou une île au continent, uniquement praticable à marée basse. René Guyomarc’h dans le site des Inrockuptibles compare cette chanson d’où sourd « un sombre tourbillon métaphysique » à la hent eon, autre nom breton du gué de mer qui se traduit par le joli nom de « chemin d’écume ».

Gortoz A Ran,  » J’attends »

Gortozet ‘m eus, gortozet pell                      J’ai attendu, j’ai attendu longtemps
E skeud teñval an tourioù gell                     Dans l’ombre sombre des tours brunes
E skeud teñval an tourioù gell                     Dans l’ombre sombre des tours brunes

E skeud teñval an tourioù glav                    Dans l’ombre sombre des tours de pluie
C’hwi am gwelo gortoz atav                         Vous me verrez attendre toujours
C’hwi am gwelo gortoz atav                         Vous me verrez attendre toujours

Un deiz a vo ‘teuio en-dro                             Un jour il reviendra
Dreist ar morioù, dreist ar maezioù          Par-dessus les mers, par-dessus les champs

Un deiz a vo ‘teuio en-dro                             Un jour il reviendra,
Dreist ar maezioù, dreist ar morioù          Par dessus les campagnes, par dessus les mers
‘Teuio en-dro an avel c’hlas                          Reviendra le vent vert
Da analañ va c’halon gloaz’t                         Et emportera avec lui mon coeur blessé

D’am laerezh war an treujoù                       M’emporter sur les chemins
‘Teuio en-dro karget a fru                             Il reviendra, chargé d’embruns
E skeud teñval an tourioù du                       Dans l’ombre sombre des tours noires
Kaset e vin diouzh e anal                              Grace à son souffle, je serais emporté
Pell gant ar red en ur vro all                        Loin dans le courant, dans un autre pays

Kaset e vin diouzh e alan                              Je serais emporté, grace à son souffle
Pell gant ar red, hervez ‘deus c’hoant      Loin dans le courant, selon son désir

Hervez ‘deus c’hoant, pell eus ar bed        Selon son désir, loin de ce monde
Etre ar mor hag ar stered                             Entre la mer et les étoiles

*
***


l’eau noire


          Et quand vient la fin, quand les ténèbres sont au cœur et dans l’âme, quand les êtres aimés nous ont quittés et que tous les soleils de la joie ont déserté la terre, alors le fleuve d’ébène, gonflé d’ombres, lourd de regrets et de remords ténébreux, va commencer sa lente et sourde vie. Il est maintenant l’élément qui se souvient des morts.           

Gaston Bachelard, L’eau et les rêves, 1979

La texture de la nuit

IMG_8463.jpg

IMG_8454.jpg

IMG_8500.jpg

IMG_8495.jpg


Éclats et brisures

IMG_8518.jpg

IMG_8459.jpg


La bête

IMG_8464.jpg

IMG_8472.jpg


photos Enki, 14 novembre 2018, vers 17h 30


The little girl & the whistlin’ Train


The Inspector Cluzo – Little Girl & The Whistlin’ Train
(album We the People of the Soil, 2018)

Capture d’écran 2018-10-28 à 19.06.31.png

Capture d_écran 2018-10-28 à 19.06.51

Vu du train – Photos « destructurées » prises avec mon IPhone le 10 février 2015 depuis le train Montréal-New-York vers 13 h 43

Little Girl & The Whistlin’ Train

Little girl wants to look around                      It won’t be easy
Little girl just hears a sound                            Going back to old days
Today is a day of the whistling train             You got to remember
Today is a day of the blowing rain                  I just want a ticket to pass around

Last day hanging around                                   No more memories
Last day touching the ground                          From your old own town             
Today is a day                                                       It won’t be easy
Today of the whistling sound                          To hear your whistling sound

It won’t be easy                                                    Today is a day of the whistling train
Going back to old days                                       Today is a day of the blowing rain
You got to remember                                         A one way train ticket
I just want a ticket to pass around                 A one way life ticket

No more memories                                             Making on your own
From your old own town                                   You got to move on
It won’t be easy                                                     Surely you get along
To hear your whistling sound                          Little girl.

Last day hanging around                                  Little Girl & The Whistlin’ Train
Last day here on the ground                            The Inspector Cluzo
Today is a day                                                       album We the People of the Soil
Today of the whistling sound                           2018

***


Amtracks Horns

IMG_7296

1 mn 27 d’ambiance ferroviaire américaine


photos Enki – États-Unis – février 2015

IMG_7133_2.jpg

Capture d’écran 2018-10-28 à 19.43.13.png

Capture d’écran 2018-10-28 à 19.05.45.png

IMG_7302.jpg

IMG_7277.jpg

IMG_3977.jpg


Deux chansons magnifiques de Tom Waits, chanteur alien…


Tom Waits (2).png

     « Bizarre », « cynique », « obscur »… Voilà comment a été qualifié le chanteur de blues américain Thomas Alan Waits dit Tom Waits. Quant à sa voix  elle a été jugée  « Rocailleuse » et « abrasive ». Il est vrai qu’elle possède un effet décapant. Il chante, souvent avec recul et une pointe d’humour, des thèmes mélancoliques et romantiques comme la solitude, le désespoir, la mort. Parmi les 18 albums qu’il a enregistré de 1973 à 2011, on citera Bad as Me (2011) dont le single éponyme a été décrit comme une chanson « brute et déroutante comme jamais avec ce titre cliquetant et déprimant » aux paroles « totalement absurdes  » relevant «  du génie pur », Mule Variations (1999), Bone Machine (1992) qui a obtenu le Grammy Awards du meilleur album de musique alternative de l’année, Rain Dogs (1985), Swordfishtrombones (1983) classé comme expérimental et abstrait, Heartattack and Vine (1980) dont la chanson éponyme a été qualifiée de «  grognée-hurlée », The Heart of Saturday Night (1974) dont La chanson éponyme est un hommage aux fans et à l’univers de l’écrivain Jack Kerouac.


Earth Died Screaming (album Bone Machine, 1992)

Rudy’s on the midway
And Jacob’s in the hole
The monkey’s on the ladder
The devil shovels coal
With crows as big as airplanes
The lion has three heads
And someone will eat the skin that he sheds
And the earth died screaming
The earth died screaming
While I lay dreaming of you
Well hell doesn’t want you
And heaven is full
Bring me some water
Put it in this skull
I walk between the raindrops
Wait in Bug House Square
And the army ants
They leave nothin’ but the bones
And the earth died screaming
While I lay dreaming of you

There was thunder
There was lightning
Then the stars went out
And the moon fell from the sky
It rained mackerel
It rained trout
And the great day of wrath has come
And here’s mud in your big red eye
The poker’s in the fire
And the locusts take the sky
And the earth died screaming
While I lay dreaming of you

°°°


     « Nous étions dans un bus allant à Los Angeles Et il faisait vraiment froid dehors. Il y avait cette personne transgenre, pour être politiquement correct, qui se tenait dans un coin, portant un petit haut court qui laissait voir son nombril, beaucoup de maquillage aux yeux et des cheveux décolorés et une mini jupe. Et ce gars ou fille, dansait tout seul. Et ma petite fille l’a vu et a dit « Ca doit être vraiment dur de danser comme ça quand tu as si froid et qu’il n’y a pas de musique » […] j’ai pensé que c’était une bonne chose à dire dans une chanson. Tenir le coup. Nous nous accrochons tous à quelque chose. Aucun de nous ne veut quitter le terrain. Les mauvaises herbes s’accrochent. Tout s’accroche. J’ai pensé que c’était un vrai point positif à dire. Ce fut une chanson optimiste. Prends ma main, reste là, tiens bon. Nous avons écrit ça ensemble, Kathleen et moi, et c’était bien. Deux personnes qui sont amoureuses écrivant une chanson comme celle-là sur le fait d’être amoureux. C’était bien. »   (Crédit La Coccinelle, pour la traduction, c’est ICI)
°°°
Hold On ( album Mule Variations1999)

« Hold On »

They hung a sign up in our town
« if you live it up, you won’t
live it down »
So, she left Monte Rio, son
Just like a bullet leaves a gun
With charcoal eyes and Monroe hips
She went and took that California trip
Well, the moon was gold, her
Hair like wind
She said don’t look back just
Come on Jim

Oh you got to
Hold on, Hold on
You got to hold on
Take my hand, I’m standing right here
You gotta hold on

Well, he gave her a dimestore watch
And a ring made from a spoon
Everyone is looking for someone to blame
But you share my bed, you share my name
Well, go ahead and call the cops
You don’t meet nice girls in coffee shops
She said baby, I still love you
Sometimes there’s nothin left to do

Oh you got to
Hold on, hold on
You got to hold on
Take my hand, I’m standing right here, you got to
Just hold on.

Well, God bless your crooked little heart St. Louis got the best of me
I miss your broken-china voice
How I wish you were still here with me

Well, you build it up, you wreck it down
You burn your mansion to the ground
When there’s nothing left to keep you here, when
You’re falling behind in this
Big blue world

Oh you got to
Hold on, hold on
You got to hold on
Take my hand, I’m standing right here
You got to hold on

Down by the Riverside motel,
It’s 10 below and falling
By a 99 cent store she closed her eyes
And started swaying
But it’s so hard to dance that way
When it’s cold and there’s no music
Well your old hometown is so far away
But, inside your head there’s a record
That’s playing, a song called

Hold on, hold on
You really got to hold on
Take my hand, I’m standing right here
And just hold on

°°°