art & craft, design

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
 liste des articles disponibles
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

–––– esthétique ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

.   Japon : Wabi-Sabi ou l’esthétisme par la spiritualité

–––– design de l’objet ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le traditionnel

.   les ailes de bois ou l’oiseau du bonheur

–––– design du mobilier : les sièges –––––––––––––––––––––––––––––

hans J Wegner - chaise Wishbone chêne savonné:assise en corde noire

design du mobilier : la chaise Louis Ghost de chez Kartell, concepteur Philippe Stark (2001).
design du mobilier : le tabouret « papillon » du japonais Sori Yanagi en 1956.
design du mobilier : la chaise CH24 ou wishbone de Hans J.Wegner (1949)
design du mobilier : le fauteuil Louis Dierra de la Pittsburgh Plate Glass Co (1939).
design du mobilier : la chaise de l’américano-hongrois Ilonka Karasz de 1930
design du mobilier : sièges créés par Charlotte Perriand, Edouard Jeanneret et Le Corbusier      (1928 -1929)
design du mobilier : la chaise Barcelone de Mies van der Rohe et Lily Reich (1929)

–––– design des objets industriels –––––––––––––––––––––––––––––––

. design industriel : la LNER steam locomotive ‘Mallard’ 4-6-2 A4 Pacific class, No 4468 – Grande-Bretagne (1938)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
ESTHETIQUE

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Japon : Wabi-Sabi ou l’esthétisme par la spiritualité
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Bol de thé wabi-sabi, époque Azuchi Momoyama (XVIe siècle)

  Le Wabi Sabi prône l’harmonie avec la nature, dont les imperfections mêmes constitueraient la beauté spontanée, sans prétention, sans artifices et dont le caractère paisible peut influencer positivement l’existence. La philosophie du Wabi-Sabi symbolise d’une certaine manière une façon de percevoir les choses dans leur environnement en privilégiant une approche directe et intuitive de la vérité transcendante au de là de toute conception intellectuelle. Elle se manifeste dans la genèse de l’acte créatif lorsqu’il fait fait l’apologie de l’éphémère, de la fragilité, de la beauté des choses imparfaites et modeste. Wabi-Sabi est une beauté profonde, multi-dimensionnelle, élusive

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
CATEGORIE OBJETS

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
les ailes de bois ou l’oiseau du bonheur
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Le traditionnel

 En Haute-Savoie, c’est principalement dans la vallée d’Abondance et dans le pays de Gavot que ces oiseaux, souvent appelés « colombes » étaient fabriqués par les bergers dans les Alpages ou lors des veillées d’hiver à partir de deux morceaux d’épicéa assemblés à mi-bois pour former, dans une première composition la tête, le corps et la queue et dans une seconde composition les ailes. On les suspendait dans les chalets près de la cheminée, dans la cuisine ou la salle commune où ils étaient censés porter bonheur. Ce produit de l’artisanat populaire se retrouve dans d’autres endroits des Alpes : vallée de Morzine, Les Gets, vallée du Giffre, Suisse, Allemagne et Autriche ainsi qu’en République Tchèque, Pologne, pays scandinaves, Russie et Amérique du Nord.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
CATEGORIE MOBILIER

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
la chaise Louis Ghost de chez Kartell, concepteur Philippe Stark (2001).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

la chaise Louis Ghost

       La chaise Louis Ghost fut créée en 2001 par le designer Philippe Starck pour le fabricant de meubles milanais Kartell, chef de fil du design italien des années soixante dont le fondateur en 1950, l’ingénieur chimiste Giulio Castelli a le premier fait du plastique un article moderne et qualitatif avec sa pièce culte, la chaise conçue par le designer Joe Colombo en 1967, première chaise au monde a avoir été moulée en polypropylène par injection en un seul moule. La chaise Louis Ghost est réalisée en polycarbonate, une matière plastique transparente particulièrement résistante aux éraflures et aux agents atmosphériques, ce qui permet une utilisation à l’intérieur et à l’extérieur.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
le tabouret « papillon » du japonais Sori Yanagi (1956).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Butterfly Stool - Sori yanagi (japanese, born tokyo 1915) - 1956

Ease of travel in the jet age encouraged a growing fusion of cultural influences after World War II. Although Yanagi’s stool was designed and manufactured in Japan, it employs Western form (the stool) and material (bentwood). Its calligraphic elegance, however, suggests a distinctly Asian sensibility despite the rarity of such seating furniture in traditional Japanese culture. The stool is made from two curving and inverted L-shaped rosewood sections, each forming one leg and half of the seat. A metal rod midway between the legs serves as a stretcher and holds the stool together.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
la chaise CH24 ou wishbone de Hans J.Wegner (1949)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

hans J Wegner - chaise Wishbone chêne savonné:assise en corde noire

 La chaise CH24 ou « wishbone chair » en référence à son dossier en forme de bréchet de poulet est une des chaises les plus célèbres de Hans Wegner. Conçue en 1949, et signe de son succès continu, elle est produite depuis plus d’un demi siècle sans discontinuité. Sa fabrication requiert plus de 100 étapes réalisées à la main. Son assise nécessite près de 120 mètres de corde pouvant résister jusqu’à 50 ans. La chaise est disponible avec un cadre en chêne ou noyer avec une assise en cordage de papier de couleur naturelle ou noire. Cette chaire légère avec sa forme sculpturale permet une grande liberté de mouvements et garantit un confort supérieur en faisant une pièce idéale pour le travail ou le repos.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
le fauteuil Louis Dierra de la Pittsburgh Plate Glass Co (1939).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

chaise Louis Dierra - IMG_2106

   Une autre exposition Universelle, celle de New York en 1939, s’attache à présenter un avenir radieux basé sur le développement et l’innovation technologique. Pour illustrer ce concept, une société spécialisée dans la production de produits verriers, la Pittsburgh Plate Glass Company (PPG) a élaboré un projet de « Maison All-Glass dans la ville de demain » . Cette action avait ou être mise œuvre parce que cette compagnie possédait un studio de créations dans lequel des artistes intervenaient pour les projets de leurs clients et pour les show-rooms des expositions. Le public pouvait admirer une salle à manger et un salon dont le mobilier utilisait essentiellement le verre.

Pour la suite, c’est ICI

°°° 

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
la chaise de l’américano-hongrois Ilonka Karasz (1930)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

armchair - Ilonka Karasz (1896-1981), vers 1930

°°°

°°°

Date : 1930
Medium : Walnut
Dimensions :  H.29-1/2, W.16-3/4, D.16 inches (74.9 x 42.6 x 40.7 cm.) Seat H. 15-1/4 inches (38.8 cm.) verre.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
la chaise Barcelone de Mies van der Rohe et Lily Reich (1929).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Mies van de Rohe - la chaise barcelona - 1929

   En 1929, Mies van der Rohe est chargé par le gouvernement allemand de réaliser le pavillon allemand de l’exposition universelle de Barcelone. Il propose alors un bâtiment révolutionnaire pour son époque. De forme très simple, il développe sur un socle maçonné situé à une hauteur de 1,6 m du sol naturel un ensemble composé de deux parallélépipèdes et d’une cour centrale comportant un bassin, l’ensemble de ses éléments étant reliés par de long murs de clôture horizontaux. la toiture composée d’une dalle de béton horizontale repose soit sur ces murs soit sur une série de piliers. Mies van der Rohe pensait que le mobilier qui accompagnerait son architecture devait être parfaitement adapté à celle-ci et la compléter aussi, dés les plans du bâtiment terminé, s’attacha t’il avec sa partenaire Lily Reich à le dessiner. C’est de ce travail que naquit la célèbre chauffeuse Barcelona qui, après plus de trois quart de siècle plus tard n’a rien perdue de sa modernité et qui est considérée comme l’un des plus beau meuble du XXe siècle.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
sièges créés par C. Perriand, E. Jeanneret et Le Corbusier (1928).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Fauteuil à dossier B301 de Charlotte Perriand, Le Corbusier, Edouard Jeanneret - années 1928

   La première rencontre qui eut lieu en 1927 dans le studio de la rue de Sèvres à Paris entre Charlotte Perriand, jeune femme designer de 24 ans fraîchement émoulue de l’Ecole des Arts décoratifs de Paris et Le Corbusier se passa fort mal : la proposition de collaboration de la jeune femme dans les domaines de la conception de mobilier, celui-ci répondit : « Nous n’avons ici nul besoin de broder des coussins… » Quelque temps après, Le Corbusier devait réviser son attitude après avoir vu le travail exécutée par celle-ci en acier, aluminium et verre pour « le bar glaciaire sous le toit » au Salon d’Automne de Paris. S’ouvrira alors une période de collaboration de dix années jusqu’au moment où elle    collaborera avec l’artiste Fernand Léger et le constructeur Jean Prouvé.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
sièges créés par Peter Behrens pour sa maison de Mathildenhöhe  (1901).
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Peter Behrens - chaise, vers 1902

   À quoi serviraient trois, cinq, voire dix belles maisons […] si les fauteuils qui sont placés à l’intérieur sont laids ou les plaques ne sont pas beaux ? Non – il nous faut un grand champ, un vaste domaine vide ; et nous pourrons montrer ce que nous pouvons faire. De la conception générale jusqu’au dernier détail, tout sera régi par le même esprit, les rues et les jardins, les palais et les maisons, les tables et les fauteuils , les lampes et les cuillères exprimeront tous la même sensibilité, et au milieu de tout cela, comme un temple dans une rainure sacré, sera bâti une maison de travail, l’atelier de deux artistes et un atelier d’artisans […] » – Joseph Maria Olbrich.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
CATEGORIE OBJETS INDUSTRIELS

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
la LNER steam locomotive ‘Mallard’ 4-6-2 A4 Pacific class
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

LNER steak locomotive

Description: Steam locomotive and tender, No 4468 ‘Mallard’, Class A4 Pacific, 4-6-2, designed by Nigel Gresley for LNER, built at Doncaster in 1938; length over buffers: 71′ 3/8″; width: 9′; weight: 102 tons; 19 cwt; (total weight 165 tonnes 7 cwt); area 50.3m square. Driving wheel diameter 6 feet, 8 inches.

pour la suite, c’est ICI

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s