Historia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
La guerre – (II) De la guerre en dentelles à la « montée aux extrêmes » : les guerres franco-allemandes
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Carl von Clausewitz (1780-1831)

Karl von Clausevitz

La pensée de Clausewitz s’est nourrie des changements fondamentaux dans l’art et la manière de mener la guerre induits par la Révolution française et la période des Guerres napoléoniennes qui l’a suivie. Pour la première fois en Europe, la guerre n’était plus  menée pour résoudre des querelle dynastiques mais était une guerre idéologique  et était le fait de soldats-citoyens levés en massepour affronter des mercenaires et des soldats de métiers. C’est cette armée révolutionnaire qui, le 20 septembre 1792, fait reculer à Valmy l’armée prussienne commandée par le duc de Brunswick et dans laquelle se trouvait alors un jeune militaire du nom de Clausewitz. Quatorze années plus tard, le 14 octobre 1806,  La Grande Armée, composée essentiellement de conscrits, écrasera les prussiens à Iéna. Cette victoire de Napoléon entraînera la disparition du Saint Empire romain germaniqueet constituera une humiliation pour la PrusseClausewitz, qui participait à la bataille prend le chemin de l’exil en servant le Tsar.

pour l’article, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
La guerre – (I) Guerre de Succession d’Autriche : la fin des « guerre en dentelles »
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Capture d’écran 2016-01-18 à 13.18.11

 « Quand les nations elle-mêmes prendront part à la guerre tout changera de face; les habitants d’un pays devant soldats, on les traitera comme ennemis, la crainte de les avoir contre soi, l’inquiétude de les laisser derrière soi, les fera détruire. Ah ! c’était une heureuse invention que ce bel art, ce beau système de guerre moderne qui ne mettait en action qu’une certaine quantité de forces consacrées à vider la querelle des nations, et qui laissait en paix tout le reste, qui suppléait le nombre par la discipline, balançait le succès par la science et plaçait sans cesse des idées d’ordre et de conservation au milieu de cruelles nécessités que la guerre entraînait. » – Jacques-Antoine-Hyppolyte de Guibert (1743-1790)

pour l’article, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

2 réflexions au sujet de « Historia »

  1. Rare, très rare que je regarde les « blogs » (!) et surtout rarissime que j’apprécie…
    Magnifique le vôtre….
    H. Uluengin – Istanbul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s