icônes

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
SOMMAIRE DES ARTICLES PUBLIES

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Avis de recherche : qui est la belle inconnue de Kerbastic ?
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Lors d’un séjour dans un hôtel situé à proximité de Lorient, j’avais été frappé par une photographie exposée sur un mur de l’un des couloirs de l’Hôtel. Il s’agissait du portrait d’une jeune femme brune à la beauté  troublante et envoûtante. La photographie portait une dédicace libellée  ainsi :  « To la comtesse de Polignac, with compliments, Francis »
Beauté troublante et envoûtante…  ce sont  effectivement les adjectifs qui conviennent pour qualifier l’effet que ce visage produisait sur ceux qui se retrouvaient en sa présence. 

Pour la suite, c’est  ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Enfin des nouvelles sur la belle inconnue de Kerbastic…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Francis Kay, in the infamous gorilla coat, 1934

  Katharine Edwina Gibbs est née le 13 janvier 1905 à Oklahoma City (Oklahoma. Ses parents, Joseph Sprague Gibbs et sa femme actrice et chanteuse Katharine Clinton Francis d’origine canadienne s’étaient mariés en 1903, mais lorsque Katharina eut quatre ans, le père quitta le domicile familial. La jeune fille avait hérité de la grande taille de son père. Après des études de secrétariat à New York, elle envisage de mener une carrière de styliste et tombe amoureuse à 16 ans d’un garçon que l’on ne connaît que sous le nom de « Reg », envisageant de s’enfuir avec lui pour se marier mais elle n’en aura pas le cran et avouera plus tard avoir regretté toute sa vie de ne pas l’avoir fait.

Pour la suite, c’est  ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Jean Seberg, fragile égérie de la Nouvelle Vague
I) l’envol de l’ange

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
 éternelle Jean Seberg           Un ange… C’est sans doute ce qui a conduit Otto Preminger à choisir en 1957 Jean Seberg, une espiègle country girl de 17 ans venue d’une petite ville perdue du Middle West et ne possédant aucune expérience théâtrale et cinématographique, parmi les  18.000 postulantes auditionnées à travers le monde pour jouer dans son prochain film.  Le rôle sera celui de Jeanne d’Arc dans le « Sainte-Jeanne », une pièce du dramaturge irlandais Bernard Shaw qu’il souhaitait porter à l’écran avec une adaptation de Julien Greene. C’est la force et la simplicité dégagées par cette jeune fille d’allure fragile qui convaincront Preminger; celui-ci aurait lancé au moment de l’entrée de Jean Seberg en scène : «Jeanne vient d’entrer, faites dégager les autres».

Pour la suite, c’est  ICI.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Anna Karina, une autre égérie de la Nouvelle Vague
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
                                                                La petite Hanne Karin Bayer nait un 22 septembre 1940 à Solbjerg,
Anna Karinaun petit village de la banlieue d’Aarhus, le grand port historique du Jutland sur la côte Est du Danemark. Elle déclarera plus tard qu’enfant, elle rêvait de « voyager en roulotte avec des chevaux et se donner en spectacle sur les places publiques ». Après ses études secondaires, elle prend des cours de danse et pose comme mannequin pour des magazines de mode. Elle entame également une carrière artistique en chantant dans des cabarets et en tournant dans un film danois, Pigen og skoene (la fille aux chaussures)Anna Karina - la religieuse, 1963 qui sera présenté au Festival de Cannes de 1959. C’est l’année où elle décide de s’installer à Paris et commencera à y travailler comme mannequin; c’est Coco Chanel qui lui conseillera de prendre le nom d’Anna Karina. Elle fait alors la connaissance de Jean-Luc Godard, qui avait débuté sa carrière comme critique de cinéma à la Gazette du cinéma et aux Cahiers du cinéma et qui réalise des films dans la mouvance de ce que l’on nommera bientôt La Nouvelle Vague.

Pour la suite, c’est  ICI.

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Icones : Marylin Monroe (1926-1962)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
maryril

articles de ce blog liés à Marylin

Marylin encore et toujours, photographiée par Richard C. Miller
Icone : Marylin Monroe (1926-1962) : quelques photos sans commentaire.
meraviglia : Marylin avant Marylin photographiée par Andre de Dienes en 1946
Apache par The Shadows avec un extrait du film The Misfits
River of No Return (1954) interprété par Marylin Monroe

 
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s