Keltia

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
BRETAGNE

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
En cours…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

calvaire de Saint Tugen (DSC_1373)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
LA COMPOSANTE CELTE DES ÎLES BRITANNIQUES

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Edimbourg au XVIIIe siècle : (I) – « Auld Reekie » (la vieille enfumée)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Edimbourg - maison du West-bow

    « Auld Reekie » (« la vieille enfumée »), voici comment ses habitants surnommaient affectueusement dans le passé en dialecte scots, la ville d’Edimbourg, capitale de l’Ecosse, pour se plaindre du nuage de fumées noires et malodorantes qui la recouvrait et rendait l’air irrespirable. Cette pollution était générée par l’immense forêt des cheminées des foyers au charbon qui hérissaient les toits de la « Old Town ».

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Edimbourg et le port de Leith – Graphisme urbain (photos)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

IMG_6588 IMG_6523 IMG_6520 IMG_6530

c’est  ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Tam o’Shanter, un poème plein d’humour du poète écossais Robert Burns (1759-1796) illustré par le peintre Alexander Goudie (1933-2004)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Tam Burns 17

    « Édité initialement en 1791, Tam o’ Shanter est l’un des plus longs poèmes de Burns. Il est écrit dans un mélange d’anglais et d’écossais et raconte avec humour l’histoire d’un homme resté trop longtemps au pub et qui, sur le chemin du retour, est témoin de visions étranges. C’est un merveilleux poème épique dans laquelle Burns a peint de manière vivante des personnages de la vieille ville d’Ayr à la fin du 18ème siècle. Parmi ceux-ci sont mis en scène plusieurs personnages inoubliable. Il y a bien sûr Tam lui-même, son ami le plus proche, Johnnie Souter, le maréchal ferrand et la Jeannne, ses compagnons de beuverie, et aussi sa femme Kate qui n’est pas avare de conseils et de réprimandes, sans oublier sa jument, Maggie. ».

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
°°°
LANGUES & TOPONYMIE CELTIQUES

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie : histoires de dol ou naissance d’une passion…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Dolau-Gwyrddon (Pays de Galles)

    Concernant cette base *dol, Falc’Hun se réfère aux travaux d’un spécialiste de la langue galloise, Sir Ifor Williams (1881-1965) qui dans un petit livre intitulé Enwau Lleoedd (Noms de lieux) explique ainsi le sens de dol ou dolen en gallois. u pays de Galles, une île entre deux bras de la rivière l’Aeron s’appelle Dolau. Au sud de Lampeter, un village situé au milieu de prairies bordant les méandres de la rivière Teifi a pour nom Dolau-gwyrddon« les méandres verts ». Cette configuration correspond au cas de nombreux lieux portant le nom de dol sur le territoire français.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie : la chasse aux dols en Arpitanie et ailleurs…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

lieu-dit Dollay à Groisy H-S.

    Vous avez sans doute entendu parler du « dahu » ou « dahut », cet animal mythique de Haute-Savoie dont deux pattes latérales sont plus courtes que les autres pour pouvoir se ternir droit sur les pentes des montagnes que des Savoyards facétieux proposent de chasser à des touristes naïfs… Eh bien, je vous invite à chasser le dol en Arpitanie, c’est à dire dans la région montagneuse anciennement de civilisation et de langue celtique à cheval sur trois pays : la France, la Suisse et le nord de l’Italie (Val d’Aoste). Rien à voir avec la chasse au dahu, cette chasse est tout à fait sérieuse puisqu’elle concerne la recherche de nom de lieux bâtis sur le radical « dol » qui signifie  « courbe »« méandre » et par extension « terre cultivée en bordure d’une rivière »..

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie : origine des noms de lieux Nax dans le Val d’Hérens (Valais) en Suisse et Frontenex dans les deux Savoies…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

localisation de la commune de Nax en Suisse

    Nax est une commune suisse du canton du Valais, située dans le district d’Herens, On l’appelle également le Balcon du Ciel du fait de son panorama exceptionnel. Village de Nax : l’existence de la commune de Nax s’établit au XIIe siècle grâce à un document de 1298 des archives communales. Une charte fait en effet mention d’un litige entre les communes de Bramois et de Nax au sujet de la forêt située sous les rochers de Nax.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie : les toponymes Madeleine et Mandallaz…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pointe de la Mandallaz, aiguille de Manigod, tête de l’Aup et Rouelle. Au 1er plan, la pointe d’Orsière et la Riondaz

    J’ai longtemps cru que le nom de lieu Mandallaz provenait du latin amendola, amande, car en géologie on parle quelquefois de formations géologiques « en amande » pour désigner des éperons rocheux en saillie. C’est de l’ancien français amandolier, « amandier » issu du même mot latin que l’on explique les toponymes Mandolire, Mandrolaire, Mandrolière.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie de  l’Arpitanie : sagne, seigne, sigle, sillingy, silans
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

sous le col de la Seigne, côté Ville des Glaciers – crédit site Haute-Tarentaise-net

    Les lieux-dits construits à partir de Sagne ou les Sagnes sont très fréquents. Sagne est un nom générique pour désigner les lieux humides, les marécages, les lieux où l’eau stagne, «prairie couverte d´eau croupissante, marais abondant en joncs» (Pégorier) et par extension, les lieux où poussent les laiches ou carex, au point de désigner ces plantes elles-mêmes. C’est ainsi que la sagne est aussi un des noms communs d´une plante aquatique, la massette d´eau (Typha sp.), dont les feuilles séchées servaient jadis à rempailler.

Pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Toponymie de  l’Arpitanie : Talabar et sa pierre Margeriaz (lac d’Annecy)
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

lieu-dit Talabar au-dessus du lac d'Annecy

    On sait que le radical Bar- désigne le plus souvent des parois rocheuses. (…) Pour expliquer l’origine du nom de lieu La Talau près de Martigny en Suisse, le même site donne comme explication pour le radical Tal- : nom qui pourrait être de même origine que le français talus, ancien français talud, talut, latin impérial talutium, « terrain en pente, versant », du gaulois *talo-. Pour Pierre-Yves Lambert (la langue gauloise), c’est probablement le nom du front : vieil irlandais taul (*talu-) « front, face, protubérance », gallois et breton tal « face ».

Pour la suite, c’est ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s