Music

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

    Les musiques et les chants qui me plaisent, m’inspirent, me font réfléchir, me touchent, m’émeuvent, parfois même jusqu’au larmes, qui m’enracinent dans le présent ou me projettent dans l’avenir ou bien me font retourner dans le passé, voyages chargés de souvenirs, bons ou mauvais, parfois nostalgiques…

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

On s’aimera

capture-decran-2016-10-24-a-12-14-46
capture-decran-2016-10-24-a-12-18-07
Léo Ferré (1916-1993) – On s’aimera, 1966

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

     « Nuits et songes », poème de Matthäus von Collin, musique de Schubert, 1825.
Tenor: Ian Bostridge
Piano: Julius Drake

   Heil’ge Nacht, du sinkest nieder ;                  Sainte Nuit, te revoici,
   Nieder wallen auch die Träume                     Descendez vous aussi, les Songes,
   Wie dein Mondlicht durch die Räume,        Comme le clair de lune dans les espaces
   Durch der Menschen stille Brust.                  Au cœur silencieux des hommes.
   Die belauschen sie mit Lust ;                          Ils tendent l’oreille, ils sont heureux,
   Rufen, wenn der Tag erwacht :                       Ils soupireront au jour naissant :
   Kehre wieder, heil’ge Nacht !                         reviens à nous, sainte nuit !
   Holde Träume, kehret wieder !                      Doux songes, recommencez !

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Vertiges & mises en abîme

vertige

  Camille : Vertige

spilliaert-the-posts

 Laurie Anderson (O Superman)

ab-meillustrations de Léon Spilliaert

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Wanderers Nachtlied (Chants nocturnes du voyageur) de Gœthe. Pour l’article, c’est  ICI.

Caspar David Friedrich - Brume, 1807.png

 «Der vom Himmel du bits» de Gœthe, musique de Franz Liszt, chanté par Dietrich Fischer-Dieskau.

Der du von dem Himmel bist,
Alles Leid und Schmerzen stillest,
Den, der doppelt elend ist,
Doppelt mit Erquickung füllest,
Ach, ich bin des Treibens müde!
Was soll all der Schmerz und Lust ?
Süßer Friede,
Komm, ach komm en meine Brust !

Caspar David Friedrich - le moine au bord de la mer, 1808-10

 « Über allen Gipfeln ist Ruh » de Gœthe, musique de Franz Schubert, chanté par Dietrich Fischer-Dieskau.

Über allen Gipfeln
Ist Ruh,
In allen Wipfeln
Spürest du
Kaum einen Hauch;
Die Vögelein schweigen im Walde.
Warte nur, balde
Ruhest du auch.

Caspar_David_Friedrich_-Gebirgslandschaft (Blick von Warmbrunn auf die Kleine Sturmhaube), années 1810

« Über allen Gipfeln ist Ruh » de Gœthe, musique de Franz Liszt, chanté par Dietrich Fischer-Dieskau.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Excusez-moi, mais je préfère descendre ici…

maxresdefault

  Christine and the Queens – Saint-Claude, chorégraphie Marion Motin.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Les anciens chemin sont perdus…

Loreena McKennitt : The old ways

The thundering waves are calling me home, home to you
The pounding sea is calling me home, home to you

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Saloperie de gauloise

capture-decran-2016-10-21-a-00-47-28

 Alain Bashung (1947-2009), La nuit je mens, 2008

400x400-ct

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 Blues : Betty Lavette au Lockeroom Lounge (Talking old soldiers)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

14-77

 Loreena McKennitt – Dante’s Prayer

paradisecantoxxviii

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Cette blessure…   Léo, tu nous manques !

Titre extrait de l’album Avec le Temps – Les chansons d’amour, 2004 – Label Barclay°°°

Cette blessure
Où meurt la mer comme un chagrin de chair
Où va la vie germer dans le désert
Qui fait de sang la blancheur des berceaux
Qui se referme au marbre du tombeau
Cette blessure d’où je viens

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Autour de Sibelius

Une déclaration d’amour à la Finlande et à sa nature – Prises de vues magnifiques

       Finlandia, opus 26 est un poème symphonique du compositeur finlandais Jean Sibelius. la première version avait été composée en 1899 à l’occasion d’une manifestation de défense de la presse finnoise contre la censure mise en place par l’Empire russe auquel le pays était alors intégré après avoir été séparé de la Suède. Elle constituait la dernière pièce d’un ensemble de sept pièces jouées en accompagnement d’un tableau représentant un épisode de l’histoire finlandaise. Pour la suite, c’est  ICI .
Hymne Finlandia de Sibelius, paroles de Veikko Antero Koskenniemi
°°°

Le sublime « Be Still, My Soul » interprété par le chanteur gallois Aled Jones en 2008

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Douce France par Rachid Taha et carte de Séjour

Douce France
Cher pays de mon enfance
Bercée de tendre insouciance
Je t´ai gardée dans mon cœur!
Mon village au clocher aux maisons sages
Où les enfants de mon âge
Ont partagé mon bonheur

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« (Ghost) Riders In The Sky » par Johnny Cash

 

An old cowboy went riding out one dark and windy day
Upon a ridge he rested as he went along his way
When all at once a mighty herd of red eyed cows he saw
A-plowing through the ragged sky and up the cloudy draw 

Their brands were still on fire and their hooves were made of steel
Their horns were black and shiny and their hot breath he could feel
A bolt of fear went through him as they thundered through the sky
For he saw the Riders coming hard and he heard their mournful cry

Yippie yi yaaaaay

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Musique et chants traditionnels de Perse et d’Arménie : murmures, rythmes lancinants,   dérives, soupirs et extase…

« Sari Galin » de Djivan Gasparyan and Hossein Alizadeh, Djivan Gasparyan 

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

À la croisée des civilisations et religions : Sœur Marie Keyrouz

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un autre genre de folle écarlate : Cyndi Lauper – Girls just want to have fun

« Girls Just Want To Have Fun »

I come home in the morning light
My mother says when you gonna live your life right
Oh mother dear we’re not the fortunate ones
And girls they want to have fun
Oh girls just want to have fun

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

La folle écarlate

      Imaginez mon émoi lorsqu’au cours d’une promenade, je vis surgir d’on ne sait où, une créature étrange, espèce d’elfe déchue, de nymphe déjantée ou de vampire femelle aguicheuse toute vêtue de rouge, lèvres couleur de sang, fleur écarlate dans les cheveux et foulard de même couleur lui enserrant le cou dans le dessein probable de cacher les empreintes canines de son maître nocturne, se mettre soudainement à se trémousser devant moi de la plus étrange manière en se tordant le corps dans tous les sens.  Pour la suite, c’est  ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Nostalgia : The Graduate (Le Lauréat). Un film de Mike Nichols avec Dustin HoffmanKatharine Ross, Anne Bancroft réalisé en 1967 (sorti en France en septembre 1968) – musique et chansons Simon and GarfunkelDave Grusin.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

    Nostalgia : Apache est un morceau de musique rock instrumentale écrite par le compositeur britannique Jerry Lordan. L’origine du titre est le film américain Bronco Apache sorti en 1954. La version originale a été enregistrée en 1960 au studio mythique Abbey Road par le groupe The Shadows. L’extrait de film présenté dans le clip et montrant la poursuite de poney par une voiture et leur capture au lasso est tiré du film The Misfits (Les Désaxés) réalisé en 1961 par John Huston avec Marylin MonroeClark Gable et Montgomery Clift.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

En 1976, le groupe de rock Genesis a créé une chanson qui fait référence aux larmes du Squonk (album A Trick of the Tail)

«I opened up the sack, all that I had
A pool of bubbles and tears – just a pool of tears»

« Squonk »

Like father like son
Not flesh nor fish nor bone

A red rag hangs from an open mouth

Alive at both ends but a little dead in the middle

A-tumbling and a-bumbling he will go

All the King’s horses and all the King’s men

Could never put a smile on that face

Voici plus d’un siècle qu’on a plus vu de Squonk en Pennsylvanie. La plupart des scientifiques considèrent qu’il s’agit d’un espèce disparue à cause de la coutume stupide qu’avaient les maraîchers de cet État d’attacher en période de sécheresse l’un de ces animaux  au pied de chacun de leurs arbres fruitiers pour leur assurer grâce à l’abondance de ses larmes une humidité suffisante. On raconte que certains d’entre eux, sachant que les pleurs de l’animal étaient motivées par la laideur extrême de son visage, allaient jusqu’à placer un miroir au pied de l’arbre afin qu’à la vue de sa pitoyable face la pauvre créature redouble de pleurs.     Pour la suite, c’est  ICI .

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

     The mirror crack’d from side to side; “The curse is come upon me” cried The Lady of Shalott.
     Sur le poème The Lady of Shalott écrit en 1842 par le poète romantique anglais Alfred Tennyson, la chanteuse canadienne Loreena Mckennitt a tiré une chanson magnifique (Album The Visit, 1991).  Pour l’article complet, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Attention, Danger !  fleur vénéneuse et fatale : « Tango Notturno » par Pola Negri

Tant pis pour vous ! vous l’aurez bien cherché…

Ich hab an dich gedacht 
Als der Tango Notturno 
Zwischen abend und morgen 
Aus der Ferne erklang

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Trois interprétations du morceau « Vissi d’Are » de la Tosca de Pucini : Lina Cavalieri, La Callas et Angela Gheorghiu

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Deux superbes chansons de Loreena McKennitt : SNOW (poème d’Archibald Lampman) et IN THE BLEAK MIDWINTER

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

AaRON – Blouson Noir avec prélude de John Malkovich

Because
  The world is not belong to us;
    Because
      We’re nothing, leftovers, we’re tumbleweeds on roads;
        Because
          We are every lost, dashing, shadow;
            Because
              We’re poems on sidewalks;
                Because
                  You are the needle in my arm;

We are equals
We are mirrors
We cut the night.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

The Dream Before : une bouleversante chanson de Laurie Anderson en hommage au philosophe allemand Walter Benjamin.

Le décor de la vidéo précédente bloquée était le monument érigé en souvenir de Walter Benjamin à Portbou en Espagne près de l’endroit où il a mis fin à ses jours. Pour l’article en relation, c’est  ICI .

°°°

THE DREAM BEFORE
(for Walter Benjamin)

Hansel and Gretel are alive and well
And they’re living in Berlin
She is a cocktail waitress
He had a part in a Fassbinder film
And they sit around at night now
drinking schnapps and gin
And she says: Hansel, you’re really bringing me down
And he says : Gretel, yu can really be a bitch
He says : I’ve wated my life on our stupid legend
When my one and only love
was the wicked witch.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Bruce Springsteen – The River (The River Tour, Tempe 1980)

°°°

I come from down in the valley
Where mister when you’re young
They bring you up to do like your daddy done
Me and Mary we met in high school
When she was just seventeen
We’d ride out of this valley down 
to where the fields were green
We’d go down to the river
And into the river we’d dive
Oh down to the river we’d ride

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

          Happy ! We loved you, Debby… Les new yorkais en joie pour Blondie Maria…
     Maria est une chanson composée et interprétée par le groupe  new-yorkais Blondie et sa chanteuse Debby Harry dans l’album No Exit. Sorti en 1999, il s’agira du dernier grand hit de ce groupe. Son auteur est le pianiste du groupe Jimmy Destri. Elle a marqué le retour du groupe qui n’avait pas sorti de chanson depuis 1982.  Pour l’article complet, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« River of Life » par  Norma Jeane Mortenson alias Marilyn Monroe & « No Return on Mars » par David Robert Jones alias David Bowie

Capture d’écran 2016-02-01 à 01.44.47    dbowie_m

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

                     Nostalgia : chanson pour l’absence – « Shine on You crazy Diamond »
    La chanson a été conçue et écrite comme un hommage à l’ancien membre du groupe Syd Barrett qui avait été exclu du groupe en avril 1968 à cause de son comportement instable notamment imputé à sa surconsommation de LSD. Le titre du morceau serait pour certains issu du prénom « Syd » : Shine on You crazy Diamond. Lors de l’enregistrement de l’album, l’apparition surprise aux studios d’Abbey Road d’un Syd méconnaissable devenu obèse, chauve avec les sourcils rasés bouleversa les membres du groupe qui dans un premier temps ne l’avaient pas reconnu et Roger Walters fondit en larmes. Pour l’article complet, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

          Papà cuéntame outra vez : « Tout ce dont vous aviez rêvé a pourri dans les recoins… »    
      Quel goût amer a cette belle chanson d’Ismael Serrano qui nous rappelle nos espoirs, nos enthousiasmes fous, nos illusions perdues, nos échecs, nos erreurs, nos aveuglements, nos abandons, nos compromissions… Cette chanson est malheureusement intemporelle. Il suffit de remplacer dans ses paroles le nom de Bosnie par Syrie, et demain Syrie par le nom d’un autre pays à venir.  Pour l’article complet avec les paroles en espagnol et la traduction française, c’est  ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

                                       Hommage à Kim Wilde et à Laurent Voulzy
      Dans les années 80, une comète irradie le ciel de la pop rock : une grande et belle fille blonde platine avec des faux-airs de Blondie mais en plus remuant et avec une présence sur scène incroyable qui provoquait l’enthousiasme délirant de ses spectateurs. Elle avait de qui tenir, sa mère était l’une des chanteuses des Vernons Girls au début des années 60 et son père un ancien rocker. Quel garçon n’était pas amoureux de Kim Wilde à cette époque ? Cela aura été apparemment aussi le cas de Laurent Voulzy qui fera ce que font les pauvres terriens amoureux des comètes et des étoiles inaccessibles et qui souffrent pour cela d’insomnie : il compensera sa frustration en sublimant son amour impossible. Pour lui ce sera en composant avec son compère Alain Souchon une chanson qui bercera en 1985 nos jours, et nos nuits…   Pour l’article complet, c’est  ICI

Voulzy a bloqué ! Tant pis pour lui…

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Jon Henrik Fjällgren

       Chants de l’extrême :  Jon Henrik – Daniel’s jojk 10 mn        Destin surprenant que celui de Jon Henrik Fjällgren, ce suédois d’origine colombienne né en 1987, chanteur et interprète de Joiks, ces chants spontanés du peuple sâmi (autre nom de peuple Lapon) censés révéler l’âme d’une personne, d’un lieu, d’un animal. Après avoir passé sa petite enfance en Colombie dans une communauté indienne puis dans un orphelinat, il est adopté par une famille suédoise sâmi, éleveuse de rennes. Il a commencé à chanter des chansons traditionnelles sâmis à l’âge de 14 ans et a sorti son premier album à l’âge de 16 ans. Depuis, il collectionne les succès. La chanson qu’il a interprété ci-dessus, « Daniel Joik » est dédiée à son meilleur ami Daniel, mort dans un accident.  Pour l’article complet, c’est   ICI

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un peu d’émotion et de sérénité : l’adagietto de la Symphonie n°5 de Gustav Mahler

« Symphony No. 5 in C-Sharp Minor: IV. Adagietto (Sehr langsam) » de Berliner Philharmoniker & Herbert von Karajan

     La troisième partie de la Ve symphonie commence avec le quatrième mouvement, un Adagietto doux, une des compositions les plus intimes de Mahler et pour cela sans doute une des plus fameuses mais aussi parce que Visconti l’utilisait dans son film Mort à Venise

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Rückert, Friedrich, Mahler : l’Allemagne sans pareille que j’aime – Aux portes du sublime : « Ich bin der Welt abhanden gekommenn » (Me voilà coupé du monde)

Ce lied mis en musique par Mahler : « une peinture étonnamment épurée d’une paix transcendantale »   (John Williamson)

Gustav Malher (1860-1911)

Gustav Mahler (1860-1911)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

le temps de l’innocence … Deux chansons de Gainsbourg interprétées par Anna Karina

Ah le beau visage d’Anna Karina, au sourire à la fois mutin et limpide… Même Gainsbourg semblait faire partie à l’époque du genre humain… Tout paraissait  si simple et si prometteur…        Ting, ting ting…   La, la, la,    La, la, la,    La, la, la,    La, la ….

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s