Humour

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

accompagnée…

215eb0e0e1459772d03b484094b02a5e

qui connaîtrait l’auteur de cette photo ?

  Capture d’écran 2015-06-17 à 05.38.45

Je ne vais plus pleurer
Je ne vais plus parler
Je me cacherai là
A te regarder
Danser et sourire
Et à t’écouter
Chanter et puis rire
Laisse-moi devenir
L’ombre de ton ombre
L’ombre de ta main
L’ombre de ton chien….

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

nostalgia : the Graduate, 1967

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

a8ca1319b4bb627c68dcf18b4adf31dd

Dustin Hoffman

     Le Lauréat (The Graduate) est un film américain de 1967, réalisé par Mike Nichols et adapté du roman de même titre de Charles Webb. Il est sorti en France en septembre 1968.  Benjamin Braddock (Dustin Hoffman), un étudiant fraîchement diplômé, ne sait pas quoi faire de son avenir. Lors d’une soirée mondaine chez ses parents où il vagabonde, il fait la connaissance de Mrs Robinson (Anne Bancroft), l’épouse du patron de son père. La femme, d’âge mûr, entreprend de séduire le garçon et y parvient très rapidement.
      Benjamin découvre les joies du sexe et profite de la situation du haut de ses 21 ans. Mais les choses se compliquent lorsque Monsieur Robinson demande à Benjamin de sortir avec Elaine, sa fille (Katherine Ross). Le jeune homme accepte et en tombe amoureux, s’attirant par la même occasion les foudres de Mrs Robinson. Quand Elaine apprend qu’il a eu une relation avec sa mère, elle part et refuse de le revoir. Il va la retrouver à Berkeley et lui propose le mariage. La jeune fille, qui s’est fiancée à un étudiant en médecine, hésite… 
     Mrs. Robinson, la chanson écrite par Paul Simon et interprétée par le duo Simon et Garfunkel, aura contribué largement à la notoriété de cette œuvre, et réciproquement.

°°°

Le film complet, 1h 41 mn

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

un peu d’émotion et de sérénité : l’adagietto de la Symphonie n°5 de Gustav Mahler

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

« Symphony No. 5 in C-Sharp Minor: IV. Adagietto (Sehr langsam) » de Berliner Philharmoniker & Herbert von Karajan

     La troisième partie de la Ve symphonie commence avec le quatrième mouvement, un Adagietto doux, une des compositions les plus intimes de Mahler et pour cela sans doute une des plus fameuses mais aussi parce que Visconti l’utilisait dans son film Mort à Venise. Après le scherzo pourtant bien profane et un peu plat, on rencontre de l’émotion et de la sensualité, c’est la poésie pure transformée en musique. On sent qu’après le scherzo il y avait une rupture de laquelle un nouveau départ surgit et l’Adagietto devient ainsi le prélude du dernier mouvement. L’instrumentation ne cède en rien à la tendresse de cette composition en trois parties: Mahler utilise uniquement des instruments à cordes qui entonnent une mélodie claire pleine de désir accompagné d’une harpe qui semble avoir la fonction d’un basso continuo. Dans la partie du milieu un peu plus pressant où manque la harpe, le thème accessoire du final est introduit. Après le glissando du point culminant, la harpe retourne et la belle mélodie s’élève à l’émotion extrême avant que l’Adagietto ne s’achève tout doucement. (Extrait d’un article sur Mahler – site La Belle Epoque)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

regards croisés : la mort des arbres

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

IMG_5534 IMG_5553

arbres morts sur la montagne de Semnoz – clichés Enki

IMG_5538

Caspar David Friedrich - dolmen enneigé, 1807

Caspar David Friedrich – dolmen enneigé, 1807

friedrich_winter_landscape_1811

Caspar Friedrich – Paysage d’hiver, 1811

IMG_5540

IMG_5543

IMG_5541

arbres morts couchés sur la montagne de Semnoz, textures – clichés Enki

IMG_5522

IMG_5525 IMG_5524

Caspar Friedrich - arbre foudroyé, 1825

Caspar Friedrich – arbre foudroyé, 1825

IMG_5526 IMG_5521

arbres morts couchés sur la montagne de Semnoz – clichés Enki

ob_ccf5a8d193e0a109f83a718cc25cac30_friedrich-2 ob_1dda40b9444c3be60ee4e82b7d225446_friedrich-1

Caspar Friedrich – Femmes au corbeau et à la toile d’araignée

Caspar_David_Friedrich_Weide_im_Mondlicht_pt

Caspar Friedrich – Prairie au clair de Lune

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Regards croisés : l’Ange du foyer de Max Ernst et le pin de Bristlecone

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Max Ernst - L'Ange du Foyer

Max Ernst – L’Ange du Foyer, 1937

Marc Adamus - old Bristlecone pine

un vieux pin de Bristlecone en Californie

vieux pin de Bristlecone

°°°

     Quoi de commun entre ce tableau du peintre allemand surréaliste Max Ernst peint en 1937, en pleine guerre civile espagnole, et dénommé ironiquement « l’Ange du Foyer » et ce vieux pin mort millénaire du massif montagneux de Bristlecone en Californie, sinon l’expression monstrueuse d’une force sauvage et enragée. Le tableau de Max Ernst représente une créature monstrueuse en pleine action qui semble se livrer à une danse macabre en piétinant violemment le sol comme si il voulait détruire tout ce qui s’y trouve. Ce monstre représente le fascisme de Franco dans sa lutte contre les républicains en train de ravager l’Espagne. Il semble éprouver une sorte d’ivresse à mener son œuvre de destruction et de mort. Le titre de l’œuvre exprime le fait que pour Max Ernst, ce monstre, c’est nous même, notre société qui l’avons enfanté… Le squelette du pin de Bristlecone exprime également une violence sauvage, mais une violence issue d’une souffrance, une souffrance de chaque instant qu’a enduré l’arbre durant des millénaires sous l’action des conditions physiques et climatiques rigoureuses qu’offre cette région montagneuse de Californie : écart considérable des températures entre le jour et la nuit, sécheresse, neige, vents violents, aridité du sol. Ces conditions agressives répétées ont générées des tensions continues dans la croissance de l’arbre qui se sont traduites par ces formes tourmentées de la structure.

°°°

en relation avec cet article

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
regards croisés photographie et peinture : Anne Brigman (1869-1950) ou la recherche de la symbiose avec la Nature
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Anne Brigman

      Née à Hawaï, Anne Brigman a déménagé en Californie quand elle avait seize ans. Peintre de formation, elle se tourne vers la photographie en 1902, année où Alfred Stieglitz l’invite à rejoindre le mouvement de la Photo-Secession dont elle sera le seul membre féminin. Ses clichés les plus célèbres ont été pris entre 1900 et 1920 et mettent en scène des nus féminins dans un contexte naturaliste. Anne Brigman s’est souvent représentée elle-même dans ses images. Elle retouchait ses négatifs à la peinture et au fusain pour mieux exprimer l’esprit du sujet qu’elle voulait représenter. Plus récemment, ses photographies ont été considérées comme une déclaration de principes féministes, l’expression d’une aspiration à une sorte de liberté inaccessible.

pour la suite, c’est ICI

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
L’olivier d’Agrigente : la lutte de Jacob et de l’ange
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

l'olivier d'Agrigente et la lutte de Jacob avec l'Ange de Delacroix

L’arbre n’avait rien d’un végétal passif et inerte. Tout au contraire, il donnait l’impression saisissante d’être une forme vivante et vigoureuse qui tentait désespérément de s’arracher à la Terre qui l’avait enfanté et la retenait prisonnière. On pressentait que cet enfantement, ce dégagement ne s’était pas fait sans crise ni douleur : de puissantes racines semblaient jaillir de la Terre parfois loin de l’arbre, serpentaient sur le sol et fusionnaient à la base du tronc en formant un socle monstrueux.
A partir de là, des membres noueux à l’aspect noduleux et verruqueux semblaient s‘agripper au tronc tortueux ; au sommet, ils donnaient naissance à une noria de branches supportant le halo vaporeux d’un feuillage gris acier. L’arbre tout entier n’était que torsions et convulsions…

Pour la suite, c’est ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Wladyslaw Teodor Benda - portrait de jeune femme

Wladyslaw Teodor Benda – portrait de jeune femme

Pour en savoir plus sur cet illustrateur, c’est ICI

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

mappa mundi : divagation I

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Images satellites de l'Euphrate près de la frontière Syrie - Irak Images satellites de l'Euphrate près de la frontière Syrie - Irak Images satellites de l'Euphrate près de la frontière Syrie - Irak

Images satellites de l’Euphrate près de la frontière Syrie – Irak

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––