meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Moi aussi, je vous vois  !

albrecht-durer-auto-portrait-en-robe-a-col-de-fourrure-1500

Albrecht Dürer – auto-portrait en robe à col de fourrure, 1500

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Est-ce du lièvre ou du lapin ?

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Lièvre - Bonjour vous !

Bonjour, vous !

lapin de garenne 

     Tête, dos et flancs gris-beige à gris-brun, voire noirâtre avec tache rousse à la nuque, ventre gris blanchâtre. Oreilles relativement courtes, noires seulement sur le bord supérieur. Queue bicolore, brun foncé dessus, blanche dessous. Oeil marron et tour le l’œil toujours blanc. Grégaire et territorial, diurne et crépusculaire.

lièvre d’Europe ou brun

     Oreilles longues avec tâche noire triangulaire bien marquée à l’extrémité. Pelage long avec des poils de garde courbés sur le dos. Dos brun-fauve foncé à brun-roux foncé, avec tons jaunâtres. Tête, cou, poitrine et membres bruns, ventre blanc crème. Tâche rousse sur la nuque. Queue bicolore, noire dessus, blanche dessous. Aspect général élancé. Iris jaune foncé. Surtout nocturne peut être actif le jour. Solitaire sauf au moment du rut (mars). ???? (On est heureux de savoir qu’il ne pratique pas le sexe en solitaire…)

Albrecht Durer - jeune lièvre, 1502

Albrecht Durer – jeune lièvre, 1502

Bruno Liljefors Lievre d'Hiver

Bruno Liljefors – Lievre d’Hiver

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

meraviglia

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Albrecht Dürer - Le Lucane cerf-volant, 1505

Albrecht Dürer – Le Lucane cerf-volant (Lucanus cervus, coléoptère), 1505

      L’espèce a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758 sous le nom initial de Scarabaeus cervus. Comme il existe un sous-genre, le nom complet est Lucanus (Lucanus) cervus. Les lucanes se nourrissent de la sève des chênes essentiellement, vivent environ 5 ans et sont répartis sur toute l’Europe, à l’exception du Sud de l’Espagne. le mâle a d’énormes mandibules utilisées dans les combats. Le terme de Lucanus (et le nom général de la famille des Lucanidae) remonte à l’antiquité romaine ; Pline l’Ancien signale déjà dans son Histoire naturelle (livre XI, chapitre 34) que l’érudit Nigidius Figulus appelle ces insectes des Lucaniens, sans doute en référence à l’ancienne région de Lucanie en Italie. Pline signale également que les « cornes » du lucane cerf-volant sont accrochées au cou des enfants pour éviter ou guérir certaines maladies infantiles.

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pour ceux qui aiment brouter l’herbe….

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Karl Nordström - Champ d'avoine, Grez, 1885

Karl Nordström – Champ d’avoine, Grez, 1885

Karl Nordström - champ d'avoine, Lyrön, 1887

Karl Nordström – champ d’avoine, Lyrön, 1887

°°°

Ils cassent le monde…

 

Ils cassent le monde                          Cette pierre corrodée
En petits morceaux                            Ces crochets de fer
Ils cassent le monde                          Où s’attarde un peu de sang
A coups de marteau                           Je l’aime, je l’aime
Mais ça m’est égal                              La planche usée de mon lit
Ca m’est bien égal                              La paillasse et le châlit
Il en reste assez pour moi                 La poussière de soleil
Il en reste assez                                  J’aime le judas qui s’ouvre
Il suffit que j’aime                              Les hommes qui sont entrés
Une plume bleue                                Qui s’avancent, qui m’emmènent
Un chemin de sable                           Retrouver la vie du monde
Un oiseau peureux                             Et retrouver la couleur
Il suffit que j’aime                              J’aime ces deux longs montants
Un brin d’herbe mince                      Ce couteau triangulaire
Une goutte de rosée                           Ces messieurs vêtus de noir
Un grillon de bois                               C’est ma fête et je suis fier
Ils peuvent casser le monde             Je l’aime, je l’aime
En petits morceaux                            Ce panier rempli de son
Il en reste assez pour moi                 Où je vais poser ma tête
Il en reste assez                                   Oh, je l’aime pour de bon
J’aurais toujours un peu d’air           Il suffit que j’aime
Un petit filet de vie                             Un petit brin d’herbe bleue
Dans l’oeil un peu de lumière           Une goutte de rosée
Et le vent dans les orties                   Un amour d’oiseau peureux
Et même, et même                              Ils cassent le monde
S’ils me mettent en prison                Avec leurs marteaux pesants
Il en reste assez pour moi                 Il en reste assez pour moi
Il en reste assez                                   Il en reste assez, mon cœur
Il suffit que j’aime

Boris Vian, Poésies

Albrech Dürer - La Grande Touffe d'herbes, 1503 (Google Art Project)

Albrech Dürer – La Grande Touffe d’herbes, 1503 (Google Art Project)

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––