Et encore et toujours les rives du lac d’Annecy…


4 avril 2017 vers 19 h, photos Enki (prises avec mon Iphone)

IMG_4908

le signe cabalistique caché au sein du Géant

IMG_4909.jpg

IMG_4956

la maison des Trolls

IMG_4997

le trou du guetteur

IMG_4995.jpg

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ?


Illustres illustrateurs : l’artiste bosniaque Safet Zec – (1) la période verte

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

safet-zec

    Safet Zec

safet-zec-tree

°°°

    «  C’était il y a longtemps. J’avais quinze ans. A l’époque, j’étais barbouillé de la tête aux pieds de couleur et d’huile, de fusain écrasé, de crayon, de mine de plomb, je trempais dans l’odeur de la térébenthine. (…)  Je me souviens du crayon noir, épais, que j’essayais de tailler. Je me revoie en train de dessiner fébrilement. Dans l’exaltation. Je n’oublierai jamais cette leçon amère de ma jeunesse. Première du genre elle avait frappé mon âme et ma main immatures avec d’autant plus de force. Pour la première – et pour la dernière – fois, ce que j’avais fait avait été trop éloigné du but que je m’étais fixé. Inadmissible. Une persévérance acharnée me permit d’avancer, de conjurer le découragement éprouvé.  »
     

safet-zec-sotto-lalbero-1992

Safet Zec- Sotto l’albero, 1992

safet-zec-china-1992

Safet Zec – China, 1992

safet-zec-camera-di-mia-madre-1976

Safet Zec – Camera di mia madre, 1976

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

       Les représentations d’arbres de Safet Zec datent des vingt premières années sa carrière, dite période verte, lorsque installé à Belgrade, il peignait surtout de manière volontairement un peu naïve comme il le déclarait lui-même des paysages, des passages, des intérieurs de maisons bosniaques et des natures mortes. Ce que j’apprécie, dans sa manière de représenter les arbres, c’est l’accent mis sur leur densité, leur masse de feuillage qui semble se gonfler et être en expansion à la manière de montgolfières prêtes à s’envoler ou de nuages cumulo-nimbus à la veille d’un orage.

       Safet Zec a quitté la Yougoslavie durant la guerre civile et partage désormais son temps entre Venise et Sarajevo.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Pot pourri (cliquer sur les images pour les agrandir et les faire défiler)

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

la forêt des sortilèges

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

     C’est un coin de forêt qui marque sa différence. À cet endroit les bancs rocheux de molasse sont affleurantes au sol et la couche de terre et d’humus est réduite, les racines des arbres n’ont donc pu s’enfoncer profondément et se répandent à la surface du sol formant des entrelacs tourmentés à la façon des nœuds de serpents. Ce système racinaire qui court en surface n’offre que peu de résistance aux assauts du vent et de nombreux arbres abattus par les tempêtes jonchent le sol aujourd’hui tapissé de feuilles d’automne, livrés à la lente action de la désagrégation causée par l’écoulement du temps, les intempéries et la pourriture. Ça et là, se dressent des restants de souches et des moignons de troncs aux formes étranges sculptés par les insectes et les vers ainsi que des enchevêtrements de branches mortes qui forment des clôtures à l’allure maléfique. Les troncs des arbres encore debout portent les stigmates causés par les chutes de leurs voisins : branches arrachées dont l’ancienne naissance forment des globes oculaires qui semblent vous fixer ou des becs d’oiseaux menaçants, vide laissé par les plaques d’écorces décollées formant des motifs géométriques à l’allure de signes cabalistiques, blessures profondes ressemblant à des bouches autour desquelles la sève a façonnée au cours du temps comme des lèvres débordantes monstrueuses. Tout un bestiaire étrange se dresse autour de vous, agrippé aux troncs des arbres, tapi dans les bosquets ou fondu dans le paysage qui vous fixe. Il semble que toutes ces créatures et ces signes séparés ne sont que les expressions multiples d’une pensée ou d’une volonté unique, celle de cette partie de la forêt qui paraît tout entière vouée aux sortilèges.

paréidolies, signes, langages, messages

matinée du samedi 3 décembre – Forêt au pied du Semnoz – photos Enki

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

regards croisés : la mort des arbres

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

IMG_5534 IMG_5553

arbres morts sur la montagne de Semnoz – clichés Enki

IMG_5538

Caspar David Friedrich - dolmen enneigé, 1807

Caspar David Friedrich – dolmen enneigé, 1807

friedrich_winter_landscape_1811

Caspar Friedrich – Paysage d’hiver, 1811

IMG_5540

IMG_5543

IMG_5541

arbres morts couchés sur la montagne de Semnoz, textures – clichés Enki

IMG_5522

IMG_5525 IMG_5524

Caspar Friedrich - arbre foudroyé, 1825

Caspar Friedrich – arbre foudroyé, 1825

IMG_5526 IMG_5521

arbres morts couchés sur la montagne de Semnoz – clichés Enki

ob_ccf5a8d193e0a109f83a718cc25cac30_friedrich-2 ob_1dda40b9444c3be60ee4e82b7d225446_friedrich-1

Caspar Friedrich – Femmes au corbeau et à la toile d’araignée

Caspar_David_Friedrich_Weide_im_Mondlicht_pt

Caspar Friedrich – Prairie au clair de Lune

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––