Home, sweet home : BlackWhite résidence à Bethesda dans le Maryland – David Jameson Architect’s

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

David Jameson, architecteDavid Jameson, architecte

°°°

 Pour lire la biographie de David Jameson, la présentation générale de son architecture et d’une autre villa qu’il a réalisé dans la même ville, la Jigsaw résidence, c’est ICI.

°°°

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect 

principal responsable: David Jameson, FAIA, David Jameson Architect, 
concepteurs du projet : Christopher Cabacar, David Jameson Architect
Entrepreneur général: Michael T. Puskar, MT Puskar Construction Co., Manassas,  Virginie,
ingénieur en structure : David Linton, PE, Linton Ingénierie, Potomac Falls, Virginie
la taille du projet: 5500 pieds carrés soit 511 m2
Taille du site: 1,06 hectares
coût de la construction : inconnu
photographie: Paul Warchol

°°°

     David Jameson a repris pour ce projet de rénovation d’une maison individuelle implantée dans la ville de Bethesda sur un vaste terrain entouré d’arbres d’un hectare, la recette déjà mise en œuvre dans une autre résidence située dans la même ville, la Jigsaw résidence. C’est ainsi que la maison ancienne a été en partie détruite ne laissant en place pour des raisons économiques qu’une partie des murs et qu’à partir de cette « coque originelle » ont été rajoutés des volumes nouveaux répondant au programme du projet et répondant sur le plan architectural  aux principes d’organisation et de fonctionnement habituellement défendus par l’architecte. Ces principes, rappelons-le, consistent essentiellement à briser la compacité de la maison traditionnelle en l’éclatant en volumes de base différenciés et à renforcer et à affirmer l’individualité et la spécificité de ces volumes nouveaux par la mise en place d’espaces intermédiaires « vides » et en assurant leur mise en valeur par une recherche formelle très poussée. Le résultat est une maison « éclatée » à l’architecture riche et dynamique où les espaces intérieurs et extérieurs s’interpénètrent et où les différentes pièces ont vue, à travers leurs baies vitrées, les unes sur les autres. Cette interpénétration des volumes ne se limite pas au plan horizontal mais agit également sur le plan vertical grâce à  la création, à l’intérieur de la maison, d’espaces vides englobant deux niveaux, largement vitrés eux aussi,  qui permettent la perception visuelle verticale. L’unité architecturale de ces ensembles qui pourraient sombrer facilement dans la disparité et le chaos est assuré par l’affirmation d’une « matrice » centrale à laquelle se rattache les différents volumes qui, dans les deux cas de maisons rénovées citées, est constituées par une partie de la structure originelle et par la répétition d’éléments constitutifs et particuliers de l’architecture tels que éléments structuraux, type d’ouverture, etc…

     Pour la Jigsaw residence, l’architecte avait choisi d’apparenter sur les plans structurel et formel les nouveaux volumes bâtis aux volumes conservés de l’ancienne maison. Le résultat était une maison d’aspect homogène malgré la complexité de son assemblage de volumes où les parties « pleines » des parois extérieures l’emportaient sur les parties « vides » constituées par les ouvertures. La cohérence d’ensemble était renforcée par la monochromie des façades peintes en blanc. A l’opposé, pour la  BlackWhite résidence, l’architecte a choisi de traiter de manière totalement différente les anciens et les nouveaux volumes : c’est ainsi que de la « coque pleine » maçonnée peinte en blanc des volumes anciens conservés du rez-de-chaussée, l’architecte a fait jaillir quatre volumes à structure métallique noire essentiellement vitrée que certains compareront à une obsidienne sertie dans sa monture et d’autre à une fleur vénéneuse sur le point d’éclore de son réceptacle floral… (la plupart des critiques en référence à l’Acropole parlent de temples de verre modernes jaillissant de leur socle maçonné…) Ces volumes de verre permettent une vue panoramique sur le paysage environnant, laissent entrer généreusement la lumière dans les espaces intérieurs et « resplendissent dans l’obscurité de la nuit » (présenté comme une qualité par une critique).

    Comme d’habitude, les critiques sont enthousiastes concernant ce projet de ce jeune architecte adulé de la côte Est qui collectionne les prix et les récompenses : « superbe réalisation contemporaine » de « style unique en son genre », « chef-d’œuvre architectural contemporain exceptionnel »,  « architecture fascinante » qui « submerge la vue et enchante le cœur », « modernité fascinante », « maison de rêve », « le Yin et le Yang de l’architecture moderne », etc…

Enki signature.
le 20 septembre 2013

.

°°°

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect - Plan Masse

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect – Plan Masse

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect - Plan du Rez-de-Chaussée

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect – Plan du Rez-de-Chaussée

     Le plan développe de manière classique les espaces de jour au rez-de-chaussée et les espaces de nuit à l’étage. Le rez-de-chaussée regroupe les espaces du barge, de l’entrée avec son vestibule et un sanitaire, les escaliers des circulations verticales, une salle de sport, la cuisine, la salle à manger et le séjour dont l’espace pour ces deux pièces se développe sur deux niveaux, ce qui permet grâce à l’importance considérable des vitrages un éclairement naturel maximal et une vue dégagée sur le paysage environnant. Si le plan des espaces habitables du rez-de-chaussée apparait relativement compact (du bow-window en saillie du salon), c’est dans le plan de l’étage que l’espace apparait totalement éclaté, les quatre chambres et les espaces annexes ayant été placé dans deux volumes d’acier et de verres séparés par des espaces interstitiels. Deux autres de ces volumes d’acier et de verre sont occupés par des espaces vides sur lesquels s’ouvrent des mezzanines et qui se développent sur deux niveaux intégrant le Rez-de-chaussée avec les salles de séjour et à manger. La partie centrale non éclairée naturellement a été réservée aux circulations verticale et horizontale, à la buanderie et à certains sanitaires.

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect - Plan du niveau 1

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect – Plan du niveau 1

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

8-BlackWhite-residence-in-Maryland-by-David-Jameson-Architect-607x910

     les deux photos (ci-dessus et ci-dessous) illustrent bien l’objectif d’interpénétration des espaces intérieurs et extérieurs défendu par David Jameson. De l’intérieur d’une pièce, on a vue sur une autre pièce à travers un espace extérieur résiduel qui s’immisce entre les volumes de la construction. Les habitants de la maison ont alors un double statut : ils sont à la fois « en dedans » et « en dehors » comme si ils contemplaient la maison de l’extérieur. Ce rapport particulier avec l’espace s’oppose à la perception de l’espace basé sur la perspective que nous a légué la Renaissance, c’est à dire la vision immobile à partir d’un point privilégié d’où l’on perçoit le bâtiment dans son ensemble.

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

le salon se développe sur deux niveaux et est éclairée de manière zénithale.

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

BlackWhite residence in Maryland by David Jameson Architect

vue de la mezzanine du niveau 1 sur le séjour de rez-de-chaussée. La grande baie vitrée d’angle  monte sur toute hauteur et offre pour les deux niveaux une vue sur le paysage

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Home, sweet home : Jigsaw résidence à Bethesda dans le Maryland – David Jameson Architect’s

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

David Jameson, architecteDavid Jameson, architecte

°°°

Jigsaw-Residence-maryland-usa7

Jigsaw résidence dans le Maryland – crédit photo, Paul Warchol Photographie

     David Jameson est établi dans la partie médiane de l’Est des Etats-unis dans la ville d’Alexandria en limite de la Virginie et du Maryland et apparait aujourd’hui comme l’un des architectes les plus doués de sa génération. A 43 ans et en seulement une année, il a remporté 27 prix ou nomination dans des concours d’architecture.

       Après des études à la Virginia Tec où il avait été admis en 1986 après l’obtention d’une bourse obtenue grâce à sa pratique du base-ball, sa formation professionnelle a débuté en 1991 chez l’architecte tenant du style moderne Hugh Newell Jacobsen de Washington ancien condisciple à Yale des architectes  Louis Kahn, Vincent Scully et Joseph Albers sous l’aile formatrice de l’architecte Ernie Schickler. A cette époque le modernisme auquel on reprochait son style trop minimaliste et dépouillé était tombé en disgrâce au profit des tenants des styles postmoderne et déconstructiviste emmenés par Robert Venturi et Peter Eisenman et dans les banlieues des grandes ville, la prolifération des McMansion, terme péjoratif pour désigner ces maisons imposantes et prétentieuses mal adaptées à leur quartier, faisait des ravages. En 2006, à 37 ans, il est le plus jeune architecte de l’histoire a avoir bénéficier d’une bourse de l’American Institute of Architects. A ce jour, Jameson est un architecte principalement résidentiel local, pratiquant essentiellement dans la région de Washington, DC.

    David Jameson déclare s’inspirer pour la conception de ses maisons du bâti traditionnel du Maryland rural où les constructions agricoles, ferme, grange, silo à grains, sont séparées par des espaces et où la composition issue de l’assemblage des constructions sont plus intéressants que leur architecture propre : « Là où j’ai grandi, il y avait ces complexes agraires avec différentes échelles de bâtiments, des volumes annexes séparés par des vides ». 
     C’est sur ce principe d’individualisation de volumes séparés par des espaces interstitiels, volumes qui se parlent et se répondent dans un jeu de relations complexes que David Jameson va s’appuyer pour élaborer son architecture. Le résultat induit une architecture étonnante par son dynamisme dans laquelle les espaces, les parois et les formes s’enchevêtrent, s’interpénètrent et créent des évènements visuels en nouant un dialogue riche et varié.

     Dans une région à l’esprit très conservateur dominée jusque là par les styles architecturaux colonial et géorgien, les conceptions de Jameson détonnent d’autant plus qu’il est difficilement cataloguable, n’apparaissant aucunement attaché à un style particulier son architecture étant fortement éclectique s’adaptant librement au site et au client. Aucune de ses maisons ne ressemble à une autre.

    La Jigsaw résidence qu’il a construit à Bethesda sur les bases d’une ancienne construction d’un seul niveau obéit à ces principes, c’est ainsi que l’architecte a organisé les différents volumes de la maison autour d’un patio central. Les pièces sont de hauteurs variables et les fenêtres de tailles différentes mais l’unité d’ensemble est assuré par la répétition d’éléments ou de formes architecturales simples comme le rectangle. Grâce aux baies vitrées donnant sur le patio, chaque pièce a vue sur les autres créant un effet d’interpénétration des espaces et de « kaléidoscope ». Le patio central devient le centre autour duquel s’ordonnent les différentes pièces qui semblent entraînées dans un flux spatial dynamique créant un état d’incertitude.

°

°°°

Jigsaw-Residence-maryland-usa6

jr_101011_04

Jigsaw-Residence-maryland-usa

Jigsaw-House-2

Jigsaw-House-8

Jigsaw-House-4

Jigsaw-Residence-maryland-usa2

Jigsaw-Residence-maryland-usa1

Jigsaw-Residence-Houses-Plans-600x450

Jigsaw-Residence-Houses-Plans-Second-Floor-600x450

Jigsaw-Residence-maryland-usa4

Jigsaw-Residence-maryland-usa9

Jigsaw-Residence-maryland-usa5

Jigsaw-Residence-maryland-usa8

Jigsaw-Residence-maryland-usa3

Jigsaw-House-11

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––