Paroles d’un pessimiste : Ernst Junger (1895-1982)

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Ernst Jünger (1895-1982)

« Je ne veux pas croiser le fer avec la société, et surtout pas pour l’améliorer, par exemple, mais la tenir à distance, quoi qu’il advienne, je supprime mes services, mais aussi mes exigences. »

 °°°

« La pitié du bourreau consiste à frapper d’un coup sûr  » *

* A une époque où les militaires et les responsables politiques se targuent dans les guerres qu’ils mènent de « frappes chirurgicales » et au moment où l’armée israélienne commet un massacre à Gaza tout en déclarant ne pas viser les populations civiles, cette citation d’Ernst Junger m’a semblé de circonstance.

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––