Le désenchantement du monde selon Rimbaud

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Désenchantement

Rimantas Dichavivius, né en 1937 - Lithuanie

photographies Rimantas Dichavicius – Lithuanie

°°°

Soleil et chair (Extrait)

Le Soleil, le foyer de tendresse et de vie, 
Verse l’amour brûlant à la terre ravie, 
Et, quand on est couché sur la vallée, on sent 
Que la terre est nubile et déborde de sang ; 
Que son immense sein, soulevé par une âme, 
Est d’amour comme Dieu, de chair comme la femme, 
Et qu’il renferme, gros de sève et de rayons, 
Le grand fourmillement de tous les embryons !

Et tout croît, et tout monte !

– Ô Vénus, ô Déesse ! 
Je regrette les temps de l’antique jeunesse,
Des satyres lascifs, des faunes animaux,
Dieux qui mordaient d’amour l’écorce des rameaux 
Et dans les nénufars baisaient la Nymphe blonde !
Je regrette les temps où la sève du monde,
L’eau du fleuve, le sang rose des arbres verts 
Dans les veines de Pan mettaient un univers ! 
Où le sol palpitait, vert, sous ses pieds de chèvre ; 
Où, baisant mollement le clair syrinx, sa lèvre
Modulait sous le ciel le grand hymne d’amour ; 
Où, debout sur la plaine, il entendait autour
Répondre à son appel la Nature vivante ;
Où les arbres muets, berçant l’oiseau qui chante, 
La terre berçant l’homme, et tout l’Océan bleu
Et tous les animaux aimaient, aimaient en Dieu ! 
Je regrette les temps de la grande Cybèle
Qu’on disait parcourir, gigantesquement belle,
Sur un grand char d’airain, les splendides cités ; 
Son double sein versait dans les immensités
Le pur ruissellement de la vie infinie. 
L’Homme suçait, heureux, sa mamelle bénie, 
Comme un petit enfant, jouant sur ses genoux.
– Parce qu’il était fort, l’Homme était chaste et doux.

Misère ! Maintenant il dit : Je sais les choses,
Et va, les yeux fermés et les oreilles closes. 
Et pourtant, plus de dieux ! plus de dieux ! l’Homme est Roi, 
L’Homme est Dieu ! Mais l’Amour, voilà la grande Foi ! 
Oh ! si l’homme puisait encore à ta mamelle,
Grande mère des dieux et des hommes, Cybèle ; 
S’il n’avait pas laissé l’immortelle Astarté
Qui jadis, émergeant dans l’immense clarté
Des flots bleus, fleur de chair que la vague parfume, 
Montra son nombril rose où vint neiger l’écume,
Et fit chanter, Déesse aux grands yeux noirs vainqueurs, 
Le rossignol aux bois et l’amour dans les coeurs !

rdbab-72

                                             II

Je crois en toi ! je crois en toi ! Divine mère, 
Aphrodite marine ! – Oh ! la route est amère 
Depuis que l’autre Dieu nous attelle à sa croix ;
Chair, Marbre, Fleur, Vénus, c’est en toi que je crois ! 
– Oui, l’Homme est triste et laid, triste sous le ciel vaste.
Il a des vêtements, parce qu’il n’est plus chaste, 
Parce qu’il a sali son fier buste de dieu, 
Et qu’il a rabougri, comme une idole au feu, 
Son cors Olympien aux servitudes sales ! 
Oui, même après la mort, dans les squelettes pâles 
Il veut vivre, insultant la première beauté ! 
– Et l’Idole où tu mis tant de virginité, 
Où tu divinisas notre argile, la Femme, 
Afin que l’Homme pût éclairer sa pauvre âme 
Et monter lentement, dans un immense amour, 
De la prison terrestre à la beauté du jour, 
La Femme ne sait plus même être courtisane ! 
– C’est une bonne farce ! et le monde ricane 
Au nom doux et sacré de la grande Vénus !

rdbab-70

                                          III

Si les temps revenaient, les temps qui sont venus ! 
– Car l’Homme a fini ! l’Homme a joué tous les rôles ! 
Au grand jour, fatigué de briser des idoles, 
Il ressuscitera, libre de tous ses Dieux, 
Et, comme il est du ciel, il scrutera les cieux ! 
L’Idéal, la pensée invincible, éternelle, 
Tout ; le dieu qui vit, sous son argile charnelle, 
Montera, montera, brûlera sous son front ! 
Et quand tu le verras sonder tout l’horizon, 
Contempteur des vieux jougs, libre de toute crainte, 
Tu viendras lui donner la Rédemption sainte ! 
– Splendide, radieuse, au sein des grandes mers 
Tu surgiras, jetant sur le vaste Univers 
L’Amour infini dans un infini sourire ! 
Le Monde vibrera comme une immense lyre 
Dans le frémissement d’un immense baiser !

– Le Monde a soif d’amour : tu viendras l’apaiser.

rdbab-02

Ô ! L’Homme a relevé sa tête libre et fière ! 
Et le rayon soudain de la beauté première 
Fait palpiter le dieu dans l’autel de la chair ! 
Heureux du bien présent, pâle du mal souffert, 
L’Homme veut tout sonder, – et savoir ! La Pensée, 
La cavale longtemps, si longtemps oppressée 
S’élance de son front ! Elle saura Pourquoi !… 
Qu’elle bondisse libre, et l’Homme aura la Foi !
– Pourquoi l’azur muet et l’espace insondable ? 
Pourquoi les astres d’or fourmillant comme un sable ? 
Si l’on montait toujours, que verrait-on là-haut ? 
Un Pasteur mène-t-il cet immense troupeau 
De mondes cheminant dans l’horreur de l’espace ? 
Et tous ces mondes-là, que l’éther vaste embrasse, 
Vibrent-ils aux accents d’une éternelle voix ? 
– Et l’Homme, peut-il voir ? peut-il dire : Je crois ? 
La voix de la pensée est-elle plus qu’un rêve ? 
Si l’homme naît si tôt, si la vie est si brève, 
D’où vient-il ? Sombre-t-il dans l’Océan profond 
Des Germes, des Foetus, des Embryons, au fond 
De l’immense Creuset d’où la Mère-Nature 
Le ressuscitera, vivante créature, 
Pour aimer dans la rose, et croître dans les blés ?…

Nous ne pouvons savoir ! – Nous sommes accablés 
D’un manteau d’ignorance et d’étroites chimères ! 
Singes d’hommes tombés de la vulve des mères, 
Notre pâle raison nous cache l’infini ! 
Nous voulons regarder : – le Doute nous punit ! 
Le doute, morne oiseau, nous frappe de son aile… 
– Et l’horizon s’enfuit d’une fuite éternelle !…

Le grand ciel est ouvert ! les mystères sont morts 
Devant l’Homme, debout, qui croise ses bras forts 
Dans l’immense splendeur de la riche nature ! 
Il chante… et le bois chante, et le fleuve murmure 
Un chant plein de bonheur qui monte vers le jour !… 
– C’est la Rédemption ! c’est l’amour ! c’est l’amour !…

rdbab-56

                                             IV

Ô splendeur de la chair ! ô splendeur idéale ! 
Ô renouveau d’amour, aurore triomphale 
Où, courbant à leurs pieds les Dieux et les Héros, 
Kallipyge la blanche et le petit Éros 
Effleureront, couverts de la neige des roses, 
Les femmes et les fleurs sous leurs beaux pieds écloses !
– Ô grande Ariadné, qui jettes tes sanglots 
Sur la rive, en voyant fuir là-bas sur les flots, 
Blanche sous le soleil, la voile de Thésée, 
Ô douce vierge enfant qu’une nuit a brisée, 
Tais-toi ! Sur son char d’or brodé de noirs raisins, 
Lysios, promené dans les champs Phrygiens 
Par les tigres lascifs et les panthères rousses, 
Le long des fleuves bleus rougit les sombres mousses. 
– Zeus, Taureau, sur son cou berce comme une enfant 
Le corps nu d’Europé, qui jette son bras blanc 
Au cou nerveux du Dieu frissonnant dans la vague. 
Il tourne lentement vers elle son oeil vague ; 
Elle, laisse traîner sa pâle joue en fleur, 
Au front de Zeus ; ses yeux sont fermés ; elle meurt 
Dans un divin baiser, et le flot qui murmure 
De son écume d’or fleurit sa chevelure. 
– Entre le laurier-rose et le lotus jaseur 
Glisse amoureusement le grand Cygne rêveur 
Embrassant la Léda des blancheurs de son aile ; 
– Et tandis que Cypris passe, étrangement belle, 
Et, cambrant les rondeurs splendides de ses reins, 
Étale fièrement l’or de ses larges seins 
Et son ventre neigeux brodé de mousse noire, 
– Héraclès, le Dompteur, qui, comme d’une gloire, 
Fort, ceint son vaste corps de la peau du lion, 
S’avance, front terrible et doux, à l’horizon !

rimantas-dichaviciusrdbab-88

Par la lune d’été vaguement éclairée,
Debout, nue, et rêvant dans sa pâleur dorée
Que tache le flot lourd de ses longs cheveux bleus,
Dans la clairière sombre où la mousse s’étoile,
La Dryade regarde au ciel silencieux…
– La blanche Séléné laisse flotter son voile,
Craintive, sur les pieds du bel Endymion,
Et lui jette un baiser dans un pâle rayon…
– La Source pleure au loin dans une longue extase…
C’est la Nymphe qui rêve, un coude sur son vase,
Au beau jeune homme blanc que son onde a pressé.
– Une brise d’amour dans la nuit a passé, 
Et, dans les bois sacrés, dans l’horreur des grands arbres,
Majestueusement debout, les sombres Marbres,
Les Dieux, au front desquels le Bouvreuil fait son nid,
– Les Dieux écoutent l’Homme et le Monde infini !

Arthur Rimbaud, 29 avril 1870

Rimbaud n’avait que 16 ans quand il a écrit ce poème…

220px-carjat_arthur_rimbaud_1872_n2

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

      Rimantas Dichavicius, ce photographe lituanien qui a commencé sa carrière à l’ère soviétique, né en 1937, est l’un de mes photographes préféré. Son thème de prédilection est la femme dans la nature et ses photographies à la fois si pures et sensuelles m’ont semblé dignes d’accompagner ce poème de Rimbaud.
      Je ne résiste pas à vous livrer l’une de ses professions de foi qui préface l’un de ses livres et qui fait écho à ce poème  :

     The present publication is like a poem of images through which attempt was made to portray youth — its unique beauty, its blazing radiance and its dreams. Youth which runs barefooted on the paths and in the meadows of a native country, or along a sandy seashore. Youth which is caressed by sun rays and by a cool Baltic wave.
       Youth needs no adornments either gold or gems.
   Youth itself like a pearl radiates purity and life. However, youth can be percepted only restrocpectively and from a distance. Man has been always and everywhere searching for beauty — in the verdure and in the peaceful flight of a bird, in glazing sunrises and sunsets, in a slender waist line of a beloved woman. However, the relentless flow of time changes everything. Beauty as well. Nothing but art is able to best reflect beauty, to immortalise and preserve it for future generations.
       What does beauty give to the man, why does he strive for it ?
      A scientist, philosopher, artist, teen-ager or an old sage, everyone would answer differently, and, still, everyone would be right.

As beauty is truth. Beauty is perfection.
Beauty is the acme* of nature’s creation.
Beauty is the trace of a genius.
Beauty is a miracle.
Beauty is a spiritual radiance.
Beauty is love.
Beauty is virtue.
Feminine beauty is a miracle of nature. It accompanies love, and love means coming in touch with eternity

Rimantas Dichavicius

L’acmé : (du grec ancien ἀκμή, « apogée ») désigne le point extrême d’une tension, d’un propos ou d’une situation. Appliqué à une civilisation, le terme évoque son apogée.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

article de ce blog lié

  • Photographier le Nu dans la Nature – Regards croisés entre le lituanien Rimantas Dichavicius et l’américaine Anne Brigman. C’est   ICI.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Un (petit) pas de plus dans le désenchantement du monde

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

paysage attribué à Gauguin

Retour à K…, dans le Finistère breton

      Suis enfin arrivé après une trop longue absence à mon cher K… Rien ne semble avoir changé depuis mon dernier séjour : mêmes murs massifs de granit gris usés par le temps, rongés par la mousse et le lichen que strient parfois les saillies fulgurantes d’un lierre belliqueux qui voue une haine tenace aux façades,  même cacophonie sage des toitures d’ardoises grises et bleues que l’on confond avec le ciel lorsque celui se plombe de nuages sombres et lourds, mêmes massifs exubérants d’hortensias dont les tiges ploient sous le poids de leurslourdes efflorescences rouillées, même silence pesant et compact troublé seulement par l’aboiement d’un chien qui a vu en vous un intrus, le chant d’un coq saisi soudainement d’un délire existentiel ou par les cris rauques d’un banc de mouettes qui, pour une raison inconnue, ont jetées leur dévolu sur votre portion de ciel. Comme d’habitude, aucun être humain n’est visible dans les trois uniques ruelles qui traversent le hameau ainsi que dans les cours des anciennes fermes et jardins attenants mais vous pressentez que derrière les vitrages sombres des petits fenêtres encadrées de blocs de granit taillés et soigneusement jointoyés les regards scrutateurs d’êtres invisibles, qu’ils appartiennent au monde d’ici-bas ou à l’autre monde, ne perdent aucun de vos faits et gestes…

   Rien ne semble avoir changé sauf un détail, invisible dans le paysage mais lourd de conséquences : le hameau est désormais couvert par un réseau de téléphone mobile et bénéficie même de la couverture 4G ! Dans le passé, pour pouvoir utiliser son mobile, il fallait monter au dernier étage de la vénérable demeure, jusque dans les combles, ouvrir un vasistas, escalader une chaise et après avoir réussi à extirper avec peine la moitié de son corps au travers du vasistas étroit, se dresser au-dessus de la toiture et tendre la main le plus haut possible pour tenter de capter un réseau hypothétique et capricieux. Voir jaillir de la toiture d’ardoise, tel un diable de sa boîte, une moitié de corps humain en pleine gesticulation et semblant entretenir une conversation avec un interlocuteur invisible était d’un comique du meilleur effet et nos correspondants au fait des conditions qui régissaient la communication ne manquaient pas de nous interpeller à ce sujet : « Je t’entends mal, peux-tu te pencher un peu plus ou même monter plus haut sur le faîtage…»,   J’avoue avoir éprouvé un regret face à cette avancée inattendue du « progrès » et ressenti la nostalgie pour ce qui nous apparaissait alors tout à la fois comme une gêne et une protection contre le monde extérieur. En fait, je m’aperçois aujourd’hui que j’appréciais hautement cette expérience cocasse, occasion unique donnée de partager pour un temps l’ordinaire des chats de gouttières en découvrant les toits de K… et le paysage qui l’accompagnait. L’abandon soudain de ce qui était devenu avec le temps un  « rite » que nous avions fini par intégrer et qui faisait partie de notre histoire familiale était à n’en pas douter un petit pas de plus dans ce que certains ont nommé « le désenchantement du monde »…

retour-a-k

    J’avais, il y a quelques années, écrit un poème sur l’une de nos arrivées dans le hameau de K… et dans lequel je faisais allusion de manière imagée et humoristique à cette difficulté que nous éprouvions alors de communiquer avec le monde extérieur. Ecrit aujourd’hui, ce poème serait, assurément,  totalement différent.

Havre de paix (version 2)

Sommes arrivés hier à K….
Les images, les bruits, la fureur,
sont restés à l’entrée du village,
bloqués par un cordon d’hortensias.
Ils s’agitent et trépignent,
tentant à tout prix de franchir les lignes.
Rares sont ceux qui y parviennent,
ils sont impitoyablement rattrapés…
On nous les emmène sous bonne garde
afin que nous décidions de leur sort.

Nous ne sommes pas cruels.
La plupart sont simplement éconduits,
mais ils arrivent que certains restent…
Cela dépend de l’air du temps
ou de notre humeur du moment.
Pas de télévision, pas de téléphone.
Lorsque nous ressentons le besoin
de connaître les nouvelles du monde,
il nous faut aller à la chasse au lépidoptère.

Dans les airs, au-dessus de la maison,
volètent, en route pour l’Amérique,
de grands papillons origamiques
aux ailes faites de papier journal. *
Y sont imprimées les nouvelles du jour,
cours de la bourse et faits divers.
En nous penchant par la lucarne,
nous en capturons quelques-uns
à l’aide du grand filet à fines mailles
qu’on utilise pour pêcher la crevette.

Après lecture, nous les relâchons, 
Ce n’était qu’un prélèvement passager
et il doivent accomplir leur voyage…

Enki sigle

 

°°°

Capture d’écran 2013-07-21 à 14.14.26

Tomas Tranströmer (1931-2015)

000
* J’avais emprunté cette métaphore du papillon aux ailes en papier journal en hommage à l’un de mes poètes préférés, le poète suédois Tomas Tranströmer qui, dans son poème AIR MAIL (Baltiques, Œuvres complètes 1954-2004) l’a utilisée avec son génie habituel.

AIR MAIL

À la recherche d’une boîte aux lettres
je portais l’enveloppe par la ville.
Ce papillon égaré voletait
dans l’immense forêt de pierre et de béton.

Le tapis volant du timbre-poste
les lettres titubantes de l’adresse
tout comme ma vérité cachetée
planaient à présent au-dessus de l’océan.

L’Atlantique argenté et reptile.
Les barrières de nuages. le bateau de pêcheurs
tel un noyau d’olive qu’on recrache.
Et la cicatrice blafarde du sillage.

Le travail avance lentement ici-bas.
Je lorgne souvent du côté de l’horloge.
dans le silence cupide
les ombres des arbres sont des chiffres obscurs.

La vérité repose par terre
mais personne n’ose la prendre.
la vérité est dans la rue.
Et personne ne la fait sienne.

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

article de ce blog lié :

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––