Bucolisme : l’église Saint-Denis de Brion dans l’Ain et son cimetière

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

IMG_8663

    Le village de Brion est entré dans l’histoire le 5 octobre 877, lorsque Charles-le-Chauve, petit-fils de Charlemagne, y trouva la mort, de « fièvres contagieuses » ou « empoisonné par son médecin », nul ne sait très bien. Une des curiosités reste sans nul doute le « pont double » qui enjambe de ses arches la rivière « l’Oignin » et le Bras du lac de Nantua, justifiant une devise du pays : « Tant que l’eau coulera sous les ponts ! » 
    Pour ce qui est de l’église St Denis, son histoire mérite d’être contée, telle qu’on la trouve dans les archives de la paroisse : « Brion et Géovreissiat ne formaient primitivement qu’une seule paroisse. En 1750 environ, eut lieu une altercation entre les deux villages. Les habitants de Brion tentèrent de se séparer de Géovreissiat. Ils commencèrent la construction d’une église et l’élevèrent jusqu’au redan et aux fenêtres de l’église actuelle. Les travaux furent interrompus, on ne sait pourquoi. La grande révolution de 1789 leur avait fait abandonner leur projet. Brion, après la tourmente révolutionnaire, fut réuni à Géovreissiat et desservi par le curé de cette paroisse. En 1823, une nouvelle discussion survint entre Brion et Géovreissiat. Brion se plaignait d’être lésé dans ses intérêts par Géovreissiat. Les habitants de Brion demandèrent l’érection d’une église centrale qui serait placée à la Croix-Chalon. Géovreissiat n’eut aucun égard pour les justes réclamations de Brion. Un dimanche, les habitants de Brion, sortant de la messe entendue à l’église de Géovreissiat, se réunissent sur la place de Brion. Ils souscrivent 5000 francs pour la construction d’une église.
     Immédiatement, on mit la main à l’oeuvre avec un entrain admirable. Les uns vont extraire la pierre et sable, les autres font les charrois. Ceux-ci coupent furtivement les chênes de la montagne, ceux-là les amènent. Un autre fait cuire la pierre qui va se convertir en chaux sur l’emplacement du cimetière actuel, devant la porte de l’église. D’autres servent les maçons. Les habitants de Brion continuèrent l’oeuvre commencée par leurs pères en agrandissant du chœur et du clocher. Comme souvenir précieux, il est à remarquer que la porte et les fenêtres de l’église viennent des ruines de l’Abbaye, ainsi que le bénitier, moins les fenêtres des chapelles.
     Ainsi que les Samaritains voulaient empêcher les Juifs de relever les murs de Jérusalem et du Temple, de même Géovreissiat fit des efforts inouïs pour empêcher la construction de l’église de Brion. Vains efforts. L’église fut achevée et bénie par Mr Debeley, curé de Nantua, puis évêque de Troyes et aujourd’hui archevêque d’Avignon. Elle n’a pas reçu la consécration épiscopale. » (Crédit : site du diocèse des Pays de l’Ain)

IMG_8676

°°°

   Quelque chose ne doit pas tourner rond chez moi, peut-être les mêmes fièvres qui avaient frappé Charles le Chauve dans ce lieu cerné par les eaux tout chargé d’humidité. Voilà ce que je n’ai pas trouvé mieux à faire avec mon Iphone de ce paysage bucolique empreint de sérénité. C’est comme la surface limpide des lacs et des mares, je ne peux m’empêcher de la troubler en faisant des ronds dans l’eau… Est-ce grave, Docteur ?

Brion déformation - photo Enki - IMG_8645

IMG_8649

 °°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quand l’architecture se fait poésie : « Reading between the Lines » des architectes Gijs & Van Vaerenbergh

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

dezeen_Reading-between-the-Lines-by-Gijs-Van-Vaerenbergh_10

50b50488b3fc4b1634000083_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_032_rbtl

50b50499b3fc4b1634000088_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_026_rbtl

50b50489b3fc4b1634000084_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_024_rbtl

50b50472b3fc4b163400007c_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_001_rbtl

50b5047cb3fc4b1634000080_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_009_rbtl

50b50471b3fc4b163400007b_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_004_rbtl

50b50497b3fc4b1634000087_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_012_rbtl50b50496b3fc4b1634000086_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_022_rbtl

lines3

the-transparent-steel-church-01

Reading-between-the-Lines-Gijs-Van-Vaerenbergh-2011-photo-Kristof-Vrancken-Z33-yatzer-7

50b5049eb3fc4b163400008a_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_027_rbtl

Reading-between-the-Lines-Gijs-Van-Vaerenbergh-2011-photo-Kristof-Vrancken-Z33-yatzer-2

50b5048db3fc4b1634000085_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_028_rbtl

50b5049bb3fc4b1634000089_reading-between-the-lines-gijs-van-vaerenbergh_030_rbtl

Reading-between-the-Lines-Gijs-Van-Vaerenbergh-2011-photo-Kristof-Vrancken-Z33-yatzer-3

°°°

« reading between the Lines » (Lire entre les lignes) ou l’église transparente…

  • architecte : Pieterjan Gijs et Arnout van Vaerenbergh
  • localisation : Borgloon, Limbourg – Belgique
  • études techniques : Ney & Partners
  • exécution : Cravero bvba (steal) / MEG (fundaments)
  • matériaux : 2000 plaques horizontales d’acier (30 tonnes) sur fondations en béton
  • année de réalisation : 2011

°°°

°°°

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––