Pourquoi les femmes sont-elles devenues méchantes ou le désespoir du bourdon…


   Eh oui, cher Gérard, va falloir que tu te fasse une raison ! Ça ne sera jamais plus comme avant. Le grand coït poétique et romantique en plein vol est passé de mode… Au grand dam des bourdons, les Reines sont devenues terre-à-terre et se contentent souvent de n’être que des butineuses…

Gérard Manset (album À bord du Blossom, 2018)

Pourquoi les femmes

Pourquoi les femmes sont-elles devenues méchantes ?
C’est qu’à la fois les hommes se sont tus.
C’est bien la poésie qu’on tue
Sur une route en pente.
Mais nous voulions déjà des chemins inconnus
De ces brûlures possibles que l’on touche à mains nues.
La main serrée
De tout ce qui entre nos bras devait être serré,
Serré, serré, serré, serré…

Nous pouvions à l’époque croiser des ingénues
Dont les cheveux au vent et dont les genoux riaient de ces désordres.
De ces jeux, de ces lèvres fallait m’en remettre.
Pourquoi les femmes sont-elles devenues méchantes ?
C’est qu’autour d’elles personne ne s’en soucie.
Ou bien tout le monde fait comme si,
Oublie ces entrejambes si gentiment
Serrés, serrés…

Alors l’enfant leur dit de ne pas s’égarer.
Chaque chose a sa loi.
La moindre abeille se doit à son bourdon
Comme l’aiguille tourne à la montre du temps.
Que l’été, le printemps,
Que l’hiver, que l’hiver
De son œil de verre voit la même saison,
Attend floraison comme la mer son…
Mésange s’envolait pour construire sa maison
Pour construire…

Pourquoi les femmes sont-elles devenues cruelles ?
Comment cette brassée d’orties finira t’elle ?
Qui pique, envahit tout,
Qu’aucun produit ne tue.
Dis-moi petit enfant qui passe le comprends-tu ?
Pourquoi de cet ancien sourire au monde
Faire la grimace ?

Tandis que de partout les poings se serrent, se serrent, se serrent,
Alors l’enfant répond : en la nature l’abeille respecte le bourdon.
Les abeilles font de même
Et tous les cigalons
Jusqu’au petit garçon qui vient dire à sa mère :
Ce que tu fais est mal !
Mon père n’est pas un animal.
L’équilibre s’installe sur notre tartine
Comme un peu de miel
Que les jours t’illuminent.

Pourquoi les femmes sont-elles devenues méchantes ?
Et l’on découvre un homme seul sur un banc.
Il n’a pour tout refuge que son caban.
On lui jette des miettes, détourne le regard.
Se souvient-il de ce qu’il fut dans un lointain passé
Touché, connu ?
Le monde a des paradis antiques.
Les amours évoluent.
Que de ses deux paumes,
Il maintenait serrées, serrées, il maintenait…

Avec le maître nous apprenions
À user du bonheur,
Quand quelqu’un dans la classe a demandé :
Pourquoi les femmes sont-elles devenues dévergondées ?
Qu’à la fois les hommes se sont tus ?
Et puis ce maître que nous adorions
A dû s’agenouiller, a dû s’agenouiller…
Dans la cour, dans la cour au-delà du préau

Agonisait le dernier marronnier
Que les cimes fendre, fendre, que les cimes défendre.

Il a bien sûr fallu que je m’étende
Tout bourdonnait dans mes oreilles et j’ai fermé les yeux…
Pourquoi avant était-ce à ce point merveilleux ?
Les femmes, il fallait encercler
Comme ces petits poissons dans dans l’eau de nos petits filets,
Les ramener vers le bord, auxquels nous parlions.
Que dissimulait l’arrière, que dissimulait l’arrière d’un galion
La foule ou d’autres choses…
Mais tout était doux, tout était rose.
Pourquoi les femmes sont devenues tout autre chose ?
Et qu’avec elles le reste s’est asséché
Dans le fond de nos verres, dans le fond de nos verres…

Pourquoi les femmes sont devenues d’autres choses ?
Tout autre chose… D’autres choses…

***

images.jpg


le feu à la maison Europe !

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Mais où sont les pompiers ?

House Fire by Becca Stadtlander.jpg

House Fire by Becca Stadtlander

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Thiéfaine – chanson récurrente : « Je t’en remets au vent »

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Hubert Félix Thiéfaine

Hubert-Félix Thiéfaine 

°°°

°°°

Je t’en remets au vent
(texte légèrement modifié)

D’avoir voulu vivre avec moi 
T’as gâché des années de ta vie 
Des ans suspendue à ta croix 
A veiller sur mes insomnies 
Pourtant toi tu as tout donné 
Et tout le meilleur de toi-même 
A moi qui ai tout su garder 
Toujours replié sur moi-même 

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant 
Mon pauvre amour, je t’en remets au vent 

Toi tu essayais de comprendre 
Ce que mes silences voulaient dire 
Agenouillée dans l’existence 
Tu m’encourageais à te dire 
Mais moi je restais hermétique 
Indifférent à tes envies 
A mettre sa vie en musique 
On en oublie parfois de vivre

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant 
Mon pauvre amour, je t’en remets au vent 

Tout est de ma faute en ce jour 
Et je reconnais mes erreurs 
Indifférent à tant d’amour 
J’accuse mes imbuvables humeurs 
Mais toi ne te retournes pas 
Va droit sur ton nouveau chemin 
Je n’ai jamais aimé que m(t)oi 
Et je reste sans lendemain 

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant 
Mon pauvre amour, je t’en remets au vent

Mon pauvre amour, sois plus heureuse maintenant 
Mon pauvre amour, je t’en remets au vent

°°°

ee474f2c4ea9d6698c04edc0c1c3a1f4

°°°

articles liés :  

Hubert Félix Thiéfaine : Les Ombres du Soir (album Suppléments de mensonge). Pour lire l’article entier consacré à cette chanson et musique, c’est ICI

Hubert Félix Thiéfaine : Angélus (album Suppléments de mensonge). Pour lire l’article entier consacré à cette chanson et musique, c’est ICI

°°°

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––